Accord d’Alger : La CMA d’accord pour la relecture mais…

8

« Il ne faut pas que l’on pense que la relecture de l’Accord d’Alger va être faite pour une simple partie et laisser les autres parties. Toutes les trois parties signataire de l’Accord ont des revendications qu’elles veulent mettre dans l’Accord. Il ne faut rouvrir l’Accord à une relecture. C’est une boite à pandore qu’il faut carrément éviter », ont alerté les membres de la CMA présents à Bamako lors d’une conférence de presse à la Maison de la Presse le dimanche dernier.

 

Ils étaient entre autres Attaye Ag Mohamed chef de la délégation, Med Almaouloud Ould Ramadan, porte parole, Sidi Ag Baye et Tilla Ag Zeïni tous membres de la délégation de la CMA présents à Bamako pour la mise en œuvre de l’Accord  face à la presse pour les 6 ans de la signature de l’Accord issu du processus d’Alger.

Sur la question de la relecture de l’Accord d’Alger, les membres de la CMA présents à la conférence sont unanimes que cette possibilité est une boite à pandore qu’il ne faut jamais ouvrir. Selon leur porte-parole Almaouloud Ould Ramadan, toutes les parties signataires ont des revendications qu’elles veulent mettre. « La relecture de l’Accord de paix nous permettra, nous aussi de ramener tout ce que nous n’avons pas pu y mettre à Alger », a-t-il souligné. « Aucune partie n’est satisfaite de l’Accord. Nous c’est la communauté internationale qui nous a forcés à signer l’Accord. Nous ne voulions pas signer », a laissé entendre Tilla Ag Zeïni.

Pour les membres de la délégation, l’Accord prend déjà en compte les grands aspects qui sont la souveraineté de l’Etat, l’unité nationale, l’intégrité territoriale et la forme républicaine de l’Etat. « Si une des parties estime qu’un de ces domaines est violé, la partie peut saisir le Comité de Suivi de l’Accord (CSA) pour la modification », a expliqué Attaye pour démontrer les raisons et la procédure qui pourront amener l’Accord à être modifié. Sans ces domaines, aucune autre modification.

« Cette relecture risque d’ouvrir l’Accord à d’autres négociations qui n’aboutiront pas. Cela entrainera la non application de l’Accord », ont avancé les conférenciers avant d’avertir que cette non-application aura pour conséquence la reprise des hostilités notamment entre le Mali et les groupes armés. « Tout engagement politique, tout conflit qui génère et qui n’a pas été traité a donc pour conséquence le retour du conflit. C’est un principe universel. Cet engagement n’est pas tenu, on ne peut pas garantir qu’il n’y aura pas problème », craint Attaye Ag Mohamed, le chef de la délégation.

Par contre la CMA reste optimiste à travers la transition. « Le gouvernement de Transition à travers le Président de la Transition ne nous a pas montré un sentiment de refus par rapport à l’application de l’Accord. Il ne nous a pas sorti quelque chose qui porte à croire qu’il n’a une volonté de la faire », a révélé M. Attaye en appuyant ses propos par l’expression du Président de la Transition, Colonel Assimi Goïta « une mise en œuvre efficiente de l’Accord d’Alger ». La CMA se dit prête à aller défendre l’Accord jusque devant le CNT.

La CMA arrive aujourd’hui à organiser une conférence de presse à Bamako et livrer leur opinion en toute liberté et sécurité. « Cela prouve que le tabou est levé et que la confiance commence à s’installer », a reconnu le chef de la Délégation Attaye Ag Mohamed.

Koureichy Cissé

 

 

 

 

ACCORD DE PAIX D’ALGER

Six ans après la signature, les problèmes de sa mise en œuvre

 

Signé le 15 mai 2015 puis paraphé le 20 juin de la même année, l’Accord de paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger six ans après sa mise en œuvre fait l’objet de beaucoup de commentaires.

 

Après le forcing raté de l’armée malienne de prendre la ville de Kidal, bastion de la rébellion et qui a tourné au fiasco. Les autorités d’alors ont initié des pourparlers en Algérie avec les ex- rebelles de la  (CMA) sous la houlette de la communauté internationale et après neuf mois de ronde qui ont permis aux deux parties d’acter le cessez-feu sur le terrain. Á la demande des autorités maliennes, la signature officielle de l’Accord a été faite à Bamako, le 15 mai 2015 et le 20 juin de la même année, pour ceux qui étaient retissants.

Six ans après  sa signature, l’Accord de paix issu du processus d’Alger continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive par ceux-là mêmes qui ont apposé leur signature. Et si on doit faire un bilan des six ans excepté un cessez-le-feu correctement observé entre les groupes armés signataires et l’armée malienne, sa mise en œuvre demeure toujours un obstacle malgré les différents CSA et  quand on fait une analyse les raisons de ces obstacles sont dues à la mauvaise foi des acteurs (groupe armée et l’Etat) qui jouent souvent à l’amateurisme d’une part et d’autre part un manque d’appropriation de ce document par la population. Ce qui fait qu’on a plus des réfractaires autour de l’Accord.

Raison pour laquelle aujourd’hui, d’Accord se trouve paralysé, aucune réforme majeure  n’ayant pu être mise en place alors que les ex-séparatistes, non désarmés, se sont renforcés et dominent militairement aujourd’hui le nord du Mali et prêtent main forte aux groupes terroristes qui sévissent au Sahel.

