Ibrahima Diawara à propos des pluies provoquées au Mali : “Nos avions ont toujours volé conformément au contrat qui nous lie à l’Etat.” “Nous sommes pratiquement à 115 opérations depuis juin 2021.. “

0

Ibrahima Diawara vient de rompre le silence en donnant toutes les informations nécessaires concernant l’opération “Pluies provoquées au Mali”. Ce programme, faut-il le préciser, fait aujourd’hui la fierté du Mali. “Le programme de pluies provoquées est l’un des domaines dans lequel le Mali peut exporter son savoir-faire” selon Ibrahima Diawara.

Dans un entretien accordé à la presse, Ibrahima Diawara a rappelé que le programme de pluie provoquée au Mali a été initié par l’ancien président Feu Amadou Toumani Touré suite au déficit pluviométrique que le Mali traversait. “Amadou Toumani Touré a initié un programme visionnaire en introduisant le programme de pluie provoquée. Ce programme a été conduit de 2006 à 2008 par une société américaine  qui facturait l’Etat du Mali à 5 millions de dollars (soit 3 milliards Fcfa)  par programme qui était de 5 mois. Suite à mes investigations, j’ai expliqué à l’Etat qu’on pouvait faire ce programme à moindre coût, à 50 % moins cher. La société américaine facturait la mobilisation de deux avions venant des Etats Unis. Et après le programme, elle ramenait les avions aux Etats Unis. Ce qui ramenait le coût du programme à 3 milliards Fcfa.  Suite à mes conseils, l’Etat a décidé de faire un appel d’offre pour l’achat de 2 avions, mais en préfinancement. De 2009 à nos jours, l’Etat a économisé pratiquement 18 milliards Fcfa suite à mes conseils. Au lieu de dépenser 3 milliards Fcfa, l’Etat dépense aujourd’hui, contrairement à ce que les gens disent,  1 milliard et quelques. Mais en réalité avec les jeux de la TVA et tout ce qui s’en suit, la société Malian Aéro Company ne touche que  1,5 milliards Fcfa. Et, là, nous faisons 12 mois sans toucher 1 franc. Cela veut dire que nous préfinançons les opérations de pluie provoquée et l’Etat nous paye quand le Trésor peut nous payer. Nous empruntons de l’argent à la banque pour financer ces programmes qui ne peuvent s’arrêter. Et, avec ce système, Malian Aéro Company a développé une expertise au niveau national que nous exportons.

La Mauritanie nous a fait appel et nous sommes partis quand il y avait des moments difficiles pour les aider à ensemencer et pour les aider à résoudre leur problème pluviométrique. Le président Yayi Boni a envoyé quelqu’un pour venir parler avec Dioncounda Traoré pour qu’on puisse les aider parce que les Béninois avaient des problèmes. Nous avons monté le programme du Sénégal et bien d’autres programmes dans la sous-région. Avec modestie, je peux dire que le programme de pluie provoquée est un domaine dans lequel le Mali peut exporter son savoir-faire. Et on le fait avec fierté”, a-t-il expliqué

Ibrahima Diawara a confié que sa société emploie 45 personnes qui sont mobilisées uniquement pour le programme de pluie provoquée et qui travaillent 5 mois dans l’année. C’est pourquoi, a-t-il dit, le programme de pluie provoquée marche au Mali contrairement aux programmes de la sous-région qui  sont arrêtés par manque de d’expertises et de compétences. “Nous mobilisons des expatriés de plusieurs nationalités, des Béninois, des Sud-africains, des Sénégalais. Nous amenons la crème de la technologie par rapport aux pluies provoquées pour aider à continuer à pérenniser le programme de pluie provoquée.

A la date du 8 octobre 2021, nous sommes pratiquement à 115 opérations  menées depuis juin 2021 parce que le programme dure 5 mois dans l’année.

Je suis surpris quand j’entends de gauche à droite que les avions des programmes des pluies provoquées sont cloués au sol, que le programme n’est pas exécuté et que les gens se partagent l’argent or qu’ils ne rendent pas ce service et je suis obligé d’expliquer  que contrairement à ce que les gens disent aujourd’hui dans les réseaux sociaux, le programme est fait avec sérieux, avec beaucoup de professionnalisme.

Nous avons ensemencé Koulikoro et le résultat est du concret, de la réalité. Faisons attention de ne pas tuer une société malienne qui exporte son savoir-faire à l’extérieur et qui est une fierté pour tous les Maliens. Je dis officiellement, solennellement, que les avions n’ont jamais été cloués au sol.

Nos avions ont toujours volé, nos avions ont toujours travaillé conformément au contrat qui nous lie à l’Etat. J’entends aussi que nous avions ces avions pour faire la campagne d’une autorité de la sous-région. Je dis que ces avions n’ont rien à avoir avec les avions de l’opération pluie provoquée. Nous avons 5 avions  dont 2 avions pour le programme de pluie provoquée et 3 autres avions qui nous appartiennent nous-mêmes pour le transport. Ces 3 avions de transport sont les propriétés  de Malian Aéro Company”, a-t-il souligné.

