Appel de personnalités de la Communauté peule du Sahel : Aux Chefs d’Etat participants à la Rencontre des pays du G5 Sahel et de la France à N’Djamena, Tchad, les 15 et 16 février 2021.

3

Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement du G5-Sahel et de la France,
Nous, soussignés, membres de la Communauté peule de la région du Sahel, avons l’honneur de vous adresser le présent appel comme contribution à la recherche de solutions pour la paix et la sécurité dans notre sous-région.
Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement du G5 Sahel et de la France,
A l’entame de la tenue de ce Sommet conjoint des chefs d’Etat du G5 Sahel et de la France à N’Djaména, Tchad, du 15 au 16 février 2021, sur la situation sécuritaire au Sahel, nous souhaiterions partager avec vous les préoccupations et inquiétudes des communautés peules de par le monde, ainsi que de toutes les personnes éprises de paix et de justice, par rapport à la gestion qui est faite aujourd’hui des problèmes sécuritaires dans les pays du Sahel.
Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement du G5 Sahel et de la France,
La lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent est une lutte légitime, et elle doit être menée avec vigueur et sans concession, dans le respect scrupuleux des droits humains, dans l’équité et la justice pour toutes les populations victimes de ce fléau. Nous saluons les efforts des Etats du G5 Sahel, de la France et de tous leurs partenaires de la Communauté Internationale pour venir à bout du terrorisme et de l’extrémisme violent. Nous avons l’espoir que ces efforts seront couronnés de succès.
Cependant nous, cadres et membres de la communauté peule signataires du présent appel, ainsi que les hommes et femmes épris de paix et de justice, de même que les militants des associations et organisations dédiées à la défense des Droits de l’Homme, nous souhaiterions porter à l’attention de vos hautes autorités que nous observons, avec beaucoup de peine, le développement de la crise sécuritaire et certains aspects du déroulement des opérations de guerre contre le terrorisme, dans les pays du Sahel.
C’est pourquoi, Excellences, nous souhaiterions attirer l’attention de vos augustes représentations sur les considérations qui suivent.
D’abord, à notre entendement, la guerre contre le terrorisme doit mobiliser l’ensemble des populations des Etats concernés : autorités séculaires et religieuses, femmes, jeunes, notables, etc. Mais, ensuite, nous estimons qu’il n’y a pas de peuple ou d’ethnie d’essence terroriste ou djihadiste. Aussi, dans le cadre de cette lutte anti-terroriste, nous sommes d’avis qu’aucune communauté ne devrait être isolée, ciblée en tant que telle et faire l’objet d’attaques d’où qu’elles viennent pour la seule raison qu’elle est de tel groupe ethnique. Or, c’est ce qui arrive malheureusement, et assez souvent, à la communauté peule dans plusieurs pays du Sahel.
Pourtant, au vu des amalgames et autre stigmatisations contre les communautés peules, et au vu de leurs conséquences dramatiques sur le terrain, ainsi que des vigoureuses et multiples dénonciations qui s’en ont suivi, le Président de la République Française, Monsieur Emmanuel MACRON, avait averti au Sommet du G5 Sahel de Nouakchott 2020 que « les populations peules ne sont l’ennemi de personne ! »
Cette déclaration avait suscité, alors, de légitimes espoirs au niveau de beaucoup de communautés peules, quand au respect de leur droit à la vie et à la protection. Mais, visiblement, cet avertissement ne semble pas avoir été entendu. Et la communauté peule dans sa globalité n’a jamais été aussi martyrisée que dans la période actuelle, sous le prétexte de la guerre contre le terrorisme.
Des organisations internationales crédibles on évoqué dans leurs rapports, des actes assimilables à des crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui ne doivent pas rester impunis. Or, aujourd’hui, en toute objectivité, on peut affirmer que si l’on n’y prend garde un génocide sur la communauté peule peut survenir.
Convaincus que la clé des solutions réside moins dans les tueries que dans les actions de développement et de bonne gouvernance, nous attendons des pays du G5 Sahel, de la France et de tous leurs partenaires dans la lutte contre le terrorisme, qu’ils s’engagent solennellement et résolument, tout en combattant le terrorisme, à empêcher par tous les moyens un génocide dans la région du Sahel, voire ailleurs. Nous espérons que ce cri du cœur sera entendu, afin que les souffrances des populations soient abrégées.
Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement du G5-Sahel et de la France,
Nous souhaiterions bien que certaines personnalités ou organisations de la communauté peule puissent être écoutées et/ou impliquées pour apporter leur contribution positive, si modeste soit-elle, dans la recherche et la consolidation de la paix, de la concorde et du vivre ensemble au Sahel, dans la mesure où, dans cette grave crise sécuritaire, c’est aussi et surtout de la survie et de l’avenir des communautés peules dans le Sahel qu’il s’agit.
Sachant pouvoir compter sur votre bonne compréhension, nous vous prions de croire, Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement du G5-Sahel et de la France, à l’assurance de notre très haute et respectueuse considération.

Bamako, le 12 février 2021

Ont signé :
Pr Gnalibouy Boureima DICKO, Mali, + 223 76 47 41 37, email [email protected]
Pr Fary Silate KA, Sénégal, +221 77 510 97 58, email [email protected]
Pr Issa DIALLO, Burkina Faso, + 226 70 25 11 95, email [email protected]
Honorable Abdoua MAINASSARA, Niger + 227 96 48 36 26, email: [email protected]
Maitre Hassane BARRY, Mali + 223 73 5651 50, email [email protected]
Ahmadou Ousmanou,Tchad +235 66 28 76 06
Dr Aly BARRY, Mali +223 76 45 00 47, email [email protected]

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. On parle de communauté encore sur cette Terre. Il y a tellement de mariages mixtes maintenants entre les “communautés” que nous Devons penser à enlever ces thermes peule, Bozo, dogon, bambara tamazek dans les debats politiques et les negociations.
    Une personnes qui decide, quelqu´en soit son origine de rejoindre les retremistes doit etre traiter comme tel. Dans cette Population djadiste, il y a tout. Donnons les un NOM. Arretons de stigmatiser!!

    Le veritable terroriste s´appele la France!!
    Elle nous terrorise dans tous les sens!! Et depuis tres lgts!!!!!
    Elle cherche son interêt!! je ne la blâme pas!!
    Nous Devons ouvrir les yeux, travailler, s´aimer et chercher notre interêt dans ce monde trouble.

  2. Nous voyons encore le maudit Harouna Barry dans cette liste des ennemis des Peulhs. La question est purement communautaire et n’a rien de politique. Allons nous asseoir pour parler serieusement entre nous afin de resoudre nos problemes et surtout etre honnetes entre nous et discuter serieusement du communautarisme, de la discrimination et la segregartion, maux qui alimentent cette situation de tueries, d’aggressions et de haine entre les communautes Peulhs et les autres communautes africaines de l’Ouest. Comme cet article le dit” les populations peulhs ne sont ennemies d’aucune personne” et nous allons ajouter “qu’aucune personne n’est ennemie de la population peulh”. Citoyen de Sahel que je suis, j’ai appris et je sais ce qui se passe entre les populations peulhs et les autres populations surtout agriculteurs au Senegal, en Mauritanie, au Mali, au Niger, au Burkina-Faso et au Nigeria et les populations peulhs ne sont pas des victimes dans cete situation!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here