Face aux troubles du M5-RFP, IBK prend le taureau par les cornes : – la Cour Constitutionnelle bientôt dissoute – les recommandations de la CEDEAO bientôt appliquées…

8

Pour la seconde fois en une semaine et la quatrième fois en un mois, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, s’est adressé à la nation, le samedi 11 juillet 2020. Dans ce discours, le chef de l’Etat a annoncé la dissolution de la Cour Constitutionnelle afin de calmer les troubles à l’ordre public, enclenchés par le M5-RFP. Par contre, eu égard des actes de vandalisme, de saccage et pillage auxquels, ces manifestations ont abouti, le président promet que des responsabilités seront situées et que les auteurs répondront de leurs actes devant la justice.

Depuis, le vendredi 10 juillet dernier, le M5-RFP, instance dirigeante des manifestations contre le régime d’IBK a décidé de changer de fusil d’épaule. Ce regroupement socio-politico-religieux, a incité  ses manifestants à la désobéissance civile.

Cette action de désobéissance civile, qui était censée être pacifique a finalement tourné aux actes de vandalisme, de saccage et de pillage aux niveaux de plusieurs services publics. Seulement en deux jours de sa mise en œuvre, le bilan est très inquiétant.

Face à cette situation, le président de la République est sorti pour de nouveau s’adresser à la nation. Cette sortie du président IBK, est celle de sa deuxième en une semaine et sa quatrième en un mois.

En réponse à ces actes qui n’honorent guère la démocratie malienne, le président de la République promet que des mesures judiciaires seront prises. « Autant que possible, des mesures d’apaisement judiciaires seront examinées, mais tout le monde conviendra que cette fois-ci, toutes les limites du tolérable auront été atteintes et dépassées, des faits d’une extrême gravité ont été posés, qui méritent examen et assurément sanctions judiciaires appropriées » a déclaré le chef de l’Etat dans son discours.

En termes d’actes concrets pour résoudre la crise post-électorale, le président IBK, cette fois-ci, n’est pas allé avec le dos de la cuillère.

« J’ai donc décidé d’abroger le décret de nomination des membres restants de la Cour constitutionnelle et d’aller vers la mise en œuvre des recommandations issues de la mission de CEDEAO » a noté le chef d’Etat.

D’après lui, la dissolution de la Cour Constitutionnelle, va être suivie, dès la semaine prochaine de la désignation de ses membres, pour que rapidement, une cour reconstituée aide le Mali, à trouver les solutions aux contentieux issus des élections législatives.

Par rapport à la formation de son gouvernement, IBK prône encore le dialogue et une large ouverture, mais pas  à tous. «  Je continuerai  de privilégier le dialogue, avec toutes les forces vives de la nation, pour la mise en place d’une équipe gouvernementale consensuelle, composée de cadres républicains et patriotes et non de casseurs et des démolisseurs du pays » a-t-il annoncé.

Et d’ajouter avec fermeté : « J’ai toujours eu souci de la quiétude, de la paix et de la compréhension entre les enfants du Mali. Je ne changerai pas d’attitude, tel sera toujours ma raison de vivre, le Mali, quoi qu’on en ait dit, toujours le Mali est au-dessus de tout ».

Par ailleurs, l’occasion a été opportune pour le président IBK, d’apporter la bonne information par rapport àç la fausse nouvelle de l’assassinat du chef de file de l’opposition. « Je vais dire ici qu’il n’en est rien, SoumaïlaCissé est sain et sauf et Inchallah ,il sera de retour parmi nous » a-t-il promis.

Par Moïse Keïta

 

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. L’opposition veut prendre le pouvoir par la force a defaut de le prendre par les urnes… Mais IBK est bien trop fort machallah

  2. Les M5 veulent instaurer l’anarchie au Mali mais IBK leur fait bien comprendre que c’est lui le patron. Bien fait mon President !

  3. IBK a pris la bonne decision . Il faut leur montrer que l’Etat Malien est plus sacre que tout et que c’est lui qui decide et non pas l’opposition.

  4. Je pense que le Président doit décréter l’Etat d’urgence, ne serait ce que pour un temps relativement court, lui permettant de résoudre le contentieux électoral.

    • La ligne rouge a été franchie par le boucher sanguinaire, il sera capturer dans les heures à venir !

  5. J’espère que les juges maliens auront le courage de condamner les auteurs et commanditaires des morts des 10, 11 et 12 juillet dans l’indépendance totale. Le malien est foutu. On parle même pas des morts, qui les ont tués. Aucun respect envers les morts. On se soucie seulement des biens mal acquis et des bâtiments publics. Que c’est honteux de la part des responsables du pays.

  6. J’espère bien que les juges maliens auront bien le courage de rentrer dans l’histoire une fois de plus en condamnant les auteurs et commanditaires des morts des 10, 11 et 12 juillet 2020 qu’on a tendance à oublié au profit des biens mal acquis et des bâtiments administratifs.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here