Monarque politique ou dandy du pouvoir : Le style IBK, quel est-il ?

9

Charles de Gaulle, bien qu’il était militaire, ne cessait d’user de la surprise du verbe durant sa gouvernance au point qu’il en fit son style, sa marque de fabrique. Il marqua toute une époque par ses envolées lyriques et ses phrasées fort bien inspirées. Le président IBK, lui, et ce depuis bien avant son bail de Koulouba, avait une image de dandy qui lui collait à la peau, au sens mélioratif du terme. L’on le qualifiait bien volontiers de bourgeois avec un gout certain pour le raffinement. Lui aussi, tout comme de Gaulle, manie la langue de Molière avec dextérité. Alors qu’il entame son second mandat, voilà l’occasion de dresser le style IBK, tant sur le plan de sa gouvernance que sur celui de son verbe.

Ibrahim Boubacar Keita est certes tout l’opposé du bourgeois gentilhomme (Monsieur Jourdain), personnage principal de la pièce de Molière du même nom, et qui avait l’obsession de ressembler aux gens de la haute société française. IBK est très certainement le président malien, le plus raffiné, le plus élégant, et aussi le plus « occidental ». Par son langage français hautement soutenu, un langage agréablement audible que même les descendants de Charlemagne ont du mal à user, il se présente comme le digne héritier de Senghor. Oui ! IBK est bel et bien un dandy. Mais cet aspect de son personnage intéresse-t-il vraiment le Malien lambda ? Oh que non !

Par contre, ce qui est digne d’intérêt, c’est lorsque le style de l’homme rencontre le style du président de la république. En d’autres termes, en quoi la gouvernance d’IBK est différente de celle ses prédécesseurs ?  

Tout était pourtant bien parti pour rompre avec l’ordre ancien afin de faire place à un nouveau mode de gouvernance beaucoup plus en phase avec l’orthodoxie démocratique. Dans le même ordre, en déclarant une quasi croisade contre la corruption et le népotisme, l’espoir d’un Mali où règne la transparence dans la gestion des deniers publics était au beau fixe. Tout le monde craignait IBK, à tel point qu’au début de son premier mandat, beaucoup de fonctionnaires tentèrent de se mettre en règle alors que le président ne donna la moindre directive. Des employés se mettaient religieusement à la tâche et la discipline était devenue, pour un court moment, la devise de tous. Patatras ! Le relâchement survint. Et l’on assista peu à peu à la renaissance du Mali de l’avant 2012. L’image d’une main de fer dans un gant de velours d’IBK s’est fortement effritée à l’épreuve du pouvoir.

Néanmoins, et ce, un quinquennat plus tard, c’est toujours lui qui gouverne. Il faut être sincère et reconnaitre que dans le landerneau politique malien, IBK est celui qui a le plus de charisme. Le pouvoir lui va bien, et son accession au pouvoir relèverait presque du divin. D’où son côté monarque politique. Pour faire un parallèle à la France du Moyen-Age qu’il aime tant, l’on affirmerait qu’il tient son pouvoir d’une monarchie de droit divin comme le roi soleil à l’époque, Louis XIV. Aujourd’hui encore, son charisme a un pouvoir d’attraction certain. Un charisme suffisant dans un pays comme le Mali pour être élu, réélu et gouverner. Les désillusions de ses premières années n’en firent rien. IBK est toujours le locataire de Koulouba.

Mais alors, parvient-il à combler les attentes ? Sur ce plan, les Maliens devront comprendre qu’IBK  n’est pas du genre à ficeler un dossier dans les moindres détails et d’en suivre la mise en œuvre du début à la fin. Il n’est pas également du genre, bien qu’il en ait l’air, de faire usage de la force de l’autorité pour contraindre tous au respect de la loi et à la transparence. IBK est plus du genre à gérer. Ni plus ni moins ! Et c’est déjà pas si mal, vu le contexte très fragile du pays. Pour beaucoup, l’on assiste à une phase de transition politique qui ne dit pas son nom. Le véritable travail de reconstruction du pays démarrera à la fin du second mandat. Ce sera au prochain président de la République de construire le véritable Mali post crise multidimensionnelle.

Entre temps, qualifiez-le comme vous voulez, monarque politique, dandy du pouvoir ou encore roi du nouveau Mandé ; IBK règne !

