Edito : Le « Projet de découpage administratif » du ministre Ag Erlaf : Une balkanisation qui ne dit pas son nom

11

Les services techniques du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation ont fait fuiter, la semaine dernière, un document intitulé : ” Projet de découpage administratif”. Ce texte divise le pays en 20 régions et 10 communes pour le District de Bamako.

Seulement voilà: ce projet du ministre Mohamed Ag Erlaf suscite, à juste titre, beaucoup d’interrogations chez certains. Des frustrations chez d’autres. Au point que des communiqués fusent de partout pour interpeller le gouvernement. Même si comme toujours, il y’a des gens qui tombent dans l’excès, avec des grossièretés.

La question que l’on se pose est de savoir pourquoi ne pas consolider l’existant d’abord ? Du moment que les collectivités existantes manquent de façon criarde de ressources humaines et financières, pourquoi en créer d’autres ? Pour faire plaisir aux Mouvements armés ?

C’est du moins l’impression dégagée par ce projet, disons cet avant- projet. Il privilégie les zones nomades au détriment de celles des sédentaires. C’est le cas dans la région de Tombouctou où Ber et Léré seraient érigées en cercle. Ce sont des collectivités habitées par des “peaux claires”. Alors que des gros arrondissements comme Tonka,  économiquement viable est superbement ignoré.

A Gao, c’est le même scénario, avec l’érection éventuelle de quatre collectivités nomades (Achibogho, Anéfis, Essouk, Timétrine), en cercles. Aucune zone sédentaire n’est concernée.

Kidal se taille la part du lion avec 8 cercles, plus que toutes les régions du Mali. Taoudenit et Ménaka s’en sortent respectivement avec six et cinq cercles.

La conséquence au plan politique sera que chaque “communauté  blanche” du Nord du Mali aura son territoire. L’autre conséquence politicienne sera que le nord du Mali aura 32 cercles, donc, un minimum de 32 députés sur lesquels les sédentaires, majoritaires sur cette aire géographique ne dépasseront pas, au maximum, 7 élus. Ce qui pourra favoriser un jour la création de la fantomatique République de l’Azawad, avec la domination d’une minorité au détriment de la majorité, parce que les règles en vue sont iniques.

Bonjour donc la révolte, l’intolérance, la guerre fratricide. Que Dieu nous éloigne de ce scénario! Pour ce faire, cet avant projet, qui devrait être discuté à la base et non imposé, doit être rangé dans les placards du ministre Ag Erlaf, en attendant que les esprits se calment. Les législatives doivent se tenir, même en cas de report, sur la base du découpage existant. Ainsi, avant la fin du quinquennat, que les collectivités existantes soient renforcées au lieu d’aller vers la balkanisation du territoire. Un découpage administratif digne de ce nom ne pourra se faire que dans la paix, la réconciliation et le vivre ensemble. Un État affaibli ne pourra pas prendre des décisions de grande envergure. La mauvaise foi et le jeu hautement politicien ne faciliteront pas la mise en route de telles décisions. C’est pourquoi, encore une fois de plus, nous insistons dessus, le projet ou avant projet de découpage administratif doit être momentanément enterré.

Elhadj Chahana Takiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. ” … Le « Projet de découpage administratif » du ministre Ag Erlaf : Une balkanisation qui ne dit pas son nom… ” … /// …
    :
    Si même Monsieur Elhadj Chahana TAKIOU, grand défenseur du régime IBK, dénonce ce nouveau projet de découpage administratif… C’est qu’il y a bien quelque chose qui cloche… Mais évitons quand même de tout mettre sur le dos du Ministre Monsieur Mohamed Ag ERLAF. Car, il n’est pas seul dans son coin à décider de tout à l’insu du Premier Ministre et du Président IBK. Un Président IBK grand traditionaliste qui projette de donner ( sans passer devant les électeurs ) des Sièges de Sénateurs à des Chefs coutumiers à la mentalité rétrograde et esclavagiste. Allouer un salaire mensuel à rien foutre…, tout simplement parce que on serait le descendant d’un grand Untel. Et dire que les Maliens l’auraient réélu. J’en reviens toujours pas… !

  2. Pour une fois, je suis d’accord avec les analyses de mon “parent géographique” Elhadj Chahana Takiou qui dit, je le cite: “Un découpage administratif digne de ce nom ne pourra se faire que dans la paix, la réconciliation et le vivre ensemble. Un État affaibli ne pourra pas prendre des décisions de grande envergure. La mauvaise foi et le jeu hautement politicien ne faciliteront pas la mise en route de telles décisions. C’est pourquoi, encore une fois de plus, nous insistons dessus, le projet ou avant projet de découpage administratif doit être momentanément enterré”.

    En tout état de cause, je partage mon sentiment “éclairé” et en veille depuis…1988; SVP, lisez et commentez, sans modération ce qui suit:

    “En ma qualité d’aménagiste du Territoire National et des terroirs des années de la période finissante de la gouvernance GMT, je peux divulguer ce que pensaient – et écrivaient (les écrits restent, les paroles s’envolent) – les experts maliens aménagistes du Territoire (dont moi), en … 1988.

    Le nouveau découpage territorial de 20 régions ne respecte pas le principe de l’aménagement du Territoire National émis depuis 1988 et qui “découpait” le Mali en 49 Zones agro-écologiques homogènes, au triple sens:
    1) homogénéité géographique, climatique, et de relief;
    2) homogénéité de peuplement humain, socio-culturelle et anthropologique;
    3) homogénéité historique et politique.

    Ces 49 régions homogènes, qui préfiguraient une décentralisation territoriale bien avant les « Désaccords d’Alger (1992, 2006 et 2015) », se fondaient sur l’appropriation possible et souhaitable d’un territoire bien délimité par ses habitants orignaux, dispositions qui respectent le principe “qui se ressemblent s’assemblent”, le meilleur critère de choix pour un territoire “récipient” qui a la vocation politique qui permette le choix des hommes et des femmes pour manager le pouvoir politique local et régional .

    Je cite quelques noms de Territoires Régionaux Homogènes: le Guidimagha (dans la région de Kayes, contigu aux autres Guidimagha sénégalais et Mauritanien:cercles de Kayes et Yelimané), le Khasso (Kayes ), le Kaarta (Nioro), le Bélédougou (Kolokani), le Bafing-Falémé (Kita et Kenieba), le Wassoulou (Yanfolila), le Folona (Kadiolo), le Bani-Monotiè (Bougouni), le Kénédougou ((Sikasso), le Macina (Mopti), le Seno-Mango (Koro-Bankas), le Plateau Dogon (épicentre Bandiagara), le Méma-Farimaké (Léré), le Bérabich (Nord-est de la région de Tombouctou, épicentre Boujbeha), l’AKLE-AZAWAD (dans le Nord des cercles de Goundam et de Tombouctou, épicentre Taoudéni), l’Adrar-Timetrine (Kidal-Tessalit), le Tamasna-Azawak (le Iwellemenden-Daouçahak, dans la région de Menaka) le Soni-Songhoï-Tilemsi (Bourem-Gao-Ansongo), le Haïré (Douentza-Boni-Mondoro-Hambori, épicentre Hombori), le Gourma dans les régions de Tombouctou et de Mopti (de Bambara-Maoude à Tessit, épicentre Gossi), …..

    Ce qui fait que ces bonnes recommandations, couchées sur papiers périssables, écrits sur des machines à écrire de marque Olivetti – il n’y avaient pas les ordinateurs, au Mali, en 1988- émanant d’experts sectoriels non politisés, à l’époque, sont poussiéreux dans les tiroirs des bureaux des ministères, à moins que les termites ne les avaient bouffées.

    Si ces bonnes recommandations techniques de découpage territorial de 1988 ne furent suivies d’effets, ce que GMT, qui les a commandées au PIRT-Projet Inventaires des Ressources Terrestres, n’a pas eu le temps de les opérationnaliser et que son successeur AOK, le « démocrate-révolutionnaire », les avait mises en cave, ce que AOK et les Apparatchik et Nomenklatura de son parti ADEMA avaient dit que ces propositions remettaient en selle les Tribus et Cantons « territoriaux » d’avant et de pendant la colonisation, CQFD!

    Sincèrement

  3. “…Même si comme toujours, il y’a des gens qui tombent dans l’excès, avec des grossièretés….” COMME TOI DANS LES DEBATS DE DIMANCHE D’AFRICABLE?

  4. Chahana,
    Journaliste inféodé au Clan IBK.
    Tu as déjà vendu ta langue.
    Plus grave, tu as piétiné ta dignité d’homme.
    Tu es parti à la mecque avec la rançon de tes flatéries.
    Un Chien est désormais plus crédible que toi.
    Tu incarnes à la perfection ce fameux journalisme du ventre.
    Tu peux dès à présent faire des économies pour un second pèlerinage.
    Le premier a été fait avec l’argent détourné des pauvres Maliens.
    Il ressemble plus à un tourisme qu’un pèlerinage.

