Pourquoi les Américains détestent-ils Poutine ?

4

Tucker Carlson pense le savoir. Voici ce qu’il a dit :

« … Les démocrates à Washington vous ont dit que c’est votre devoir patriotique de haïr Vladimir Poutine. Ce n’est pas une suggestion. C’est une consigne. Tout ce qui n’est pas haine contre Poutine est trahison.

De nombreux Américains ont obéi à cette directive. Ils détestent maintenant consciencieusement Vladimir Poutine. Peut-être que vous êtes l’un d’entre eux. Haïr Poutine est devenu l’objectif central de la politique étrangère des États-Unis. C’est la principale chose dont nous parlons. Des chaînes câblées entières y sont désormais consacrées. Très bientôt, cette haine de Vladimir Poutine pourrait entraîner les États-Unis dans un conflit en Europe de l’Est.

Avant que cela n’arrive, il pourrait être utile de se demander : De quoi s’agit-il vraiment ? Pourquoi est-ce que je déteste autant Poutine ? Poutine m’a-t-il déjà traité de raciste ? A-t-il menacé de me faire virer si je n’étais pas d’accord avec lui ? A-t-il transféré tous les emplois de la classe moyenne de ma ville en Russie ? A-t-il provoqué une pandémie mondiale qui a détruit mon entreprise et m’a empêché de sortir pendant deux ans ? Est-ce qu’il apprend à mes enfants à embrasser la discrimination raciale ? Fabrique-t-il du fentanyl ? »1

Carlson a-t-il raison ? Les Américains détestent-ils Poutine parce que les médias et la classe politique de Washington leur ont dit de le faire ?

Oui et non. Oui, les médias et les politiciens ont joué un grand rôle dans la diabolisation de Poutine. Mais, non, ils ne sont pas les principaux moteurs de cette campagne de dénigrement. Cette désignation appartient aux ploutocrates qui, dans les coulisses, utilisent les médias pour attaquer Poutine afin de promouvoir leur propre programme mondialiste. C’est ce qui se passe réellement : les nouvelles sont façonnées pour servir les intérêts des élites.

Après tout, que sait vraiment le peuple américain de Poutine ? Ont-ils déjà écouté ses discours ou lu ses déclarations à la suite de réunions avec d’autres dirigeants mondiaux ? Ont-ils déjà écouté ses sessions marathon de 4 heures de questions-réponses « demandez n’importe quoi » ? Ont-ils déjà lu les transcriptions de ses interviews où il s’exprime franchement sur des questions politiques, culturelles ou religieuses cruciales ?

Non, bien sûr que non. Tout ce que les Américains savent sur Poutine, ils l’ont lu dans les médias. Et c’est là le problème, car les médias méprisent Poutine. Et ils le méprisent pour la même raison qu’ils méprisent Trump, parce que les riches propriétaires des médias le voient comme une menace pour leur agenda politique. C’est tout le problème en un mot. Poutine n’est pas détesté parce qu’il est un « voyou du KGB » ou un « nouvel Hitler » ; ce n’est que du charabia de relations publiques. Il est détesté parce qu’il est un obstacle à la réalisation des objectifs géopolitiques des mondialistes. C’est le motif qui motive cette campagne de dénigrement. Poutine les a bloqués en Tchétchénie, en Ossétie du Sud, en Syrie et maintenant en Ukraine. Il a fait dérailler leur grand projet de « pivot vers l’Asie » et d’encerclement de la Chine par des bases militaires américaines. Il a été une épine dans leur pied pendant la majeure partie de deux décennies et il a mis un frein à leur projet fou d’écraser les centres de pouvoir émergents et de diriger le monde pour le siècle à venir. C’est pourquoi ils le détestent, et c’est pourquoi ils utilisent leurs médias pour que vous le détestiez aussi. Regardez ce tableau tiré d’un rapport récent de Pew Research :

Un graphique linéaire montrant qu’un nombre record d’Américains disent ne pas avoir confiance en Poutine.

