Coopération Mali-UE : Une enveloppe de 147 milliards Fcfa pour soutenir la réforme de l’Etat et la relance économique

1

Plus de 147 milliards de Fcfa, c’est le montant de deux conventions signées avant-hier entre le Mali et l’Union européenne. Le premier est relatif au Programme d’appui à la réforme de l’Etat et à la consolidation de l’Etat de droit. Le second porte sur le nouveau Programme d’appui l’Ordonnateur national du Fonds européen de développement (FED).

Ces deux conventions s’inscrivent dans le cadre du 11ème FED signé entre le Mali et l’Union européenne à Bruxelles et qui prévoit plus de 400 milliards de Fcfa au Mali. Pour la première convention relative au Programme d’appui à la réforme de l’Etat et à la consolidation de l’Etat de droit, son objectif principal est de soutenir notre pays à travers un appui budgétaire de 144, 3 milliards de Fcfa pour la période 2015-2017. Doté d’une enveloppe de plus de 144 milliards de Fcfa, il vise la restauration de la stabilité, le renforcement de l’Etat de droit ainsi que la mise en œuvre des réformes institutionnelles et économiques profondes visant la consolidation de la démocratie et l’amélioration de la gouvernance et la relance économique.

Ces réformes sont exigées par les accords de paix d’Alger et vont concerner, entre autres, les finances publiques, la lutte contre la corruption et l’accroissement de la transparence, le renforcement décentralisation, l’amélioration de l’accès à l’éducation et de la qualité de l’enseignement.

La seconde convention avec un budget de 3,6 milliards de Fcfa vise à appuyer la cellule de l’Ordonnateur national du Fonds européen de développement (CONFED). Selon l’Ambassadeur de l’Union européenne au Mali Alain Holleville, «l’aboutissement de ces deux programmes est le signe d’un partenariat de coopération qui a su évoluer au cours de ces dernières années pour apporter des réponses concrètes et substantielles aux défis majeurs ». Le chef de la délégation européenne a rappelé que l’UE souhaite poursuivre sa coopération avec le Mali afin de l’aider à relever des défis majeurs et à améliorer les conditions de vie des populations. Alain Holleville a toutefois rappelé « la nécessité d’un suivi attentif  de l’usage fait de ce soutien à travers le respect des indicateurs retenus et le suivi des ; progrès accomplis dans la politique de développement et de réduction de la pauvreté mais aussi dans le renforcement de la démocratie et l’amélioration de la gouvernance».

Pour Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères du Mali, « ces deux conventions sont révélatrices de l’exemplarité de la coopération entre le Mali et l’Union européenne». Selon lui, le gouvernement du Mali est déterminé à mettre en œuvre les réformes structurelles. Le chef de la diplomatie malienne a aussi insisté le décaissement diligent de ces fonds qui sont très importants pour la mise en œuvre des ces réformes. Il s’est d’ailleurs réjoui de l’annonce par l’Ambassadeur européen du décaissement de 26 milliards de nos francs qui avait été sollicité par le gouvernement le 30 novembre dernier. Plusieurs ministres ont assisté à la signature de ces deux conventions.

SORO

PARTAGER

1 commentaire

  1. EMPIRIQUEMENT, C’ EST POUR CORROMPRE ET SUPPORTER, ALIMENTER LA CORRUPTION..!!
    C’ EST CA LA NATURE PROFONDE DE L’ AIDE EUROPÉENNE.

Comments are closed.