Me Mountaga Tall face à la presse : «Le gouvernement travaille activement sur la révision de la Constitution»

0
Me Mountaga Tall, ministre enseignement supérieur et de la recherche scientique
Me Mountaga Tall

Lors de sa rituelle présentation de vœux à la presse, le président du Cnid Faso Yiriwaton, Me Mountaga Tall s’est longuement exprimé ce lundi 18 janvier 2016 sur les questions d’actualité nationale. Il s’agit du terrorisme et la mise en œuvre de l’accord pour la paix, etc.

Premier responsable politique malien à présenter ses vœux à la presse, Mountaga Tall a respecté la tradition. Après avoir formulé ses vœux les meilleurs pour les hommes de médias, il a affirmé son attachement au respect des droits à la liberté de presse. Partant, il exprimera son engagement pour la dépénalisation des délits de presse et l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes. En revanche, il a sollicité les associations de presse à mettre davantage l’accent sur la formation de leurs membres afin de garantir la crédibilité de la presse.

Dans un autre chapitre, Me Tall a présenté un bilan positif de la gestion du pouvoir IBK en annonçant le meilleur pour l’année 2016.

Au sujet de la lutte contre le terrorisme, il invite le peuple malien à l’union sacrée. Car, affirme-t-il, personne ne pourrait tirer de dividende personnel en se démarquant  d’une telle union. «Attaquer le gouvernement ou les forces de défense et de sécurité en une telle circonstance ou trouver des justifications à la terreur constitue de graves crimes contre la nation elle-même», ajoutera-t-il. Partant, Tall a appelé à l’équipement matériel et moral des forces de défense et de sécurité.

S’agissant de l’accord pour la paix, le président du Cnid ironisera qu’il est heureux de constater que ceux qui étaient les plus opposés à cet accord soient ceux qui en demandent aujourd’hui l’application.

Dans son commentaire, Me Tall estime qu’il y a eu des avancées dans la mise en œuvre de l’accord. Aujourd’hui, explique-t-il, les principales structures préconisées pour la mise en œuvre de l’accord ont été effectivement mises en place. Il s’agit, précise-t-il, du Comité de suivi de l’accord, le Comité transitoire de sécurité  et la Commission vérité, justice et réconciliation. En outre, ajoute-t-il, le processus de  démobilisation, désarmement et réinsertion a démarré ; des instruments financiers ont été mis en place. C’est le cas par exemple du Fonds de développement durable des régions du nord qui recevra une dotation initiale de 300 milliards de Fcfa.

«Ainsi, comme certains de nos concitoyens ont pu le souhaiter, le gouvernement, chacun le sait, travaille activement sur la révision de la Constitution à la lumière de l’accord d’Alger et des autres leçons à tirer de notre pratique institutionnelle et électorale», a déclaré Me Mountaga Tall.

Sur le plan économique, le conférencier affirme que le Mali enregistre des avancées significatives. Citant la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, il indique que comme en 2014, le Mali a enregistré des progrès significatifs dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires. Notre pays est classé au 2ème rang des pays réformateurs de l’Uemoa. En 2015, le Mali est l’un des rares pays qui, au sortir d’une crise majeure, atteint le taux de croissance de 5%.

Oumar KONATE

PARTAGER