L’EX-chef d’état major général Ibrahim Dahirou Dembélé : Ne s’est-il pas dressé contre certaines dérives de l’ex-junte militaire ?

20

Depuis un certain temps, l’ex-chef d’Etat major général des armées, le général Ibrahim Dahirou Dembélé est sous contrôle judiciaire dans le cadre de l’enquête sur les 21 bérets rouges disparus. Le cas de cet officier intègre embarrasse l’opinion publique qui n’arrive pas à se retrouver dans cette affaire couverte de tournures ou de mig-mag.

Suite à l’affaire relative à la disparation de 21 bérets rouges, lors de la transition dans notre pays, depuis quelques mois, l’ex-chef d’Etat major général des armées de notre pays  est placé sous contrôle judiciaire. Une frange importante du peuple malien n’arrive pas du tout à comprendre le cas de cet officier supérieur intègre qui a donné le meilleur de lui-même durant 16 ans sur le terrain pour assurer la sécurité des personnes ainsi que de leurs biens. Après tout ce temps, les uns et les autres avaient fondé beaucoup d’espoirs sur la décision de la Cour d’Appel relative à un éventuel abandon des charges contre ce dernier. Mais malheureusement, fin décembre 2015, cette cour, à l’issue d’une audience a décidé d’envoyer le dossier de l’ex-chef d’Etat major général devant la Cour d’assises, à la surprise générale. Selon les constats, beaucoup de facteurs plaident pour l’innocence de l’ex-chef d’Etat major général des armées. Le général Ibrahima Dahirou Dembélé s’est battu corps et âme pendant la transition pour la restauration de l’intégrité territoriale. Il ressort de nos investigations qu’il s’est dressé contre certaines dérives de l’ex-junte militaire. Cela permet aisément de comprendre que le général Dembélé n’a ménagé aucun effort pour que des militaires proches de l’ex-Comité National  pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’Etat (Ex-CNRDRE) ne réalisent pas certains de leurs projets. Car, ces projets comme l’attribution des grades exceptionnels à certains de leurs camarades pouvaient être grave de conséquences pour notre pays. La quasi-totalité de la population malienne se souvient encore des difficultés liées à l’attribution des grades exceptionnels à certains éléments de la Police Nationale proches de l’ex-junte militaire. Cette affaire a été marquée par des affrontements  avec des coups de feu entre policiers.

Les uns et les autres se rappellent encore que cet officier supérieur plus jamais intègre a été cité à plusieurs reprises comme un bon exemple par la France. Selon des estimations, le général Dembélé fait l’objet d’une poursuite judiciaire qui est loin de prouver sa responsabilité dans le malheureux incident survenu entre les bérets rouges et les bérets verts de notre armée. Il ressort des données que ce dernier s’est personnellement investi pour que cette brûlante affaire ne prenne pas une autre tournure au désavantage de tous. Il faut donc comprendre par là, qu’il a joué un rôle extrêmement important dans la résolution de cette crise entre les éléments d’une même armée nationale. D’une manière ou d’une autre, il serait reproché à l’ex-chef d’Etat major général des armées d’avoir inséré les noms des bérets rouges disparus sur la liste des militaires qui devraient être déployés sur le théâtre des opérations au nord. Par rapport à cette situation, les uns et les autres se posent la question suivante : Le chef d’Etat major des armées a-t-il ce pouvoir, étant donné que l’armée est une chaîne dont tout un chacun joue un rôle extrêmement important ? A partir de cette question, certains se demandent, s’il n’y a-t-il pas une cabale dans cette affaire.

Nul doute, il revient aux autorités judiciaires de répondre à cette question qui laisse à réfléchir. Les uns et les autres n’hésitent pas à confirmer qu’il ne revient pas au chef d’Etat major général des armées d’établir la liste des militaires devant intervenir sur le théâtre des opérations. Par contre, c’est au chef des opérations militaires au niveau de l’Etat major, en collaboration avec les responsables des différentes unités de constituer la liste des militaires. Dans cette dynamique, le chef d’Etat major général des armées a pour rôle principal d’apposer sa signature sur le document de la liste élaborée par le chef des opérations militaires au niveau de l’Etat major en collaboration avec les responsables des différentes unités. Cela  permet d’établir qu’il n’est pas évident que le chef d’Etat major connaisse les militaires qui font partie de la liste. Car, il n’a pas d’influence sur la composition de cette liste.

