Action humanitaire : La Première Dame fait parler son cœur

0

En ce début d’année 2016, l’épouse du Président de la République, Mme Kéita Aminata Maïga, Première Dame du Mali, a donné du sourire à 11 personnes handicapées. L’épouse du Président de la République leur a offert 11 motos tricycles, 5 pour l’Association locale des personnes handicapées de la Commune I et 6 pour des particuliers.

C’était jeudi dernier à son cabinet à Koulouba, en présence des bénéficiaires, dont le porte-parole, Allaye Dia, avec beaucoup d’émotion, a salué ce geste de la Première Dame du Mali. «Etre en vie est une grâce mais être en bonne santé est aussi une chance. Et pourtant, nous n’avons rien fait pour mériter d’être handicapés.

Sur le plan social, ceci est très souvent le fondement d’un processus de stigmatisation à l’endroit de tous ces enfants et jeunes qui perdent leur droit à l’éducation et à l’emploi», a déclaré Allaye Dia, étudiant en 5ème année de Pharmacie à la FMPOS.

Selon le porte-parole des bénéficiaires, les personnes handicapées sont confrontées à des difficultés liées à la mobilité, notamment leur accessibilité à des moyens de transport en commun. C’est pour cette raison qu’il a indiqué que ces motos vont changer leur quotidien.

Visiblement très ému d’acquérir ce moyen de déplacement, il a déclaré «l’espoir fait vivre, les illusions réconfortent, la détermination réalise nos vœux, la foi est au-dessus de tout. Merci pour ce geste symbolique, nos attentes ont été comblées. Alors rassurez-vous et soyez sans crainte. Au jour de la reconnaissance du mérite, il serait séant que votre nom brille au fronton de l’édifice national».

Pour conclure, il a magnifié ce geste de Mme Kéita Aminata Maïga: «rien n’a plus de valeur sur cette terre qu’un cœur pur et généreux et c’est parmi les gens les plus simples que se cachent les grands trésors de bonté. Nous vous disons un grand merci».

Pour sa part, la Première Dame, rendant hommage à ces personnes à mobilité réduite, a indiqué que le handicap est un fait de Dieu. Selon elle, il n’est pas un frein à ce que la personne s’épanouisse.

A l’en croire, même étant dans cet état, une personne peut faire beaucoup de choses. A titre d’exemple, elle a cité le porte-parole des bénéficiaires, qui est étudiant, et d’autres handicapés qui vaquent à leurs affaires au quotidien.

Youssouf Diallo

 

PARTAGER