Parlant de l’impact des pluies provoquées, Ibrahim Diawara a dit que l’Etat met plus de 45 milliards Fcfa pour subventionner les engrais durant chaque campagne agricole. “Que valent 1,5 milliards Fcfa à côté de 45 milliards Fcfa pour augmenter la pluviométrie pour l’agriculture, l’élevage, la pêche. Je crois que cet investissement de 1,5 milliards Fcfa vaut le coût. Comme impact, une étude conduite par les autorités nous a prouvé que, de 2006 à 2016, la moyenne pluviométrique au Mali a augmenté de 35 à 40 %. Cela est un fait qui est réel qui n’est ni contesté ni contestable.

Et je me rappelle, avant 2006, on parlait de période de soudure. Cela fait 10 ans que je n’entends plus ce mot période de soudure. Cela est dû à quelque chose. A mon avis, c’est parce que la société qui fait le programme de pluie provoquée le fait avec sérieux et professionnalisme”, a-t-il précisé.

 El Hadj A.B. HAIDARA

 

xxxxx

En séjour aux Emirats Arabe Unis :

Ibrahima Diawara visite le pavillon du Mali à l’Expo 2020 de

Dubaï et signe un accord de partenariat avec Danube Home !

C’est avec beaucoup de fierté et de joie que le Président directeur général d’Ibi Group, Ibrahima Diawara, a visité le pavillon du Mali à l’Exposition Universelle 2020 de Dubaï. Ce grand rendez-vous a donné son coup d’envoi le 1er octobre et ce qu’au 31 mars 2022.  C’est le Prince héritier de Dubaï, le cheikh Hamdane ben Mohammed, qui a officiellement inauguré la cérémonie d’ouverture de la première exposition universelle organisée au Moyen-Orient, un événement qui a coûté sept milliards de dollars.

Le Président directeur général d’IBI Group, Ibrahima Diawara, se trouve actuellement aux Emirats Arabes Unis pour une mission d’affaires. Il vient de signer un accord de partenariat entre IBI Home, une filiale d’Ibi Group et Danube Home, une filiale de Danube Group présent dans 22 pays à travers le monde. Cette signature a fait l’objet d’une cérémonie très modeste à Dubaï.

Cette coopération, dira notre compatriote, permettra à Ibi Group de bénéficier d’une grande expertise dans le domaine du real Estate et du home design.

Profitant de son séjour aux Emirats Arabes Unis, le Pdg d’Ibi Group a visité le pavillon du Mali à l’Expo 2020 de Dubaï. Et ses impressions sont belles : “J’ai eu l’honneur de visiter le Pavillon du Mali sur le site Expo 2020 de Dubaï. Je voudrais, tout d’abord, remercier l’équipe Mali Expo 2020 pour l’accueil qui m’a été réservé et aussi la féliciter pour son travail salutaire. J’invite tous les Maliens, Maliennes et amoureux du Mali à visiter notre magnifique Pavillon qui me rend fier d’être malien aux Émirats Arabes Unis. Étant la première Exposition Universelle à avoir lieu dans la région Moyen-Orient, Afrique et Asie du Sud (MEASA) et à être organisée par un pays arabe, Expo 2020 Dubaï nous prouve à suffisance qu’avec la vision, le travail bien fait, le sérieux, l’abnégation et le leadership, on peut transformer le désert en un paradis qui captive l’attention du monde entier tout en accueillant le meilleur du génie humain”.

Lors de l’Expo 2020 Dubaï, l’émirat s’attend à accueillir 25 millions de visiteurs venus du monde entier sur 182 jours. Après un report de huit mois, elle s’ouvre finalement au monde sous la bannière “Connecter les esprits, construire le futur”. Il s’agit du plus grand événement international de cette ampleur à se tenir depuis le début de la pandémie de Covid-19. Et trois thèmes principaux se dégagent : développement durable, mobilité et opportunités.

Les expositions universelles servent de vitrine pour des découvertes, innovations et inventions qui changent le monde. Mais elles représentent surtout un forum qui aide à encourager le commerce, attirer des investissements et renforcer les relations diplomatiques.

Notons que les Émirats arabes unis ont annoncé le lancement de 50 initiatives économiques pour accroître la compétitivité du pays et attirer 126 milliards d’euros d’investissements directs étrangers sur les neuf prochaines années.L’une de ces initiatives s’appelle “10 par 10” et vise à augmenter de 10%, par an, les exportations émiraties sur dix marchés internationaux. D’autres projets concernent la création de nouveaux visas pour les entrepreneurs et les travailleurs qualifiés et un assouplissement des règles pour les regroupements familiaux. Les Émirats et la banque dénommée Emirates Development Bank (EDB) comptent investir 1,1 milliard d’euros dans les technologies industrielles et les secteurs fortement dépendants des technologies.

Le Prince héritier de Dubaï, le cheikh Hamdane ben Mohammed, a officiellement inauguré la cérémonie d’ouverture de cet événement, le 1er octobre 2021. “Le monde entier se réunit aux Émirats arabes unis tandis que nous inaugurons, ensemble, avec la bénédiction d’Allah, l’Expo-2020 de Dubaï”, a déclaré le cheikh Hamdane avant le lancement des festivités.

 El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here