« Si on veut juger Dahirou parce qu’il a signé la liste, il faut que la justice appelle ceux qui ont établi cette liste. Un chef d’Etat major général  ne fait pas de liste. C’est pourquoi, au niveau de chaque armée, il y a un chef d’Etat major (armée de terre, armée de l’air, garde nationale, gendarmerie) pour gérer  le volet administration  de leurs personnels. Le chef d’Etat major général coordonne leur action et ne commande pas directement les hommes, son devoir est de demander la liste aux Etats majors pour l’envoie des militaires aux combats. Il fait la décision pour les mobiliser, c’est sa signature qui autorise le ministre de la Défense à payer les primes d’alimentation, les primes de risque et le carburant sans lesquels ils ne pourront pas aller en guerre. C’est aux commandants des troupes et au chef des opérations de compter les militaires et de rendre compte au chef d’Etat major si la liste est conforme à l’effectif des militaires présents physiquement. Le chef d’Etat major ne peut pas dire qu’un militaire est mort (en temps de paix comme en temps de guerre). Il revient à ceux qui commandent les hommes d’informer par message écrit, et lui à son tour informe le ministre de la Défense et le Président de la République, Chef Suprême des Armées. Le Général Dahirou ne peut insérer les noms des bérets rouges morts dans une liste, puisqu’il ne tape pas de liste et personne ne peut faire pression sur lui car il sait ce que représente la vie d’un soldat après avoir passé 16 ans au nord en train d’enterrer ses propres camarades. Si on veut dire que c’est le général Sanogo qui le commandait, il n’allait pas retirer les armes et les militaires à Sanogo après les événements du 30 septembre 2013 et le faire descendre à Bamako. Si on a arrêté le général Sanogo à Bamako, c’est que quelqu’un l’a fait décembre à Bamako. Le général Dahirou a toujours servi son pays avec loyauté et dévouement et son degré d’instruction, et sa dignité militaire lui exige de se soumettre à la loi. Il a toujours été respecté et écouté par les bérets rouges dont la plus part a suivi des formations avec lui, et il a formé plus d’une vingtaine d’officiers parmi eux (à Kati en 1998 et à Koulikoro 1999-2001). L’aide de camp de Dahirou était un béret rouge, le Lieutenant Adama Kaba, ses meilleurs amis étaient bérets rouges, y compris le Colonel Abdina Guindo qu’il fréquentait depuis 2002 jusqu’aux événements du 30 Avril 2012 qui les a séparé », ressort nos investigations.

QUI EST IBRAHIMA DAHIROU DEMBELE ?

Le Général de Brigade Ibrahima Dahirou Dembélé est né le 9 Janvier 1967 à  Ségou (République du Mali). Originaire du Prytanée Militaire de Kati (1ère promotion 1981-1967), il rentre à Ecole Militaire Interarmes (EMIA) de Koulikoro en 1988. A sa sortie de l’Ecole en 1991, il est affecté au 11èME Bataillon d’Infanterie  Motorisée de Kidal où il est nommé successivement chef de section puis commandant de compagnie.

Après  sa spécialisation à l’Ecole d’Application de l’Infanterie de Montpellier en 1994, il commande la compagnie d’intervention rapide de SEVARE (DAMI) de 1994 à 1999 avec un stage de formation des commandants d’unité en 1997 en France. De 1999 à 2001 il est  instructeur et directeur adjoint à l’EMIA puis devient officier d’Etat-major au niveau de différents régiments et Régions Militaires du Nord (Tessalit, Gao) entre 2001 à 2003.

Nommé chef de division « enseignement-formation » à la direction des Ecoles Militaires en 2004, il rejoint par la suite l’Ecole d’Etat-major de KOULIKORO où il servira d’abord comme professeur de groupe en 2007 et devient Directeur des études en 2009, parallèlement il donnait des cours a l’Ecole de Maintien de la Paix « Me. Alioune Blonden Beye » aux observateurs militaires de l’ONU et de l’UA en qualité d’instructeur non permanent de 2005 à 2008.

Il fut désigné en 2009 pour l’Ecole de Guerre à Bandung en République d’Indonésie, à son retour en 2010, il devient commandant de Groupement Tactique Interarmes (GTIA) à TESSALIT dans le cadre du Comité d’Etat-major Opérationnel Conjoint (CEMOC) et repartira à nouveau en République d’Indonésie en 2011 pour compléter sa formation en Stratégie à l’Institut de la Défense Nationale d’Indonésie à Jakarta où il obtient son Master en Etude Stratégique de Résilience Nationale. En Mars 2012, suite aux troubles politico-militaire survenus au Mali, il fut appelé par son pays le 6 Avril 2012 pour occuper le poste de Chef d’Etat-major Général des Armées. Le Général de Brigade Ibrahima Dahirou Dembélé totalise seize (16) années de service au Nord du Mali (2  ans à Kidal, 5 ans à Tessalit, 2 ans à Gao, 5 ans à Nampala, 2 ans à Léré) et s’est distingué comme un instructeur hors pair.

Il est décoré de plusieurs médailles comme la Médaille Commémorative de Campagne du Mali 1994, Médaille Commémorative de campagne Flamme de la Paix 1996, la Croix de la Valeur Militaire du Mali en 1996, la Médaille des Nations Unies Liberia (UNMIL) commandant des Opérations du contingent Malien 2003-2004, la Médaille Mission des Nations Unies au Sud Soudan (UNMIS) Observateur Militaire 2006-2007, la Médaille d’Or du Ministère de la Défense de France 2009, Chevalier de l’Ordre National du Mali en avril 2013, Médaille de la Sécurité de l’Union Européenne en Septembre 2013, Médaille Commandeur de l’Ordre National du Mérite de la France en Octobre 2013.

Tougouna A TRAORE

PARTAGER

20 COMMENTAIRES

  1. Chers frères soyons raisonnable. Au soir du 30 Avril 2012 quel camp a déclenché le premier les attaques. S’il y a eu des bérets rouges morts il y a eu également des bérets verts morts et même des civils, devant la porte de l’ORTM par exemple. Je demande encore une fois aux maliens et aux hommes de robes rouges et noirs de ne pas tomber dans les mêmes erreurs judiciaires comme lors du procès de GMT. Poser des questions essentielles qu’il faut pour éclairer l’opinion et non pour inculper. De ne pas se laisser dominer par la passion de l’évènement.

  2. “Le général Ibrahima Dahirou Dembélé s’est battu corps et âme pendant la transition pour la restauration de l’intégrité territoriale”

    Bon sang, en quoi faisant ?? 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  3. Général Dahirou a signé la mise en route des militaires assassinés par la junte de Kati sur le nord, faisant croire comme s’ils étaient morts en rebelion, vous pensez que cela n’est rien dans un crime. Soyons sérieux et respecter la mémoire des morts.

  4. Monsieur le journaliste, c’est extrêment dangereux de faire l’éloge de quelqu’un sous contrôle judiciaire. Tout n’est pas rose en Dahirou. Attention, Sankigba en sait surtout quand il était officier au DAMI de Sevarè. Ne soulevez pas les pots pourris. De toute façon, la fidélité impose à cet officier de boire la de onction de caiçedra après avoir goûté à l’élixir avec le CNDRE! Des officiers de valeurs tels le Colonel Major, ruminent leur sort pendant qu’un Dahirou s’accroche des étoiles. Pour quels mérités? Amadou Aya lui même n’a,commande que la,petite unité de Diabali. Donc, ça n’est assez. C’est un peu triste toutes ces publicités. Hunnnn A ye sabali koyi. A trop dire sur l’homme on traitera Sankingbas d’aigri. J’en veux personnellement à Amadou Trop Traite (ATT). C’est ce matamore qui nous a conduit dans tout ce renversement de la pyramide de commandement dans l’armée.

    VIVE LA REPUBLIQUE.

