Processus de paix : Moussa Mara démolit l’accord d’Alger à Paris

113
Moussa Mara
Moussa Mara

Selon la Lettre du continent n°717 du mercredi 11 novembre 2015, de passage à Paris début novembre, l’ancien premier ministre malien, Moussa Mara, a évoqué auprès de plusieurs hauts fonctionnaires du ministère français de la défense « la difficile application –un euphémisme- de l’accord d’Alger dans le septentrion malien ».

On voit dans ce contexte que l’ancien premier ministre Moussa Mara, dont le voyage hasardeux à Kidal en mai 2014 a entrainé la signature d’un tel accord, tente d’évoquer la complexité qui bloque sa mise en œuvre dont dépend le processus de paix. En réalité, les difficultés qu’a voulu faire comprendre l’ex premier ministre Moussa Mara sont-elles de types surmontables ? A-t-il voulu faire comprendre à ses interlocuteurs français que cet accord n’en était pas un qui est applicable? En tout cas la même analyse a été délivrée auprès du Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) et du conseiller adjoint chargé de l’Afrique à l’Elysée, Thomas Molonlo.

Et le titre de la Lettre du continent est bien expressif : « Moussa Mara démolit l’accord d’Alger à Paris ». L’ex chef du gouvernement malien, démis de son poste en janvier 2015, devait par ailleurs participer, le 10 novembre à l’Ecole militaire, à un débat autour du dernier livre de Serge Michailof (« Africanistan », paru chez Fayard), à l’invitation de l’Institut prospective et sécurité en Europe (IPSE) présidé par Emmanuel Dupuy.

Nous avons tenté de joindre au téléphone, Moussa Mara, nos appels n’ont pas eu de réponse. Mais toutefois, Moussa Mara a répondu à notre sms l’interrogeant au sujet de sa visite à Paris et « la difficile application » de l’accord. Moussa Mara nous a répondu et confirme en ces termes : « Il est normal que l’accord de paix connaisse des difficultés d’application, en raison de la profondeur de la crise. Le plus important est d’en avoir conscience et d’accélérer le rythme dans les reformes ».

Moussa Dagnoko

B . Daou

PARTAGER

113 COMMENTAIRES

  1. Je comprends pourquoi certains internautes se permettent d’insulter les journalistes maliens. Menteurs, Moussa Mara a toujours soutenu l’accord d’Alger. tchrrrrrrrrrrrrrrrr

  2. Moussa Mara a toujours défendu l’accord issu des négociations d’Alger. Ce n’est pas du jour au lendemain qu’il va changer dire le contraire. Ne nous prenez pas pour des dupes chers journalistes.

  3. Moussa Mara: « Cet accord constitue une très bonne base pour la paix»
    Le Mali a connu au cours des premiers jours d’Août 2015, un regain de violence avec principalement la prise d’otage à l’hôtel Byblos de Sévaré, dans le centre du Mali, où des djihadistes présumés ont pris en otage un Ukrainien et des agents de la Minusma. Burkina24 a rencontré Moussa MARA, leader du parti politique « YELEMA, le changement » et ancien Premier Ministre du Président IBK. Avec lui nous abordons la question de la situation sécuritaire au Mali et l’accord de Paix d’Alger signé le 15 mai dernier à Bamako. Interview exclusive.
    Burkina24 : Suite aux récentes attaques djihadistes dans le nord du Mali, votre pays, est-il juste de penser que l’accord d’Alger est en danger ?
    Moussa MARA : Tout le monde n’a pas intérêt à la paix, notamment les terroristes et les trafiquants de drogue qui feront tout pour que l’accord ne puisse pas être correctement appliqué et que les Maliens ne se réconcilient pas car cela signifierait la fin de leur quiétude et de leurs activités illicites et destructrices pour notre pays et le Sahel. L’accord ne sera jamais en danger si les Maliens se donnent la main pour faire halte à ces vendeurs de morts.
    Burkina24 : Pourquoi, selon vous, la mise en application des accords d’Alger traîne depuis sa signature par le gouvernement malien et les rebelles ?
    Moussa MARA : Il est vrai qu’on aurait pu aller plus vite. Cependant des progrès ont été accomplis. Le comité de suivi de l’accord s’est réuni plusieurs fois et a pu adopter son règlement intérieur. Le 22 août prochain il travaillera sur le chronogramme de mise en œuvre de l’accord.
    Espérons qu’à partir de là, on pourra engager des mesures urgentes sur les plans sécuritaires (cantonnement, désarmement…), humanitaires et de réconciliation (retour des réfugiés notamment) ainsi que les actions de développement. Concernant ce dernier chapitre, la mission internationale d’évaluation des besoins de développement travaille depuis deux mois et ses résultats feront l’objet d’une table ronde internationale à Paris le 22 octobre à l’effet de trouver des financements pour engager ces chantiers.
    Au niveau interne, le Gouvernement a mis en place une instance de coordination et de soutien à la mise en œuvre des actions de l’accord, notamment sur les plans institutionnels et de gouvernance. Il faut également savoir que la collaboration sur le terrain sécuritaire à travers des missions de patrouilles se met en place doucement. Par conséquent, on peut mieux faire mais on n’est pas statique.
    Burkina24 : Estimez-vous que cet accord de paix comporte des limites ?
    Moussa MARA : Aucun accord n’est parfait mais cet accord, je l’ai dit plusieurs fois, constitue une très bonne base pour faire la paix, traiter des questions de fond qui ont entraîné des difficultés au nord de notre pays, restructurer notre appareil sécuritaire et créer ainsi les fondements d’un Etat de nouveau en mesure de faire face à ses obligations.
    Si on l’applique dans la lettre mais surtout dans l’esprit, avec bonne foi, il y a de bonnes chances que le Mali retrouve de nouveau de bons espoirs vers demain.
    Burkina24 : Quelles sont vos solutions concrètes pour une pacification totale du Mali ?
    Moussa MARA : D’abord, une forte volonté de l’Etat d’agir dans le cadre d’une vision d’un Mali fondé sur un Etat moderne, efficace, travaillant au mieux avec toutes les composantes de la société et respectueuse de leurs diversités. Cet Etat qui se reformera de manière approfondie pour servir le citoyen et lui donner les opportunités en bien être individuel et collectif.
    Cet Etat aura comme colonne vertébrale une armée et des forces de sécurité à l’image des composantes de la nation, équipée et gérées de manière appropriée. L’accord de paix est une étape de cette reconstruction qui doit se faire sous l’égide de l’Etat et avec le soutien de la communauté internationale.
    Avec plusieurs années d’actions résolues dans le sens de la paix fondée sur des reformes, le redressement des forces de sécurité, un processus de dialogue et de réconciliation véritables, une justice qui mettra fin à l’impunité et surtout des initiatives de création de richesses, on pourrait obtenir cette pacification. Cela prendra du temps. Mais avec de la vision et de la résolution on pourrait y arriver. L’essentiel est encore entre les mains de l’Etat malien.
    Burkina24 : En fin d’entretien, nous souhaiterons savoir si vous vous porterez candidat aux prochaines élections présidentielles dans votre pays le Mali ?
    Moussa MARA : Il y a eu des élections présidentielles en 2013, à l’issue desquelles Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA a été triomphalement élu pour un mandat de cinq ans. Il en est à deux ans. Il reste encore trois ans. Ce qui m’importe aujourd’hui est de contribuer à ce que le mandat du chef de l’Etat soit réussi.
    En tant que membre de la majorité présidentielle, c’est notre objectif. Pour ma part, je vais briguer la Mairie du district de Bamako à l’occasion des prochaines élections municipales. A chaque jour suffit sa peine.
    Entretien réalisé par Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU
    Burkina24
    Source: Burkina24
    http://www.malipresses.info/2015/08/15/moussa-mara-cet-accord-constitue-une-tres-bonne-base-pour-la-paix/

  4. A bas les journalistes affamés
    A bas les ennemis du Mali
    Vive un Mali uni et fort

  5. Ne gâtez pas le nom des gens pour rien, Mara n’a pas démolit l’accord de paix. En tant que patriote, Mara sait ce qu’il fait, alors de grâce taisez-vous si vous n’avez rien d’autres à dire.

