Edito : Se battre ou périr !

6

Pays millénaire, légendaire et braves guerriers, le Mali est embourbé dans un grand complot international. Imposé dans une guerre, le pays traverse l’un des moments les plus difficiles de son histoire. Confronté à une crise multidimensionnelle, le Mali est attaqué sur plusieurs fronts par des hommes ni foi ni loi. Après la partie septentrionale, l’insécurité s’est généralisée sur presque tout le pays et la région de Mopti est devenue un far West. Plusieurs zones de cette partie ‘’appelée Pays Dogon’’ échappent au contrôle de l’Etat central. Des villages sont sous contrôle des terroristes qui y règnent en maitres absolus, semant terreur et désolation. Chaque jour que Dieu fait, les forces armées et de la sécurité (FAMa) sont attaquées. Les civils sont tués à bout portant et tout ceci est fait dans un climat où le sommet de l’État est devenu malheureusement un cercle d’audiences et de tractations. Farabougou, un village situé dans la région de Ségou, a été assiégé pendant plus d’une semaine et coupé du monde, encerclé par des hommes armés qui en interdisent l’entrée. Quelle humiliation !

Pour porter assistance à ces villageois laissés sans défense à la merci des hommes sans foi ni loi, on parle de négociation avec des criminels sans foi ni lois et qui tuent des gens qui ne savent même pas pourquoi une guerre est au Mali. Nos militaires tombent comme des insectes à un moment où une grande coalition des forces étrangères sont installées dans notre pays pour un supposé aide à la lutte contre le terrorisme. Quelle priorité ce pays a d’autre si ce n’est de se réveiller pour face à l’ennemi ? La haute hiérarchie militaire n’est-elle pas suffisamment avertie pour déclarer l’état d’urgence et impliquer toutes les forces vives de la nation enfin de contrer cette grande menace qui n’a que trop duré ?

Le cas de Farabougou doit est une alerte à une prise de conscience, à une menace très réelle qui encercle un peuple perdu. A mon humble avis, c’est aussi un appel au rassemblement patriotique pour défendre le pays contre l’envahisseur.

En tout cas, le moment est venu pour tous les Maliens, comme le stipule notre hymne national, d’unir nos forces comme un pour faire face aux envahisseurs. Le temps est venu de sauver notre chère Patrie. Nous sommes condamnés de nous battre ou périr. La catastrophe n’arrive pas qu’aux autres. Après le nord où toute la région (Kidal) est sous contrôle des groupes armés de la CMA, la région de Mopti envahie par des terroristes, aujourd’hui ce sont presque tous les côtés de la capitale malienne, Bamako, qui sont minés et le pays tout entier est très menacé de disparition. L’heure est vraiment très grave. Il est plus temps de sortir de la distraction dans l’insouciance et de sauver notre bien commun, le Mali.

Aliou Touré

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Kinguiranke
    Si IBK avec son RPM “a détruit le Mali” c’est la faute à ALPHA OUMAR KONARE?
    Quand ce dernier a constaté qu’il n’a pas bien géré son parti,qu’il est incapable de gérer l’État aux constats de sa gestion et du gouvernement et du parti, il a cessé de le considérer comme son successeur.
    Au lieu de suivre les pas d’AOK,les maliens l’ont traité de traite,ont fini par plébisciter IBK en 2013.
    En se révoltant contre lui, au lieu de l’empêcher d’être président, ce sont les maliens qui ont mis leur pays en retard.
    En 2002,les maliens avaient le choix, au deuxième tour, entre SOUMAILA CISSE et ATT,ils ont choisi le dernier.
    Dix ans après le Mali fait face à une insécurité exponentielle,au lieu d’assumer leur manque de lucidité, ils accusent tous les hommes politiques de 1992 à aujourd’hui.
    C’EST LE PEUPLE QUI EST IMMATURE, MANIPULABLE.
    KINGUIRANKE en fait partie car quand on dit peuple, on parle de la majorité, une minorité est lucide, mais incapable d’influer sur l’attitude de la grande majorité.
    Les vingt trois ans de dictature militaire ont abruti le peuple.
    N’est ce pas idiot d’élire président de la république le président d’un parti qu’on dénonce,qu’on dit avoir façonné des fonctionnaires milliardaires?
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. Kinguiranke
    Que les partis politiques soient nés des entrailles de l’ADEMA PASJ d’ALPHA OUMAR KONARE signifie que ce parti,pendant ses années au pouvoir, a fait émerger des PERSONNALITÉS POLITIQUES entrainant une compétition très serrée pour occuper la présidence de la république.
    Pour qu’il y ait des PERSONNALITÉS POLITIQUES,il faut d’abord accepter que des cadres de ce parti montrent, dans les fonctions gouvernementales,de quoi ils sont capables.
    IL FAUT LES RESPONSABILISER, ENSUITE LEURS DONNER LE TEMPS NÉCESSAIRE.
    IBRAHIM BOUBACAR et SOUMAILA CISSE ont, grâce au leadership de l’un des hommes politiques les plus doués d’Afrique ALPHA OUMAR KONARE(il a été immortalisé par l’union africaine:une de ses salles s’appelle ALPHA OUMAR KONARE),pu étaler leurs compétences permettant aux maliens de les apprécier.
    Deux décennies les deux dominent la scène politique malienne.
    IBK vient de passer sept ans au pouvoir.
    Quel membre de son parti a t’il pu émerger de la scène politique?
    Quel membre de l’UDPM a t’il pu émerger de la scène politique malienne après plus d’une décennie de pouvoir à partir de 1979?
    Et pourtant et MOUSSA TRAORÉ et IBK avaient des hommes politiques de qualité autant compétents,sinon plus,que SOUMAILA CISSE et IBK.
    Le leadership du président de la république est nécessaire pour l’émergence des hommes politiques.
    En France, tous les présidents de la république ont favorisé l’émergence des hommes politiques dont certains ont pu accéder à la MAGISTRATURE SUPRÊME.
    Dans ce pays,ces hommes politiques ont fini par créer leurs partis sortis des entrailles du parti de DE GAULLE.
    JACQUES CHIRAC, un des hommes politiques dont l’émergence à été favorisé par DE GAULLE,a suscité le regroupement de ces partis quand il a accédé au pouvoir en 2015 qu’on a appelé UMP renommé RÉPUBLICAIN aujourd’hui.
    Quand on fait émerger des PERSONNALITES POLITIQUES, on favorise la création des partis politiques pour ceux qui veulent s’épanouir en dehors du parti.
    ON NE PEUT FAIRE ÉMERGER LES PERSONNALITES POLITIQUES QUE SI ON AGIT DANS LE SENS DES INTÉRÊTS SUPÉRIEURS DE LA NATION.
    On s’accroche à des cadres qui peuvent vous aider à satisfaire les intérêts supérieurs du Mali.
    Plus ils s’affirment, plus ils durent dans leurs fonctions.
    IBK a convaincu ALPHA OUMAR KONARE par sa capacité à ramener la sérénité dans la société malienne bouillonnante après la chute de MOUSSA TRAORÉ.
    Il a été soutenu pour cet ESPRIT D’HOMME À POIGNE que les maliens ont apprécié qui a caractérisé l’homme favorisant l’émergence de sa PERSONNALITÉ POLITIQUE.
    En aucun moment, ALPHA OUMAR KONARE n’a pensé que son premier ministre peut lui causer du tort politiquement comme on le constate avec d’autres présidents pour empêcher l’homme politique de se façonner une PERSONNALITÉ POLITIQUE.
    CHOGUEL MAIGA vient de parler de son cas personnel.
    Ministre d’IBK, on l’a empêché de poser des actes qui pouvaient lui permettre de se donner un bilan ministériel lui permettant de se façonner une PERSONNALITÉ POLITIQUE au delà de celle que lui-même a façonnée par son courage sur la scène politique.
    Ensuite, on a envoyé des contrôleurs dans son service en espérant trouver des failles pour le salir.
    ALPHA OUMAR KONARE défendait ses ministres les plus brillants,les encourageait à poser des actes en faveur du Mali,se débarrassait des plus incompétents.
    SOUMAILA CISSE est le deuxième ministre des finances d’AOK.
    Son prédécesseur était un des bailleurs de fonds de l’ADEMA PASJ, un malien de l’extérieur.
    À L’œuvre, il a montré ses limites,il a été remercié malgré sa position de bailleurs de fonds.
    L’intelligence, la qualité de gros travailleurs de SOUMAILA CISSE ont séduit ALPHA OUMAR KONARE.
    Il l’a maintenu à son poste et encouragé à faire son travail salutaire pour l’économie du Mali.
    Plus de huit ans au gouvernement, il s’est fait une PERSONNALITÉ POLITIQUE.
    Par contre, c’est l’ADEMA PASJ dirigé par IBK qui empêchait l’émergence des hommes politiques d’autres partis politiques alliés ou opposés.
    Les actions dans les mairies étaient sabotées pour les partis politiques alliés ou opposés.
    IBK agissait même au sein de l’ADEMA PASJ pour éviter toute émergence de cadres politiques qui pourraient contester son ambition de succéder à ALPHA OUMAR KONARE.
    C’est à partir de ce moment que la haine a commencé contre SOUMAILA CISSE qui n’est pas homme à se laisser influencer.
    Cette compétition politique entre deux PERSONNALITÉS POLITIQUES du parti,ALPHA OUMAR KONARE l’a encouragé tant qu’elle est saine car c’est le Mali qui en sortira gagnant.
    C’est quand elle est devenue malsaine, qu’il est intervenu.
    IBK a empêché SOUMAILA CISSE de competir en profitant de sa position de président du parti pour l’exclure des trois participants de la section de nianfunke au congrès de renouvellement du bureau.
    Un congrès extraordinaire a été demandé par le camp de SOUMAILA CISSE.
    Le quota prévu par les textes du parti pour convoquer un congrès extraordinaire obtenu a provoqué la démission d’IBK.
    Pourquoi n’a t’il pas accepté le congrès extraordinaire pour réaffirmer sa légitimité à la tête du parti?
    Il se savait incapable de battre SOUMAILA CISSE dans la transparente et la sincérité du vote.
    Il s’est victimisé en criant à la trahison.
    Kinguiranke, j’apprécie ALPHA OUMAR KONARE pour l’esprit qui l’a animé pendant ses deux quinquennats.
    Cet ESPRIT a fonctionné de 1960 à 1968,a disparu à partir de 2002.
    Cet ESPRIT, c’est agir en fonction des intérêts supérieurs du Mali en oubliant sa petite personne.
    Pendant la DÉCENNIE AOK les maliens ont connu la fierté qui leurs a manqué pendant vingt-trois ans de dictature militaire, l’ont perdu à partir de 2002 quand ce pays est devenu l’usine des otages et le terrain privilégié des trafiquants de drogue.
    À partir de 2002,les ibkistes et les MOUSSAISTES formaient la colonne vertébrale du pouvoir incarné par ATT.
    Quand ATT a commencé à toucher du doigt les conséquences de sa collaboration avec les fossoyeurs, ils l’ont abandonné en accusant ALPHA OUMAR KONARE de lui passer le témoin insinuant qu’il est aussi responsable de la situation dégradante du pays.
    Eux qui étaient très associés n’étaient en rien responsables.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  3. Comment se battre quand les leaders politiques n’arrivent pas à faire la différence entre la GESTION D’UN ÉTAT et L’EXERCICE POLITIQUE.
    ATT EST LE PRÉSIDENT QUI MÉRITAIT SOLIDARITÉ NATIONALE DANS LE BUT DE SAUVER LA NATION AU LIEU DE L’ACCUSER DES ERREURS SUCCESSIVES QUI ONT AMENÉ NOTRE ARMÉE À AFFRONTER LES JIHADISTES.
    Les critiques s’exercent après avoir sauvé le pays.
    Autour d’ATT un “rassemblement patriotique pour défendre le pays contre l’envahisseur”aurait permis de mettre en échec l’ennemi.
    GÉRER L’ÉTAT, c’est oublier les divergences politiques pour s’occuper de la nation.
    L’EXERCICE POLITIQUE, c’est agir pour affirmer ses IDÉES afin d’avoir l’adhésion d’une grande majorité de la population permettant de les mettre en œuvre.
    On ne peut exercer la politique que dans le cadre d’une nation.
    SI LA NATION EST MENACÉE, LES ACTEURS POLITIQUES DOIVENT ARRÊTER LEURS ACTIVITÉS POLITIQUES POUR SE CONSACRER À LA GESTION DE L’ÉTAT.
    En janvier 2012,l’État du Mali a été attaqué par ses propres enfants associés aux terroristes.
    Certains des hommes politiques ont vu une attaque contre le régime d’ATT.
    Une mobilisation,des communications insidieuses pour affaiblir le régime ont été engagées permettant d’être les alliés inespérés des ennemis du Mali.
    IL ÉTAIT INIMAGINABLE POUR CES HOMMES POLITIQUES ASSOIFFÉS DE POUVOIR D’ACCOMPAGNER ATT À GÉRER L’ÉTAT CONTRE LES ENVAHISSEURS.
    Seule la satisfaction de leurs envies d’être au sommet de l’État importait. on a pensé jouir de son droit d’exercice politique alors que c’est l’État qu’on a affaibli en attaquant celui qui l’incarne.
    Cette naïveté s’est confirmée après le coup d’État rendu possible par des accusations souvent gratuites, souvent fondées sur l’homme qui incarne l’État.
    On s’est précipité pour aller féliciter ceux qui viennent de rendre un service immense aux ennemis du Mali.
    Cette confusion GESTION DE L’ÉTAT et EXERCICE POLITIQUE s’est confirmée quand ceux qui attaquaient ATT ont accédé au pouvoir après la période de la transition.
    AUCUNE ACTION N’A ÉTÉ MENÉE POUR ORGANISER L’ÉTAT AFIN DE L’ADAPTER À LA NOUVELLE SITUATION.
    Se SERVIR prioritairement a été la norme de gestion adoptée.
    Les adversaires politiques qui ont contesté le coup d’État ont été rangés dans la case des ennemis du régime.
    ON A EMPÊCHÉ L’UNITÉ AUTOUR D’ATT DÈS LE DÉBUT DU CONFLIT, ON REFUSE LES SERVICES DE CEUX QUI VEULENT AIDER L’ÉTAT À AFFRONTER LES ENNEMIS.
    La notion de gérer l’État semble inconnue.
    On continue à exercer la politique, malgré la situation du pays.
    Si on ne s’occupe pas de l’État, il faut naturellement s’attendre à ce que la situation se dégrade.
    L’insécurité aux portes de kidal quand IBK a prêté serment en 2013 est aux portes de Bamako avant la fin de son quinquennat.
    Les citoyens constatant que celui,qui doit incarner l’État pour que la trajectoire puisse changer,reste toujours dans son attitude d’exercice politique reflétée pendant les législatives sont naturellement sortis pour demander son départ.
    Un coup de force par des jeunes officiers supérieurs est venu achever cette mobilisation citoyenne.
    Avec eux, on constate que cette confusion GERER L’ÉTAT et EXERCER LA POLITIQUE demeure.
    Les militaires ont même laisser attendre qu’ils ne peuvent pas collaborer avec ceux qui ont géré l’État depuis 1991 donnant l’impression qu’ils ont la légitime des urnes.
    LA LÉGITIMITÉ POPULAIRE DONNE À LA GESTION DE L’ÉTAT UNE EFFICACITÉ.
    On ne se soucie ni du passé, ni du niveau intellectuel des leaders politiques,mais de leurs légitimités soit historique(l’expérience accumulée)soit populaire(apprécié par un nombre important de la population).
    On est entrain de perpétuer les erreurs des hommes politiques qui ont empêché l’union autour d’ATT en 2012.
    L’EXERCICE DE LA POLITIQUE EST PRIVILÉGIÉ PAR RAPPORT À LA GESTION DE L’ÉTAT.
    C’est pourquoi, il est impossible “d’unir nos forces comme un pour faire face aux envahisseurs”,”de sauver notre chère patrie”
    Les maliens ne peuvent sauver leur pays que si la classe politique est unie.
    L’incapacité à taire les divergences politiques aggravées par la haine des partisans de la dictature militaire qui ont toujours voulu l’échec de celui qui n’a pas été fidèle au régime militaire préférant s’aligner du côté des manifestants de mars 1991.
    La haine de MOUSSA TRAORÉ a beaucoup contribué à empêcher l’union autour d’ATT en janvier 2012.
    La haine de ceux qui ont accompagné IBK se manifeste aussi pendant cette transition et contre les militaires, et contre les éléments du M5-RFP.
    Les militaires ayant décidé de ne pas associer le M5-RFP, la division autour de la gestion de l’État devient encore prégnante.
    Comment créer cette unité de la classe politique pendant cette transition et après les élections pour faire face à l’ennemi commun?
    La réponse à cette interrogation est le remède à la crise malienne.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Sangare, peux-tu nous dire combien de partis politiques sont nes des entrailles de l’ADEMA d’Alpha Omar Konare, une reponse a cette question va nous donner beaucoup de lecons a utiliser pour aller de l’avant et construire cette unite de la classe politique dont tu parles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here