    • @ Sankingba,
      Merci de ton commentaire mais aussi Je comprends l’armée surtout lors des coups d’etat. Héé oui malheureusement, beaucoup de braves et valeureux militaires suivent des poltrons, voyoux, cancres et imbeciles enterront leur honneur et qualites au profit un petit groupe D3 bandits et de voyoux. Certe tout le monde veut sauver sa tête et preserver sa Vie. Mais Portez Une Uniforme a des Codes d’honneur.
      Malheureusement la majorité des notres ne respectent et honorent plus ces Codes d’honneur.
      Vivement Une Nouvelle Armée composée de dignes fils et filles de la Nation pour Un Nouveau Maliba Un et Indivisible et Emergent.

  5. Si DAHIROU est innocent, qu’il le prouve devant les assises.
    On ne jugera pas DAHIROU pour ce qu’il a fait comme service dans l’armee. Il y a d’ailleur plusieurs officiers et sous officers et homes du rang qui en ont aussi fait de meme.
    Il faut recapituler les choses:
    1) Dahirou etait en Indonesie au moment du coup d’Etat. Il a ete rappele par un capitaine pour occuper le poste de CEMGA. Donc il est quelque part redevable a SANOGO pour cette promotion.
    2) Il savait que des Berets rouges ont disparu. Mais il n’a rien fait en tant que la premiere autorite militaire de l’armee. Donc il est complice passif de ces disparutions et doit etre juge pour cela.
    3) On se souvient que le camp para a ete attaque par des berets verts. Sur ordre de qui? De DAHIROU. Il doit repondre de cela.
    4) On se souvient, que les femmes des berets rouges ont ete violentees par des berets verts sur ordre de DAHIROU, avec mort de femme et des biens voles au camp para. DAHIROU doit repondre de cela.
    DAHIROU doit plaider coupable devant les assises et beneficier de circonstances attenuantes pour naivete et pour service rendu anterieurement a son pays.
    DAHIROU, YAMOUSSA, SANOGO et tous les autres co-accuses sont militairement biens sur le terrain. Mais il sont bêtes. Il ne connassent que les armes, le reglement de compte. repondre au coup pour coup. Avec cela on ne peut pas diriger.

    Mr le journaliste, vous ne rendez pas service a DAHIROU. Vous l’enfonsser advantage au contraire.

  6. Mr le journalier au lieu de journaliste, si tu dis ke Dahirou n'établit pas les listes des militaires présents physiquement au front et k cela revient au chef des opérations, donc selon toi il n'est nullement responsable de cette situation, il est important de te rappeler q'une signature n'est pas un griffonnage encore moins un jeu de plaisir, ces une responsabilité, le chef des opéraions agit sous la responsabilité du CEMGA, mieux Mr le journalier en 1991 qui a vu Moussa Traoré sur le terrain avec des armes en mains entrain de tirer sur les gens et pourtant il a été jugé pour crime de sang parce qu'il était le Président de la République chef supprème des armées donc le 1er responsable de l'armée dont il doit repondre de tous les actes posés par celle ci. Mr le journalier ou étais tu en 1991 lorque Moussa Traoré était en détention, ensuite jugé et condamné pour des faits commis par les forces armées et de sécurité du Mali. L' as tu dénoncé, si oui republie l'article dès demain ou les jours suivants dans votre journal et le monde entier sera d'accord avec ton présent article. Je t'invite à faire la comparaison. Je t'appelle jourmalier parce que tu ne fais honneur aux journalistes, il a suffit de te remettre kelke billets de banque pour ke tu te mette à écrire du n'importe koi avant de bien réflechir aux conséquences.