  6. Ça se voit bien que ce journaliste veut créer un conflit entre nos gouvernants et Moussa Mara. Ne soyez pas étonné, ces journalistes maliens sont tous de la même famille. C’est-à-dire des menteurs.

  7. Depuis sa démission jusqu’à nos jours Moussa Mara a toujours défendu l’accord d’Alger. Ce n’est pas aujourd’hui qu’il va changer de langage. Donc de grâce gardez vos commentaires pour vous-mêmes.

  8. Arrêtez de diffamé les informations, Moussa Mara n’a rien dit de tout cela. Cet homme n’agit pas comme les opposants mal intentionnés le font. Il a toujours été un politicien exemplaire.

  9. Pourquoi les journalistes maliens aiment transformés les informations ? De vous à moi, vous savez très bien que l’ancien Ministre Moussa Mara est un homme digne et honnêteté. Il sait très bien là où mettre les pieds.

  10. Unnnnnnnnnnnnnnnnn, il ne manquait plus que ça, les sottises des hommes de médias maliens. Du premier paragraphe jusqu’à la fin, ce journaliste n’a même pas pu donner exactement l’information claire et précise de ce qu’il expose à son titre. 👿 👿 👿 👿 👿 👿

  11. Moi j’aime l’opposition Mais pas l’oppositionisme. Le Républicain de Tieble va tout faire pour que cet accord échoue, que nous retombions dans l’abîme , qu’eux viennent au pouvoir même si c’est pour gouverner les cimetières. Voilà l’idéologie de l’opposant africain. En France pouvoir et opposition ne font qu’un quand la France est attaquée. Mais chez nous le Mali est à l’agonie et certains trouvent le temps de l’oppositionisme cruellement handicapant.

  12. Si on a applique à la lettre mais surtout dans l’esprit, avec bonne foi, il y a de bonnes chances que le Mali retrouve de nouveau de bons espoirs vers demain. Et je crois aux acteurs quand à leur détermination à aller résolument vers la paix et la réconciliation de tous les fils et filles de ce pays.

  13. Aucun accord n’est parfait mais cet accord, j’ai foi qu’il constitue une très bonne base pour faire la paix, traiter des questions de fond qui ont entraîné des difficultés au nord de notre pays, restructurer notre appareil sécuritaire et créer ainsi les fondements d’un Etat de nouveau en mesure de faire face à ses obligations. L’Etat s’atèle à le faire et cela augure un lendemain meilleur pour notre chère patrie.

  14. Certes les accords d’Alger connaissent des difficultés dans son application, mais le gouvernement a mis en place une instance de coordination et de soutien à la mise en œuvre des actions de l’accord, notamment sur les plans institutionnels et de gouvernance. Il faut également savoir que la collaboration sur le terrain sécuritaire à travers des missions de patrouilles se met en place doucement. Par conséquent, on peut mieux faire mais on n’est pas statique.

  15. Mon cher journaliste, Mr Mara n’oserait pas démolir l’accord de paix d’Alger car il a été l’un des acteurs dans la conclusion de cet accord. Il y a une forte volonté de l’Etat d’agir dans le cadre d’une vision d’un Mali fondé sur un Etat moderne, efficace, travaillant au mieux avec toutes les composantes de la société et respectueuse de leurs diversités. Cet Etat qui se reformera de manière approfondie pour servir le citoyen et lui donner les opportunités en bien être individuel et collectif.

  16. Tout le monde n’a pas intérêt à la paix, notamment les terroristes et les trafiquants de drogue qui feront tout pour que l’accord ne puisse pas être correctement appliqué et que les Maliens ne se réconcilient pas car cela signifierait la fin de leur quiétude et de leurs activités illicites et destructrices pour notre pays et le Sahel. L’accord ne sera jamais en danger si les Maliens se donnent la main pour faire halte à ces vendeurs de morts. Contrairement à vous Mr le journaliste, Mr Mara ne fait pas partir de ces fauteurs de trouble. Il est plutôt pour cet accord.

  17. Le président IBK a consenti tous les sacrifices possibles pour donner la paix à son pays.
    Et pour cette raison,tous les maliens sont unis autour de cet esprit de paix pour l’accompagner efficacement.
    Grand merci à vous Prési… 😛 😛 😛

  18. 🙄 🙄 🙄 je ne suis pas sûre que Moussa Mara aurait apporter une quelconque sabotage à l’accord signer. Il a toujours supporter cet accord, le journaliste n’as certainement pas compris le propos de Mara ou qu’il veut mentir sur cet homme.
    L’accord de paix est notre bonne source pour arriver à la paix et tous les maliens savent cela.
    ➡ ➡

  19. Un appel à l’endroit des journalistes, apprenez s’il vous plait à écouter et à redonner les infos telles que sont. Moussa Mara n’a pas démoli quoi que ce soit. Il n’a fait que dire que l’accord connait des difficultés dans son application et qu’il faudrait accélérer le rythme de la reforme.

  20. Hier l’UNTM, aujourd’hui MOUSSA MARA, c’est vous qui voulez démolir ce pays, sinon le jeune MARA n’est pas dans la même logique que TIEBILE EST SOUMI. Il est dans une lancé tout à fait salutaire. Il n’hésite pas à parler du MALI pendant des occasions. C’est avant tout un malien, Moussa MARA est patriote.
    Voyez-vous, on peut aider son pays sans êtres aux affaires.

  21. “Aucun accord n’est parfait mais cet accord, je l’ai dit plusieurs fois, constitue une très bonne base pour faire la paix.”Ces propos sont de Moussa Mara à propos des accords de paix d’Alger.
    Alors,chers journalistes,ne cherchez pas à nous faire croire le contraire de ce monsieur.
    Si vous n’avez rien à écrire reposez vous. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  22. Il n’y a rien d’impossible si la volonté y est. J’ai la ferme conviction que certes, l’accord de paix et de réconciliation connait des difficultés dans sa mise en oeuvre par certains razzias qui ne vivent que de banditismes, il ouvrira une porte de sortie de cette sale guerre. J’interpelle les journalistes à accompagner les acteurs dans cette perspective pour l’intérêt de tous.
    Vive le Mali un et indivisible!

