Dépistage du COVID-19 : L’Union africaine (UA) va distribuer un million de tests

0

« Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l’Union africaine prévoit de distribuer à partir de cette semaine un million de tests pour dépister le Covid-19 », a annoncé, le 16 avril 2020, son directeur, le Dr John Nkengasong. Une information rapportée par l’Afp. Il est ainsi question pour le continent africain d’augmenter sa capacité à réaliser des tests à grande échelle.
Depuis l’apparition du Covid-19 en Afrique, de nombreux pays peines à mener des tests par faute de moyens disponibles. Ce qui ne permet pas d’apprécier l’ampleur de la pandémie sur le continent. Il faut noter que l’on recense en Afrique plus de 17000 cas et 911 décès. Le manque de moyens ne permet donc pas de faire des dépistages conséquents. « Le Nigeria a jusqu‘à présent mené 6.000 tests pour une population de quelque 200 millions d’habitants. En Ethiopie, qui compte plus de 100 millions de personnes, le nombre de tests plafonne actuellement à 5.000 », a souligné Dr John Nkengasong.

Moins impacté que le reste du monde, le continent africain fait face, lui aussi, à la propagation du Covid-19. Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) craint que l’Afrique ne puisse affronter la pandémie, les États prennent leurs dispositions. Le directeur de l’OMS a d’ailleurs appelé l’Afrique à se réveiller et à se préparer au pire face à la pandémie de Covid-19. Sur 54 pays africians, 52 sont touchés par le coronavirus. Au 15 avril, le continent africain comptait 894 décès confirmés pour 16.744 cas enregistrés, selon le comptage de l’Agence France-Presse.

La pandémie de coronavirus va plonger cette année les pays d’Afrique subsaharienne dans leur première récession depuis un quart de siècle, avec une baisse de -1,6% de leur produit intérieur brut (PIB), a anticipé, le mardi dernier, le Fonds monétaire international (FMI). Les deux géants économiques du continent, le Nigeria, son principal producteur de pétrole, et l’Afrique du Sud, la plus industrialisée, vont ainsi voir leur PIB reculer de respectivement 3,4 et 5,8%, selon les prévisions trimestrielles mondiales publiées par le FMI. Sous réserve de l’ampleur que prendra l’épidémie de Covid-19 sur le continent, l’institution table toutefois sur un fort rebond des économies africaines dès 2021, avec un retour à une croissance subsaharienne estimée à +4,1%. L’Afrique reste pour l’heure relativement épargnée par l’épidémie, avec un total de quelque 15.300 cas officiellement recensés pour 835 morts, selon un décompte de l’AFP. Mais de nombreux experts continuent à redouter une catastrophe sanitaire sur ce continent pauvre et aux systèmes de santé défaillants. Tous les pays africains “sont confrontés à une crise sanitaire, un choc sévère de la demande extérieure, un resserrement considérable du contexte financier mondial et un plongeon du prix des matières premières qui aura un impact sévère sur l’activité des exportateurs de matières premières”, a résumé le FMI. Cette tendance confirme celle publiée la semaine dernière par la Banque mondiale, qui avait anticipé une “chute brutale” de la croissance de la zone subsaharienne.

Mahamadou YATTARA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here