Edito : Coincé par orgueil

74

Religieux, société civile, CMA, SAM, SYNABEF, les médias, l’opposition politique… l’actuel régime a transformé tous ceux-ci en adversaire. Cela pour la simple raison qu’il n’écoute, n’aime pas les critiques constructives.

Sans effet face aux préoccupations de l’heure, il s’est aussitôt montré orgueilleux  devant les conseils extérieurs.

Les religieux et la société civile, ses premiers partenaires, le lâchent pour n’avoir daigné pris en compte leur préoccupation sur la crise qui secoue le Mali. Mahmoud Dicko, Haïdara et temps d’autres n’ont jamais raté une occasion propice pour étaler leur déception du comportement de ce régime qu’ils avaient d’ailleurs menacé de déposer si les choses demeuraient à ce stade précaire.

Pour la CMA, comme un long métrage, le bras de fer a fini en faveur des rebelles qui sont aujourd’hui dans la grâce du pouvoir. Alors qu’il y a deux ans et demi, le capitaine du bateau jurait rendre les égarés du nord en cendre.

Le cas des  magistrats et les banquiers,  le ton durcit.

En prime, refus de l’Etat de mettre les magistrats dans  leur droit. Et ce  simple cahier de doléance se révèle en scandale. L’Etat joue au sourd en voyant déjà à ces hommes de droit des enfants gâtés de la République. Ils ont l’indice le plus élevé, qu’est ce qu’ils veulent de plus ? Et les murmures finiront par déduire que ces magistrats  veulent faire tomber le régime.  ‘’Kabako !’’.  Les proches du régime qui sont à la base de cette confirmation, jugée calomnieuse, ont ouvert encore un autre front car les magistrats sont décidés à en découvre cette affaire.

Pour le  Syndicat des Banques et Etablissements,  il manifeste sa colère depuis un certain temps pour abus de pouvoir. Un des leurs a été injustement enfermé pour des ‘’futilités’’. Face au comportement peu honorable de l’Etat, pour raison ne pas se mêler des affaires de justice,   une grève d’une semaine se profile. Le Syndicat aussi est décidé à ne plus jamais se laisser trimbaler par un régime qui, en leur manière de comprendre, se soucie peu des autres.

Les médias, notamment  privés, ils sont sur la liste noire du régime. Cela pour la simple raison qu’ils dénoncent les agissements décevants des gouvernants. Ils jurent, par leurs actes, de les museler.

L’opposition politique. Au départ, tout le monde voyait en elle la famille des hommes à abattre car la gestion antérieure, jugée calamiteuse, du pays lui est collée. L’histoire finira par lui donner raison. Elle a prévenu, sur tous les agissements du régime,  et les conséquences sont bien visibles aujourd’hui. Malgré tout, le régime s’entête. Il veut organiser les élections communales et régionales dans un pays où tout est fragile. L’opposition dit une fois de plus non et quitte la table du cadre de concertation.

Malgré tout, le régime fonce, tête baissée,  et nous mène droit au mur.

Boubacar Yalkoué

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

74 COMMENTAIRES

  1. De quelle opposition parle Boubacar Yalkoué?
    En tout cas ce n’est pas celle que nous connaissons dans ce pays car elle n’a jamais fait de proposition concrète…

  2. 🇲🇱 🇲🇱 🇲🇱 🇲🇱 UN PEUPLE___UN PEUPLE___UN BUT 🇲🇱 🇲🇱 🇲🇱 🇲🇱

    GAGNONS UNE FOIS ENCORE ENSEMBLE, NOUS L’AVIONS FAIT EN MARS 1991 !!

    RENDEZ-VOUS LE 23 AVRIL 2016 !!! 😃 😃 😀 😀 😃 😃 😀 😃 😄 😄 😀 😀 😬 😬 😀 😀 😬 😀

    C’EST COMME ÇA QUE NOUS DEVONS NOUS UNIR POUR AVANCER ENSEMBLE. VIVE LE MALIBA !!!!! 😃 😃 😀 😀 😃 😃 😄 😄 😀 😀 😬 😀 😀 😃 😃 😀 😀 😬 😬 😀 😀

  3. Pour une fois laissons nos différents pour regarder tous dans la même direction pour que le pays soit stable et développé. Regardons à côté de nous, les autres avancent et laissent le président travailler. Le peuple malien doit encourager le président IBK pour que le mali bénéficie. les hommes ont passé et continuerons de passer donc ne forçons pas les même il faut attendre ton tour au lieux de chercher à révolter contre le régime en place.