Ahmed M. Thiam

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. «IBK est très certainement le président malien, le plus raffiné, le plus élégant, et aussi le plus « occidental »??? THIAM, TU PORTESA DES VERRES DE MYOPES OU T’ES PASSE DU COTE DE CEUX QUI LEVENT UN PEU LE COUDE? LE PERSONNAGE D’IBK QUE JE CONNAIS EST CELUI D’UN HOMME GAUCHE…COMPLEXE.
    ” IBK est plus du genre à gérer.” 🙂 🙂 🙂 GERER? TU PARLES DU “GERER” MALIEN? SINON IBK A DEMONTRE SA VRAIE FACE.

  2. Si seulement le niveau de maîtrise de la française de l’idole IBK pouvait inspirer son adepte Thiam! Ce journaleux à l’art et l’habitude d’écrire des torchons dénués d’intérêt et truffés de fautes…”Pour faire un parallèle à la France” =) On fait un parallèle avec qqch et non à et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Manifestement n’est pas Adam Thiam qui veut! Que des journaleux alimentaires…C’est désespérant et inquiétant pour notre pays!

  3. Dandy, Bourgeois, langue de Molière, raffinement etc.
    Pendant ce temps, Le Malien ordinaire se débat avec
    la misère, le manque d’eau potable, l’insuffisance alimentaire, les ordures partout, l’éducation nationale defaillante, les hopitaux transformés en mouroirs, l’armée defaillante, l’administration inexistante, la proliferation des prêches débilitantes, l’abrutissement généralisé de la jeunesse, la multiplication des journalistes flagorneurs du ventre etc.
    Que le Président de l’un des pays les plus pauvres au monde se déclare dandy ou bourgeois est le comble du ridicule.

    Monsieur Thiam,
    IBK est juste un personnage tourmenté de complexes.
    Aucune personnalité.
    Il est constamment tiraillé par le mimétisme.
    Un individu qui traîne avec les complexes de l’ancien monde.
    Le noir colonisé qui a si bien intégré les codes du maître blanc, qu’il s’acharne à parler le français mieux que celui-ci.
    Il est né sous la domination coloniale, il garde encore les complexes de ce temps..révolu.
    D’où la présence ridicule d’une pile de dictionnaire à ses cotés lors des conseils de ministre à Koulouba.
    Il est fière de baragouiner des expressions latines ou Grecs.
    S’est-il demandé si un Président français a déjà essayé de prononcer un seul mot Bambara ?