  5. Le célèbre LAQUAIS du CLAN IBK ne sait il pas que ce qu’ il dénonce comme étant une faveur accordée à la minorité Blanche est le résultat de l’ ACCORD d’Alger?
    Dire qu’ il faut mettre ce projet dans les placards,c’est comme dire qu’ il faut mettre L’ACCORD d’Alger dans les placards en entendant que les esprits se calment.
    Avec un pouvoir aussi illégitime que celui qui est actuellement dirigé par IBK,les esprits ne vont jamais se calmer.
    L’ACCORD d’Alger EST INAPPLICABLE CAR N’AYANT JAMAIS ÉTÉ DISCUTÉ PAR LE PARLEMENT MALIEN AVANT SA SIGNATURE.
    Il a été imposé.
    Le CLAN IBK a voulu garder le pouvoir par tous les moyens dont l’un est le soutien de la France afin de l’aider à passer en force comme elle en a l’habitude dans d’autres coins de l’ Afrique francophone.
    La contrepartie de la France est l’application intégrale de l’ ACCORD sans changer de virgule.
    IBK et SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA pensent qu’ ils peuvent affronter le peuple malien.en appliquant cet accord selon le souhait de leur maître français.
    Un des gros LAQUAIS vient de s’apercevoir que le peuple qui va certainement protester n’est pas seulement celui des grandes villes ,mais des coins les plus reculés du pays.
    La conséquence est qu’ils vont prendre les armes pour exiger la même chose.
    Dans les grandes villes,on marche,on proteste par des manifestations pacifiques,mais les villageois prennent les armes.
    On le constate avec la création de GANTAKOIS face aux touaregs,les DOGON face aux peuhls majoritaires parmi les terroristes.
    Quand on lutte politiquement pour exiger l’affirmation de la dignité de tout un peuple au sommet de L’ÉTAT ,c’est pour empêcher que certains se sentent humilier pour ensuite prendre les armes pour le plus logiquement du monde se défendre.
    C’est au sommet qu’ on permet à chacun de ne pas se sentir humilier.
    IBK en s’ abaissant aux français contribue à humilier tout un peuple car l’ancien colonisateur a toujours contribué à opposer les ethnies d’un même pays pour pouvoir défendre à l’aise ses intérêts.
    Avec l’application de l’ ACCORD d’Alger un avenir sombre attend les maliens.
    Les morts quotidiennes actuelles seront enviées quant on laisse cet accord s’appliquer.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

  6. Ainsi donc El Haj Chahana avait des yeux pour voir que l’etat du Mali est un etat affaibli! Mieux vaut tard que jamais.

  7. El hadj Chahana reconnait finalement:”Un État affaibli ne pourra pas prendre des décisions de grande envergure”.
    Donc nous sommes dans un Etat affaibli!!!
    Il faut en être conscient que nous somme dans un Etat affaibli et agir en conséquence.

  8. M ElHdaj CHAHANA, personne n’est naïf dans cette histoire d’autonomination de M IBK! ! ! ! !

    1- Soit on a coupé les ponts à beaucoup faute de la non tenue d’une promesse électorale non malgré tout le griotisme auquel on a assisté à vouloir défendre l’indéfendable pendant tout ce cauchemar de quinquenat passé de M IBK…! ! !

    2- Oubien c’est une tactique déguisée et aiguisée pour faire le faux-fuyant, qui consiste à prendre rapidement les devants pour attenuer les ardeurs de la grande majorité des Maliens qui ne veulent rien savoir de ce régime de fait. Auquel cas cette dénonciation n’est que la poudre aux yeux, pour qu’on aille pas au fond de cette histoire en se disant que même les partisans de ce régime ont à coeur d’éviter ce projet de découpage, qui contrairement à ce que l’on raconte a dit et dit bien son nom______________________!

  9. Voici que meme ElHdaj Chahana voit un peu de lumiere, mais ce n’est pas le decoupage du ministre Ag Erlaf mais de Boua IBK le president dde la Republique qui a signe les accordds d’Alger et a promis a la CMA qu’apres lui avoir aide avec la fraude il va leur aider avec le MaliZawad. L’heure de la verite est la meme ceux qui fuyaient la verite ont finallement compris qu’ils ne peuvent pas cahcer le soleil avec leurs ddeux mains. Honte a toi ElHaj et honte a Boua IBK que vive la Republiique du Mali- Un Peuple, Un But, Une Foi

    • MDR, toi aussi tu as remarqué que Yana Takoula avait un peu de lucidité. Bouffon 1er aurait dû le récompenser en le nommant ministre ou ambassadeur.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here