  4. les détracteurs du régime sont des ennemies du pays qui ne cherchent rien si ce n’est que leur bonheur en oubliant le peuple malien. certains ont pensé que le régime d’IBK n’allait pas rigoureux, ils se sont trompés en voyant IBK qui encourage la rigueur, le mérite la compétence et l’expérience. et du coup ils se voient écarter car ils sont des paresseux qui veulent tout obtenir par la facilité.

    • VAS TE RÉFUGIER DANS UN PAYS LIMITROPHE AVANT LE 23 AVRIL SINON TU SERAS CUITE COMME LES AUTRES PINTADES :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: :pintade: DANS LA MARMITE DE LA RÉVOLUTION

  5. même si tu n’aime pas le lièvre il faut reconnaître qu’il court c’est le cas des opposants qui ne veulent pas accepter que le régime IBK est à la hauteur et q’avec IBK le mali bouge et avance dans la paix et le développement. nous devons faire confiance au régime.

  6. nous devons agir avec sagesse car il s’agit de la vie de notre nation il ne faudrait pas que le peuple se laisse manipuler par des ennemies du pays qui ne pense qu’à leur bonheur. si l’opposition se voir capable qu’il accompagne le président et attend 2018.

  7. Une bonne gestion ce sont des étapes à suivre c’est pas parce que les magistrats revendique qu’il faut donner tout en même temps. nous devons nous attarder sur la question du retour de la paix qui est une priorité pour le mali et non la question des magistrats.

  8. la gestion du pouvoir sous IBK est de plus en plus vu comme une gestion entachée d’irrégularité par l’opposition parce qu’il ne pouvait comprendre qu’en un temps record ce monsieur pouvais parvenir à un résultat positif actuel. IBK a une très bonne vision pour le mali nous devons le soutenir.

  9. l’opposition ne veut pas le retour de la paix et du développement du mali de par la participation de certains chefs de l’opposition dans la destruction du pays avec les ex-rebelles qui aujourd’hui le gouvernement malien et les ex-rebelles ont signé des accords de paix pour que le peuple malien soit heureux.

  10. au mali très peu de journaliste connaissent leur boulot car ils ne font qu’intoxiquer le peuple car tous sont corrompus. la presse avance des choses qui ne sont même pas fondées. il faut que les journalistes soient professionnels dans l’accomplissement de leur tâche cela permettra au peuple d’aller sur la droite ligne.

  11. Monsieur le journaliste, si vous avez rien à dire, mieux vaut fermer vos petites bouches car, vous êtes en train d’embrouillés les fans de Mali web et de Mali jet. Quel pauvre journaliste, vous faites la honte de la presse Malienne.

  12. Arrête de dire des choses inutiles car vos articles n’a aucune importance en ce moment pareille, monsieur le journaliste, la presse joue un très grand rôle dans notre société, ce sont eux qui sont à la base de toutes les informations concernant le Mali.

  13. Les sites d’informations tel que Mali web, Mali jet, Facebook, ne sont pas faites pour dires des bêtises, l’information que vous dites doit être concrète, et comportant des preuves.

  14. une presse se doit d’être professionnel avec des journalistes qui ne soient pas des mendiants pour l’opposition qui doivent faire preuve de courage et d’honnêteté, donner des informations fiables à la population, contribuer à la cohésion sociale et non de créer la division au sein de la population.

  15. Monsieur le journaliste, je te rappel qu’on est dans un pays de droit et IBK est un homme de droit car il est le chef suprême de la magistrature, alors il sait ce qu’il fait.

  16. Faire de ton ennemie un ami pour pouvoir le vaincre, la violence n’est pas la solution. Je pense que le gouvernement joue bien son jeu pour conquérir le nord par le dialogue. Courage à vous monsieur le Président.

  17. La question est de savoir pourquoi les journalistes ne font pas exactement leurs travails ?
    La réponse à cette question va nous permettre de connaitre la vérité sur la presse Malienne.

  18. Monsieur le journaliste, je te rappel qu’on est dans un pays de droit et IBK est un homme de droit car il est le chef suprême de la magistrature, alors il sait ce qu’il fait.

  19. Quand le singe veut mourir, il dit qu’il fait chaud dans la foret. Cet article montre votre faiblesse et votre incompétence dans le domaine du journalisme.

