Au profit des personnes vivant avec le VIH et le SIDA : ARCAD-SIDA Mali pour un plan d’intervention rapide !

0

Du 4 au 5 avril, au centre Awa Keïta, l’Association de Recherche de Communication et d’Accompagnement à Domicile des Personnes vivant avec le VIH et le SIDA (ARCAD-SIDA Mali) a organisé  un atelier de dialogue national au profit de la société civile sur les 3X90. L’ouverture des travaux était placée sous l’égide du Secrétaire exécutif du Haut Conseil National de Lutte contre le Sida (HCNLS), Pr Moussa Maïga avec à ses côtés le Directeur intérimaire de l’ARCAD-SIDA Mali, Fodié Diallo, de la directrice Pays de l’ONUSIDA, NDimira MSABIMANA Félicité et devant les acteurs de la Société civile

Développer une vision et un plan d’intervention national  rapide pour  les personnes vivant avec le VIH et le SIDA. Tel est l’objectif global de cet atelier.

En effet, les 3X90, est constitué de trois objectifs majeurs. Le 1er consiste à dire que  90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique d’ici à l’horizon 2020. Le 2ème 90, indique que 90% des personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent  d’ici à l’horizon 2020, un traitement anti rétroviral durable. Le dernier 90%, vise de faire en sorte que les  personnes recevant un traitement antirétroviral aient une charge virale durablement supprimée.

Dans son mot de bienvenue, le directeur par intérim de l’ARCAD-SIDA Mali, a souligné que les travaux de l’atelier porteront sur  l’analyse des progrès réalisés par les  organisations de la société civile. Cela, dit-il, dans le cadre de la mise en œuvre du plan de rattrapage 2018-2020 du cadre stratégique national ainsi que les GAPS programmatiques et financiers.

En plus, il a rappelé  que le Mali a adhéré à la déclaration politique 2016 sur le VIH/SIDA des Nations Unies, en  s’engageant à atteindre les cibles 3x ‘90’ d’ici 2020 et d’éliminer le Sida en 2030. C’est dans ce sens, dit-il, qu’après l’analyse de la cascade de soin, un plan de rattrapage dans le but de réduire les gaps programmatiques avec des stratégies innovantes a été adopté.

Dans cette dynamique, M. Diallo, dira que  les organisations de la société civile restent un acteur et un partenaire incontournable. «  Nous saluons d’ailleurs la présence de tous les acteurs de la Société Civile à cet atelier de dialogue national sur les 3X90. Nous,  acteurs communautaires, par notre capacité à atteindre les populations les plus exposées au VIH avons une contribution indispensable à apporter à cet effort collectif pour la fin de l’épidémie dans notre pays » a-t-il déclaré.

A sa suite, la directrice Pays de l’ONUSIDA, dira que  les plans de rattrapage ont donné des résultats encourageants. C’est pourquoi, elle a invité le Mali,  a élaboré et mettre en œuvre un plan d’accélération.

Dans ce cadre, elle a précisé qu’il s’agit de dégager les actions permettant de contribuer à l’accélération de la riposte au VIH au Mali, d’ici à l’horizon 2020.

Pour sa part, le Pr Maïga  a soutenu que la lutte contre le Sida se repose maintenant sur trois piliers, notamment,  le secteur public, le secteur privé et la société civile. « Aujourd’hui, on a eu des avancées  dans le domaine de la lutte contre le Sida grâce à la société civile. Elle n’est pas un acteur décisionnel mais regroupant ceux de terrain, ceux qui sont proches des malades » a-t-il affirmé.

Par Mariam SISSOKO

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here