Pew Research : « Le président russe Vladimir Poutine reçoit des évaluations lamentables, avec seulement 6% des adultes américains exprimant leur confiance en lui après sa décision d’envahir l’Ukraine – un plus bas historique dans les enquêtes remontant à près de deux décennies. La grande majorité des Américains (92%) ont peu ou pas du tout confiance dans la gestion des affaires mondiales par Poutine, dont 77% qui n’ont aucune confiance »2.

Êtes-vous surpris ?

Probablement pas, après tout, l’enquête de Pew ne fait que confirmer ce que nous savons déjà, à savoir que Poutine est largement honni aux États-Unis et dans tout l’Occident. Mais ce que le rapport omet de mentionner, c’est la mesure dans laquelle Poutine est admiré en Russie et dans le reste du monde. Regardez ça :

« Selon Statista, Poutine détient une cote d’approbation très favorable parmi les Russes, qui se situe en moyenne entre 84% en août 2022, et 79% d’approbation par les citoyens russes et les binationaux détenant à la fois des passeports russes et américains, malgré l’invasion russe de l’Ukraine ». (Wikipedia)

84% est dans la catégorie des poids lourds ! Aucun autre dirigeant dans le monde aujourd’hui ne peut revendiquer 84% d’approbation du public. Et ce qui est encore plus incroyable, c’est que – après 20 ans au pouvoir – l’écrasante majorité des Russes le soutiennent toujours. Comment cela est-il possible ? Comment un bureaucrate modeste et effacé peut-il devenir le dirigeant russe le plus apprécié et le plus populaire de tous les temps ?

Voici un extrait du même article :

« Les observateurs considèrent que les taux d’approbation élevés de Poutine sont la conséquence des améliorations significatives du niveau de vie et de la réaffirmation de la Russie sur la scène mondiale qui se sont produites au cours de son mandat…

Un sondage conjoint réalisé par World Public Opinion aux États-Unis et le Levada Center en Russie vers juin-juillet 2006 indiquait que « ni le public russe ni le public américain ne sont convaincus que la Russie se dirige dans une direction antidémocratique » et que « les Russes soutiennent généralement la concentration du pouvoir politique de Poutine et soutiennent fortement la renationalisation de l’industrie pétrolière et gazière russe ». Les Russes soutiennent généralement le parcours politique de Poutine et de son équipe. Une enquête de 2005 a montré que trois fois plus de Russes estimaient que le pays était « plus démocratique » sous Poutine qu’il ne l’était pendant les années Eltsine ou Gorbatchev, et la même proportion pensait que les droits de l’homme étaient meilleurs sous Poutine que sous Eltsine ». (Wikipedia)

Ainsi, selon le peuple russe, Poutine est largement responsable de la prospérité économique de la Russie, de l’amélioration du niveau de vie, du partage des revenus pétroliers, de l’amélioration des droits de l’homme et du renforcement de la démocratie. Ils soutiennent également à une écrasante majorité l’opération militaire de Poutine en Ukraine (87%). Alors, comment expliquer l’énorme disparité entre l’opinion du peuple russe sur Poutine (plus de 80% d’approbation) et celle du peuple américain (92% n’ont pas ou peu confiance en lui) ? Soit les Russes sont extrêmement bêtes et crédules, soit les Américains sont les moutons les plus faibles d’esprit et les plus endurcis de la planète ? Qu’en est-il ?

Depuis environ 17 ans, les médias crachent les mêmes inepties calomnieuses (visant Poutine) qu’en 2005 et 2006. Le saviez-vous ? Saviez-vous qu’à une époque, les élites occidentales et leurs médias de salon aimaient bien Poutine et pensaient que c’était un dirigeant avec lequel ils pouvaient travailler ? En d’autres termes, ils pensaient que Poutine serait un autre larbin docile comme Eltsine, éternellement ivre, qui a plongé le pays dans une « thérapie de choc » et a permis aux économistes occidentaux de vendre les actifs, les industries et les ressources les plus précieux du pays à des oligarques suceurs de sang qui les ont achetés pour quelques piécettes. C’est ce qu’ils espéraient, un autre lèche-bottes prêt à vendre son pays pour s’attirer les faveurs de l’Oncle Sam. Au lieu de cela, ils ont eu Poutine, un chrétien fervent, un conservateur inébranlable et un patriote russe féroce.