  20. Vous ne dites que des mensonges, alors arrête de dire des bêtises sur l’autorité du pays.
    Les vrais ennemis du pays sont ceux qui critiquent le président et son gouvernement.

  21. Nous avons issue d’une très bonne école, et nous avons la maitrise ce qu’on fait.
    On reconnait la capacité d’un journaliste à travers ses articles et ces idées qu’il évoque.

  22. le retour de la paix est une question de temps avec l’engagement du Président IBK dans le processus de paix. nous croyons à un retour définitif de la paix. nous devons savoir que ce régime est au travail. nous peuple malien vous soutienne.

  23. le peuple malien ne veut plus de soulèvement pour mettre toujours le pays en retard et pilier ces ressources. il est temps de se mettre au travail car seule le travail paye. attendons 2018 pour aller aux élections et non chercher à toujours renverser le régime.

  24. Je comprends les opposants qui trouvent que le régime n’écoute personne car ils ne veulent pas que le pays se développe alors que le régime est à la recherche du développement du mali. Le régime reste à l’écoute pour ceux qui veulent le retour de la paix et le développement du mali.

  25. la CMA est un ennemie du pays et donc le régime se doit de défendre son peuple et c’est ce qu’il fait. dire que le régime n’écoute personne alors qu’il travail pour le bonheur du peuple malien c’est trop dire.

  26. Le régime d’IBK accepte tout critique car avec ces critiques ils font mieux. ils travaillent pour le peuple malien qui doit beaucoup soutenir ce régime pour le développement du mali.

  27. Cet article n’est que truffé de mensonges.Les religieux sont en de bon termes avec le président IBK et ne cessent de lui apporter leur soutien et leur bénédiction pour la bonne marche du pays.

  28. SI la presse malienne veut que certains hauts cadres aient du respect pour les hommes de médias, elle doit veiller à ce que les journalistes ne fassent pas publication en insultant stratégiquement les politiques de la nation. Un journaliste doit être humble et respectueux. Yal-couille-yé, Yalkouyé je veux dire, ne me dira pas le contraire.

  29. SI la presse malienne veut que certains hauts cadres aient du respect pour les hommes de médias, elle doit veiller à ce que les journalistes ne fassent pas publication en insultant stratégiquement les politiques de la nation. Un journaliste doit être humble et respectueux. Yal-couille-yé, Yalkouyé je veux dire, ne me dira pas le contraire.

  30. Le régime d'IBK a tenu plusieurs foi plusieurs de ses promesse de campagnes. Vue la crise dont traverse le pays les mouvements syndicals doivent faire preuve de patriotisme et mettre un peu d'eux dans leur vin. IBK maîtrise la sitution et la gouvernance du pays est sur de bonne base.

  31. Ce vilain de yalcoué veut toujours créer la dissension entre le président IBK et son peuple.Un véritable rêveur.Les bons rapports que le président IBK entretient avec son peuple est inébranlable.Ce n’est pas pas ce laid de yalcoué qui pourra changer quelque chose en cela.

  32. Voilà que le gouvernement appel les partis politiques de l’opposition républicaine et démocratique sur des sujet brulantes comme les discussions sur la relecture de la loi électorale et la charte des partis politiques et les discussions sur l’agenda électoral, et l’opposition ce permet de boycotté la concertation du ministère de l’Administration territoriale. Je me demande si l’opposition malienne veut vraiment voir le Mali sortie de cette crise.

  33. Une presse tuée par l’incapacité d’analyse, est une coquille vide. Certains organes de notre presse se donnent à des critiques sans aucune preuve à l’appui. Et ces organes visent seulement à salir m’image de nos hauts cadres. Surtout ceux qui sont au pouvoir.

  34. Les opposants de cette nation n’ont absolument aucun sens de l’État. Au lieu d’aider et accompagner, en cette période exceptionnelle, les teneurs du pouvoir, ils préfèrent s’isoler dans leur camp d’opposition véreuse et affameuse du pouvoir. Peu importe les conséquences de leurs actes, la seule chose que ces opposants veulent, c’est le pouvoir.

  35. J’invite l’opposition à participer à la gestion du pays. Le faite de s’adonner aux critiques ne signifie pas faire de la construction du pays ou de boycotté les rencontres n’est pas une solution. L’opposition malienne utilise la mauvaise manière pour ce faire entendre, l’opposition empêche le pays aller de l’avant.

