Décès d’Issa Doumbia dit sacré : Une bibliothèque de la presse malienne s’en est allé, après 20 ans de combat contre son diabète !

1
Décès d'Issa Doumbia dit sacré
Issa Doumbia dit Sacré

Décédé des suites d’une longue maladie (il souffrait du diabète depuis une vingtaine d’années) Issa Doumbia dit Sacré a été accompagné à sa dernière demeure au cimetière de Niamanan, le vendredi 4 janvier 2019, par une foule de grands jours composée d’éminentes personnalités dont l’ex Premier ministre, Modibo Sidibé, et plusieurs hommes de médias.

Issa Doumbia plus connu sous le sobriquet “Sacré” n’est plus ! Cet éminent journaliste s’en allé finalement, après 25 ans de combat contre cette maladie de diabète. C’est exactement le mercredi 2 janvier 2019 aux environs de 17 heures qu’il a rendu l’âme à l’Hôpital du Mali, après avoir piqué une crise de diabète. Et ce n’est pas la première fois que Sacré pique une crise. Puisque je suis mieux placé pour le savoir car l’ayant accompagné à plusieurs reprises dans cet établissement sanitaire, souvent après une crise ou même pour le contrôle ou faire son bilan médical avec un spécialiste.

Je me rappelle, il y a seulement, quelques mois, lorsqu’il avait piqué une crise dans un taxi en partance chez lui à ATTbougou. Ce jour-là, il était heureusement accompagné par l’un de ses fils du nom de “Levieux”. Puisqu’il était mon voisin du quartier depuis quelques années, immédiatement j’ai été informé par son épouse pour qu’on puisse le transporter à l’hôpital du Mali vers 20 heures. C’était, d’ailleurs, ma première fois de voir un malade du diabète piquer une crise. A vrai dire, j’étais pris de panique puisque Sacré avait totalement perdu connaissance. Dieu merci, les agents du service d’urgence de l’hôpital ont été très efficaces pour la prise en charge de Sacré, même s’ils étaient étonnés du taux de glycémie assez élevé. Quelques minutes après, Sacré s’est réveillé.  Quelques jours plus tard, je l’ai accompagné dans ce même hôpital pour des examens. Ce jour-là aussi, l’un des médecins chinois s’est dit très surpris de voir un malade du diabète grabataire qui vit à ce stade, tellement Sacré était résistant. Il me disait : “je suis vraiment dépassé de voir que ce monsieur vit toujours…”

Quelques jours avant son décès, Sacré ne cessait de parler de la mort et de donner des conseils à des gens sur la vie, notamment à son épouse. Et le jour du 31 décembre, il a dépensé tout son argent. Son épouse était même très surprise de cet acte, mais elle n’avait rien compris. “J’ai échangé avec Issa cette soirée jusqu’à 4 heures du matin pendant que nous étions en train de regarder la télévision. Il prononçait des mots sur lesquels moi-même je me questionnais beaucoup. En réalité, je n’avais rien compris. Et il me disait à chaque fois que 2019 sera très bonne…”  nous a confié son épouse.

Sacré était pour moi un Tonton (à cause de ses relations avec mon oncle Amadou Béïdy Haïdara et il m’appelait toujours Fiston). Il était aussi un voisin de quartier, un collaborateur… Je me rappelle toujours son appel, le dimanche 30 décembre 2018, quand je m’apprêtais à décoller sur Dakar, au Sénégal, avec ma famille : “Bonne et heureuse année 2019 à toi et à toute ta famille. N’oublie de souhaiter mes vœux de nouvel An à Son Excellence (ATT) et à toute sa famille”. Dieu faisant bien les choses, j’ai fait la commission à ATT, le 1er janvier, aux environs de 22 heures. Il me disait : “Quand j’ai vu Sacré la dernière fois, il était vraiment fatigué. Voilà quelqu’un qui est superbement intelligent… “.

Malheureusement, 24 heures après cet échange, on nous annonce que Sacré est décédé.