Pouvez-vous comprendre pourquoi ils le détestaient ?

Et parce qu’ils le détestaient, ils ont ordonné à leurs médias de vous le faire détester aussi, comme ils l’ont fait avec Saddam, Kadhafi, Kim Yong Un et tous ceux qui se mettent en travers de leur chemin. Nous connaissons tous l’exercice maintenant, et il commence toujours par l’assassinat du personnage ; la campagne de diffamation requise qui est conçue pour persuader le public de haïr les ennemis des élites.

Mais voici quelque chose que vous ne saviez probablement pas. Vous ne saviez probablement pas que la diabolisation de Poutine remonte à un moment et un lieu précis.

C’est vrai. Il y a des années, j’ai étudié la question et voici ce que j’ai trouvé.

L’ancien sénateur John Edwards et le membre du Congrès Jack Kemp ont été nommés à la tête d’un groupe de travail du Council on Foreign Relations (CFR) chargé de déterminer si un « partenariat stratégique » avec la Russie était encore possible à la lumière des politiques que Poutine avait adoptées et qui entraient en conflit avec les objectifs géopolitiques plus larges de Washington. À leur retour de Moscou, Kemp et Edwards ont publié un article intitulé « La mauvaise direction de la Russie » (mars 2006).

Les auteurs ont décidé qu’un « partenariat stratégique » avec la Russie n’était plus possible parce que le gouvernement de Poutine était devenu de plus en plus « autoritaire » et que la société russe était de moins en moins « ouverte et pluraliste ». L’ironie de ces observations n’a pas échappé aux analystes qui ont réalisé que les États-Unis n’ont aucun problème à s’allier avec les pays les plus autoritaires du monde, y compris l’Arabie saoudite qui a procédé à l’exécution de 81 hommes en un seul week-end (en 2022). Et nous devrions également noter que les 81 hommes ont été décapités, ce qui souligne encore la barbarie des dirigeants que Washington considère comme ses meilleurs amis.

Ce que nous voulons dire, c’est que la « haine de Poutine » et l’assassinat de son personnage remontent à un moment et à un endroit précis, lorsque les élites américaines de la politique étrangère ont décidé que Poutine n’allait pas être la « partie prenante responsable » qu’elles espéraient. Il n’allait pas claquer des talons et rentrer dans le rang comme beaucoup d’autres alliés. En fait, Poutine avait montré sa volonté de commettre – ce que les mondialistes considèrent comme le seul crime impardonnable – c’est-à-dire de faire passer les intérêts nationaux de son propre pays avant ceux de la cabale bancaire internationale. C’est, bien sûr, le plus grand « non » de tous. Voici un court extrait de « La mauvaise direction de la Russie » :

« Quinze ans après l’effondrement de l’Union soviétique, « les relations américano-russes vont clairement dans la mauvaise direction », constate un groupe de travail indépendant sur la politique américaine à l’égard de la Russie, parrainé par le Council on Foreign Relations. « La contestation évince le consensus. L’idée même d’un « partenariat stratégique » ne semble plus réaliste », conclut-il…

… Alors que le président Bush a fait de la démocratie un objectif de la politique étrangère américaine, le système politique russe devient de plus en plus autoritaire, selon la Task Force. « Le bilan politique des cinq dernières années est extrêmement négatif »…

« La coopération entre les États-Unis et la Russie peut aider les États-Unis à traiter certains des problèmes les plus difficiles auxquels nous sommes confrontés », a déclaré M. Edwards. « Pourtant, malheureusement, la coopération devient l’exception, et non la norme. Ce rapport est un signal d’alarme : nous devons remettre les relations américano-russes sur les rails pour relever les défis auxquels nos deux pays sont confrontés ».