  36. Les détracteurs du régime en place sont des personnes payées par l’opposition qui veut coûte que coûte atteindre à IBK. C’est dans le but de s’emparer de la présidence de la république que ces hommes politiques veulent à tout prix faire du pouvoir d’IBK un pouvoir d’échec. Alors que c’est tout à fait le contraire. Soumaïla et son équipe de voyous, opposition je voulais dire, sont priés de laisser le régime en place faire son travail.

  37. De nos jours l’opposition à faillir à son devoir. L’opposition malienne a perde toute sa crédibilité car elle ne fait que attaquer le régime en place mais ne propose rien de concret. L’opposition ne doit pas que critiquer mais proposer des solutions pour une sortie de crise et bonne gouvernance du pays.

  38. Je trouve la gouvernance politique d’Ibrahim Boubacar Keïta impeccable contrairement aux deux anciens régimes. Arrivée en période exceptionnelle, il est arrivé à faire ce que ses prédécesseurs n’ont pas pu faire. L’économie malienne s’est relancée. Les opposants de cette nation pensent que l’opposition se résume aux critiques seulement.

  39. les partis politiques de l’opposition républicaine et démocratique ont boycotté cette rencontre tout en quittant la salle, ce n’est pas ainsi qu’on pourra trouver des solutions aux multiples crises dont travers le pays. Si l’opposition est aussi patriotique qu’elle le prétend elle devrait rester dans la concertation du ministère de l’Administration territoriale pour défendre ses idées.

  40. Pourquoi s’en prendre à un président qui gagne? Cette question est posée à ceux qui ne cessent de se donner aux critiques soi-disant que le Mali avance vers le mur avec la gouvernance d’Ibrahim Boubacar Keïta. Alors qu’en réalité cette nation n’a jamais connu un régime aussi engagé pour le bonheur des maliens que l’actuel.

  41. Quand une presse ne peut plus informer le peuple, elle doit disparaitre pour de bon. Si non elle risquerait de freiner le développement. C’est le cas de notre presse qui est remplie de journalistes sans aucune qualification en la matière.

  42. Je pense que l’opposition n’appelle pas à la concertation nationale mais plutôt à la haine et à la violence. Le gouvernement ne fait rien sans que la population ne soit imprégner de la situation, nous sommes dans un État démocratique avec le régime le plus démocratique que le pays n’est jamais connu.

  43. A la place d’IBK j’allais fermer la presse privée malienne, même si je sais que c’est impossible. Car elle ne joue aucun rôle d’information dans ce pays. Aujourd’hui encore le président de l’Assemblée Nationale qui indexe certains hommes de médias à cause de la maladresse. C’est ce qui n’a pas plus à ce minable Yalkouyé.

  44. Souvent il faut tenir compte de certaines choses pour pouvoir revendiquer certaines choses dans un pays qui est dans une situation de budget déficitaire. Notre pays est pauvre, s’il nous faut accorder tout cela aux magistrats, les autres fonctionnaires ou agents publics auront quoi ? J’invite le syndicat autonome de la magistrature à la modération et à la patience. Une telle lutte n’est pas digne du corps qu’il représente. Un magistrat ne doit pas être un malfrat.

  45. Ce n’est pas du jour au lendemain que les conditions d’un corps de fonctionnaires de l’Etat ou autre peuvent passer d’un niveau bas à un niveau supérieur. Il faut franchir des étapes. Les doléances sont fondées mais elles ne sont pas recevables en cette période de crise dans laquelle se trouve le Mali.

  46. Les maliens peuvent ne pas être contents de la manière dont IBK gouverne le pays et non des résultats positifs de sa gestion. Les actes posés par IBK sont considérables. La paix qui était une chose inaccessible aux maliens à cause du manque de vision de l’ancien régime est au chevet de notre pays.

  47. Personnellement, selon les statistiques et les actes patriotiques posés par Ibrahim Boubacar Keïta, je suis satisfait de la gestion du président de la république tout en tenant compte de l’état critique du pays au moment où il accédait à la magistrature suprême du pays. Ce Yalkouyé avec sa tête de cochon croit qu’IBK est surnaturel pour faire l’impossible.

