Journées scientifiques de la SOACHIM : Mettre la chimie au service de la sécurité en Afrique de l’ouest

0

Ouverte le mardi dernier à la Cité universitaire de Kabala, la 20ème Edition des Journées scientifiques de la Société ouest-africaine de chimie (SOACHIM) prendra fin demain. Elles ont pour thème : « Chimie et sécurité en Afrique de l’ouest leur engagement et leur implication dans le processus de développement et de sécurisation de notre sous-région ». La cérémonie d’ouverture officielle des  travaux de ces journées scientifiques, placés sous la haute présidence du Président Ibrahim Boubacar Keita, a été présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Mahamadou Famanta.

Le  président de la SOACHIM-Mali, Lassine Sidibé, a d’abord souhaité la bienvenue à ses hôtes, tout en remerciant les partenaires dont l’apport a permis au Mali d’organiser pour la 2ème fois ces journées scientifiques.  Le choix du thème se traduit par une volonté commune de faire de la SOACHIM, une force de proposition pour le rôle de la  chimie sur la sécurisation et le développement harmonieux et durable de notre sous-région ouest africaine a t-il expliqué.

A sa suite, le secrétaire permanent de la SOACHIM a laissé entendre que pour cette édition, 12 prix d’excellence sont prévus  pour les meilleures communications orales et par affiches dans les groupes thématiques pour une valeur totale de  1 800 000F CFA. Ces journées scientifiques bénéficient aussi des prix en nature des recteurs et doyens des universités publiques du Mali pour une valeur de 1 millions de F CFA. Quant à celui du président  de l’université Nazi-boni de Bobo-Dioulasso, il est estimé à 500 000F CFA et 400 000F CFA pour le directeur général du Fonrid au Burikina Faso.

De son côté, le recteur de l’Université des sciences techniques et de la technologie de Bamako (USTTB) Watinè Diallo, dira que le choix porté sur Bamako pour abriter les présentes journées scientifiques, n’est pas fortuit. Parce que, notre pays traverse depuis des années la phase la plus difficile de son existence, depuis 1960. Mais compte tenu de cette situation troublante pour le Mali, le secrétariat permanent du SOACHIM, a tenu à ce que cette 20ème édition se passe à Bamako. Cela témoigne de la solidarité de la sous-région à l’ensemble du peuple malien.

La stratégie de la SOACHIM, c’est de prendre en compte les préoccupations suivantes a poursuivi le recteur. Il s’agit, entre autres : d’une moindre dépendance de notre agriculture des aléas climatiques ; la création d’activités et donc d’emplois urbains ; la réduction du niveau de pollution des eaux usées rejetées par les villes ; la valorisation des matériaux locaux ; la protection de l’environnement  la disponibilité et la consommation d’aliments saints. Ces quatre jours seront également mis à profit pour faire l’état des lieux de la recherche en chimie a souligné Watinè Diallo.

Après avoir avoué sa satisfaction par rapport à la prise en compte des préoccupations concrètes de nos populations, de nos Etats et de notre sous-région, par les universitaires, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, dira que le rôle d’avant-garde des sciences chimiques et disciplines assimilées dans le développement socio-économique de nos pays, sont incontournables.

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here