Conférence régionale sur la paix et la sécurité les 23 et 24 février derniers à Tombouctou

0

La localité de Bourem, Sidi-Amar, située à 63 km à l’ouest de Tombouctou, a abrité la conférence régionale du 23 au 24 février sur la sécurité et la paix, lit-on sur la page Facebook du Gouvernement du Mali. « L’insécurité menace tout le monde. On est venu pour discuter et chercher une solution. On est tous d’accord que pour combattre l’insécurité, il faut promouvoir le vivre ensemble. La cohésion sociale est très importante. Il faut que la population accepte de dénoncer les malfaiteurs pour que les mouvements puissent faire quelque chose », a expliqué Arawani Ahmed Bouya, membre du MNLA.
Pour éviter les conflits intercommunautaires, les populations doivent entretenir de bons rapports selon ce Talfi Ag Hamma, ancien président du Conseil de cercle de Goundam. « Nous devons vivre en communauté et cela s’entretient par les bons rapports, les bonnes conduites. Dès que c’est entaché par certains comportements, cela occasionne des conflits entre les communautés », a-t-il précisé.

Le Mali participe à la 3e édition du forum africain pour la résilience

Le ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou CISSE, a participé à la 3e édition du Forum africain pour la résilience organisé par la Banque africaine de Développement (BAD) à Abidjan du 03 au 06 février. Dans le cadre du renforcement de partenariat entre le Mali et cette institution, le ministre a rencontré les plus hauts responsables de la Banque pour procéder à la signature de quatre accords de financement pour trois projets à réaliser au Mali. Dr Boubou CISSE a aussi rencontré son homologue M Adama KONE ,ministre de l’Économie et des Finances de la Cote d’Ivoire , ainsi que les  acteurs du marché financier à Abidjan .À noter qu’en septembre 2018, la Banque africaine de Développement(BAD) au Mali comptait vingt-quatre (24)opérations, finançant vingt-un (21) projets pour un montant total engagé de 380,493millions d’Unités de compte (UC), soit environ 300,203 milliards.

Le 8 mars comme symbole d’unité des femmes du mali

Le ministère de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille a organisé la semaine dernière un espace de dialogue pour le partage d’expérience, avec l’appui de l’unité Genre de la MINUSMA, lit-on sur la page Facebook de la Mikado FM. Le but de ce dialogue était de faire comprendre le fondement et les orientations de la journée internationale de la femme, prendre en compte les grandes préoccupations de la femme relative à cette journée et surtout recueillir et partager les préoccupations des femmes avec les plus hautes autorités lors de la célébration présidée par le président de la République du Mali . Pour la ministre, Dr Diakité Aissata Traoré, le but du 8 mars est d’« Unifier toutes les femmes du Mali à devenir une seule femme. » L’unité Genre de la mission de l’ONU appuie régulièrement la célébration de cette journée internationale qui est une occasion pour promouvoir les initiatives féminines. La célébration du 8 mars vise aussi à rappeler non seulement les victoires obtenues pour la promotion des droits des femmes, mais aussi à inviter à réfléchir sur la condition de la femme dans le monde entier. À l’instar du reste du monde, vendredi 8 mars, le Mali célèbrera la journée internationale de la femme.

Rassemblées par la Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here