  23. Chers journalistes,quelques soient vos tentatives de sabotage,ce processus ne souffrira d’aucune ambiguïté.
    Grâce à la bonne volonté du président IBK et des acteurs politiques de bonne foi,elle ira à son terme pour le bien être des maliens que nous sommes.
    Merci président pour votre combat. 😀 😀 😀 😀

  24. Les journalistes de ce pays ne contribueront donc jamais à l’édification de la paix tant recherché. Chaque jour tel a volé ci, demain le voisin du griot a volé ça ! Où allons-nous avec ça ?
    De grâce, chers journalistes apportez votre contribution à la construction de la paix à travers des articles qui sont de nature à réconcilier les cœurs.

  25. Pour Moussa Mara La communauté internationale, dans ses différentes composantes (CEDEAO, UA, UE, OCI, BM, ONU…) est aussi impliquée pour soutenir l’entente notamment dans ses parties essentielles (défense et sécurité, politique et institutionnel et surtout développement). Il est demandé à chacun de jouer un rôle en tant qu’acteur ou mandaté par sa hiérarchie (agences des nations unies notamment). Le comité de suivi de l’accord (CSA), organe majeur du dispositif de suivi, a été institué par les articles 57 à 62 de l’accord pour le suivi de sa mise en oeuvre, l’interprétation de son contenu, l’élaboration du chronogramme d’exécution des tâches à accomplir, la conciliation des positions le cas échéant. Il encouragera et accompagnera le gouvernement à aller vite sur certains segments comme le retour des services, la modification des textes, la mise en oeuvre des actions d’urgence… Le comité de suivi sera composé des parties, de la médiation (sous la direction de l’Algérie secondée par la Mauritanie, le BF, le Niger et le Tchad) et des membres permanents du conseil de sécurité des nations unies ; il peut faire appel à tout autre acteur dont la participation est souhaitable. Le CSA est assisté par la MINUSMA, l’UA, l’OCI, l’UE. Quatre sous commissions sont créées pour l’assister dans sa mission : institutionnel et politique, défense et sécurité, développement et culture, réconciliation – justice – humanitaire. L’accord innove, dans ce chapitre du suivi, en prévoyant la nomination d’un observateur indépendant par le CSA pour lui faire des rapports tous les quatre mois, rapports qui seront publiés. Cet observateur sera un oeil extérieur chargé d’informer sur l’implication de tous dans l’application de l’accord.

    L’accord prévoit dans ses dispositions finales, à travers les trois derniers articles, le processus de son entrée en vigueur (après sa signature) et le pouvoir de modification de ses dispositions qui relève de l’entente entre les parties signataires après avis du CSA. Il est aussi évoqué l’importance des trois annexes qui sont partie intégrante du document. Ces trois annexes traitent de la période intérimaire, du processus relatif à la défense et à la sécurité et enfin des éléments relatifs au développement socio économique et culturel. La période intérimaire est une phase de 18 à 24 mois ouverte à partir de la signature du document et durant laquelle la plupart des réformes majeures doit être conduite. Il s’agit entre autres de mettre en place, d’ici les prochaines élections locales, un dispositif inclusif de gouvernance des collectivités territoriales du Nord du pays qui assurera une représentativité plus importante de ces collectivités leur permettant de jouer tous les rôles qui leur seront assignés dans l’application de l’accord et l’exécution des activités majeures qui y sont contenues.

    L’accord ainsi présenté, offre des perspectives sérieuses de sécurité, de paix, de justice, de réconciliation, de développement et de prospérité partagées si les maliens dans leur diversité s’engagent auprès des autorités à le mettre en oeuvre de manière rigoureuse. C’est là tout le défi à nous lancé par ce document.

    • Bien lucifer,
      Je ne supporte pas Mr. Mara si plus aucun de nos politicards escrots verreux mais il a savoir sa facon de penser de la crise actuelle qui se perpetue. Il y a une limite a tous et il faut savoir le dire.
      A mon avis je ne vois pas pourquoi Mr. Mara serait un opposant a l’accord mais des abroutis, zouaves, stupides et bêtes forumistes et journaleux interpretent selon leur tendance politicard au lieu de voir une neutralisée dans les analyses et les commentaires.
      Il est grand que toutes ces institutions et instances imposent un veto de cantonnement et de desarmement car tout traine l’etat et le gouvernement sont les pires tortues dans ce sens. Il faut que les 2 conditions soient imposées et maintenant. Ca presse.

  26. Gestion participative de l’accord avec une bonne présence de tous les amis du Mali

    L’accord traite des quatre principaux aspects de la crise comme cela est résumé dans les chapitres précédents. La gestion du processus relève d’abord de la responsabilité des maliens, appuyée fortement par l’équipe de la médiation et la communauté internationale dans son intégralité. Cela fait l’objet de l’avant dernier titre à travers cinq chapitres. Il est souhaité un engagement sincère de toutes les parties pour une bonne application de l’accord. A l’intérieur du pays, il apparaît nécessaire, comme cela est stipulé dans l’article 51, d’impliquer de manière significative les partis politiques, la société civile, les femmes, les jeunes…dans l’accompagnement du processus pour faire du dossier une préoccupation nationale. La médiation, sous l’égide de l’Algérie, reste impliquée dans l’écoute des parties, les conseils, le plaidoyer auprès de la communauté internationale en faveur du soutien au processus, elle sera également le dernier recours en cas de difficultés dans l’application. Cette implication est une garantie supplémentaire de l’application de l’accord.

  27. Les partis s’engagent à une vraie réconciliation fondée sur certains éléments clés : élaboration de la charte nationale, mise en place de la commission vérité, justice, réconciliation, mise en place d’une commission de lutte contre la corruption et l’impunité, enquête internationale sur les violations des droits de l’homme pendant la crise, pas d’immunité et donc d’impunité. Il est préconisé la réforme profonde de la justice à travers le renforcement des ressources humaines, la valorisation des autorités traditionnelles, la formalisation du rôle des cadis. Les questions humanitaires sont évoquées pour créer les conditions pour un retour des populations refugiées et déplacées ainsi que leur intégration communautaire et leur réinsertion économique. Chaque partie, mais également les organisations non gouvernementales, ainsi que les agences internationales sont invitées à jouer leur rôle dans ce segment dans la bonne foi, la transparence avec le seul souci de secourir ceux qui sont dans le besoin.

  28. D’après Moussa Mara Une sincère réconciliation dans la justice et le respect des règles humanitaires au bénéfice des plus faibles
    Le recul observé en termes de respect des droits humains, la déstructuration sociale opérée dans notre pays, les déplacements sans précédent des populations, les destructions de biens et les pertes en vies humaines ont été tellement significatives que le Mali doit engager un vrai processus de réconciliation nationale dans le cadre du droit à la justice et à la réparation des victimes mais aussi en agissant dans le cadre du droit humanitaire pour que les plus faibles d’entre nous bénéficient de toute l’assistance nécessaire à un nouveau départ. Le titre 5 de l’accord aborde ces questions à travers les chapitres 14 et 15

  29. Je félicite Moussa Mara pour tout ce qu’il a fait pour le Mali et je lui demande de redoubler d’ardeur avec ses attaques de ces calomniateurs.

  30. Selon mara Celle-ci sera le support d’une conférence internationale organisée pour obtenir le financement extérieur nécessaire à sa mise en oeuvre. Au préalable, le Gouvernement aura conçu un plan d’urgence à exécuter sur une année pour déployer les services de base au Nord, engager des actions en termes de sécurité alimentaire, développement rural, accès à l’eau, emplois des jeunes, accès à l’énergie, artisanat, tourisme…pour améliorer le sort de nos compatriotes du Nord. Les mesures d’adaptation des programmes scolaires aux spécificités socio culturelles, la promotion des langues locales, au soutien à la culture seront contenues parmi ces actions avec une implication des agences de développement régional à mettre en place dans le cadre de contrat plan Etat – Région.

  31. Vous avez changé de cible je dirais. C’est maintenant Moussa Mara qui est dans vôtre viseur. Votre cible est ratée d’avance car moussa mara est un exemple pour tout ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre.

  32. Mais toutefois, Moussa Mara a répondu à notre sms l’interrogeant au sujet de sa visite à Paris et « la difficile application » de l’accord. Moussa Mara nous a répondu et confirme en ces termes : « Il est normal que l’accord de paix connaisse des difficultés d’application, en raison de la profondeur de la crise. Le plus important est d’en avoir conscience et d’accélérer le rythme dans les reformes ».
    Ces propos que vous même avez reportez dans vôtre article; en quoi est ce qu’ils traduisent une quelconque démolition de l’accord?
    Si vous ne savez pas ce que démolir veut dire dans le contexte où vous l’avez employé: détruire, anéantir par la critique, la dérision.
    C’est une chose que moi je ne vois pas dans ces propos.

  33. Cela montre qu’être opposant ne veut pas dire être ennemi mais plutôt patriote, avoir l’amour de son pays et mettre son intérêt personnel à coté.
    Et MOUSSA est vraiment l’exemple merci

  34. Il faut être idiot pour ne pas vouloir la paix dans ce pays. Personne ne veut revivre ce qui s’est passé ici.
    Vous manquez de professionnalisme. Un bon journaliste se doit de vérifier les infos avant de balancer mais c’est le contraire dans notre pays. Spécialiste d’incitation la haine et de ragots
    une vraie honte

  35. Depuis que j’ai connu cet homme, je ne l’ai jamais vu plaider contre le régime actuel encore moins contre l’accord de paix et de réconciliation. Le peuple malien doit faire très attention à ces diffamateurs. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  36. Moussa Mara est un homme de valeur qui porte le Mali dans son cœur sincèrement ; pas comme d’autres qui le disent mais qui en réalité veulent la perte de ce pays. Il est normal qu’il s’inquiète si les processus de paix est en danger et c’est ce qu’on appelle un PATRIOTE.

  37. Je pense humblement que tout accord est contextuel dons si paramètre ne sont plus applicables il suffit de les reformer et à mon humble avis je crois que c’est la démarche de Mara.

  38. Ne déformez pas les dits de Monsieur le ministre c’est un travailleur et garde une bonne relation avec le président en voici la preuve cher pacotille et écervelé
    Il y a eu des élections présidentielles en 2013, à l’issue desquelles Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA a été triomphalement élu pour un mandat de cinq ans. Il en est à deux ans. Il reste encore trois ans. Ce qui m’importe aujourd’hui est de contribuer à ce que le mandat du chef de l’Etat soit réussi.
    En tant que membre de la majorité présidentielle, c’est notre objectif. Pour ma part, je vais briguer la Mairie du district de Bamako à l’occasion des prochaines élections municipales. A chaque jour suffit sa peine.

  39. ” Il est normal que l’accord de paix connaisse des difficultés d’application, en raison de la profondeur de la crise. Le plus important est d’en avoir conscience et d’accélérer le rythme dans les reformes”. Tels sont les propos de MOUSSA MARA. Ils sont évidents et précis en ce sens qu’il ne fait qu’énumérer les difficultés d’application de cet accord et les éventuelles reformes possibles pour faciliter son application à la lettre.

  40. La question du septentrion est un peu plus complexe mais puisque nous avons des autorités compétentes qui y trouveront des solutions pour que l’accord puisse être appliqué dans son intégralité.

  41. Il y a une forte volonté de l’Etat d’agir dans le cadre d’une vision d’un Mali fondé sur un Etat moderne, efficace, travaillant au mieux avec toutes les composantes de la société et respectueuse de leurs diversités. Cet Etat qui se reformera de manière approfondie pour servir le citoyen et lui donner les opportunités en bien être individuel et collectif.
    Mais l’état aura comme épine dorsale une armée et des forces de sécurité à l’image des composantes de la nation, équipée et gérées de manière appropriée. L’accord de paix est une étape de cette reconstruction qui doit se faire sous l’égide de l’Etat et avec le soutien de la communauté internationale.

  42. Est-ce que avec le comportement des journalistes de nos jours on peut croire en leurs écrits. La Lettre Du continent est un journal comme tout autre donc il peut être emprunt de subjectivité.
    Donc il est difficile de croire à 100% à leurs affirmations. Qu’on nous montre des documents officiels ou d’autres preuves qui démontrent que effectivement que Moussa mara a fustigé l’accord de paix.

  43. CE QUE VOUS DEVEZ ECOUTER.

    Le vice-président de la Coordination des Mouvements de l’Azawad, Mamadou Djéry Maiga assure en interview à MIKADO FM que l’Accord de paix est une chance inespérée de sortie de crise pour le Mali.

    Il estime que sa mise en œuvre est l’affaire de tous, surtout des populations qui doivent avoir leur mot à dire dans le choix de leurs autorités locales.

    Le vice-président de la CMA cite notamment les gouverneurs, les préfets et les présidents des conseils de cercle.

    Ecoutez : https://soundcloud.com/mikado-fm/interview-avec-mamadou-djery-maiga-sur-la-mise-en-oeuvre-de-l-accord-de-paix-au-mali

  44. Les accords de paix ont été obtenus après d’énormes sacrifices. Ne les mettons pas à mal par nos dires mais contribuons à leur avancée car nous y gagnons tous.

  45. Moussa Mara aime ce pays c’est pourquoi il attire l’attention de la communauté internationale sur les problèmes que rencontre l’accord pour que quelques chose soit fait.

  46. Le temps est maitre de toute chose. Soyons patients, on verra qui est qui dans ce pays. Beaucoup de gens sont capable de vendre leur âme au diable pour le pouvoir et c’est le cas de ce Mara que laudateurs applaudissent. Vous connaissez mal ce petit, il est capable de monter le peuple contre : le président IBK pour arriver à ses fins. Mais hélas, hélas, nous l’avons compris depuis, c’est pourquoi on l’a foutu à la porte du gouvernement. lol,lol,lol. 😀 😀 😀

  47. Selon Moussa Mara la consolidation de l’accord de paix une autre idées pouvait aider le gouvernement car Le développement socio économique et culturel comme seule garantie de non récurrence de la crise
    La sécurité conditionne l’application des mesures de paix et de réconciliation et le développement garantit la sécurité à moyen et long termes. L’accord de paix aborde la question du développement en insistant sur la nécessité de donner plus de marges de manoeuvre aux collectivités dans la planification et la mise en oeuvre de leur stratégie en la matière. Il préconise la création d’une zone de développement au Nord pour cristalliser les efforts en la matière et amener les collectivités à travailler ensemble sur l’espace septentrional de notre pays à chaque occasion jugée nécessaire. Un groupe d’institution aidera à mettre en place une stratégie de développement sur quinze ans et fondée sur les projets et programmes phares (infrastructure de transport, énergie, soutien à l’activité économique, éducation, élevage, accès à l’eau, santé, recherche pétrolière…)

  48. La signature de l’accord de paix est un point de départ pour que le pays puisse sortir de la situation chaotique vers laquelle il tendait.
    Les autres détails sont corrigés au fur et à mesure que les choses évoluent. Si Moussa mara dit qu’il y a des difficultés ce n’est pas pour saboter l’accord mais plutôt pour que dès maintenant des solutions puissent être trouvées pour éviter d’éventuels blocages.

  49. Nos remerciements vont toujours à l’endroit du Président de la république et son gouvernement pour les efforts qu’ils ont fournis pour la signature de cet accord.

  50. Moussa est parfaitement d’accord avec cet accord car il dit que cela constitue une très bonne base pour faire la paix, traiter des questions de fond qui ont entraîné des difficultés au nord de notre pays, restructurer notre appareil sécuritaire et créer ainsi les fondements d’un Etat de nouveau en mesure de faire face à ses obligations.
    Donc il lance un appel à tous les signataires de cet accord pour sa mise en oeuvre.

  51. Chers journalistes,je pense que vous faites mauvaise interprétation des affirmation de Moussa Mara.
    Il n’a jamais essayé de démolir les accords d’Alger et je sais qu’il ne le fera jamais.
    Apprenez donc à bien analyser les propos avant de faire vos articles.C’est aussi cela la journalisme vrai… 😀 😀 😀

  52. Je ne peux pas être la cheville d’un accord et le saboter moi-même. Ce que ce journaliste veut nous faire croire n’est pas vrai car Moussa Mara a risqué sa vie pour établir les bases de cet accord. Et aujourd’hui il va y faire obstacle ? Je n’en crois pas un mot. Que ce journaliste cherche autre chose à nous faire avaler…

  53. Moussa mara est un patriote s’il a évoqué ces difficultés dans l’application des accords ; c’est pour que des solutions puissent être trouvées mais ce n’est pas pour mettre à mal l’accord comme veut nous faire croire ce journaliste.

  54. Il n’y a rien de surmontables quand la volonté y est et je pense qu’avec la bonne foi des signataires de ces accords ; ils pourront être appliqués pour une sortie de crise heureuse.

  55. « mercredi 11 novembre 2015 » Sur la lettre du continent n°717, hein !!
    On voit que le journaliste a fait une recherche étonnante. Aujourd’hui, le 20 du mois, soit 9 jours après, monsieur B . Daou a encore visiblement fait fort.
    Pourquoi, les journalistes maliens cherchent tant à décrédibiliser l’accord dont ils ne maitrisent même pas les paramètres. Au lieu de vouloir opposer MARA et le régime en place, vous devriez aider vos leaders à s’inspirer de ce jeune.
    Il n’est plus aux affaires, mais il n’hésite pas à faire des propositions pour le bien de la nation. B . Daou est de plus en plus de mauvaise foi, pitié pour la plume de notre MALIBA.

  56. L’accord ainsi présenté, offre des perspectives sérieuses de sécurité, de paix, de justice, de réconciliation, de développement et de prospérité partagées si les maliens dans leur diversité s’engagent auprès des autorités à le mettre en oeuvre de manière rigoureuse. C’est là tout le défi à nous lancé par ce document.
    Merci Professeur pour ce travail d’intello, de technocrate, homme dévoué pour la cause de sa patrie, une vrai patriote

  57. Moussa Mara ne peut en aucun cas être contre les accords de paix d’Alger car lui même est l’un des artisans de ces accords de paix.
    Rappelez vous que c’est lorsqu’il était Premier ministre que ces accords ont été négociés.
    Et tout cas ce qu’il peut faire en ce moment c’est de lui apporter tout son soutien pour qu’il arrive à terme.Et c’est ce qu’il est bien en train de faire à travers ses explications.
    De grâce,chers journalistes,ne créez pas de polémique. 8) 8) 8)

  58. Encore un autre qui veut créer la polémique. Votre article en lui-même n’est pas clair car en disant que Moussa Mara a détruit l’accord vous faites de la diffamation ; il a juste dit que l’accord connait des difficultés d’applications mais de là à dire qu’il dénigre un accord où lui-même à participer aux négociations. Voyez un peu la nuance.

  59. Un accord de paix et de réconciliation n’est pas comme un accord scellé sous l’arbre à palabre dont l’application est immédiate. Cet accord connait des difficultés dans son application stricte et formelle et MARA n’a fait qu’éclairer l’opinion sur celles-ci et non fait une action de démolition de celui-ci.

  60. Le second titre de l’accord traite des questions politiques et institutionnelles considérées comme pouvant apporter les solutions durables à la crise malienne. Il y est abordé le cadre institutionnel et la réorganisation du territoire par le rappel de la libre administration comme principe de gestion des collectivités qui verra la région bénéficier de transfert de compétence de l’Etat central, le Président de Région élu directement devenir chef de l’exécutif régional. Cette libre administration se traduira aussi par une accélération du rythme de travail des collectivités qui bénéficieront du caractère exécutoire de leurs décisions en attendant l’examen par la tutelle. Il est prévu la mise en place d’une seconde chambre du parlement pour accroitre la représentativité nationale de cette instance et l’accroissement du nombre de députés du Nord. L’Etat doit accélérer le retour de l’administration au Nord. L’exercice de la tutelle sera mieux encadré et surtout les représentants de l’Etat devront situer leurs activités dans un cadre de collaboration renouvelée avec les collectivités. La question du financement, véritable clé de la réussite du processus de responsabilisation des collectivités, est abordée dans cette partie avec une plus grande marge de manoeuvre qui sera accordée aux collectivités pour créer des ressources adaptées et spécifiques en accord avec l’Etat. 😆 😆 😆 😆
    L’Etat fera un effort de transfert des ressources (30% des ressources budgétaires) conformément à ses engagements antérieurs et celà dans un horizon à définir. Une partie de ce transfert sera sans doute effective avec le transfert des services déconcentrés qui relèveront des domaines concédés aux collectivités (crédits budgétaires liés aux rémunérations des agents, au fonctionnement et à l’investissement de ces services…). Il est enfin traité la question des revenus miniers et pétroliers qui devront aussi revenir en partie aux collectivités sur les sols desquels ces ressources sont exploitées. 😥 😥 😥 😥
    C’est le travail de MOUSSA qui est là, il est dynamique dans sont travail. Nous le remercions pour cela

  61. La MINUSMA aidera l’Etat par la construction des sites de cantonnement. Le processus d’intégration de certains ex combattants et celui du DDR seront menés de manière concomitante avec l’Etat à la manœuvre à travers des commissions constituées à cet effet. Des patrouilles mixtes sont prévues pendant ce processus qui sera délicat à conduire affirma Moussa Mara en ces termes.Alors cher journaliste pourquoi affirmez vous des sottises à l’égard de l’ex 1er ministre qui souhaite la paix rien que la paix.