  48. La confiance des maliens à l’élu suprême de la nation est considérable. De son arrivée au pouvoir jusqu’à la signature de l’accord d’Alger, les maliens étaient toujours dans le doute sur la personne d’IBK. Mais de la signature de l’accord à l’heure où je poste ce commentaire, les citoyens de ce pas deviennent de plus en plus confiants envers leur président. La société civile et les religieux sont toujours avec lui. Seulement que ces derniers voulaient faire du pouvoir d’IBK leur échiquier pour faire de ce pays un État islamique.

  49. je pense que les fronts sociales doivent prendre leur mal en patience, vue la situation dont traverse le pays on ne peut faire ce genre de revendication. Le gouvernement est au courant de cela et les fronts sociale auront tous quoi de droit.

  50. Je n’en veux pas au syndicat autonome de la magistrature pour ces revendications. Je pense que ces gens sont en train de pousser le pays vers sa fin. L’état dans lequel notre pays se trouve avec un budget, au début, déficitaire et actuellement égalitaire, je crois que les revendications des magistrats sont irrecevables. Ils sont invités à la patience. De la manière dont IBK s’est battu aux côtés d’AOK, pour faire de ces gens ce qu’ils sont aujourd’hui, il travaillera pour faire d’eux ce qu’ils être.

  51. Les magistrats doivent se calmer, ils sont conscient de la crise dont traverse le pays. La Mali en se moment à d’autre priorité plus importante que celui des magistrats. Les magistrats doivent prendre leur mal en patience le gouvernement malien prendra compte de leur revendication.

  52. Ce dont le journaliste ignore est les leaders religieux ont réaffirmer leurs soutient au président IBK. Les leaders religieux le soutien car ils ont compris que le président en dépit de ce dont racontent les détracteurs est en train de faire un travail remarquable.

  53. C’est grâce à l’implication d’Ibrahim Boubacar Keïta, lors premier ministre sous Alpha Oumar Konaré, que ce dernier a pu faire une augmentation très considérable des salaires et primes des magistrats. IBK n’est pas du genre à ne vouloir rien faire pour changer la vie des magistrats qui doivent être des incorruptibles pour le bon fonctionnement de la justice et pour offrir une vraie justice aux citoyens maliens.

  54. Tout étant perfectible l’on ne peut donc pas réussir à satisfaire tout le monde à la fois.Sinon le président IBK et son gouvernement ont fait beaucoup et continuent de faire des efforts pour améliorer le quotidien des maliens.Il faut un peu de patience .

  55. l’Etat dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs a pris un certain nombre de mesures.Je crois qu’Il faut donc que les uns et les autres soient patients le temps que ces mesures fassent effet.

  56. Déjà pris avec le dossier du nord, le président de la République et son gouvernement devront satisfaire les demandes sociales des uns et des autres.On ne donne que ce qu’on peut.Le gouvernement fait tout pour satisfaire les maliens.

  57. La majeures des critiques ne sont pas des critiques constructifs mais plutôt des critiques d’apatrides et déraisonnables. Le régime au pouvoir est plus que sensible aux dont traverse actuellement, il se trouve que le pays revient d’une crise multidimensionnelle et que les choses ne peuvent accélérer comme on le veut.

  58. le président IBK n’ a aucun problème avec les syndicalistes dont les revendications sont prises avec beaucoup d’intérêt et sont traitées depuis l’accession d’IBK au pouvoir.

  59. Je pense que les revendications doivent se faire conformément à nos textes car elles causent au passage d’énormes préjudices aux citoyens et surtout au trésor public.

  60. le gouvernement respecte ses engagements vis à vis des syndicats qui je crois doivent faire preuve de patriotisme en donnant le temps nécessaire au gouvernement de traiter leurs revendications afin d’en trouver les solutions.

  61. Les revendications des magistrats sont insensés car elles sont carrément disproportionnées.Le gouvernement n’est pas en mesure de satisfaire cette folie que je trouve égoïste.

  62. Personne dans ce pays n’a intimidé la presse encore décidé de la museler! Mais celle-ci depuis un certain temps s’adonne à des comportements vraiment déplorables. Si elle n’appelle pas à l’insurrection contre les institutions démocratiquement élus de la république; elle se lance dans des agressions verbales des autorités de ce pays ce qui n’est pas du tout normal. Il faut informer au lieu de faire de la propagande.

  63. Le syndicalisme est un droit pour les citoyens.Mais lorsqu’il devient un instrument politique pour faire du sabotage il perd tout son sens et sa raison d’être.Je pense que c’est à cela que l’on assiste actuellement au Mali ici. C’est dommage.

