Rassemblement pour le Mali : Quand le président confirme la crise

1

Au Rassemblement pour le Mali (RPM), l’heure est à la justification et surtout à l’assurance du soutien au président de la République. Après le secrétaire à la mobilisation et questeur à l’Assemblée nationale, le président du Groupe parlementaire du parti, le ministre des Maliens de l’Extérieur, c’était hier au tour du président par intérim du parti présidentiel de tenter d’apaiser après la sortie décriée du gouvernement du secrétaire général, Dr. Bocari Tréta. Une sortie de Dr. Boulkassoum Haïdara totalement ratée puisque à nos confrères du Prétoire il n’a fait que confirmer la crise.

 

Tout en disant que “le RPM se porte bien”, le président par intérim du parti présidentiel ajoute qu’ils sont en train “de solutionner les problèmes  de ses sections parallèles”.

Au sujet du limogeage du Dr. Bocari Tréta, ex-n°2 du gouvernement et non moins secrétaire général du RPM, Dr. Boulkassoum Haïdara, déclare que “c’est un non-événement” mais reconnait quand même que “son départ a dû faire mal à certains qui s’agitent”. Et il salue “ce départ dans la mesure où ça lui permettra de venir renforcer le parti qui a plus ou moins de problèmes comme  vous l’avez vous-mêmes susmentionnés”, donc il reconnait des problèmes pour son parti qui se “porte bien”.

Ensuite, M. Haïdara ajoute que “pour le cas Tréta, il y a un peu d’agitation. A chaud, il y a eu un communiqué que j’ai signé moi-même. Je le reconnais. J’aurais dû proposer d’attendre l’approbation du communiqué par l’ensemble du bureau politique national du parti qui devrait se réunir le dimanche. Je l’ai signé. Mais le lendemain, à la réunion du bureau politique national, j’ai présenté mes excuses pour ce manque de vigilance de ma part. Car, dès le jour de la diffusion du communiqué, j’ai reçu beaucoup d’appels de certains membres du bureau politique national qui m’ont dit qu’ils ne s’associent pas à un tel communiqué et que si désormais on fait un tel communiqué, il n’est pas exclu  qu’ils fassent un autre communiqué contraire. C’est pour dire que l’unanimité n’avait pas été acquise  autour de ce communiqué.  Heureusement, le RPM est représenté à deux niveaux. Il s’agit du RPM parti et du RPM membre de la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle, dont je suis encore  le président, qui a redressé la situation en félicitant le Premier ministre et en renouvelant son soutien indéfectible au président de la République. On a dû rattraper. Je crois que le président nous a compris”.

Ainsi donc il reconnait la crise avec IBK puisque avoue le président par intérim le BPN s’est réuni le lendemain. “C’était une réunion de crise avec un certain nombre d’éléments  sous le coup de l’événement qui ont, à chaud, rédigé un communiqué de presse que j’ai signé moi-même. Je le dis et je l’assume. Mais j’ai reconnu à la réunion du bureau politique national que c’était un manque de vigilance de ma part. Et que cela  arrive à tout le monde”.

Voulant camoufler sa faute politique, il clame que “le président de la République le sait très bien qu’il peut compter sur le Rassemblement pour le Mali (RPM). Il a le soutien indéfectible de plus de 99 % des militants du RPM. Je tiens aussi à préciser que s’il place sa confiance en un homme comme le Premier ministre Modibo Kéita, je crois que ce dernier a également le soutien du RPM. C’est pourquoi, nous profitons de cette tribune pour renouveler nos vives félicitations au Premier ministre pour tout le travail qu’il a abattu dans le cadre du redressement du pays. Il peut compter sur notre soutien ainsi que celui de l’ensemble des partis politiques de la majorité présidentielle”.

Tout en reconnaissant qu’il y a toujours une petite frange du parti qui ne soutient pas IBK, Dr. Bocari Tréta n’oublie pas de défendre l’ancien ministre du Développement rural, en soutenant que les frondeurs ne viennent “même pas du côté de Tréta qui a compris en tant que cadre en mission que ce qui lui est arrivé n’est que l’émanation de la volonté de Dieu. Et qu’il demeure au service de la nation. Pour moi, Tréta et Ibrahim Boubacar Keïta, c’est l’arbre et son écorce (rires)”.

Il faut vraiment en rire puisque il confesse vite que “c’est vrai qu’il y a aujourd’hui une divergence de vue entre les deux hommes.  Si  Tréta  parvient à se comporter comme on le souhaite et qu’il s’occupe de son parti, je suis persuadé que les deux hommes vont se rejoindre tôt ou tard”. Donc, pour l’instant, il y a un fossé entre IBK et Tréta.

Et, il reconfirme une énième fois la crise puisqu’il réclame : “Il faut absolument qu’il y ait une cohésion au sein du parti. Jusqu’à preuve de contraire, c’est le président Ibrahim Boubacar Kéita qui est le président sortant du Rassemblement pour le Mali. Quelle que soit l’orientation politique que nous comptons prendre dans le cadre de l’organisation de notre congrès, nous avons le devoir de le consulter afin d’avoir son avis sur l’avenir du parti. Nous sommes en train de préparer ces consultations afin d’organiser le congrès à la hauteur des attentes de tous les militants et même des anciens militants, dont Ibrahim Boubacar Kéita”. IBK a quitté le RPM.

Comme perdu et inquiet pour son propre sort, le président de la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle en est devenu le coursier puisque après avoir tenu la réunion et rédigé le communiqué dans lequel la majorité a félicité le Premier ministre et renouvelé  son soutien au président de la République et à l’action gouvernementale,  il s’est déplacé “personnellement pour  déposer le communiqué à la direction de l’ORTM pour diffusion”.

Nabila

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Il n’y pas de crise car c’est le Mali qui a élu IBK mais pas le RPM. La preuve aux législatives le parti n’a pas eu la majorité donc le parti n’est pas performant sur le terrain . IBK, doit quitter le RPM et créer un autre parti et il aura plus de siège à l’assemblée .

Comments are closed.