Fédération des Intervenants de la Filière Avicole du Mali (FIFAM) : Le chiffre d’affaires du secteur de l’aviculture estimé à 86 milliards FCFA en 2014

0

PouleLes membres de la Fédération des Intervenants de la Filière Avicole du Mali (FIFAM) ont  tenu, le samedi 07 novembre dernier, à leur siège à Niamakoro, leur assemblée générale ordinaire annuelle pour l’adoption des statuts et règlements, la présentation du bilan de l’année écoulée et pour renouveler leurs instances. Les travaux étaient présidés par la directrice du service vétérinaire, Mme Traoré Alimatou Koné , en présence de la représentante du ministre du Développement Rural, Salif  Diarra, du secrétaire général de l’APCAM, Gaoussou Sangaré, du représentant de la mairie de la commune VI, de la présidente de la FIFAM, Mme Sanogo Adiarata Traoré et des délégués venus de toutes les régions du Mali.

Pour la présidente de la FIFAM, Mme Sanogo Adiarata Traoré, cette assise porte  sur une double rupture notamment sur le plan organique mais aussi sur  le plan juridique. Aussi, dit-elle,  la FIFAM va changer d’appellation pour devenir ‘’société coopérative » avec  un Conseil d’administration.

« C’est justement à cet anachronisme noté dans d’autres pays de l’espace OHADA que le nouveau acte uniforme est venu répondre, un  acte uniforme procédant d’un souci du législateur de faire évoluer les structures en les renforçant et construire un droit spécial des coopératives dans le contexte communautaire polarisé sur l’harmonisation du climat des affaires » a-t-elle expliqué. Selon elle, avec la FIFAM en tant qu’une société coopérative, son périmètre d’actions est le développement rural, l’élevage mais précisément l’aviculture. Pour elle, l’aviculture à n’en pas douter est d’un poids non négligeable dans l’économie de notre pays. Elle est un véritable bassin en rapport avec la problématique de l’emploi. Un autre aspect de la rupture concerne l’interpellation des coopérateurs par l’acte uniforme de l’OHADA, tant au niveau de la FIFAM qu’à celui des coopératives de base. Elle se pose en termes de professionnalisation avec ce que cela implique, en rigueur, en dynamisme et en engagement, a-t-elle déclaré. Avant d’ajouter que  la FIFAM est devenue une véritable société qui ne saurait plus être un simple cadre de retrouvailles ou une association sans but lucratif, mais plutôt une société exigeant la souscription obligatoire de parts sociales à la recherche d’une plus value.  Il est désormais question de business a-t-elle dit.

La directrice du service vétérinaire, Mme Traoré Alimatou Koné et Salif Diarra, secrétaire général de l’APCAM  ont quand à eux salué la FIFAM pour cette innovation qui participera au développement du pays.

Par ailleurs, il  faut noter qu’en  2014, selon les statistiques-maison, le sous-secteur de l’aviculture en l’occurrence l’aviculture moderne a produit 8208 tonnes de chair blanche pour 4.240.800 poulets de chair et 737.897.040 œufs pour 2.732.952 pondeuses installées, avec un chiffre d’affaire estimé à 86 milliards de FCFA.

Aoua Traoré

PARTAGER