L’ex-président de la République, Amadou Toumani Touré, et son épouse Lobbo Traoré, ont été touchés par cette mauvaise nouvelle annoncée par Seydou Sissouma. Comme il fallait s’y attendre, ATT m’a remis une enveloppe pour la famille de Sacré.

Sacré fut un collaborateur. Oui, puisque nous avons travaillé ensemble à L’Indépendant quand j’étais à mes débuts dans la presse. Je me rappelle encore que c’est ce journaliste qui a corrigé mon premier article de presse en tant que journaliste. Ce jour-là, j’étais très séduit de la correction qu’il a faite sur cet article de sport.

Un collaborateur, oui. Sacré fut un collaborateur extérieur quand j’ai créé mon propre journal “Aujourd’hui-Mali”. Oui, il était la main invisible de tous les grands dossiers de la vie de la Nation que nous avons réalisés. Et à son vivant, il n’a jamais voulu que je dévoile ce secret entre nous. Dieu merci, j’ai gardé ce secret jusqu’à sa mort. Je suis aujourd’hui en mesure de le dévoiler, par devoir de reconnaissance.

Pour la petite histoire, j’avais en projet un dossier sur l’histoire du Parlement au Mali. Et ce dossier était bien avancé. Chaque fois, il me disait : “Fiston, je suis vraiment avancé, mais il me restait quelques détails seulement …. Il faut voir quand on pourra le publier … Je pense que ce dossier va intéresser vos lecteurs”. Malheureusement, ce projet ne sera pas réalisé de son vivant.

Pour ceux qui ne savent pas, Issa Doumbia dit Sacré est né en 1972. Après ses études primaires, il fut orienté au Lycée technique où il a obtenu son Baccalauréat. C’est ainsi qu’il a décidé de poursuivre ses études supérieures en journalisme au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) de Dakar où il fait partie de la 27ème promotion.

Comme journaliste, Sacré a travaillé dans plusieurs organes de presse, notamment à Le Républicain, à L’Indépendant, au Soudanais … avant la Fondation pour l’Enfance que dirigeait Amadou Toumani Touré (ATT).

Elu président de la République, le Général ATT lui fait appel pour renforcer la Cellule de communication de la Présidence avec à sa tête un éminent journaliste, Seydou Sissouma. Avant d’être agent à l’AMAP comme journaliste au quotidien L’Essor.

De la fonction de chargé de mission, Sacré s’est retrouvé à celle de conseiller technique à la présidence de la République. Compte tenu de ses engagements et dévouements à la nation, il a été décoré au grade de Chevalier de l’Ordre national par le Président ATT. C’est ce qui a valu la présence de la Grande chancellerie des Ordres nationaux lors de ses obsèques pour lui rendre l’hommage de la Nation.

                    El Hadj A.B. HAÏDARA

 Alassane Souleymane, président de l’Ama-Cesti :

“Je perds un frère, l’Amicale des anciens du Cesti un éminent jeune membre”

ici, Sacré (debout à gauche) et Alassane Souleymane (accroupi à gauche)

La devise des sortants du Cesti est “Cestien un jour, Cestien pour toujours”. Issa Doumbia alias Sacré est un Cestien, il le restera toujours. Il a laissé des souvenirs indélébiles à notre école à Dakar et le personnel s’en souvient. A mon passage en mars dernier encore il en était là à demander de ses nouvelles. Sacré a été des plus remarquables de la 27e promotion, et à l’annonce de sa disparition, plusieurs de ses camarades ont exprimé leur affliction sur les réseaux sociaux.

Ces réseaux qui nous connectent aujourd’hui et qui ont cassé toutes les barrières pour nous faire accéder à l’information à l’instant T. La preuve en ce moment même, le Cesti pleure Issa Doumbia de la 27e promotion et Alassane Diogo Barry, de nationalité guinéenne, 18e promotion,  travaillant à la RTG, décédé hier et dont les obsèques se tiennent en ce moment même à Conakry.