    • Ensuite il affirme que Le redéploiement des forces armées et de sécurité se fera de manière progressive avec l’implication des organes de soutien prévus (MINUSMA, Commission technique de sécurité…) et devra concerner des effectifs tenant compte d’une présence significative des ressortissants du nord. La réorganisation des forces armées et de sécurité, déjà entamée par l’Etat, est traitée par l’accord qui insiste sur le respect de règles internationales en la matière, préconise la création de police territoriale, l’association des citoyens à travers des comités locaux de sécurité et la réforme du secteur de la sécurité par un conseil national à réorganiser
      C’est un peu des idées dynamiques que

    • Ce titre rappelle enfin la nécessité et l’engagement de tous à lutter contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, le trafic de drogue et la mise en place éventuelle d’unités spéciales pour lutter contre ces fléaux dans le cadre de mécanismes internationaux ou non. Il revient aux parties signataires, par un engagement patriotique sans faille, de s’employer à appliquer de bonne foi les prescriptions majeures contenues dans ce titre et dans l’annexe 2 de l’accord pour restaurer durablement la sécurité au Nord et dans le pays.
      Voici en un mot les idées apportées par Moussa Mara sur le processus de paix.

  62. La sécurité conditionne l’application des mesures de paix et de réconciliation et le développement garantit la sécurité à moyen et long termes. L’accord de paix aborde la question du développement en insistant sur la nécessité de donner plus de marges de manoeuvre aux collectivités dans la planification et la mise en oeuvre de leur stratégie en la matière. Il préconise la création d’une zone de développement au Nord pour cristalliser les efforts en la matière et amener les collectivités à travailler ensemble sur l’espace septentrional de notre pays à chaque occasion jugée nécessaire. Un groupe d’institution aidera à mettre en place une stratégie de développement sur quinze ans et fondée sur les projets et programmes phares (infrastructure de transport, énergie, soutien à l’activité économique, éducation, élevage, accès à l’eau, santé, recherche pétrolière…). Revoyez vos copies les incitateurs à la haine. bande de rabougris . 😀 😀 😀 😀 😀 😀

  63. DAOU informe les gens au lieu de les intoxiquer ok. Voici les propos de MOUSSA MARA
    La MINUSMA aidera l’Etat par la construction des sites de cantonnement. Le processus d’intégration de certains ex combattants et celui du DDR seront menés de manière concomitante avec l’Etat à la manoeuvre à travers des commissions constituées à cet effet. Des patrouilles mixtes sont prévues pendant ce procesus qui sera délicat à conduire. Le redéploiement des forces armées et de sécurité se fera de manière progressive avec l’implication des organes de soutien prévus (MINUSMA, Commission technique de sécurité…) et devra concerner des effectifs tenant compte d’une présence significative des ressortissants du nord.
    pacotille de journaliste 😥 😥 😥 😥 😥 😥

  64. Selon Moussa Mara pour Consolider la paix et la sécurité il faut que Les aspects de défense et de sécurité forment la colonne vertébrale de l’accord et conditionnent pour une large part son application. C’est ce qui explique les quatre chapitres qui leur sont consacrés ainsi que l’annexe 2 détaillant les prescriptions du corps de l’accord. Il est rappelé fermement l’unité de l’armée et son caractère représentatif de la diversité de la nation. Il est aussi indiqué au préalable la nécessité d’un redéploiement progressif de l’armée reformée sur l’ensemble du nord du Mali. Le chapitre 8 traite du cantonnement des ex combattants, de l’intégration de certains d’entre eux dans les corps constitués de l’Etat et du processus de désarmement – démobilisation et réinsertion (DDR).
    Alors journaliste arrêter de transformer les dires de vos articles .
    Moussa Mara n’a souhaité que la paix et le peuple veut la paix .
    Vive La Paix -Vive IBK

  65. Moussa Mara est un monsieur qui aime son pays.Et pour cette raison il ne mettra jamais les accords de paix en mal.
    C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a évoqué les difficultés qui freinent le gouvernement dans l’application ces accords de paix.
    Il n’est donc pas un ennemi de la paix au Mali. 😛 😛 😛

  66. Ce journaliste ment, Moussa Mara lors de cette conférence en France n’à expliquer que les difficultés qui ont empêché à l’accord signé de prendre application.

  67. Mr MOUSSA MARA a servi valablement et loyalement son pays lors de sa gestion en tant que premier ministre. En plus d’être un bon patriote, il s’est montré disposer à toujours servir son pays comme il se doit. Arrêtez mes chers journalistes de soulever la polémique là où il n’y en a pas. Nous sommes fatigués quant au retard dans l’application de cet accord. Ne venez pas attiser le feu qui est déjà vif.

  68. Gouvernance fondée sur la proximité avec le malien et tenant compte de ses spécificités
    Le second titre de l’accord traite des questions politiques et institutionnelles considérées comme pouvant apporter les solutions durables à la crise malienne. Il y est abordé le cadre institutionnel et la réorganisation du territoire par le rappel de la libre administration comme principe de gestion des collectivités qui verra la région bénéficier de transfert de compétence de l’Etat central, le Président de Région élu directement devenir chef de l’exécutif régional. Cette libre administration se traduira aussi par une accélération du rythme de travail des collectivités qui bénéficieront du caractère exécutoire de leurs décisions en attendant l’examen par la tutelle. Il est prévu la mise en place d’une seconde chambre du parlement pour accroitre la représentativité nationale de cette instance et l’accroissement du nombre de députés du Nord. L’Etat doit accélérer le retour de l’administration au Nord. L’exercice de la tutelle sera mieux encadré et surtout les représentants de l’Etat devront situer leurs activités dans un cadre de collaboration renouvelée avec les collectivités. La question du financement, véritable clé de la réussite du processus de responsabilisation des collectivités, est abordée dans cette partie avec une plus grande marge de manœuvre qui sera accordée aux collectivités pour créer des ressources adaptées et spécifiques en accord avec l’Etat. L’Etat fera un effort de transfert des ressources (30% des ressources budgétaires) conformément à ses engagements antérieurs et celà dans un horizon à définir. Une partie de ce transfert sera sans doute effective avec le transfert des services déconcentrés qui relèveront des domaines concédés aux collectivités (crédits budgétaires liés aux rémunérations des agents, au fonctionnement et à l’investissement de ces services…). Il est enfin traité la question des revenus miniers et pétroliers qui devront aussi revenir en partie aux collectivités sur les sols desquels ces ressources sont exploitées.
    Voici la deuxième idée soutenue par Moussa Mara pour le processus de paix

  69. Les journalistes maliens ont vraiment des graves carences.Je vient de m’apercevoir qu’ils ne savent même plus simplement interpréter les propos de quelqu’un.
    Je leur dis que Moussa Mara n’a fait qu’expliquer les difficultés dans l’application des accords et non le contraire.
    Il n’a jamais essayé de les démolir… 👿 👿 👿

  70. Nous irons à la paix surement quelque soit les soubresauts car IBK est un homme de valeur et a mis tout en œuvre pour cela. Des patrouilles mixtes ont été initiées à cet effet pour qu’ensemble nous allons tous à la paix

  71. L’esprit de l’accord traduit dans le préambule et le premier titre

    Le préambule est un rappel solennelle des parties signataires (Gouvernement d’une part et groupes armés de l’autre repartis en deux sous groupes) autour de leur volonté commune à sortir durablement de la crise en traitant de manière profonde ses racines. Ce rappel fait écho aux principes et engagements pris par les signataires à unir leur force pour faire face aux menaces contre le pays (chapitre 1) et à leur accord pour résoudre la crise sur fond de décentralisation approfondie de l’Etat (chapitre 2). C’est à ce niveau qu’est rappelée la nécessité de préserver la diversité de la nation malienne, de lutter contre la corruption, les trafics et le terrorisme, de discuter entre maliens autour

    du nom AZAWAD à l’occasion d’une conférence d’entente nationale ou encore de revoir toutes dispositions constitutionnelles, législatives et réglementaires qui permettraient de faciliter le vivre ensemble et la paix. L’implication de la communauté internationale pour accompagner les actions de développement à envisager, dans le cadre de zone de développement à formaliser au Nord, est prévue parmi les principes et fondements de l’accord de même que l’ouverture d’une période intérimaire de mise en oeuvre de l’accord dès sa signature.

