Bien avant Christophe Colomb, les Maliens naviguaient vers les Amériques en 1311

0

Bien qu’il soit maintenant largement admis que Columbus n’a pas découvert les Amériques lors de son débarquement dans les Caraïbes en 1492, car des Amérindiens le surveillaient depuis les côtes du continent, une histoire plus contestée d’explorateurs partis en Amérique contin Beeso est un réseau social qui a pour but la promotion de la culture afropolitaine et urbaine.

Selon un certain nombre de sources, Abubakari II, Mansa (roi) de l’Empire du Mali au XIVe siècle, aurait conduit des marins maliens en Amérique, plus précisément au Brésil actuel, près de 200 ans avant l’arrivée de Christophe Colomb. Abubakari II a dirigé ce qui était sans doute le plus riche et le plus vaste empire de la planète, couvrant la quasi-totalité de l’Afrique de l’Ouest. La BBC écrit sur ‘La saga d’Abubakari II… il est parti avec 2000 bateaux’ de l’érudit malien Gaoussou Diawara : Abubakari voulait savoir si l’océan Atlantique- comme le grand fleuve Niger qui avait balayé le Mali- avait une autre “banque”. Il avait beaucoup voyagé à travers et hors du continent africain, possédant déjà la majeure partie du continent.

Soundjata Keita, son prédécesseur et oncle, avait déjà fondé l’empire du Mali et conquis une bonne partie du désert du Sahara et des grandes forêts qui bordent la côte ouest-africaine».

L’historien afro-guyanais Ivan Van Sertima, écrivant sur le témoignage de l’empereur Kanku Moussa enregistré par l’Arabe Ibn Amir Hajib et transcrit par Al Omari au XIVe siècle en Égypte, lors du pèlerinage de Moussa, et sur la description de l’empire du Mali fabriqué par Ibn Battuta au 14ème  siècle, a expliqué : Attiré par l’exploration, Abubakari II a appelé des ingénieurs du lac Tchad connus pour construire des navires comme leurs ancêtres égyptiens et pour étudier tous les navires sur les rivières Djoliba (Niger) et le Sénégal afin de l’aider à lancer une immense flotte au-dessus de l’océan. Il a également embauché une équipe nombreuse et diversifiée de marins, commerçants, constructeurs, artistes, guerriers et hommes instruits, et leur a fourni des rations suffisantes pour deux ans. La flotte a ensuite traversé le grand océan occidental en s’appuyant sur un système unique de communication de batterie. Quand un seul navire est revenu avec un seul capitaine, disant au roi “qu’après plusieurs jours passés en mer, les navires ont été aspirés par une sorte de rivière avec un puissant courant sur l’océan et que tous les navires ont disparu à l’horizon”, Abubakari a décidé d’envoyer lui-même le voyage.

Les musulmans (certains disent notamment Mansa Abu Bakar II) rencontrent des Amérindiens. (Source: Ancient Origins) Abubakari II passa son trône à son frère, Kankou Moussa, et partit pour une expédition dans l’inconnue en 1311. «Les empereurs ont renoncé à tout pouvoir et à tout or pour poursuivre leurs connaissances et leurs découvertes», expliquent les historiens. Son frère, Kankou Moussa, plus connu sous le nom de Mansa Musa, deviendrait l’homme le plus riche de toute l’histoire. Certains historiens disent que rien n’a été entendu d’Abubakari II après, et pour cette raison, certains estiment que les Maliens n’ont pas navigué vers les Amériques à cette époque. Mais d’autres disent que c’est l’expédition d’Abubakari II qui a aidé Mansa Musa à devenir aussi riche que lui. Un site dit sur l’arrivée d’Abubakari II au Brésil : «Il décide plutôt de traverser l’océan pour gouverner cette nouvelle terre qu’il appelle «Boure Bambouk», d’après le plus riche gisement aurifère du Mali.

La troisième année dans la jeune colonie de Boure Bambouk, la première sous la direction d’Abubakari II, voit ses hauts et ses bas. Abubakari établit les premiers contacts diplomatiques avec les tribus Tupi curieuses de la région et encourage les échanges commerciaux avec elles. Grâce à ce commerce, les colons de Boure Bambouk se familiarisent d’abord avec les cultures du Nouveau Monde, notamment le maïs, les haricots, les arachides, le tabac, le coton et les fruits tropicaux. Ces produits agricoles permettront à la colonie de devenir autonome. De même, les animaux d’élevage du vieux monde, tels que les bovins, les ovins et les pintades, sont d’abord introduits dans les Tupi, tout comme les céréales comme le riz, le mil et le sorgho.

