Contentieux électoral post-législatif : Le CODESAC réclame à la nouvelle Cour 34 sièges à l’hémicycle

0

Alors que la nouvelle Cour Constitutionnelle  a prêté serment la semaine dernière s’apprête à rouvrir  le dossier du contentieux électoral né au lendemain de la proclamation  des résultats des législatives du mars-avril 2020, le Collectif des députés élus par le peuple et spoliés par la Cour Constitutionnelle  (CODESAC) monte au créneau  pour réclamer 34 sièges issus de 15 circonscriptions électorales.

Ce Collectif de candidats aux législatives passées qui réclament toujours la victoire sont issus dans les cercles de : Bafoulabé, Banamba, Yélimané, Nara, Macina, Ségou, Djénné, Douentza, Mopti, Ténenkou, Youwarou, Diré, Goundam, Gourma Rharous et Tombouctou.

Ils dénoncent la  «désillusion et le désespoir » nés aux lendemains des législatives.  « Les citoyens ont constaté que  la voix des urnes ne sert plus à rien, pour accéder à l’hémicycle », a constaté le président dudit collectif, Gossi Darméra. Ajoutant que   « les résultats des urnes sont falsifiés et détournés, en fonction de l’appartenance politique  des candidats, des circonscriptions et selon les humeurs de l’Administration en charge des élections ainsi que de la Cour Constitutionnelle. »

C’est pour protester contre ces tripatouillages  que ce collectif est né, avec  initialement à sa tête Bourama  Tidiani Traoré, candidat-spolié dans le cercle de Kati,  pour  défendre les intérêts des victimes aux législatives de 2020  au premier et  au second tour. Ce, en se fixant  comme objectif, la restitution des sièges et la prise en compte des requêtes introduites auprès de la Cour Constitutionnelle.

Les préoccupations de ces  différents candidats regroupés au sein de ce collectif   ont déjà rédigé un  mémorandum  qu’ils ont  adressé aux Chancelleries, à la médiation de la CEDEAO et les autorités maliennes.

Aujourd’hui, il faut noter que l’unité du Collectif a volé en éclat,  en laissant  place aux divisions que certains qualifient «  de  trahison ».

Selon Gossi Draméra,  les candidats issus dans les circonscriptions de Bamako CI, CV, VI, Bougouni, Kati, Sikasso et Koro  dont leur nombre se chiffre à une trentaine,  avec à leur tête Bourama Tidiani Traoré, ont  eu l’assurance auprès des  « faiseurs  de roi » qu’ils seront réintégrés l’Assemblée Nationale, après démission des ” 31 députés”  réclamée par la CEDEAO.

Cette décision de la CEDEAO, dit-il,  exclut d’emblée les candidats issus  des autres circonscriptions lesquelles se chiffrent à une quinzaine réunies toujours dans le Collectif des Députés Spoliés par l’Administration et la Cour Constitutionnelle (CODESAC).

Ainsi, ces candidats  estimés à  34 personnes demandent à la nouvelle  Cour Constitutionnelle  de réexaminer  leurs requêtes afin de leur remettre  dans leur droit.  «  A défaut, le CODESAC demande la dissolution pure et simple de l’Assemblée Nationale », peste son président Draméra.  Poursuivant que les recommandations de la CEDEAO, en ignorant les quinze circonscriptions, font état  seulement  de trente  sièges. De quoi susciter la colère du CODESAC, qui réclame ces 34 sièges à l’Assemblée nationale.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here