Nous sommes une famille et nous pleurons nos morts. Nous sommes convaincus qu’ils ont servi au mieux la profession et leur pays. Issa Doumbia a embrassé très tôt le journalisme. En était-il prédisposé ? Je me permets de vous dire oui car je pense être très bien placé. Il aurait pu être un cosmonaute, un physicien nucléaire, un chimiste, un ingénieur informatique, un médecin, un architecte, un professeur de lettres. Oui il pouvait être tout cela, parce qu’Issa Doumbia que j’ai connu dans la même classe, en 8e et en 9e années au second cycle de Hamdallaye Plateau 2  avait ce don, cette intelligence et ce don d’être le meilleur dans toutes les matières. Il était le meilleur d’entre nous. Je ne le dis pas pour faire de la flatterie post-mortem. Non il était notre premier, inégalé et inégalable. Avec ses 16 ou 17 de moyenne lorsque nous autres tentions de le talonner avec des 14 ou 13 de moyenne.

Avec lui, nous avons été trois élèves à représenter notre école à un concours littéraire au niveau du district. Et c’est lui qui décrocha le premier prix. Je me souviens que L’Essor lui avait consacré un article. Je lui avais personnellement offert un roman en guise de cadeau et je pense que cette séquence a renforcé nos liens.

Après le DEF, nous avons été séparés, et ce n’est pas pour rien qu’il est allé au lycée Technique. Dans les événements estudiantins, nous nous sommes revus plusieurs fois et avons compris dès cet instant que le journalisme germait en nous. Avec des camarades ils avaient fondé “La Voix de l’étudiant” et nous au lycée Badala, nous créions “La Luciole de la Colline”.

En 1998, il était à l’aéroport de Dakar pour m’accueillir lorsque je faisais mon entrée au Cesti. Contrairement à d’autres compatriotes, je n’avais pas à affronter la grande difficulté de chercher un toit. Il m’a accueilli chez lui. Nous avons partagé une année la chambre, le temps pour qu’il décroche son diplôme.

A Dakar, Issa m’a accueilli et protégé. Au Cesti, il m’a encadré. Il m’a donné le goût de la recherche documentaire et de la lecture de la presse. Je me souviens encore de son image, à ses heures libres, une paire de ciseaux en main, en train de découper les journaux pour constituer sa documentation. Au retour au pays, nos chemins se sont rencontrés très souvent, lui à la présidence et moi à l’ORTM.

Issa était un grand professionnel et surtout un grand patriote. Il part aujourd’hui avec beaucoup de rêves pour le Mali et des projets notamment de livres sur la situation politique ou sur l’état de notre presse. Issa était dans sa vie un homme calme, discret, courtois et disponible s’il le faut. Pour la dernière fois nous nous sommes revus il y a quelques semaines, à Faladié, chez un revendeur de journaux. Il était là pour acheter des journaux comme il aimait le faire. J’étais là pour l’imiter comme il me l’a appris.

Je perds un frère, l’Amicale des anciens du Cesti un éminent jeune membre. Au nom de tous les membres de l’Amicale et en mon nom propre, je prie pour le repos de son âme, et que le Tout-Puissant lui accorde sa Clémence et sa Miséricorde.

Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille, à ses anciens collègues de la présidence de la République, à l’Amap et à l’ensemble de la presse. Dors en paix Issa ! Ami et camarade de classe

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. “homme auquel vous rendez hommage merite qu”on lui dedie un camp d”excellence.Issa a brille partout ou il est alle.
    je me souviens qu”en 6eme annee Hamdallaye Plateau,Issa est arrive(drainant son velo dans la cour de l”ecole) bien apres l”ouverture des classes en plein novembre mais cela ne l”a pas empeche de se hisser a la 1ere place des sa 1ere composition.
    Issa etait bon partout et dans tout,
    meme en ruralisation ,les planches de Issa etaient meilleures aux autres.
    En football,en athletisme ,il a toujours figure dans l”equipe d”elite de l”ecole,
    c”etait comme ca au 1er cycle en 6eme annee,quand Issa a 9 de moyenne son 2eme de classe a 7 de moyenne pas plus. Au second cycle pareil,toujours tres distant de son 2 eme.
    Que le Tout Puissant l”accuielle dans son paradis.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here