Indice de perception de la CORRUPTION 2006 : rnLe Mali classé à la 99e place

0

               Le Mali est-il devenu aujourd’hui, sous la houlette du président ATT, l’un des pays les plus corrompus de la terre ? En classant notre pays 99e sur  163, avec une note de 2,8 sur 10, en matière de perception de la corruption dans ses résultats de l’édition 2006, Transparency International donne une réponse négative. Ce rang est loin d’être catastrophique puisque le classement concerne 163 pays.rn

                En effet, Transparency International élabore chaque année l’indice de perception de la corruption (IPC) par pays et classe les pays en fonction de cet indice du moins corrompu au plus corrompu. L’IFC mesure la perception du degré de corruption publique par la population des pays concernés.

rn

                Depuis 1999, l’ONG publie également l’indice de corruption des pays exportateurs (ICPE). Cet indice évalue la propension des pays exportateurs à verser des pots-de-vin aux autorités de certains pays importateurs (émergents en l’occurrence). Un troisième indice élaboré par Transparency International est le baromètre mondial de la corruption (BMC). Celui-ci tente de répondre à des questions, telles que l’influence de la corruption sur l’environnement professionnel sur la vie privée et familiale ou encore le lien entre la corruption et la vie publique.

rn

                Ainsi dans le cadre de ses activités, l’ONG a rendu publics, novembre dernier, les résultats de ses travaux pour 2006. Dans son classement sur la perception de la corruption, l’organisation anti-corruption fait la part belle à un certain nombre de pays en Afrique centrale. Les mauvais élèves sont donc la Guinée Equatoriale, le Tchad, la RD Congo. “Le Gabon et le Congo Brazzaville, régulièrement accusés d’opacité financière font de maigres progrès. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle et illustre les efforts accomplis par ces deux pays même si d’énormes progrès restent à faire”, note l’ONG.

rn

                Pour ce qui concerne notre pays, Transparency International  lui a attribué une note de 2,8 sur 10 en matière de perception de la corruption dans ses résultats de l’édition 2006. L’ONG classe le Mali à la 99ème place, au même rang que la République Dominicaine, la Georgie, la Mongolie, le Mozambique et l’Ukraine.

rn

                Cependant, si l’on prend le classement des pays d’Afrique, le score du Mali n’est pas aussi mauvais. Sur 45 pays africains classés, il occupe le 18ème rang. Les pays qui devancent le Mali sont le Botswana, l’Ile Maurice, l’Afrique du Sud, la Tunisie, la Namibie, les Seychelles, l’Egypte, le Ghana, le Sénégal, le Burkina Faso, le Lesotho, le Maroc, l’Algérie, le Madagascar, l’Erythrée, le Gabon et la Mauritanie.

rn

                Lorsqu’on prend le classement encore, on remarque que l’écart entre le 1er et le dernier pays n’est pas grande chose. Car le Botswana (37e mondial) est le pays africain le moins corrompu avec une note de 5,6 sur 10, alors que la Guinée Conakry est le pays le plus corrompu avec une note de 1,9 sur 10. Du coup, ce rang fait du pays du président Lansana Conté, celui le plus corrompu de l’Afrique de l’Ouest.

rn

                En plus de la Guinée, le Mali devance, dans notre sous région, la Côte d’Ivoire, la Sierra Leone, le Nigeria, le Niger, le Togo, la Gambie, le Bénin. Pis, d’autres pays africains sont plus corrompus que le nôtre. C’est le cas, entre autres, du Mozambique, de la Libye, du Malawi, de l’Uganda, de la Zambie, du Rwanda, du Swanziland, du Burundi, de Centrafrique, de l’Ethiopie, du Zimbabwé, du Cameroun, de l’Angola, des deux Congo, du Kenya.

rn

                En tout état de cause, cette belle performance de notre pays est à mettre au compte des efforts déployés par les nouvelles autorités qui ne ménagent aucun effort pour instaurer une transparence dans la gestion des finances publiques. Et l’installation du bureau d’un Vérificateur Général pour renforcer la lutte contre la corruption et la délinquance financière dans notre pays va dans ce sens.

rn

Comme pour faire comprendre à ceux-là même qui voient le Végal d’un mauvais oeil, qu’il est loin d’être une structure de trop aux côtés de celles qui existent déjà.

rnOumar SIDIBE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER