Conflit foncier fratricide dans la commune rurale de Diakon : Le hameau de Toukamakan démoli par une décision de justice, ses récoltes incendiées !

    1

    Les Konté  du village de Kembélé et les Baradji de Toukamakan, dans l’arrondissement de Diakon, Cercle de Bafoulabé , région de Kayes,  se réclament propriétaires d’un même champ. Les  habitants des deux villages ne sont jamais parvenus à trouver  un compromis à ce problème foncier. Cela depuis 2007. Il a fallu recourir aux juridictions compétentes.  L’affaire était d’abord devant la justice de paix à compétence étendue de Bafoulabé. Ensuite, elle a été portée devant la cour d’Appel de Kayes, enfin à  la Cour suprême.

    La démolition du hameau de Toukamakan est intervenue après une décision de justice  le lundi 18 janvier 2016.

    Ce fut un grand malheur car les villageois ont tout perdu, avec en plus leurs vivres incendiés Car tous leurs biens sont partis en fumée.  Cette opération de démolition était dirigée par Me Amady Diallo, Huissier  de justice à Kayes avec le soutien d’une trentaine de gendarmes. Le hameau de culture de Toukamakan a été fondé par Diakidjankan en 1967.

    La maison de Diakidjankan s’est vue envahie par les gendarmes sous les ordres de l’Huissier Amady Diallo. En cette période de froid tous les biens de la famille Diakidjankan furent saccagés, détruits, pour tout dire  anéantis, le feu mis au grenier.

    Personne ne peut s’opposer à l’exécution d’une décision de justice, mais brûler les vivres, les céréales,  les denrées alimentaires en cette période critique n’est pas normal. Les villageois se battent corps et âme pour assurer  leur dotation alimentaire. Aujourd’hui, chez ces pauvres citoyens c’est la désolation, c’est le désespoir.

    Les élus du cercle de Bafoulabé sont interpellés sur la question. Depuis cette action, aucune autorité du cercle ne  s’est manifestée pour venir en aide aux villageois menacés par la famine.

    Moussa Kéita

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    1 commentaire

    1. Batilly est interpellé , si nous prenons pas au sérieux la gestion foncière au Mali, un jour elle sera la source d’une insurrection,
      on en parle les autorités font comme rien ne se passe , cela est très grave ,
      Mr le premier ministre , prière de vous impliquer personnellement dans ce dossier si non le pays fera les frais un jour et on dira que vous aviez mal géré or les techniciens qui ont la charge du dossier sont limités et incapables , ils sont à la fin de leur course

    Comments are closed.