    Voici les idées que Moussa Marra a apporté pour la paix et l’accord de paix

  72. Oui tout est mis en place pour aller à la paix telle que la commission de dialogue et de réconciliation. Le projet de désarmement et cantonnement des combattants suivi de leur insertion

  73. Mais Mara aussi, nous ne sommes pas contant de toi, si tu a vraiment fait cela…

  74. Le constat est triste en Afrique en général et au Mali en particulier, nos journalistes sont reconnus dans la diffamation et la propagande au lieu de nous informer.Mr MOUSSA MARA a toujours eu un sens du patriotisme élevé et il serait incapable de tenir de tels propos contre son pays. Par ailleurs, c’set quand il était PM de ce pays que cet accord a été conclu.

  75. De même qu’ils pourront aussi jauger sa valeur comparative par rapport aux nombreux pactes, traités, accords, arrangements sécuritaires…conclus au chevet de la situation vécue par le septentrion malien depuis plus de cinquante ans. Il nous apparaît important, à ce stade du processus de dialogue en vue d’une authentique réconciliation des maliens, de porter notre attention sur la vulgarisation du document pour faciliter sa bonne compréhension et contribuer à le faire accepter et, pourquoi pas, soutenir par une majorité de plus en plus importante de nos compatriotes. C’est le fondement de la présente contribution portant sur la présentation de l’accord et de ses annexes. Elle suit l’organisation du texte assortie d’explication facilitant la compréhension.

  76. Cet article vient une fois de plus monter que les journalistes maliens n’aiment qu’une seule chose:créer la polémique.
    Mais les bons maliens savent que Moussa Mara n’a jamais essayé de nuire aux accords de paix d’Alger.
    Au contraire,il ne fait que les promouvoir.
    Alors,arrêtez de désinformer le peuple.. 🙁 🙁 🙁

  77. Fuck les journalistes diffamateurs et dénigreurs.
    Fuck les ennemis de ce pays.
    Cet article peut faire objet d’assignation de son auteur devant la justice pour diffamations. Difficulté d’application est différente de démolition de l’accord, à ce que je sache. 😀 😀 💡 💡 😀 😀

  78. Moussa Mara à l’accord d’Alger affirme que :
    L’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, paraphé par les représentants du Gouvernement et de la plateforme des groupes armés (en attendant, espérons le, celui de la coordination des groupes armés) est le fruit des discussions les plus profondes, les plus participatives et les plus médiatisées de l’histoire de notre pays en ce qui concerne le conflit au Nord. Il constitue en cela une avancée majeure dont les historiens pourront mesurer, plus tard, avec exactitude la place dans l’histoire du Mali

  79. Certes l’accord est à sa phase d’applicabilité et tous les observateurs sont unaniment que les conditions sont favorables pour aller à la paix. Donc arrêtez de mettre en mal la cohésion sociale que nous recherchons dans notre pays.

  80. Tout citoyen est utile à son pays. Vous savez ce que j’apprécie chez Moussa Mara ? C’est son patriotisme et sa détermination à aider son pays à sortir de l’impasse. Donc il ne pourra pas démolir l’accord d’Alger dont les négociations ont été menées sous sa gouvernance du gouvernement. Arrêtez de faire des diffamations. 💡 💡 😛 😛

  81. Je savais que les journalistes de ce pays allaient transformer les propos de Mara. Ceux qu’il a tenu en France lors de son passage. Je pense que Moussa a parlé des difficultés qui jalonnent l’application de l’accord et non démolir celui-ci. Soyons certains sur ce point. Moussa Mara ne fera jamais une telle chose. Son éducation ne lui permet pas de nier le travail bien fait. 😀 😀 👿

  82. Moussa Mara a fait preuve patriotisme contrairement à Tièbilé Dramé. Tout politicien doit faire comme lui, c’est-à-dire pour la bonne cause de son pays, aider le Mali a sortie dans cette crise existentielle. 💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡

  83. « la difficile application » de l’accord. Moussa Mara nous a répondu et confirme en ces termes : « Il est normal que l’accord de paix connaisse des difficultés d’application, en raison de la profondeur de la crise. Le plus important est d’en avoir conscience et d’accélérer le rythme dans les reformes ».
    Moussa Mara ne démolit pas l’accord de paix il donne juste des idées pour accélérer ce processus

  84. ” Tout le monde n’a pas intérêt à la paix, notamment les terroristes et les trafiquants de drogue qui feront tout pour que l’accord ne puisse pas être correctement appliqué et que les Maliens ne se réconcilient pas car cela signifierait la fin de leur quiétude et de leurs activités illicites et destructrices pour notre pays et le Sahel. L’accord ne sera jamais en danger si les Maliens se donnent la main pour faire halte à ces vendeurs de morts.”
    🙄 🙄 🙄 🙄 😯 😯 😯 😯
    Voici ce que confiait récemment Moussa Mara à un journal d’un pays voisin dont je vais taire le nom.
    Arrêtez donc de raconter des contre vérités sur ce monsieur car les accords de paix iront à terme. 😛 😛 😛

  85. C’est le nom respect des accords des belligérants qui nous a conduire aujourd’hui aux nombreux échecs des accords signés dans le passé. Les régimes précédents ont été incompétents dans la gestion de la crise du septentrion, le pays remarque aujourd’hui les séquelles. IBK est en train d’accomplit un travail remarquable.

  86. La signature d’un accord est bien important mais le respect des engagements, le suivi de la procédure en générale c’est-à-dire l’entretien de l’accord est très important et même vital, en n’est une autre, cela résume à une suite favorable et l’aboutissement de l’accord. Merci à Mara.

  87. Hélas encore le journal le républicain de Tièbilé Dramé le journal des attaques impuissantes, des critiques insensées. C’est le journal de la voie des impures, voleurs et traitre du pays du Mali. Le journal le républicain et son président Tièbilé Dramé sont les pires et les ennemis du Mali. Le but de ces détracteurs est de coûte que coûte porter atteinte aux régimes en place et cela dans leurs propres intérêts. Ils menacent la stabilité du pays et divulguent toujours des articles incitateurs à la haine et à la violence. Ce sont des comportements apatrides. 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

  88. Monsieur le journaliste, ayez un peu de sens du professionnalisme! Mr Moussa Mara n’a pas démolit l’Accord d’Alger comme vous avez mentionné mais, plutôt énumère les difficultés qui empêchent sa mise en oeuvre. D’ailleurs, il a été l’un des artisans de la conclusion de cet accord.

