Lancement du Parti pour le développement économique et la solidarité

0

Le nouveau parti dénommé Parti pour le développement économique et la solidarité (PDES) a été lancé samedi dernier au Cicb. Pour la circonstance, la grande salle de mille places a refusé du monde. Les délégués venus nombreux de l’extérieur et de l’intérieur notamment de Ségou, Gao, Kayes, Mopti, Koulikoro, Nioro, Nioro, Sikasso, Tombouctou, Kidal, Nioro pour ne citer que ceux –ci. Cette assemblée générale constitutive du PDES a eu lieu sous la présidence de Ahmed Diane Semega, le président actuel du mouvement citoyen. Monsieur Séméga devient d’ailleurs le président du nouveau bureau provisoire, un bureau de 127 membres dont 23 vices présidences. La cérémonie de lancement s’est déroulée dans une ambiance festive et a enregistré la présence des responsables d’autres partis : Adema, RPM, CNID etc. Etaient également présents plusieurs ministres de la république, le gouverneur du district, les maires Souleymane Dagnon de la Commune VI et Kader Sidibé de la Commune, des notabilités de Bamako, des membres du réseau des communicateurs traditionnels et l’Imam Abdourahamane Touré. Celui-ci à au nom de l’imam de la grande mosquée de Bamako, fait une fatiha, avant le commencement des travaux. A sa suite, les deux maîtres de cérémonie très talentueux, Zoumana Kané et Sy Solomane Sy, appuyés par Amadou Dagamaïssa, ont donné le programme. Lequel prévoyait une seule intervention, celle du président du nouveau parti, la présentation du nouveau bureau provisoire du parti, très étoffé de 123 membres ; une remise de vélos VTT à des enfants, les «amis d’ATT»; des prestations d’artistes célèbres; le lâcher des ballons; et un sketch du groupe Niogolon qui vante les grandes réalisations du programme pour le développement économique du président Amadou Toumani Touré, notamment son volet logements sociaux.

Dans son discours de lancement du parti pour le développement économique et la solidarité, Ahmed Diane Semega, le tout nouveau président a d’abord commencé par observer une minute de silence en la mémoire des militants du Mouvement citoyen morts le 23 septembre 2006, de retour de l’inauguration du pont Wabaria de Gao.

Un hommage  appuyé à ATT

Le président du PDES a aussi rendu grâce à Dieu. «Je rends grâce à Dieu le tout puissant et miséricordieux qui nous a permis de nous retrouver en ce jour historique de cette de cette année historique de célébration du cinquantenaire de l’accession de notre pays à l’indépendance », a dit le président Séméga.  Rappelant un adage, il reconnaîtra que le plus long voyage commence par un pas avant d’ajouter que « nous sommes réunis en ce lieu pour poser le premier pas qui donne le départ vers un nouvel horizon politique». C’est un Semega emphatique qui dira : «aujourd’hui, une belle aventure commence pour répondre à l’appel du Mali».

Les raisons de la création du parti

 «Oui, ajoute le nouveau président du PDES, nous nous engageons à traduire concrètement notre credo: tout pour le Mali, retrouvons ce qui nous unit. » Ainsi, nous voilà réunis ce matin, a-t-il dit, pour célébrer l’avènement  du PDES, ce parti dont chacun d’entre nous ressentait de plus en plus la pertinence et la nécessité. Que de débats, que d’échanges, que de concertation engagés pour aboutir au choix de créer un parti politique, pour aller au delà des formules d’organisations associatives certes efficaces, mais manifestement inaptes à pérenniser et à structurer efficacement la puissant mouvement de sympathie et de soutien né autour de la candidature du général Amadou Toumani Touré et autour de l’action salvatrice de construction qu’il mène à la tête du Mali depuis 2002 ! ».

Un parti sous l’ombre d’ATT

Semega n’oublie pas de rendre un hommage appuyé à Amadou Toumani qu’ils ont contribué à élire président de la république. «Je veux rendre un vibrant hommage au président Amadou Toumani Touré, dit-il, «lui dont la vision politique nous inspire et nous guide, lui par qui avec l’aide de Dieu et le combat du mouvement démocratique a permis que germe et grandisse au Mali l’arbre de la démocratie qui, tous les jours étend ses racines et se renforce ». Le président du PDES a jeté un regard rétrospectif sur l’itinéraire des militants du nouveau parti. « Je rend un hommage mérité et appuyé aux hommes et femmes qui avant 2002 et après, au sein des associations de soutien ou en dehors ont soutenu sans relâche avec constance et détermination d’abord le candidat ATT et ensuite le président ATT ». Il a aussi rendu un hommage aux partis réunis au sein de l’ADP, partenaires du mouvement citoyen. A en croire Ahmed Diane Semega, le PDES, le nouveau parti, s’inscrit dans la droite ligne de la poursuite de la mission du mouvement citoyen à savoir soutenir, amplifier, consolider et pérenniser la vision politique de ATT.