  4. IBK ne règne pas,il joue plutôt du cinéma.
    C’est un CLAN dirigé par Mme KEITA née MAIGA qui règne.
    Sur la scène politique,il a tout le temps joué du cinéma car C’EST UN HOMME DÉPOURVU DE CONVICTION.
    Pendant la dictature l’alignement était automatique dans l’opposition car le beau père a été enfermé par MOUSSA TRAORÉ et ses camarades.
    C’est normal qu’ on le trouve dans le camp des tombeurs du dictateur.
    C’est pendant cette période de la dictature que Mme a commencé à jouer la réalisatrice.
    Il ne pouvait en aucun cas s’approcher du CLAN MOUSSA TRAORÉ, lui aussi piloté par une dame, sans l’autorisation de la réalisatrice.
    Chaque acte a son temps.
    Il fallait jouer le cinéma de partager la CONVICTION du VIEUX MAIGA compagnon fidèle de MODIBO KEITA .
    Le pouvoir acquis par celui qui était le leader naturel après IBRAHIM LY ,il fallait travailler pour avoir une place de choix au près de l’ élu afin de lui succéder.
    L’objectif était tellement de succéder à ALPHA OUMAR KONARE que quand il a décidé de ne pas le soutenir qu’ une haine féroce s’est installée dans les coeurs du couple car Mme a vu tous ses efforts anéantis.
    IBK premier ministre rigoureux sur les principes intangibles de la république face aux séparatistes a été coaché pour jouer parfaitement son rôle.
    ON A VU LE VRAI IBK QUAND LA SITUATION S’EST STABILISÉE c’est à dire un homme au service des MICROBES qui ont remplacé le régime socialiste pendant 23 ans,ont envahi le parti au pouvoir provoquant sa rupture avec ALPHA OUMAR KONARE et son rapprochement avec le CLAN MOUSSA TRAORÉ .
    Quand on est sans conviction,on suit son intérêt personnel en sacrifiant L’INTÉRÊT GÉNÉRAL.
    L’HOMME SANS CONVICTION EST MANIPULABLE PAR TOUTES LES COUCHES DE LA SOCIÉTÉ.
    Le plus emblématique des présidents sans conviction,qui était même contesté par son père,est BUSH FILS qui s’est fait manipuler par des lobbies pétroliers pour engager la guerre contre l’Irak dont son pays continue à récolter les conséquences.
    LE MALI CONTINUE AUSSI À RÉCOLTER LES CONSÉQUENCES D’UN HOMME SANS CONVICTION QUI S’EST EMPARÉ DU POUVOIR LE 19 NOVEMBRE 1968 qui est l’ami d’Ibk,a contribué à le manipuler pendant son premier quinquennat.
    Pour conquérir le pouvoir,après sa rupture avec AOK,IBK a même été obligé de jouer un rôle même très difficile pour les professionnels:IMITER CELUI QU’ ON A JAMAIS ÉTÉ.
    IBK est subitement devenu un grand musulman pour s’approcher des leaders religieux.
    Au début les prononciations des formules religieuses étaient très difficiles.Avec le temps,il s’est amélioré.
    L’acteur a mis tous les musulmans,sans exception, dans sa poche tant .ils se sont sentis incarner par le personnage.
    Le service de renseignement français n’a pas tardé à comprendre que l’homme peut jouer un rôle pour l’intérêt de la France .
    Il a été très facile pour eux de ramener les traîtres du MNLA défaits par les jihadistes à kidal car au sommet de L’ÉTAT du MALI la conviction n’est pas assez forte pour s’opposer à cette installation.
    Mme prépare la succession pour son fils,la France veut diviser le MALI.
    Les intérêts vont ensemble.
    Sauf que le peuple malien commence à comprendre le jeu d’où la signature d’un accord politique pour éviter de tout perdre.
    La réalisatrice doit trouver un rôle pour son mari afin de replacer son fils.
    Le premier quinquennat a permis d’atteindre le premier objectif c’est à dire se faire des sommes colossales dans les paradis fiscaux .
    Le deuxième objectif est de se maintenir au pouvoir par une succession dynastique comme au Togo et au Gabon qui les inspire.
    La tâche semble être très difficile compte ténu de la configuration actuelle de la politique malienne,mais IBK n’est il pas arrivé au pouvoir au moment où tout le monde le croyait hors course?
    L’avenir du CLAN présidentiel est lié à celui de la présence française au Mali.
    Si la France veut arriver à donner aux séparatistes leur autonomie,c’est pour imposer un régime fort à la tête du Mali.
    Le CLAN présidentiel n’a aucune gêne pour jouer ce rôle car son objectif étant la jouissance du pouvoir,le Mali est le cadet de ses soucis.
    SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA avait commencé à montrer le chemin.
    Il n’est pas exclu qu’ il revienne,si le mouvement en cours provoquant son départ échoue.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue

  5. Merci Sally, il restera toujours des idiots qui ne voient pas l’essentiel pour le malien en ce moment : sécurité, paix, tranquillité et développement. Prenez vos prébendes monsieurs les “journaleux” et gardez vos dithyrambes pour vous ou en privé à l’intéressé. Pire ibkalamité n’est pas du tout audible comme M. Tham veut nous faire croire, au contraire pour il faut un effort énorme d’écoute pour comprendre les mots qu’il baraguine tant sa langue est tordue par le whisky!

  6. Je suis en total désaccord avec tout le contenu de ce papier.
    Plus charismatique que Modibo Keïta, tu meurs!
    Plus instruit que Alpha, tu meurs deux fois. Alpha a écrit. Qu’est ce que ton dandy lègue à la postérité? Que dalle!
    Plus doué dirigeant que Alpha et ATT, tu meurs trois fois. ATT a réalisé des programmes sociaux porteurs. Qu’est ce que ton dandy nous lègue? Que dalle!
    Parler le français de Molière ou de Charlemagne dans un pays qui a 80% d’illettrés, ça équivaut à noyer le poisson.
    Nous voulons un chef qui a les pieds sur terre, qui sait s’appuyer sur sa propre culture pour mobiliser ses concitoyens, qui a de l’empathie pour son peuple, qui ne vit pas une vie luxueuse aux crochets des maigres revenus de son pays pendant qu’il y a 2 millions de personnes qui ont besoin d’assistance alimentaire.
    Ton dandy répond-t-il à ce profil?

    • Ton Alpha et ATT qui ont foutu ce pays tous les problèmes rencontrés par IBK aujourd’hui sont l’œuvre de vos présidents chouchoutés, vous devez avec eux répondre de la décadence du pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here