Mali : Le ministre Yaya Sangaré appelle les jeunes « à plus de retenue dans l’expression des revendications citoyennes »

7

Le gouvernement Malien fait à une montée des revendications citoyennes par rapport à l’extrême dégradation  de certaines routes nationales vitales pour l’économie du pays.

-Maliweb.net- De Kati à Kayes en passant par Tombouctou jusqu’à Gao, les organisations des jeunes battent le pavé en procédant à l’interruption du trafic routier, voire aérien pour exiger aux autorités maliennes la réhabilitation des routes.

Lundi, à la primature, le ministre porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, accompagné de ses homologues  des infrastructures et de l’équipement,  du Dialogue social, du travail et de la fonction publique ainsi que celui de l’Agriculture étaient face à la presse  pour donner des assurances par rapport aux bonnes intentions de l’Etat  de reconstruire le réseau routier du pays.

D’emblée,  le ministre Yaya Sangaré a rappelé que le gouvernement a conscience  de la souffrance des populations et reconnait la légitimité des manifestations citoyennes qui, selon lui, sont une façon de s’exprimer en démocratie.  Face à l’ampleur des revendications, le porteur de la parole du gouvernement a appelé la jeunesse à plus de retenue dans l’expression  de ces revendications citoyennes. Avant de déplorer leur  forme actuelle qui, a-t-il poursuivi, sont préjudiciables aux efforts du gouvernement pour dresser les problèmes du pays dans ce contexte de crise.  Ainsi, le conférencier a privilégié le dialogue entre les autorités et  les  manifestants, en ajoutant que   l’obligation de redevabilité est une raison d’Etat que le gouvernement Boubou Cissé ne soustrairait jamais ».  Le ministre semble lier l’arrêt de certains chantier d’infrastructures routières aux manque de ressources, «  dans un contexte de rareté des ressources, le gouvernement n’a pas les moyens de  satisfaire tout et tout de suite ».

Le ministre des Infrastructures et de l’Equipement, Mme Traoré Zeinabou Diop,  a fait le bilan de toutes les routes que son département a réalisé pendant les 6 ans de règne du Président Ibrahim Boubacar Keïta.   A l’entendre,  l’arrêt de certains chantiers de reconstructions routières est lié à l’insécurité qui sévit dans le centre et le nord.  Il s’agit, notamment de la construction de la route de Tombouctou, où les travaux  ont été interrompus après l’incendie des camions de l’entreprise française SATOM en 2017. En  effet, plusieurs camions de cette société ont été brulés par les groupes armés ou terroristes hostiles à la présence de tout signe de l’Etat Malien dans le nord. En bref, l’insécurité est à l’origine de la réticence des  entreprises  à poursuivre les travaux.

Lors de cette conférence, animée en français, bambara et Sonraigh, le ministre porte parole du gouvernement  a rappelé que les autorités maliennes ont toujours réagi face aux manifestations des jeunes.  Il a balayé d’un revers de mains certains propos prêtés au Premier ministre, Dr Boubou Cissé. Lesquels stipulent que le Chef du gouvernement aurait   déclaré que les matériels dédiés à la construction de la route de Tombouctou seront  retiré au profit de la réhabilitation de l’axe Kati-Kayes.  Une manière  pour le Premier ministre de convaincre le collectif « Sirako » de lever les barricades sur la route de Kayes.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Obligation de redevabilité? Pour ce que ce Gouvernement, elle vide de sens! Maigres ressources vius dites? Mais ces jeunes savent pourquoi les ressources sont maigres car en six ans ils n’ont rien vu comme investissements et ils ne voient pas d’espoir a ce que vous changiez un jour. Alors ils savent que seule un semblant de violence peut vous faire bouger. Rejouissez vous car eux( ces jeunes) sont encore dans la legalite, dire qu’ils en font trop c’est que vous ne voulez pas regader votre bilan.

  2. Ce petit ministre ne sait pas qu’il n’a pas de credibilite pour parler aux jeunes et que son patron Boua IBK et lui-meme sont des voleurs sans dignite et sans honneur, les jeunes n’ont pas de reperes car quand ils regardent leur president ou ses ministres tous ne sont que de voleurs et des apatrides. Qaund un pays est en guerre et que ses dirigents aillent acheter des avions militaires qui ne volent et a coup de milliards de surfacturation alors on doit veritablement se poser la question sur leur patriotisme.

