Brèves : Les vérités de Me Moctar Mariko de l’AMDH sur l’EID

0

Le Bureau du Médiateur de la République a tenu le 10 décembre 2015 la 20ième session de l’Espace d’interpellation démocratique (EID) au CICB. Ainsi dans sa contribution, Me Moctar Mariko de l’AMDH a livré ses vérités  sur cet espace qu’il trouve budgétivore et celui des promesses jamais tenues. Pour lui, il y a de ces recommandations dont la mise en œuvre ne nécessite que du courage politique pour mettre les citoyens dans leurs droits. Il indiquera que la crédibilité, donc la survie de l’EID, est plus que jamais menacée. «Nous, sociétés civiles, légitimes représentants des communautés, dévons prendre nos responsabilités». De la justice à la santé en passant entre autres par le foncier, la sécurité, les droits humains et la paix, Me Mariko n’a pas manqué de dénoncer les nombreux problèmes qu’il qualifie d’injustices liées aux  multiples dysfonctionnements des services publics qui violent ainsi les droits élémentaires consacrés par la Constitution malienne.

***************************

Bientôt, les Maliens de l’extérieur entreront dans la danse de  l’EID

C’est l’information donnée par M. Habib Sylla, président du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur à la  20ième session de l’espace d’interpellation démocratique. Selon M. Sylla au cours des prochaines sessions, l’EID enregistrera d’énormes plaintes des Maliens de l’extérieur. Car dit-il, « il y a beaucoup de victimes d’abus de nos administrations et de nos compatriotes résidents relatifs à des achats de terrains ou de gestion de projets». Tout en remerciant le bureau du Médiateur pour les avoir associés à cet espace, M. Habib Sylla a promis de transmettre le message à l’ensemble de nos compatriotes résidents à l’extérieur. Et au Médiateur de la République, M. Baba Ahkib Haïdara d’ajouter que «notre espoir repose sur la dynamique de l’action de M. Sylla pour une plus forte sensibilisation de nos compatriotes de l’extérieur afin qu’ils puissent recourir plus facilement aux mécanismes de l’EID».

***********************

Création de l’Ordre du Mérite sportif

Le dernier Conseil des Ministres a, sur le rapport du ministre des Sports, adopté un projet de décret portant création de l’ordre du mérite sportif. L’institution de l’ordre du mérite sportif contribuera à encourager les hommes et les femmes qui s’investissent dans  le renforcement de la stabilité sociale et le rayonnement de notre pays au plan sportif. Le mérite sportif est une distinction honorifique destinée à récompenser les sportifs, les personnes ayant contribué au développement du sport, des activités physiques et sportives au Mali. Il récompensera des personnes ayant rendu des services exceptionnels aux instances sportives nationales et internationales. Le mérite sportif est décerné le 22 Septembre de chaque année ou à titre exceptionnel par le Président de la République. Il est décerné aux personnes jouissant de leurs droits civiques à condition que celles-ci réalisent des résultats exceptionnels dans les domaines de la pratique des activités physiques et sportives, du mouvement sportif, des compétitions sportives, de l’administration du sport, du partenariat et de l’industrie du sport.

***********************

La journée internationale des droits de l’homme célébrée au Mali

L’AMDH, la Commission Nationale des Droits de l’Homme, CNDH et d’autres organisations de défense des droits de l’homme au Mali en collaboration avec le ministère en charge de la Justice ont célébré, le mardi 8 décembre 2015 au CICB, la 4ème édition de la semaine des droits de l’homme. Le thème de cette année était : «Unissons-nous contre la torture et les autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».  C’était dans le cadre de la journée internationale des droits de l’homme, célébrée le 10 Décembre de chaque année. Pendant une semaine, une multitude d’activités  ont été réalisées pour promouvoir les droits de l’homme. Elles ont  servi de prétexte pour examiner les obstacles, les défis, mais aussi et surtout les opportunités d’actions en matière de promotion et de protection des droits de l’homme au Mali.

 

*********************

Le Mali, un pays en déficit de gouvernance

Depuis quelques années, les institutions internationales telles que  la Banque mondiale et le FMI ont élaboré des indicateurs pour mesurer la bonne gouvernance. Ces indicateurs sont construits à partir d’avis d’experts et sur la base d’enquêtes menées auprès des ménages.  Selon la plus récente enquête d’Afrobaromètre, les Maliens sont toujours insatisfaits de l’offre de gouvernance à eux proposée. La demande de gouvernance se chiffre à 59% contre l’offre de gouvernance qui est actuellement de 41%. En dépit donc des progrès réalisés dans les années 2012, le Mali demeure toujours en deçà des attentes avec un taux de 75% de ses citoyens qui pensent que le pays souffre d’un déficit de gouvernance. C’est l’information  donnée le vendredi 11 décembre 2015, par le Groupe de Recherche en Economie Appliquée et Théorie (GREAT) représentant d’Afrobaromètre au Mali lors d’un séminaire organisé à l’intention des journalistes  à l’Hôtel Olympe.

PARTAGER