Dramane Sidibé : « Je ne fais plus partie des FARE »

1

Dramane Sidibé, un natif de Djicoroni Para, tenait beaucoup à s’exprimer pour couper court aux rumeurs. De sa démission du parti FARE à la sécurisation du pays, en passant par un soutien possible de son association à un des candidats à la Mairie du district. Samedi 18 novembre, dans son quartier, il a expliqué son divorce avec les FARE face à la foule venue à la première assemblée générale de Jeunesse alternance renouveau(JAR), l’association qu’il a créée pour le développement de la jeunesse.

La JAR n’est pas un parti politique mais elle compte jouer sa partition dans les questions de développement et de la politique locale, y compris les élections de proximité. «Je tiens à préciser que je ne suis membre d’aucun parti politique », a-t-il affirmé pour en finir avec des rumeurs faisant de lui un membre des FARE dont il a démissionné.

Pour avoir été déçu par ce parti, Dramane Sidibé a décidé avec des camarades de créer l’association JAR. « Je ne fais plus partie des FARE, j’ai démissionné », a-t-il dit. Il a longtemps cheminé avec le parti de l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé, notamment pour l’élection communale passée, avant de jeter l’éponge récemment.

Réussir là où les partis politiques ont échoué est l’ambition des membres de JAR qui sont surtout liés par des idéaux d’alternance. Selon Broulaye Camara, le secrétaire général de l’association, l’un des objectifs est de favoriser l’entraide. C’est ainsi que des femmes du quartier ont été formées et soutenue pour la production de savon, une activité censée apporter des revenus supplémentaires aux bénéficiaires.

Ce sont des exemples de ce genre que la JAR veut promouvoir pour aider les jeunes maliens à prendre en main leur destinée. Former, sensibiliser et s’appuyer mutuellement sont donc les crédos de cette association qui n’entend pas s’arrêter là. «Aujourd’hui, c’est la première assemblée générale. Mais nous allons mettre en place l’association dans toutes les communes du district jusqu’à l’organisation d’un congrès », a déclaré Dramane Sidibé.

Tous les grands partis sont nés des associations, et les membres de JAR souhaitent que ce soit le cas pour leur association qui se soucie aussi de sécurité. Dans les jours à venir, des formations seront organisées à l’intention des membres de l’association sur comment assurer la sécurité dans les villages, communes et villes du pays. C’est la meilleure façon, selon Dramane Sidibé, de contribuer à la sécurisation du pays.

Soumaila T. Diarra

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here