D’ailleurs c’est ce qui a poussé l’ex-président nigérien, Mahamadou Issoufou à dire que le doute n’est pas permis, la mise en œuvre de l’Accord déstabilise la région et que : « Kidal est une menace pour la sécurité intérieure du Niger. »

L’assistanat  de Sidi Brahim Ould Sidatt, qui a signé  la version amendée de l’accord algérien au nom de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a créé la douche froide au sein des partenaires engagés pour la recherche de la paix et la stabilité au Mali.

Avec l’arrivée d’Abdoulaye Oumar Diop, au département des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, et qui est l’artisan de cet Accord, on espère qu’il va donner un coup de fouet pour sa mise en œuvre.

Ousmane Mahamane      

 

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. Certains disent que l accord d Alger si il est appliqué va poser des problèmes mais je dirai aussi que son non application aussi va engendré beaucoup de conséquences pour la paix .Si les signataires sont d accord pour le réviser tant mieux s ils veulent la déchiré et la mettre au poubelle c est leur affaire.L accord est sans ambiguë sur le respect de l unité ,le respect de intégrité territorial du mali et de sa souverain c est clair sauf peut être ceux qui ne comprennent pas français. Dire que cette accord va divisé le mali c est accordé du crédit au thèse séparatiste de la cma ,c est faire une propagande pour eux ,faire de la publicité pour une utopie .La création d un état respecte des critères Aucun de ses critères n est en place même d ici plus de mille .ceux qui parlent de partition du mali défendent inconsciemment les séparatistes de la cma .L ONU ,la CEDEAO ,l ua ,UE garants de l accord n accepteront jamais la création d une entité illégitime historiquement ,démographiquement ,politiquement et économiquement .Ni l Algérie aussi n acceptera cette état chimérique pour beaucoup de raison. L accord prend en charge la gouvernance locale des régions du nord a cause de leur situation spécifique .Un état azawad c est de l illusion car la majorité des malien du nord ignore ce nom azawad il savent le nom Sibérie mais azawad ne leur dit rien si c est un nom imaginaire. L accord va prendre encore du temps et il y des acquis même si ils sont insuffisants .Aux autorités actuelles de ne pas tomber dans le piège des ibk et surtout de ne pas ouvrir un autre front pour les fama.Dialoguons avec nos frères égarés ( idées séparatiste) pour une mali uni mais qui prend en compte la diversité du pays ,et une gestion plus locale des région périphérique pour une équité territorial

  2. La CMA arrive aujourd’hui à organiser une conférence de presse à Bamako et livrer leur opinion en toute liberté et sécurité. De la même façon Kidal doit s’ouvrir aux autorités maliennes pour parler aux habitants de Kidal qui sont maliens et qui resteront maliens. Cela facilitera la mise en œuvre intelligente de l’Accord pour la paix et la réconciliation (APR) issu du processus d’Alger. Sinon nous allons nous entretuer pendant cent ans et le Mali va demeurer.

  3. ” …l’Accord prend déjà en compte les grands aspects qui sont la souveraineté de l’Etat, l’unité nationale, l’intégrité territoriale et la forme républicaine de l’Etat… ” …///…

    :
    Oui…, mais tout ça est fragilisé par une ‘’ Régionalisation trop poussé ‘’ , qui, à terme peut aboutir à la partition de notre pays… !

    Vivement le Mali pour nous tous.

  4. ” … Nous c’est la communauté internationale qui nous a forcés à signer l’Accord. Nous ne voulions pas signer », a laissé entendre Tilla Ag Zeïni… ” …///…

    :
    C’est pareil pour les Autorités d’alors de notre pays…
    C’est la COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE a obligé IBK à faire signer cet ” ACCORD ” par son Gouvernement.
    Si c’est la COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE qui nous a tous forcés à signer cet ” ACCORD ” qui est devenu un boulet pour notre pays… Vous ne trouvez pas que c’est une raison
    de le revoir et de faire ce qu’il y a de mieux pour notre PATRIE à nous tous Maliens… ???

    Vivement le Mali pour nous tous.

  5. Vous parlez d’avancée quand la CMA tient une conférence de presse a Bamako!? Et le Gouvernement du Mali ne peut tenir quoi que se soit a Kidal !

  6. « Tout engagement politique, tout conflit qui génère et qui n’a pas été traité a donc pour conséquence le retour du conflit. C’est un principe universel. Cet engagement n’est pas tenu, on ne peut pas garantir qu’il n’y aura pas problème ».
    CE “RETOUR DU CONFLIT…” EST SANS DOUTE LA SEULE SOLUTION A CETTE REBELLION MUE EN DJIHADISME, PAS CE MAUDIT ACCORD…

  7. Those of illegal plus unconstitutional agreement are filled with deceitful shit. We all know where those who deserve nothing get much they are happy whether they admit it or not. That is gift terrorists/ jahadists are receiving while Negroid citizens of Mali get nothing. Stupids will not make it. Their free ride is over. For Malian government to hold to that illegal plus unconstitutional peace agreement that allow IBK ass kissers, europeans, Tuareg plus Arabs to steal wind, solar plus oil resources of North Mali for their own wealth is action worthy of war. This illegal plus unconstitutional action is betrayal by IBK plus any Malian government that implement it. It is worth visit to Shagari family by me seeking partnership that correct Malian government plus petty foreign ass kissing elite that lead Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here