  3. La gestion de ce problème est très simple si IBK reconnait qu’il a été élu de façon transparente surtout dans ces zones de turbilance ou parfois le nombre de suffrage exprimé était supérieur au nombre de votant est de retourner voir ses électeurs qui ont adhéré à son programme.
    Le Ministre du dialogue social, du travail et de la fonction publique, fruit de la main tendue d’IBK et on espère acceptera de laver les vaisselles après le manger parle de citoyenneté en ignorant les multiples scandales de détournements et de surfacturations comme si ses actes étaient citoyens.
    Ce que veulent les maliens aujourd’hui ce sont les actes concrets et non les promesses non tenues.

  4. Pauvre sinistre!pauvre gouvernement d’incohérents et d’incompétents!
    Pendant que son petit farceur de PM dit qu’il va rencontrer les populations pour noter leurs aspirations leurs doléances,lui un autre lécheur de bottes du président commission défense parle ainsi à la jeunesse.

  5. 1- C’est tellement simple d’être très bien inspiré sous un Palais et de n’avoir que de constats à faire sans malheureusement pas une solution ou ne serait-ce qu’ une proposition. . . . . . . . .!

    2- Ces jeunes dont il est question, auraient aucun mal du monde à comprendre, si chaque ministre et député renoncait à la moitié de leur salaire pendant 6 mois en guise d’effort national. Ce n’est pas aussi sorcier que cela, il suffit d’un peu de volonté, c’est tout. . . . !

    3- Après tout le budget de ces routes a été totalement investi dans la campagne pour la réélection ou nomination de ces mêmes courtisans ou de leur entretien personnel. . . .Cervolant Présidentiel par exemple, , , qu’en savons-t-on. . . . . .!!!

  6. Avoir céder aux coupeurs de routes a ses conséquences en terme de gouvernance.
    ON A MONTRÉ LE CHEMIN À SUIVRE POUR PERMETTRE AUX AUTRES D’ÊTRE SATISFAITS.
    Que l’on ne s’étonne pas que tout le monde imite les agitateurs de la route de kayes.
    Seulement en l’état actuel du pouvoir d’IBK, utiliser la force c’est prendre le risque de provoquer un soulèvement populaire.
    ON NE PEUT SE FAIRE RESPECTER QUE SI ON EST CRÉDIBLE.
    La délinquance au sommet de l’État a discrédité l’autorité de celui qui doit incarner la force de l’État.
    Pendant cette conference de presse un opposant qui a pris le risque d’accompagner IBK a rappelé,à juste titre, que les manifestants doivent savoir que l’État fait face à une situation particulière fondée sur la lutte contre le terrorisme.
    LE RAPPEL SERAIT AUDIBLE, SI SON PATRON IBK ET SON CLAN SE SOUCIAIENT DE L’UTILISATION RATIONNELLE DES DENIERS PUBLICS.
    Aucune mesure sur l’utilisation RATIONNELLE des deniers publics n’est prise pour montrer à la population que l’État fait face à une situation particulière.
    IBK, face aux scandales à répétition, ne fait rien pour permettre à la population d’accepter de souffrir compte de la situation particulière.
    SA MANIÈRE DE RÉPONDRE AUX INTERPELLATIONS DU CHEF DE FIL DE L’OPPOSITION ACCRÉDITE LA COMPLICITÉ D’IBK AVEC LES FAITS DÉLICTUEUX.
    Que les ministres sachent que les jeunes prennent pour prétexte l’état des routes pour sortir.
    La véritable raison est l’impression que ce régime fait perdre du temps au pays,qu’il faut agir pour faire changer la gouvernance.
    ON VEUT QU’IBK S’ASSUME OU QU’IL DÉGAGE.
    Le message est clair et net.
    En faisant cette conference de presse, ON EST ENTRAIN DE REGARDER LA MAIN, AU LIEU DE REGARDER LA LUNE.
    Un homme politique intelligent prend des mesures d’effet en terme de lutte contre la corruption, s’il veut calmer la population.
    IBK doit s’engager, avec des actes concrets,à faire la lumière sur les différents scandales.
    Il doit prendre des mesures sur l’utilisation irresponsable et très énervante des deniers publics basée sur des surfacturations à répétition.
    Ces mesures sont plus efficaces qu’une conférence de presse, qu’une visite du chef de gouvernement.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue

  7. Qu’il la ferme ce blanc bec……… les revendications sont à la mesure de l’exaspération du peuple….. Les jeunes ont décidé de reprendre leur destin en main et ça ne fait que commencer…… La justification sur la rareté des ressources ne tient plus au Mali…..les 24 milliards détournés au détriment de l’armée pouvait servir à réhabiliter quelques routes…. . Les 700 milliards pillés pouvaient servir à construire des km et des km de route… Alors que ces ministres aillent se faire voir ailleurs avec leurs arguments à deux clous!!!!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here