Le ministre Salif Traoré sur Kledu : «Il faut que nous soyons au-devant de notre situation et ne pas trop espérer sur quelqu’un d’autre.»

4

Pour encore clarifier certaines mesures prises, évaluer la situation auprès des populations et inviter les populations à plus de citoyenneté et de coopération, le Général de Division Salif Traoré était sur le plateau de la radio Klédu le jeudi dernier.

De prime à bord, le ministre de la sécurité a salué le travail des médias. Pour lui, la sécurité est une question de perception que les médias doivent bien distiller auprès des populations. Ce travail de sécurisation, d’après lui, prend en compte le contexte et l’urgence. « Il implique des efforts permanents et discrets qui ne peuvent être révélés qu’après leur aboutissement. C’est donc une situation que dicte le contexte au regard de ce que le Mali vit. Malgré les efforts déployés, il n’est pas facile d’être partout en même temps car le pays vient de loin », ajoute le Général.

Le principal chantier au niveau de la sécurité consiste à recruter des éléments, réussir leur équipement et leur formation, à travers la loi de programmation de la sécurité intérieure. C’est un combat qui a commencé en 2017 et qui se poursuivra jusqu’en 2021, assure le ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

Quant à l’établissement des passeports, il ne saurait être le nid de la corruption car depuis quelques années déjà, les montants sont versés à la banque contre un reçu qui est joint au dossier déposé à la police des frontières. Le Ministre Salif Traoré a précisé que la confection du passeport coûte 55.000FCFA. Mais pour ceux qui espèrent l’obtenir en 24h, c’est la somme de 110.000FCFA. Les certificats sont gratuitement délivrés et aucun citoyen ne devrait se plaindre d’avoir payé de l’argent après la sortie publique du Directeur Général de la Police. Les cartes d’identité sont établies, dans toutes les préfectures, dans toutes les brigades et dans tous les commissariats, à 1.000FCFA.

La nouvelle loi sur la cybercriminalité est aussi une avancée notable que le département a défendue devant les députés qui l’ont adoptée. L’opportunité de ce nouvel instrument réside dans la force que prend l’utilisation des réseaux sociaux. Les publications pornographiques, la diffusion de vidéos et d’images faisant la promotion des terroristes, les insultes et les manquements sur les réseaux et d’autres infractions seront désormais réprimés. Le ministère de l’économie numérique, celui de la justice et enfin le département de la sécurité et de la protection civile sont les plus concernés.

Réagissant à la posture et au rôle de nos partenaires, le ministre clarifie qu’ils sont venus en soutien à notre pays. « Dans un tel contexte, il faut que nous soyons au-devant de la situation et ne pas trop espérer sur quelqu’un d’autre. Nous ne saurions laisser les autres se substituer à nous dans ce combat. Ces partenaires doivent nous aider là où ils peuvent le faire car le Mali aussi a aidé dans d’autres domaines…», a affirmé le Général de Division Salif Traoré.

Le ministre a souhaité que les gens ne partagent pas les informations à caractère propagandiste, il ne s’agit plus de tendance majorité ou opposition. Éviter les rumeurs et les informations insensées est un grand soutien à nos forces de défense et de sécurité.

Nouhoum DICKO

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. il y a un fantôme du gouvernement qui commence a avoir des neurones dans son son cerveau.

    il y a un début a tout!!!

    un peuple qui n’arrive a se défendre finira dans la servitude de ses libérateurs monsieur le ministre.
    c’est le cas de ce pays dont vous avez la gestion vous et vos maîtres , ce pays le mali dont vous avez le destin dans vos mains monsieur le ministre vous et vos sans savoir comment faire.

    vous voulez de l’aide ??? ALORS ECOUTEZ VOTRE PEUPLE, LA SEULE SOLUTION!!! Le mali vit une conséquence de l’incompétence de ces propres enfants de gouvernements successives et de différents régimes incapables de prendre le destin de ce pays en main et dans le bon sens. c’est ça la réalité!!!

    Monsieur le ministre, Votre loi sur la cybercriminalité doit faire rire! vous et maîtres ont peur des critiques des internautes??? le contre pouvoir fait toujours peur a ceux qui ne sont capables de faire face au peuple légitime monsieur le ministre.

    Cette fameuse loi fait partir de toutes vos communication depuis que le président macron votre cerveau pensant se déstabilisait seul dans son Elysée par les prise de position citoyenne de certains maliens,et en vous menaçant vous avez sortis en 24h chrono cette loi pour faire plaisir a vos mentors de la cellule afrique qui vous ont assomés suite a l’eveil d’un peuple???

    Surtout, ne vous trompez pas de cible! car vous n’avez a pas faire a des ignares, mais a un peuple éduqué,et déterminé.
    Macron a tapé sur la table,,et nos esclaves de maisons ont tout de suite pensés a une de loi sortis de je ne sais ou??? nos citoyens meurs et continuent de mourir dans ce pays voyons??? ce que L’ont arrive pas a imposer aux gilets jaunes, ont le confit au nos esclaves affranchis qui vont l’ imposer a notre population au non de quoi monsieur le ministre??? Que le peuple malien reste comme des enfants devant des gouvernants qui ne sont pas a la hauteur?? et qui sont l’emprise de certains pays sous le silence lâche d’une majorité politique??? Il faut nous respectés SVP!

    Monsieur le ministre, vous ne nous empêchera pas de vous critiquer sur le plan de la gestion de ce jusqu’à votre départ de la vie publique.

    Sortez toutes vos armes comme textes si vous le voulez, le peuple malien sera toujours la, vigilant de tout décortiquer, je dis bien tout vos failles, vous et vos maîtres sans aucune hésitation sur la gestion de notre nation.

    Monsieur le ministre, le mali ne sera jamais, en mesure de restriction des libertés comme chez vos amis, deux dictatures dynastiques sahelo- franc africaines de idriss deby et de faure yadema.

  2. Nous comptons sur nous mêmes si et seulement si le pouvoir en place se comporte comme il se doit en évitant injustice, impunité, vols en bandes organisées, surfacturation, d’être de mauvais exemples, népotisme, clanisme, clientélisme, gabegie, mensonge, tricherie, mauvais énoncé des vrais problèmes, cinéma et fourberie.
    Très cher Salif prenez vite, vite, vite conscience de à avant qu’il ne soit trop tard, car il y a toujours un moment pour cette prise de conscience, passé ce moment aucun effort investi ne saurait aboutir à un rendement escompté.

    • C’est pas trop pour un milliardaire, et c’est rien ca pour les officiers maliens!

      Cet autre général incapable de se défendre face à une mouche nous a suffisamment donner les prix des pièces, mais incapable de prendre la moindre sanction contre les brebis galeuses .
      Alors compter sur ces genres d’officiers poltrons est une collosale erreure.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here