Dans le même ordre d’idées, le rapport affirme que « bien que le président Poutine préside au recul de la démocratie russe, les États-Unis devraient travailler avec lui pour empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires et empêcher les terroristes d’attaquer son pays ou le nôtre »…

« Depuis la fin de la guerre froide, les administrations américaines successives ont cherché à créer une relation avec la Russie qu’elles ont appelée un « partenariat ». C’est le bon objectif à long terme, mais ce n’est malheureusement pas une perspective réaliste pour les relations américano-russes au cours des prochaines années », indique le rapport.

À court terme, les États-Unis doivent voir la Russie telle qu’elle est aujourd’hui. « La véritable question à laquelle les États-Unis sont confrontés dans cette période n’est pas de savoir comment faire fonctionner un partenariat avec la Russie, mais comment faire en sorte qu’une coopération sélective – et dans certains cas une opposition sélective – serve des objectifs internationaux importants », conclut le rapport »3.

Le rapport indique le moment précis où les élites occidentales ont abandonné Poutine et l’ont (en gros) jeté sous le bus. Et la raison pour laquelle elles ont renoncé à lui, c’est parce qu’elles ont pu constater qu’il était un véritable patriote russe. Le patriotisme est l’ennemi mortel du mondialisme, car les patriotes ne peuvent être « retournés » et les élites le savent. Elles savent que vous ne pouvez pas changer fondamentalement un homme qui aime son pays. Ces hommes ne sont pas « à vendre » et ils sont incorruptibles. Toute personne qui place le pays au-dessus de l’agenda mondialiste – notamment les Américains MAGA – est l’ennemi mortel des mondialistes. Et c’est pourquoi les élites enrôlent toujours des hommes-filles à la mode comme Justin Trudeau et Emmanuel Macron pour faire leur travail, parce que ce travail nécessite des hommes faibles et sans principes qui sont prêts à s’avilir pour servir leurs maîtres.

Mais qu’est-ce qui a convaincu les élites que Poutine était une cause perdue qui serait toujours une menace pour leur agenda ?

Heureusement, nous connaissons la réponse à cette question car les auteurs ont énuméré leurs objections sous quatre rubriques principales. Les voici :

1. La dé-démocratisation : Le rapport constate que les institutions politiques russes deviennent « corrompues et fragiles ». En conséquence, « la capacité de la Russie à répondre aux problèmes de sécurité d’importance fondamentale pour les États-Unis et leurs alliés est réduite. Et de nombreux types de coopération – de la sécurisation des matières nucléaires au partage des renseignements – sont sapés ». (Mon commentaire – En d’autres termes, Poutine n’était pas disposé à imposer des sanctions supplémentaires à l’Iran, ne soutiendrait pas l’indépendance du Kosovo (qui n’a jamais obtenu l’approbation de l’ONU) et a refusé de soutenir la guerre en Irak. En résumé : Il a refusé de suivre les guerres génocidaires de Washington et la redivision arbitraire du Moyen-Orient. C’est pourquoi on l’a surnommé « l’allié peu fiable »).

2. L’approvisionnement en énergie : « La Russie a utilisé les exportations d’énergie comme une arme de politique étrangère : en intervenant dans la politique de l’Ukraine, en faisant pression sur ses choix de politique étrangère et en réduisant les approvisionnements vers le reste de l’Europe. La réaffirmation du contrôle gouvernemental sur le secteur énergétique russe augmente le risque que cette arme soit à nouveau utilisée ». (Mon commentaire – C’est vrai, Poutine a pris le contrôle du plus grand bien public de la Russie – le pétrole – et l’a utilisé pour augmenter le niveau de vie de tous. La privatisation est le Saint Graal du capitalisme occidental et, naturellement, Poutine a été condamné pour son comportement errant. On lui a également reproché de « réduire l’approvisionnement du reste de l’Europe », ce qui est également vrai. Il a coupé les approvisionnements en gaz de l’Ukraine après que cette dernière ait siphonné à plusieurs reprises le gaz des gazoducs et refusé de payer le gaz qu’elle avait déjà consommé. Les auteurs semblent penser que la Russie devrait donner son gaz gratuitement, mais ce n’est pas ainsi que fonctionnent les économies capitalistes).