  89. Actuellement la seule personne à laquelle la jeunesse malienne peut et doit faire confiance en matière de politique est l’enfant de la Commune IV, Moussa Mara. Si ceci ne tenait qu’à moi, j’allais lui mettre dans les fauteuils de Koulouba, après les mandats d’Ibrahim Boubacar Keïta. Est-ce pour cela que vous voulez le décrédibiliser avec cet article diffamatoire? Croyez-vous que Moussa Mara a le même sens que vos opposants de la honte? 💡 💡 💡

  90. Je me demande tous les jours pourquoi les journalistes maliens aiment faire de diffamations?
    Ancien Premier Ministre et président du parti Yeleman ne peut pas se donner à une telle pratique. Celle qui consiste à critiquer les bienfaits fondés d’un ancien adversaire politique. Si les opposants ont fait de l diffamation leur chant, Mara ne peut pas le faire. 💡 💡 :mrgreen: 🙄 🙄

  91. Monsieur le journaliste, sachez que MARA n’est pas allé vers l’école comme vous et vos opposants tarés qui voulez que cet accord n’aboutisse pas, c’est un intellectuel assermenté et dévoué pour la bonne cause de son pays. Il a toujours fait de bonne proposition au pouvoir non des critiques stériles comme vous. 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛

  92. Je suis d’avis avec Moussa Mara, la signature d’un accord est une affaire et son application en est une. Dire qu’il démolit les Accords, ce n’est qu’un mensonge. Ce dernier ne critique pas le régime en place mais, il fait plutôt des propositions.

  93. La politique au Mali a un sens de diffamations, de mensonge, de bêtises et de trahison de collègues. C’est la course au pouvoir dans laquelle il n’y a pas d’amis mais d’ennemis. Mais je pense si Mara a d’ennemis. La seule chose qui l’intéresse est le développement de son pays. Donc quelqu’un qui ne critique pas et propose et ne peut pas démolir l’accord dont la négociation a été mené sous sa gouvernance du gouvernement. 💡 💡 😳 😳 😳

  94. La paix sur le papier n’est pas forcement la paix sur le terrain. Certes, IBK et son gouvernement sont conscients de cela, mais l’accord la mise en application rencontre des difficultés ardentes mais pas insurmontables.

  95. Moussa Mara a très bien fait d’évoquer auprès de plusieurs hauts fonctionnaires du ministère français de la défense les difficultés de la mise en application de l’accord de paix. Les hauts fonctionnaires du ministère français de la défense prendront connaissance de certaine réalité qui leurs échappent.

  96. Encore des mensonges, Moussa Mara ne s’est jamais opposé à cet accord d’ailleurs c’est sous son initiative que ces accords ont été signés. C’est un vrai patriote, il a l’amour pour son pays donc Mr le journal, une fois de plus vous étalez votre manque ou carence intellectuelle. Retourne à l’école

  97. Certes, la France était auprès de notre pays pendant tout le long des pourparlers interarmées, jusqu’au parachèvement de l’accord, mais la lutte n’est pas fini elle ne fait que commencer. L’application de tout accord est plus ou moins difficile, mais elle demande plus de sacrifice de la part de tous les belligérants signataires.

  98. Ibrahim Boubacar Keïta a tout mis en n’œuvre pour que cet accord puisse aboutir. Les différents belligérants doivent faire preuve de bonne foi et de responsabilité et respecter leurs engagements. Tous les acteurs sont appelés à donner le meilleur d’eux même pour que cette quête de la paix puisse aboutir.

  99. Moussa Mara n’a pas démolit l’accord d’Alger et ne fera jamais une chose pareille. Il a parlé des difficultés d’application. Si seulement je pouvais décider ce qui peut être président de notre république, j’allais prendre Moussa Mara. Cet homme doit servir d’exemple pour la jeunesse malienne. Je sais qu’il fera lui aussi tout son possible pour qu’il soit un repère pour cette jeunesse. 😯 😯 😀 😀

  100. Pas seulement la France, mais c’est la communauté international qui doit épauler le Mali dans le processus de mise en application de l’accord de paix.

  101. On a bien compris l’acharnement autour de Moussa MARA, les apatrides veulent le detruire avant que ce pays ne lui revienne et cela est INEVITABLE, on veut avancer. Sans Moussa MARA on allait pas connaitre la realité de Kidal ou de cette rebellion en generale. Ce n’est pas une rebellion.
    Le peuple se reveille petit à petit. Si certains reçoivent seulement leur “Pain quotidien” pour demolir Moussa Mara, nous on veut le developpement de notre pays avec notre “Pain pour l’avenir” . Courage M. Mara on se prepare et on est Ensemble.

  102. Moussa Mara est un homme politique jeune et loyal. Il est un patriote de cette nation. Il n’osera pas dire une chose pareille sur l’accord d’Alger. Car il sait aussi que sous sa gestion de la primature
    cet accord a été négocié et il en sait quelque chose. 😳 😳 🙄 🙄

  103. Félicitation à Moussa Mara d’aller défendre la cause de son pays à l’extérieure, c’est ce dont j’appelle de la politique et aussi d’être patriote. Moussa Mara est plus patriote que Tièbilé Dramé, lui qui est allé à Paris dans le seul but de saboter la visite d’Etat de son président IBK.

  104. Je pense que Moussa Mara a raison, la signature d’un accord est une affaire, son application en est une n’autre. Le gouvernement conscient de la situation est en train de faire tout ce qui est en son pouvoir pour la bonne, effectif et rapide application de l’accord de paix.

  105. L’ancien premier ministre a tout simplement évoqué les difficultés qui jalonnent la mise en œuvre de l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation. C’est aussi facile pour nos journalistes de transformer les propos d’un homme politique aussi crédible que Mara. 😀 😀 💡 💡 😆 😆

  106. Je suis sûr que l’ancien Premier Ministre Moussa Mara n’a pas démolit l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale. C’est plutôt vous les journaliste dénigreurs qui sont en train de diffamer sur les dires de ce dernier. Mais que ceci soit clair: on ne diffame as de la sorte sinon on risquera de se faire haïr par la population civile. 👿 👿 💡 💡 💡

  107. Mr. le journaliste, votre propos semble vraiment confus, Moussa Mara défend toujours l’accord de paix et de réconciliation. Il disait même ainsi dans une de ses conférences que l’accord de paix est une bonne source pour arriver à la paix, Et sue cet accord a besoin de la participation de tous les maliens.
    Alors Mr. le journaliste, vous devriez peut être reprendre ces propos, Moussa Mara est un bon patriote.

    • @Sane.Seuls les apatrides, les corrompus et les grands voleurs ont peur de Moussa MARA sinon il n’est pas méchant pour nous autres…. 😆

  108. Même Demain et après demain, on rappellera et l’histoire retiendra que c’est Moussa Mara qui a fait sombrer le pays . n’en deplaise à ses valets

  109. @B . Daou.”I na sòrò PM Musa Mara yé ko ciama tignè é yé dè”: Musa Mara “démis”,Musa Mara “démolit”, Musa Mara a visité “kidal”…de grâce FOUTEZ LA PAIX A MOUSSA MARA WAYE!!!! 👿 👿

Comments are closed.