Mali: une mentalité de parti unique

13

Pour asseoir dans leur pays les bases d’une démocratie solide et d’un développement durable, les militaires maliens doivent tout simplement prendre le temps nécessaire pour adapter la Constitution à l’âme de leur peuple. Ainsi, le travail ne sera pas bâclé, et la CEDEAO n’aura plus à accourir sans cesse, son manuel (incomplet) du bon usage politique sous le bras, tel un… médecin-après-la-mort !

Nathanaël Vittrant : c’est donc en cette fin de semaine que se tient la grande concertation voulue par le CNSP, au pouvoir à Bamako, pour mobiliser, disent-ils, les Maliens autour d’une transition consensuelle. Toute la question n’est-elle pas de savoir si ce sera acceptable pour la CEDEAO ?

Plutôt que de vivre dans la hantise de ce qui peut plaire à la CEDEAO, ou de se plier aux injonctions de partenaires extérieurs, les militaires maliens seraient mieux inspirés de se préoccuper de ce qu’il leur faut, pour apporter réellement « le salut » à leur peuple. Deux coups d’État en huit ans, c’est le symptôme d’un mal profond, que cette armée se doit de diagnostiquer, pour guérir durablement. Et peu importe, si cela doit prendre trois ans !

Le pays le plus présentable, aujourd’hui, en Afrique de l’Ouest, est le Ghana. En 1981, ce même Ghana avait pâle mine. Comme le Mali d’aujourd’hui. Il a fallu au capitaine d’aviation Jerry J. Rawlings onze ans pour en assainir l’économie et bâtir les fondations d’une démocratie crédible. Et depuis 1992, le Ghana a connu quatre alternances, sans bavure.

Rawlings avait pris le pouvoir une première fois en juin 1979, et l’avait rendu trois mois plus tard aux civils, après des élections libres et transparentes. La CEDEAO n’avait alors pas cinq ans d’existence. En 1981, Rawlings avait dû reprendre le pouvoir pour enrayer l’impéritie du gouvernement de Hilla Limann. Il décide, cette fois, d’achever le travail. Et c’est ce Ghana que l’Afrique et le monde, aujourd’hui, admirent.

Commentaires via Facebook :

13 COMMENTAIRES

  1. Constitution du Mali du 27 février 1992 – ARTICLE 121 :
    Le fondement de tout pouvoir en République du Mali réside dans la Constitution.

    La forme républicaine de l’État ne peut être remise en cause. Le peuple a le droit à la désobéissance civile pour la préservation de la forme républicaine de l’État.

    Tout coup D’État ou putsch est un crime imprescriptible contre le peuple malien.

    Monsieur J.B. Placca, la démocratie ne s’apprend ni s’applique au bout des canons. Un militaire a pour vocation la défense et la sécurité de son pays, non pas de créer des problèmes politiques à son peuple.

    Quand vous insinuez que “deux coups d’État en huit ans, c’est le symptôme d’un mal profond (…)”, votre analyse est, on ne peut plus légère, pour rester poli. Car cela peut tout aussi apparaître comme une “mentalité de gâchette facile” avec une culture d’indiscipline et de mépris de tout légalité profondément enracinée. Sinon au Sénégal voisin tout prêt, ce pays n’a jamais connu de putsch en soixante de démocratie. Et les âmes des peuples frères malien et sénégalais s’assemblent et se ressemblent tellement, qu’ils formèrent jadis une fédération politique.

    Il est évident que c’est difficile de connaître la souffrance des peuples africains quand on les abandonne à leur sort pour se plaire dans le confort d’une démocratie stable en Europe. Vraiment dommage qu’on appelle ça une intelligentsia…!

    Pensées rebelles.

  2. Admettons que le Mali, malgre l’abondance des ressources naturelles,n’a pas atteint un niveau eleve de developpement.Pour avoir une agriculture moderne,nous devons developper une culture irriguee.Nous n’avons pas d’arbre a caoutchouc domestique,ni palmier a huile.Commercer les produits des autres ,ca ne rapporte qu’au commercant.Le Malien a decouvert tres tot que seules la politique et l’administration bien manupilees peuvaient enrichir.D’ou creation de parti affairiste avec un proprietaire de parti sans programme politique mais programme d’affairisme ,d’ou des chefs de services administratifs avec des chefs de service a l’affut de l’argent.Que ca soit au Mali ou dans les organisations internationales ,j’ai eu l’interlligence d’interdire a mon peronnel de toucher l’argent .Entre le Tresor et l’employe ou le contractant ,sous-contractant,il ne devrait pas avoir d’intermediaires.Mais au Mali,le Samedi et le dimanche sont jours de travail.On passe la journee a compter des millions de francs sur de grandes tables.Si un bureaucrate n’exerce pas un metier de sacerdoce,un certain niveau d’integrite doit etre de regle.Un President qui puise de l’argent du Tresor pour construire son palais prive et personne ne dit rien.Des fonctionnaires qui ne gagnent pas $1000 par mois et qui sont millionnaires avec 30 voitures et Rien ne se passe.Pour ceux qui ont ete eleves dans la rigueur,on tombe dans la depression.Sans souhaiter un peloton d’execution,la prison a vie passee dans un puit de 20 metres de profondeur donnerait peut-etre a reflechir!
    .

  3. Autre époque autres mœurs a-t-on coutume de dire.

    Nos militaires d’aujourd’hui sont-ils du même acabit que JJ Rawlings ?

    Rappelons nous que ce même Rawlings a fait passer par le peloton d’exécution des généraux avant de procéder au nettoyage des écuries d’augias. Dieu merci le Ghana s’en porte mieux aujourd’hui.

    Alors – civil ou militaire à la retraite – à la Présidence , évertuons nous surtout qu’il soit d’une neutralité politique absolue et qu’il lui soit juxtaposé un Conseil de transition vertueux chargé du contrôle de l’exécutif transitionnel. Espérons que cette fois-ci sera la bonne pour notre pays.

    • Nos militaires d’aujourd’hui sont-ils du même acabit que JJ Rawlings ?

      Absolument pas ! Et pour pour s’en rendre compte, il faut faire un petit tour au QG des putschistes. Au lieu de penser à un sérieux plan de remise en selle du pays qu’ils ont mis à genoux, ils sont préoccupés à tenir des réunions interminables avec les responsables financiers et dilapider l’argent du contribuable à tour de bras à leurs laudateurs. Ces gars n’arrivent même pas à assumer leur putsch, et ils pensent pouvoir naïvement rouler tout le monde dans la farine pour s’agripper au pouvoir.

      Pensées rebelles.

  4. Que le CNSP prend 3-5 Ans pour faire regner l’ordre sur tout le territoire.
    La cedeao a l’image de Outtara, Conde…une une honte.
    Nous ne sommes pas obliges de les suivre.

  5. @CNSP: tout a fait d’accord avec cet article car la vie d’une Nation n’est pas a ameliorer par une prescription medicale comme la CEDEAO est en train de le faire, une ordonnance medicale basee sur des textes abstraits ne resout rien car la maladie du Mali est compliquee et complexe: une societe tres feodale, une structure politique pas democratique (voter n’est pas synonyme de democratie), lune Constitution proximative, un code electoral de prostitution, ou les valeurs morales et la vertu ont disparu, tout Malien ne cherche que pour soi avec un etat d’esprit individualiste sauvage que barbare. Les Maliens doivent se regarder dans le mirroir et se dire sans certains changements profonds ils vont garder le Mali parmi les derniers et pour toujours.

  6. To begin with for note sake constitution long before IBK resignation seem to mean very little in Mali. If constitution meant so much illegal peace agreement signed in Algiers with terrorists plus traitors would not exist plus Mali government plus military would be taking whatever necessary to eradicate terrorists is what to be done without hesitation. Then we could with credibility claim constitution now existing that was contrived by way of bribery plus in violation of people will have value.
    Point to be made concerning Mali plus political parties is that no party having under ten percent of registered voters should have input at discussion but may observe activity. It is time consuming plus counterproductive to give them independent voice when they could have voice within party meeting more sizeable group criteria. Voters should be registered as belonging to party plus what party it is they belong too. Those voters not belonging to party should be listed as not belonging plus no voter may belong to excess one party. This will make election process plus government more efficient. Too many parties create time consuming chaos that only reward is to give some stupid chance to needlessly carry out time consuming action that serve nothing of value. More to point more citizens will embrace working with those outside their group for survival or/ plus quality of survival sake if they are obligated to be member to ten percent party.
    Ubuntu need not embrace more of European ways being it is those filled with fraud ways that resulted to where we now at.
    Work smart Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  7. BRAVO !!! C est ça qu il faut pour sauver le Mali ! Quel bel exemple de J J Rawlings avec le Ghana !!! Une autre preuve que les civils ne peuvent pas assurer la bonne gouvernance vu l état du Mali : mauvais politiciens , s ils ne sont pas voleurs ( fonctionnaires milliardaires ) ils pensent que leur but n’est que de conquérir le pouvoir au mépris du patriotisme ; et population imbue d incivisme et mal formée ou génération perdue !
    Les militaires doivent prendre l exemple sur Paul Kagame et J J Rawlings : s assurer d abord que les civils sont murs avant de leurs donner le pouvoir !!!

    • BRAVO !!! C est ça qu il faut pour sauver le Mali ! Quel bel exemple de J J Rawlings avec le Ghana !!! Une autre preuve que les civils ne peuvent pas assurer la bonne gouvernance vu l état du Mali (…) [Sangre]

      Quand on ignore sa propre histoire, on va volontiers puiser son inspiration et son leitmotiv dans les chroniques d’ailleurs… Sinon, le Mali a connu un certain Modibo Kéita dont la probité et le patriotisme exemplaires dépassent de loin celles récentes de John Jerry Rawlings. Mais ce sont justement des bidasses aux ordres qui l’ont déchu, assassiné puis ensuite foutu le pays dans la merde pendant un quart de siècle. Eh oui, il y a de cela 52 ans… Hélas ! c’est si loin, qu’on ne s’en souvient même plus.

      Allez savoir combien d’officiers milliardaires il y a au sein des richissimes fonctionnaires que vous pourfendez…

      Pensées rebelles.

      • Mr Rebel je n’ai pas cité Modibo parce que il faut éviter d exclure tel ou tel en appréciant tel ou tel . Je suis fils de ministre de Modibo , je suis mieux placé sinon mieux que vous , je prefere prendre un exemple d’ailleurs que que de citer un proche . Actuellement le Mali a besoin de tous ses fils , de Modibo , Moussa jusqu à IBK . Sachez que ceux sont les anciens presidents maliens qui connaissent mieux les maliens : profitons donc de leurs expertises !!! Ce serait borné de ne pas tenir compte des autres pour s’enrichir intellectuellement ! J’aimerais bien qu’on se rencontre pour créer un espace de débats pour construire le Mali : il faut créer un cadre de débats pour bien armer la jeune génération !
        Mon contact : 96172701

        • […] je n’ai pas cité Modibo parce que il faut éviter d exclure tel ou tel en appréciant tel ou tel . Je suis fils de ministre de Modibo , je suis mieux placé sinon mieux que vous , je prefere prendre un exemple d’ailleurs que que de citer un proche.

          Monsieur, calmez-vous et reprenez votre souffle. Car le seul fait d’être “fils de ministre de Modibo”, ne fait nullement de vous un “proche” de cet illustre et défunt président, en lieu et place de votre père que celui-ci a côtoyé. Absolument pas ! En plus, comment peut-on se faire passer pour un proche de Modibo Kéita, tout en supportant la racaille soldatesque qui a ôté au Mali ce fils tant exemplaire à bien d’égards ? Au fond, il n’y a aucune nécessité de faire étalage de ses relations personnelles avec tel ou tel, donc inutile de vouloir impressionner. On est sur un forum de débat, et en la matière c’est toujours salutaire et hautement élégant de reconnaître la faiblesse de ses arguments quand on s’est royalement planté. C’est vous dites bien que : “les civils ne peuvent pas assurer la bonne gouvernance”. Eh bien, assumez vos propos en apportant le double démenti que Modibo Kéita n’était non seulement pas un civil, mais aussi qu’il n’avait pas bien gouverné. Sinon, reconnaissez alors que vous aviez raté le coche. Voilà !

          Enfin merci pour l’offre du “cadre de débat pour bien armer la jeune génération”, mais il est préférable qu’i il y ait du positif et un vrai bon sens à en tirer, au lieu d’une déroute du peuple de son histoire. Être “fils de …” ne donne aucun droit à la réécriture de l’histoire cher Monsieur.

          Pensées rebelles.

  8. Tout a fait d’accord que la vie d’une Nation n’est pas a amelioer par une prescription medicale comme la CEDEAO est en train de le faire, une ordonnance medicale basee sur des textes abstraits ne resout rien car la maladie du Mali est compliquee et complexe: une societe tres feodale, une structure politique pas democratique (voter n’est pas synonyme de democratie), les valeurs morales et la vertu ont disparu, tout Malien ne cherche que pour soi avec un etat d’esprit individualiste sauvage que barbare. Les Maliens doivent se regarder dans le mirroir et se dire sans certains changements profonds ils vont garder le Mali parmi les derniers et pour toujours.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here