Conditions de « vie exécrables des policiers maliens » : Le syndicat de la police nationale sur le pied de guerre

2

Dire que le syndicat de la police nationale est fâché, est un doux euphémisme. Le sergent-chef Daouda Cissé, le secrétaire général dudit syndicat a dénoncé, lors de la conférence de presse de la CSTM le lundi 18 avril, « les conditions de vie exécrables des policiers maliens partant de la dotation aux dérisoires primes de logements. Il s’est aussi insurgé contre les moult brimades dont les policiers sont victimes de la part de leur hiérarchie.

« Les policiers sont les dindons de la farce. La population nous traite de tous les noms d’oiseaux, mais ignore complètement les conditions difficiles dans lesquels travaillent les policiers. Un policier se reconnait par la tenue d’abord et c’est un véritable parcours de combattant pour se procurer cette tenue. Les chefs qui sont chargé d’apporter cette tenue en font un fond de commerce et c’est les enfants des chefs qui sont prioritaires et les autres s’habillent avec le reste. La vraie plaie béante qui est en train d’infecter chaque jour davantage le corps provient de la politique de deux poids deux mesures des chefs qui emploient tous les moyens possibles pour réserver les meilleures postes à leurs progénitures au grand désarroi des fils des pauvres», c’est par ces virulents mots que le secrétaire général Daouda Cissé a entamé ses propos. Il a évoqué certaines injustices qui minent la police et qui e courroucent les policiers. « Pour sanctionner le fils d’un chef qui a violé une fille, on l’a juste muté à Koutiala. Malgré que l’acte soit abominable et condamnable, il exerce normalement alors qu’il devait même être radié…Sommes-nous dans quel Etat ? N’avons-nous pas deux types de citoyens maliens, certains qui jouissent de tous les privilèges et d’autres qui doivent supporter toutes les humiliations juste à cause de leur combat pour le bien être de ses frères policiers », s’interroge-t-il. Selon le secrétaire national de la police, rares sont les policiers maliens qui possèdent une arme personnelle et ils sont bombardés d’injures à longueur de journée. « On dit qu’on ne joue pas pleinement notre rôle alors qu’on ne nous mette pas dans les conditions idoines pour le faire. Le résultat qu’on nous demande mérite des conditions meilleures de travail et si on nous met dans des conditions, on comblera les attentes de la population et des autorités, mais dans ces conditions c’est impossible »,  déplore le sergent-chef Daouda Cissé.

Il a invité les autorités à mettre les moyens alloués à la police à la disposition des policiers afin qu’ils relèvent les énormes défis qui leur font face tout en comblant les attentes de la population malienne. Le sergent-chef a dévoilé la manigance des autorités des polices qui mettent des carapaces à la disposition des policiers à la place des gilets pare balles. « Plusieurs maux sont en train de miner la police malienne et il faut prendre des mesures draconiennes pour y remédier au grand bonheur de tous », conclu-t-il.

Moussa Samba Diallo

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. C’est bien fait vous fêtes de la circulation un désastre et racketeur en plus.

Comments are closed.