Nous sommes les portes drapeaux du PDES

Il poursuit en disant que «nous sommes les portes drapeaux du projet pour le développement économique et social et notre action politique inspirée et confrontée par la vision de ATT qui doit être pérennisée et sauvegardée ». Selon lui, le parti pour le développement économique et la solidarité a pour ambition de fédérer  toutes les synergies d’actions autour du projet pour le développement économique et social. Ce programme politique novateur ajoute t-il, qui transforme le visage du Mali.  «Préserver les acquis, explique monsieur Semega, c’est pour nous soutenir le gouvernement afin qu’il maintienne le cap des politiques publiques menés dans le cadre de l’accès à l’électricité, à l’eau potable aux soins se santé, aux services sociaux de base, à l’éducation surtout au logement pour tous les maliens etc. »  Avant d’indiquer qu’il a la ferme conviction qu’il pourra avec ses camarades relever tous les défis avec succès.

L’autre objectif, avance Semega, c’est la pérennisation des idéaux et valeur politique du président de la république, pour l’avenir de notre pays et pour en faire un référentiel en matière de gouvernance démocratique. Mais reconnaît volontiers le président du PDES, «cette tâche relève d’abord et avant tous des leaders et militants que nous sommes et nous devons la mener en ayant conscience des engés et en ayant conscience que c’est à ce prix seulement que le PDES pourra se forcer rapidement une place au soleil, malgré sa jeunesse en devenant à l’horizon 2012 l’une des tout première force politique de notre pays ». Selon lui, les militants du PDES ont les moyens de réaliser cette ambition. « Nous pouvons la réaliser», a-t-il rassuré. Pour terminer, en sa qualité de premier responsable du PDES, il a lancé un appel fraternel à tous les partis politiques de la place pour un partenariat mutuellement avantagé.

M. S Traoré et S.T Kassambara

 

 Les coulisses :

 L’impair du protocole : Mountaga et N’diaye Bah côte à côte

Est-ce un pur hasard du protocole si, samedi dernier lors de la cérémonie de lancement du nouveau parti présidentiel, Mountaga Tall et son ancien camarade, Ndiaye Bah étaient côte à côte. MeTall est l’un des rares mastodontes de scène qui a ténu à être présent à cette cérémonie. En venant à cette cérémonie, il s’attendait à tout sauf à se voir épaule contre épaule avec celui qu’il considère comme le fossoyeur du Cnid, N’Diaye Bah. Si donc le protocole l’a fait exprès, il n’y avait pas meilleure façon de narguer MeTallI. Et Mountaga l’a d’ailleurs compris puisqu’il s’en est allé avant même la fin de la cérémonie. Quant à Ndiaye Bah, nouveau démissionnaire il ne pouvait s’en allé avant d’entendre son nom comme membre du nouveau parti avec rang de 2ème vice-président.

 ATT absent  et non représenté à la cérémonie

Inutile de répéter à leur suite que le président ATT est le mentor du nouveau parti, l’idole de ces hommes et femmes qui affirment incarner les valeurs du soldat qu’il a été et du politique qu’il est aujourd’hui. On s’attendait donc à ce que le président ATT se fasse, tout au moins représenter. Mais non ! Certes, son épouse Mme Touré Lobo est la marraine du nouveau parti.  Mais d’aucuns ont été intrigués quand personne n’a répondu à l’appel insistant pour la remise d’une distinction dédiée justement au président ATT. En effet, les enfants, c’est à dire les amis d’ATT lui ont décerné un Ciwara dont personne, dans la salle, n’a osé aller retirer. Il a fallu qu’un membre de la cellule de communication se porte volontaire pour enlever cette haute distinction au nom du président ATT.

 La longue Fatiha du baptême

L’imam Abdouramane Touré a d’emblée récité la Fatiha, comme pour bénir le nouveau né, le Pdes. Il dit être venu à la cérémonie au nom de l’imam de la grande mosquée de Bamako, Koké Kallé. Il a donc lu devant l’assistance une longue et pieuse Fatiha. Tout le monde a dit Amin à l’unisson. De l’avis même de l’imam Touré, le Pdes a mérité cette Fatiha parce que le président ATT prie tous les vendredi à la grande mosquée de Bamako

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER