Nouvelle constitution : Le ministre Coulibaly dépose son projet en juin 2021

2

Sur le chantier de la refondation de l’Etat depuis sa nomination à la tête du département créée à cette fin, Mamadou Mohamed Coulibaly annonce le projet de la nouvelle constitution pour juin prochain. C’était le vendredi 12 mars 2021 au cours d’un déjeuner de presse au Mémorial Modibo Kéita en présence de la presse.

La nouvelle constitution tiendra  compte de nos valeurs sociétales. Raison pour laquelle le ministre Coulibaly s’intéresse depuis sa prise en fonction à toutes les couches de notre société afin de recueillir leurs préoccupations.

La refondation de l’Etat s’articule autour de trois axes. Il s’agit, entre autres, la refondation de la bonne gouvernance, les réformes politiques et institutionnelles et l’adoption d’un pacte de stabilité sociale.

A l’en croire, l’Etat qui nous gère pose problème à travers sa façon de gérer les affaires publiques. Aux Maliens de s’interroger pour savoir où est-ce qu’ils vont finalement s’ils ont pris la bonne direction et qu’est-ce qui leur convient réellement. Si l’on se plaint de l’incivisme, il importe de se demander pourquoi les gens sont comme ça.  .

La bonne gouvernance, c’est de restaurer l’autorité et l’utilité sociale de l’Etat à travers la fourniture des services sociaux de base, promouvoir la citoyenneté et le civisme, à travers l’éducation et la culture, renforcer la lutte contre l’impunité et réduire le train de vie de l’Etat etc.

Pour les réformes politiques et institutionnelles, le ministre dira qu’i s’agit de parachever le processus de réorganisation territoriale, renforcer le système électoral en prenant en compte les Maliens établis à l’extérieur, élaborer et adopter une nouvelle constitution et poursuivre le chantier de la régionalisation.

L’adoption d’un pacte de stabilité sociale, selon le ministre, devrait engager le débat sur les questions de société comme le rôle des autorités coutumières et religieuses, la question de la pratique de l’esclavage ainsi que le statut de la femme.

Il s’agira aussi de relancer le dialogue avec les groupes armés radicaux maliens, engager le dialogue inter communautaire et les acteurs locaux en conflit, créer les conditions favorisant le retour des déplacés et réfugiés et accélérer le processus d’indemnisation des victimes depuis 1968.

Pour la mission du département de la refondation, il s’agit essentiellement de reconstruire la citoyenneté, le civisme et le patriotisme. Le département a déjà un agenda bien élaboré pour son plan opérationnel.

Drissa Togola

 

Le Ministre Mahamadou Mohamed Coulibaly : ‘’Il faut une refondation de la citoyenneté’’

La refondation de l’Etat repose sur la refondation de la gouvernance et de la citoyenneté, selon Mahamadou Mohamed Coulibaly, ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des Relations avec les institutions.

Le ministère de la Refondation de l’Etat, en partenariat avec les mairies et la Coordination des chefs de quartiers, a initié un programme de dialogue refondateur visant à recueillir et synthétiser les aspirations populaires en matière de bonne gouvernance. Cette initiative, dont le lancement a eu lieu le 4 mars 2021 à la Maison des Aînés, se propose d’organiser des forums citoyens dans les régions et le district de Bamako. Il s’agit d’assurer la participation et l’inclusivité de toutes les composantes de la société dans le processus de reconstruction de l’Etat et de la nation. Les causeries citoyennes dans les quartiers produiront ainsi de la matière et représenteront une expérience profitable quant à l’orientation à donner aux forums citoyens à venir. « Elles ont pour but d’offrir aux citoyen (ne) s la possibilité d’exercer pleinement leurs responsabilités dans l’organisation, la gestion et la transformation positive de leur cadre de vie. Les individus, les familles, les groupes, les quartiers doivent prendre à bras-le-corps les problèmes qui se posent à eux/elles en tant que communautés locales ou collectivités de base ; qu’il s’agisse de questions de sécurité, de civisme, de protection, d’éthique ou de toutes autres difficultés à surmonter », a expliqué le ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des relations avec les  institutions.

Refonder d’abord la gouvernance

Selon Mahamadou Mohamed Coulibaly, le travail de refondation de l’Etat repose sur la refondation de la gouvernance mais également sur la citoyenneté. «Il faut une refondation de la citoyenneté», a-t-il souligné.

Pour refonder la citoyenneté, a-t-il ajouté, il faut demander l’avis des leaders d’opinion (religieux, chefs coutumiers, membres de la société civile…). « Nous avons regroupé tout ce monde pour leur expliquer notre démarche, écouté leur sagesse pour en tirer le meilleur afin de préparer d’abord les causeries citoyennes du district et qui vont servir également de levier pour les forums citoyens dans les régions », a conclu le ministre de la Refondation de l’Etat.

Bourama Camara

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. FANGA,

    CE MINISTRE BLA’NKORO, LARBIN, NE SAURAIT RÉPONDRE Á TES QUESTIONS POURTANT ÉLÉMENTAIRES.

    CE N’ EST PLUS SUR LE CHAMP DES IDÉES QU’ IL FAUT COMBATTRE CETTE RACE D’ INVERTÉBRÉS AUX SOMMETS DE NOS ÉTATS AFRICAINS-NOIRS.

    NÉANMOINS, JE SALUE TES EFFORTS SUR LE CHAMP JURIDIQUE, MAIS CELA NE NOUS EMPECHE PAS, NOUS TRADITIONNALISTES, DE PRENDRE NOS “BAMAN GOU-AI-LAIS” QUANTIQUES-ANCESTRALEMENT ET ASSOMMER AVEC LES DIRIGEANTS-FRANCAFRICAINS LARBINS CONGÉNITAUX.

    NOUS SOMMES EN PLEIN BOULOT….AVEC DES RÉSULTATS SATISFAISANTS….

    NOUS ALLONS LES AVOIR TOUS, ONE-BY-ONE….

    LE SIMULACRE DE TRANSITION EST ARRIVÉ Á TERME, DEPUIS LA VISITE DE BAH N’DAW Á LOMÉ AU TOGO.
    C’ EST ICI MEME QUE LA FRANCAFRIQUE A DÉCIDÉ, DÉJÁ AU DÉBUT DE L’ ANNÉE 2020, DE METTRE CE DERNIER Á LA PLACE DE IBK.

    LE RÉSERVISTE FRANCAFRICAIN TRAITRE CONGÉNITAL Á LA NATION MALIENNE, A UTILISÉ ASSIMI GOITA COMME HOMME DE TERRAIN. C’ EST TOUT…! ET ON FAIT CROIRE AUX MALIENS LE CONTRAIRE…!!

    BAH N’DAW NE VA PAS NOUS ÉCHAPPER…. IL LE SAIT….. IL SE BAT AVEC CE QU’ IL PEUT EN ATTENDANT…IL EST DÉJÁ FOUTU…

    SA SUITE..?? ELLE BOUFFE ELLE AUSSI EN ATTENDANT….
    C’ EST LA PSYCHOLOGIE DES CRIMINEL: HIER ET DEMAIN N’ EXISTENT PAS, SEUL L’ INSTANT PRÉSENT EXISTE….

    LA “TRANSITION” EST FINIE….!!

    NOUS ALLONS VIDER LE LONG RANG DES RÉSERVISTES FRANCAFRICAINS TRAITRES CONGÉNITAUX….

    QUE TOUS LES ESPRITS DU MALI, DE L’ AFRIQUE-NOIRE, DÉTRUISENT DE HONTE, DE MALADIES LES DIRIGEANTS MALIENS, AFRICAINS, VOLEURS, MENTEURS, TRAITRES ET LARBINS DE LA FRANCE ET/OU DES ARABES…!!!

    AMON..! AMON..! AMON..!

    SANÉÉ ANI KONTRON…!!

  2. Le ministre risque de rester avec sa “nouvelle Constitution” sous les bras.

    Une nouvelle Constitution ne s’élabore et ne s’impose pas au peuple et à la classe politique, de surcroît par une autorité politico-militaire bénéficiant d’un faible légitimité politique et populaire.

    Il faudra aussi que le ministre disent aux Maliens quels mécanismes juridiques lui accorde la compétence de modifier la Constitution du Mali.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here