  7. Tougouna A TRAORE, excuse moi du language, mais il faut etre un STUPIDE JOURNALISTE pour poser de telle question (…il serait reproché à l’ex-chef d’Etat major général des armées d’avoir inséré les noms des bérets rouges disparus sur la liste des militaires qui devraient être déployés sur le théâtre des opérations au nord. Par rapport à cette situation, les uns et les autres se posent la question suivante : Le chef d’Etat major des armées a-t-il ce pouvoir, étant donné que l’armée est une chaîne dont tout un chacun joue un rôle extrêmement important ? …) Si tu ne sais pas renseigne toi. On peut tolerer les rumeurs de la part d’un “bana bana”, mais un journaliste, ca se renseigne ou ca se TAIT. Personne ne denie a Darou sa bravoure ou son “integrite”, mais il a ete lache dans cette affaire. Et laisse moi te dire, “OUI LE CEMGA EST celui qui est le seul et le plus habilite a signer le document pour deployer des soldats. Il a signe pour les “berets rouges disparus” par peur , par negligeance ou par convenance…. ce qui est synonyme d’une certaine … complicite.
    Conclusion, Mr Traore, tu n’as ecrit que des conneries qui ne rendent d’ailleurs pas service au Grl Ibrahim Dembele, car les gens vont penser qu’il tente “par tous les moyens de se dedouaner”

  8. BRAVO! GRAND MILITAIRE
    C’est bien de connaitre ces faits et actes du Monsieur qui serviront pour la génération à venir.
    Le MALI t’es reconnaissant pour ces faits de bravoure.
    Patience mon GENERAL, la vérité triomphera.
    En attendant REPOS GUERRIER.

  9. I Kouyaté, Mr Tougouna A Traoré. Même un griot ne ferait pas mieux que toi. I ”dancé”
    Depuis l’avènement du CNRDerrière, les Dahirou, yamoussa et consorts ont jeté leur honneur et dignité pour suivre des officiers félons comme Sanogo et Konaré ( qui a peiné pour lire le premier communiqué du CNRDerrière ). Ils ont couvert Sanogo et sa bande dans la perpétration des crimes odieux sur des bérets rouges et des bérets verts. Il doit répondre de cette trahison entre ses camarades du corps. Un soldat n’est pas un animal qui doit ” tout” exécuter…non. il doit faire la part des choses quand l’ordre donné est manifestement illégal et surtout venant des ivrognes de Kati qui ont fait chuté le ” pouls économique ” de Kati de plus de 60% en quelques mois. Ils espéraient sur leur”bâton magique” qui n’a été d’aucune utilité de protection.

  10. Est-ce lui qui a tiré sur les bérets rouges ? Cherchez les coupables et foutez-lui la paix. Qui n’a pas signé sous le contrôle de la confiance de ses collaborateurs ? Nous ne voulons plus d’injustice au MALI. Des hommes ont envoyés les militaires au feu et se cachent derrière leur lâcheté. Même Amadou Aya Sanogo qui était devant une revendication corporatiste a été entrainé par des politiciens véreux qui au lieu de respecter la constitution lui ont poussé à la dérive.

    • De toutes les façons Dahirou ainsi que tous les autres membres de l’ex-CNRDRE actuellement en prison seront tous purement et simplement relâches!Ils n’ont fait que défendre leur propre vie face à des assaillants du jour que sont les bérets rouges!La justice malienne on ne peut pas lui faire confiance puisque Abdine GUINDO qui était devant les bérets rouges ce jour est en liberté “provisoire” alors qu’il devrait être entre les mains de la justice puisque ce n’est dit nulle part que c’est eux les bérets rouges qui doivent attaquer quiconque qui fera un coup d’état au Mali.Vive l’ex-CNRDRE!Vive le général 4* AAS!!:wink:

  11. Vous etes avocat pas journsliste avec des expressions maladroites sans aucun sens,votre defense fait plus de mal que de biens a l accusé Ibrahima dembele