  64. Ces nombreuses revendications ont plus une connotation politique que sociale l’on pourrait dire.Parce que vu la crise que le Mali traverse actuellement je pense qu’il est égoïste et antipatriotique de formuler de telles revendications.

  65. Le président de la république reste le leader charismatique que nous avions connu. Boubacar Yalkoué le têtard n’est pas assez intelligent pour savoir les raisons qui ont poussées le président IBK a employer la voix du dialogue. Nous avons fait la guerre qui ne nous a apporter que désolation. Si le président a décidé d’utiliser la voie pacifique c’est parce qu’il s’est rendu compte qu’une paix obtenue au prix du sang des enfants de ce pays n’apportera pas la paix définitive. Le petit journaleux au nez évasé ne peut pas le savoir.

  66. Quelle bonne critique constructive notre opposition a pu faire dans notre pays pour que le temps leur donne raison? Des personnes qui ne font que calomnier pour se donner de l’importance; c’est ça une opposition? On peut prétendre au pouvoir mais ce n’est pas une raison de vouloir toujours faire tomber les autres en utilisant le dénigrement

  67. Ces opposants font bien de quitter le cadre de concertation établit par le gouvernement car ils n’y ont pas d’importance. Toujours des scandales pour la moindre bêtise et vous voulez que ces gens apportent quoi au développement du pays si ce n’est des embrouilles ?
    L’opposition même est souvent à la base des différents scandales fictifs qui secouent toujours la société malienne car ils n’ont pas de preuves de ce dont ils parlent. Comment peuvent-ils aider à la résolution des problèmes de notre pays ?

  68. Coincé par faux orgueil sinon comment comprendre qu’un régime cleptocrate empêtré dans toute sortes de scandales prétende être orgueilleux ?

  69. Un journaliste l’a dit: ” la moutarde est montée à la tête de nos magistrats.
    Rare sont les agents de l’état qui bénéficient de primes et autres allocations comme celles qui leurs sont attribuées. Mais leurs revendications sont de nature à montrer qu’ils n’ont absolument rien à avoir à ce que le pays aille bien ou pas. On peut demander des revalorisations à l’état mais en prenant en compte le pouls de la vie sociale de façon générale. Mais il semble que le SAM s’en foute éperdument.

  70. Moi je ne comprends vraiment pas des choses dans ce pays? Comment on peut demander à l’état de immiscer dans des affaires d’abus de pouvoir. Si des personnes ont usées des abus de pouvoir; c’est à la justice de trancher. Nous sommes dans un état démocratique où la séparation de pouvoir existe. Il ne faut pas que nos autorités se lancent dans ce genre d’intervention pour que plus tard on les traite de tous les noms et qu’on viennent nous dire que la justice n’est pas indépendante. Les banquiers peuvent faire des grèves illimitées on verra qui perdra. S’ils nous pénalisent ils auront des personnes qui en face en réponse clôtureront leurs comptes en masses on verra qui payera le plus lourd tribu.

  71. Ce n’est pas le président IBK que les magistrats voulaient faire tomber; c’est le pays tout entier qu’ils veulent mettre à feu. Imaginez-vous un instant que le gouvernement satisfasse ce genre de revendications que feront les autres travailleurs de l’état? C’est pour nous embarquer dans un bourbier indescriptible. Pourtant notre pays n’a pas besoin de ça actuellement.

  72. Les revendications sont toujours à l’ordre du jour dans toutes les organisations de la vie sociales; elles ne visent que le bien des acteurs de ces organismes. Loin de me lancer dans les considérations politiques et autres, je dirai qu’il faut faire nos revendications en prenant en compte les réalités du pays. Les revendications de nos magistrats étaient vraiment à la limite outrageuse. Il faut que les uns et les uns et les autres fassent des revendications objectives.

  73. Le régime n’a transformé personne en ennemi car toutes ses institutions à part la CMA sont celles qui forme ce que nous appelons notre état et donc comment cet état serait son propre adversaire? C’est parce que l’état accepte les critiques que certaines personnes trouvent l’occasion de dire du n’importe quoi. Ces personnes qui prétendent que le pays est dans le gouffre sont celles qui l’ont installées dans cette position et acculent les tenants du pouvoir de toute part. On ne détruit pas et mettre la pression aux autres de réparer. Le président IBK et son équipe réussiront leurs missions que ces personnes qui leur mettent les bâtons dans les roues le veuillent ou pas.

Comments are closed.