3. La guerre contre le terrorisme : Le groupe de travail constate « un effort apparent de la Russie pour restreindre l’accès militaire des États-Unis et de l’OTAN aux bases d’Asie centrale », un signe que la Russie s’éloigne de l’idée que « le succès en Afghanistan sert un intérêt commun ». (Mon commentaire : Poutine a été extrêmement conciliant en permettant aux troupes et aux armes américaines de traverser la Russie pour se rendre en Afghanistan. Ce à quoi il s’est opposé, ce sont les révolutions de couleur soutenues par la CIA que Washington a appuyées dans toute l’Asie centrale afin d’installer ses propres gouvernements fantoches ouvertement hostiles à la Russie. Il s’est également opposé au soutien secret de Washington aux terroristes tchétchènes. Était-ce déraisonnable ?)

4. La Russie accueillant le G8 : « Un pays qui, en l’espace d’une seule année, a soutenu une fraude massive lors des élections de son plus grand voisin européen et l’a ensuite puni pour avoir mal voté en lui coupant son approvisionnement en gaz doit être au moins en probation informelle lors d’une réunion des démocraties industrielles du monde ». (Mon commentaire : La Russie suit une politique stricte de non-intervention dans les affaires intérieures des autres pays. Aucune des allégations d’ingérence électorale n’a jamais été prouvée. Bien au contraire, au cours de l’enquête de 3 ans sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016, Robert Mueller n’a pas été en mesure de trouver la moindre preuve à l’appui des allégations bidon. En revanche, les interventions clandestines, les coups d’État, les assassinats ciblés et les invasions militaires à grande échelle de Washington ont été largement documentés et étayés. Aucun pays au monde ne s’est jamais autant immiscé dans les affaires d’autres gouvernements souverains que les États-Unis.)

Ce sont en grande partie les questions sur lesquelles les auteurs ont décidé que Poutine allait dans « la mauvaise direction ». Il ne soutiendrait pas leurs interventions militaires inconsidérées, il ne livrerait pas le pétrole russe à des oligarques rapaces, il ne détournerait pas le regard lorsque les gouvernements de son voisinage seraient renversés par Washington l’un après l’autre, et il ne saluerait pas et ne claquerait pas des talons lorsqu’il recevrait ses ordres de Washington. Ce sont les raisons pour lesquelles il est vicieusement attaqué dans les médias et considéré comme l’ennemi de sang de Washington. Il a tout simplement refusé d’être leur laquais, et c’est pourquoi ils ont passé les 17 dernières années à essayer de le détruire.

source : The Unz Review

traduction Réseau International

Via: https://reseauinternational.net/

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. La bonne question est de savoir pourquoi chez nous des personnes se disant patriotes agitent le drapeau de la russie et le portrait de poutine au lieu de le faire avec le drapeau de leur pays. C’est quelque chose bien inquiétant sur la manière dont le patriotisme est pensé. Ceci explique sans doute le manque d’entrain de ces jeunes “patriotes” pour s’engager dans l’armée. C’est bien triste et laisse peu d’espoir pour l’avenir.

  2. “Pourquoi les Américains détestent-ils Poutine ?”

    Ah bon??
    Il n’y aurait donc QUE les américains qui détestent ce porc ???😅😅😅😅😅😅😅😅

  3. Les Américains nous détestent nous tous, car pour eux le capitalisme mondial est la solution, tres simple et tres idiot comme le KFC ou le McDonald alors aux Américains de comprendre que le monde n’est pas unipolaire mais multipolaire!

    • C’est vrai que vous aimez bien la poutine canadienne. Il se fait tard pour vous. Vous devriez prendre vos médicaments et aller vous couchez. Vous rappelez-vous où vous habitez ?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here