  12. En rappelant la sage maxime de L`Illustre Mgr Luc Sangare : il ne faut surtout pas verser l`eau du bain, en meme temps ke le bebe lui meme, dans le cadre du kokadje.
    il ya eu 100 Ibrahim Dahirou et il y en aura encore ! mais jamais, au grand jamais, un Ibrahim Dahirou Dembele, dit BRI, de la trempe de cet vaillant General, aux valeurs incontestees et incontestables, en tous lieux et en toutes circonstances! il a un merite incommensurable dont il a su faire montre sur tous les grands foyers de tension. Par ses merites, il a defendu l`honneur de ce pays, a l`interieur comme a l`exterieur du mali et meme d`Afrique! Bri, a toujours incarne la vaillance, le courage, la bravoure, adoubles du sens ine de l`honneur et de la dignite, de la responsabilite et du devoir. Les multiples distinctions militaires, decrochees ca et la, ont largement soigne l`image de marque du pays, sur le plan militaire, de l`EUTM a la CEDEAO, en passant par les hauts commandements militaires Francais, Canadiens, Indonesiens et surtout avec les Marines americains, il a su imposer le respect et la consideration pour le soldat malien. Du Lieutenant au grade de Valeurux General, Bri, a bourelingue a tous les niveaux et a surmonte tous les obstacles, eriges avec dessein ou pas, dans le but de le reduire au neant. Mais,le tout puissant a veille sur lui et les siens lors des perilleuses campagnes au cours desquelles, il etait predestine a laisser sa vie. Bilal sahaloun, Moussa ag Rhissa, Bahanga, Tekne, Gamou et Yad ag Ali dont il etait l`ennemi jure et designe comme la vermine a abattre, ont eu a reconnaitre les merites de ce digne fils, ressortissant de la grande tribu des Minianka, descendant du redoutable chef de Canton PANAMA DEMBELE de kimparna. Eh bien, la vie c`est un peu de ceci, de cela! Qu` a cela ne tienne, sachons raison garder ! Ce GENERAL merite respect et consideration! Tant ke le vent souffle, la temperature est variable !

  13. LES VRAIS CRIMINELS SONT LES POLITICIENS MILLIARDS CORROMPUS QUI ONT DETRUIT LE MALI ET ONT TENTE’ PAR TOUS LES MOYENS DE CREER UNE DIVISION AU SEIN DES FAMAS POUR RECUPERER LE POUVOIR QU’ILS ONT LACHEMENT SPOLIE’ ET PERDU!!!!!!!!!! L’OCCUPATION PHYSIQUE DU MALI PAR LES DJIHADISTES EST LE RESULTAT DE LEUR MANQUE DE VISION!!!!!!! LE COUP D’ETAT MILITAIRE DE LA JUNTE EST UN RESULTAT CONCRET DE LA MERDE QU’ILS IMPOSAIENT AU MALI!!!! ILS SONT INDIRECTEMENT LES VRAIS RESPONSABLES DE TOUTES LES CONNERIES DONT NOUS PARLONS!!!!!!
    MES CONDOLEANCES UNE FOIS DE PLUS AUX FAMILLES DES VICTIMES!!!!!
    LES VRAIS RESPONSABLES DE LA MERDE NE PEUVENT PAS AGIR COMME S’ILS N’AVAIENT RIEN A’ VOIR AVEC LA SITUATION!!!!!!!!!!
    LA JUNTE EST NE’E A’ PARTIR DE LA MAUVAISE GESTION, DU NEPOTISME, DE LA CORRUPTION ET DU MANQUE DE VISION!!!!!!!
    VOUS NOUS LAISSEREZ RESPIRER!!!!!

    • Capi.I give you some credit for that.
      Mais je te conseille de reserver le reste à l’imagination pour ne pas avoir la fatigue intellectuelle.
      Be sober.(rire)
      Chapalo gnoblô makes our Capi-General a little bit freaked. 🙄 😀

  14. Bien dit, même s il a contribue a la lutte contre la rébellion. personne n est au dessus de la loi. laissez la justice faire son travail et si rien ne lui ai reproche il sera libre. mais le griotisme ne lui profitera pas Mr le journaliste

  15. APRÈS TOUT IL FAUT QU’IL RÉPONDE DE SES ACTES
    TOUT CEUX QUI ONT CÔTOYÉ LA JUNTE SONT MOUILLES
    LE COUP D’ETAT DE 2012 N’AVAIT PAS SA RAISON
    MR TOUGOUNA AVEC TOUT LE RESPECT QUE J’AI POUR CETTE PROFESSION DE JOURNALISTE JE VOUS DEMANDE NE PLUS PUBLIER DE PAREIL ARTICLE
    FAISONS CONFIANCE A LA JUSTICE

Comments are closed.