En 1314, Abubakari renvoie un bateau au Mali pour demander un soutien à son frère. Mansa Musa est impressionné par les nouvelles récoltes qui lui sont présentées et recueille plus de colons et d’aide à envoyer à Boure Bambouk. Ainsi commence un échange de marchandises bamboukiennes en échange d’une aide malienne. L’agriculture du maïs, des haricots, des cacahuètes, des poivrons et du coton va déclencher une explosion démographique au Mali, qui fournira les futurs colons venus de l’autre côté de la mer. ” Bien que tous les historiens ne s’accordent pas pour dire qu’il existait des preuves du voyage et du débarquement d’Abubakari II dans les Amériques, beaucoup s’accordent pour dire qu’il y a peut-être eu une présence africaine noire dans les Amériques bien avant Christophe Colomb.

Tiémoko Konaté, responsable du projet de recherche sur les voyages d’Abubakari II, a déclaré à la BBC que Christophe Colomb lui-même avait déclaré avoir trouvé des commerçants noirs déjà présents sur le continent américain. De plus, les analyses chimiques des pointes d’or découvertes par Christophe Colomb sur des lances en Amérique montrent que l’or provenait probablement d’Afrique de l’Ouest.

Certains disent qu’au-delà de Christophe Colomb, les contributions africaines à la civilisation américaine incluent «l’importation de l’art de la construction de pyramides, des systèmes politiques et des pratiques religieuses ainsi que des mathématiques, de l’écriture et d’un calendrier sophistiqué». Van Sertima cite la divinité aztèque Quetzalcoatl qui est parfois représentée au Mexique en tant qu’homme noir à la barbe, vêtu de blanc, arrivé six cycles après le dernier homme venu de l’étranger.

D’autres encore disent que la présence de têtes de pierres avec des «traits africains» de l’ancienne civilisation olmèque d’Amérique du Sud, antérieure aux Aztèques et aux Mayas, en est une preuve encore plus grande. Avec de plus en plus de preuves suggérant une présence africaine dans les Amériques avant Christophe Colomb, il est peut-être juste de dire que les relations de l’Afrique avec les Amériques n’ont pas commencé avec l’esclavage. Mais avec les marins, les explorateurs et les rois.

Le songhoy classé par l’Union africaine comme langue officielle

Le songhaï (soŋay en langue songhaï) ou sonrhaï (on écrit souvent songhaï mais on devrait, en accord avec la règle actuelle pour l’Afrique de l’ouest, écrire sonxay) est une langue africaine. Le songhaï compte 3 millions de locuteurs et est parlé dans plusieurs pays d’Afrique de l’ouest.

Répartition géographique du songhai en Afrique

Le songhaï est caractérisé par un faisceau de dialectes, parlés en grande partie le long du fleuve Niger à l’ouest dans le delta intérieur au Mali, au nord du Burkina Faso (Falagountou), dans la partie occidentale du Niger, au nord-ouest du Nigeria et dans le nord du Bénin, autour des montagnes de Hombori au sud de Tombouctou, plus à l’est dans la région d’Agadez à l’ouest du massif de l’Aïr et dans les oasis d’Ingall. Vers la fin du XIXe siècle, un dialecte songhaï appelé Emgadesi a été parlé dans la ville d’Agadez. Enfin, plus au nord dans les oasis de Tabelbala (en Algérie), on parle une langue qui est songhaï en structure mais, en grande partie arabe et berbère dans son lexique.

Classification

Le songhaï est classé dans la famille nilo-saharienne. Le rapport du songhaï avec les autres langues de cette famille est cependant contesté et certains le rapprochent des langues mandé (appartenant à la famille des langues nigéro-congolaises) avec lesquelles il partage de fortes similarités.

Les Groupes

Selon Robert Nicolaï, le songhaï se compose de deux groupes distincts de dialectes : songhaï méridional et songhaï septentrional. L’intercompréhension n’existe pas entre ces deux groupes.

Songhaï méridional

Le songhaï méridional est parlé principalement le long de la vallée du Niger, entre Djenné et Labzenga (au Mali) connu sous le nom de sonrhaï, puis le zarma en aval jusqu’au nord-ouest du Nigeria, le dendi dans le nord du Bénin. On le trouve aussi dans plusieurs villages du Burkina Faso et au Ghana. Les principaux dialectes (ces trois dialectes du Mali sont le songhaï proprement dit ou sonrhaï) : Hombori Senni, Koyra Chiini, Koyraboro Senni, autres dialectes : Djerma et Dendi

Songhaï septentrional

Le songhaï septentrional est parlé par des populations sédentaires d’Ingall et de l’Aïr, et dans les oasis de Tabelbala (en Algérie), ainsi par des populations nomades à Abala et Abalac au Niger, et au Mali à Ménaka. Les principaux dialectes : Tasawaq, Tadaksahak, Korandjé

Notes

Songhaï/zarma est un nom régional, bien qu’une langue nationale au Mali et au Niger. Si pour diffuser des émissions en cette langue la radiodiffusion du Mali utilise le nom songhaï, la radio Voix du Sahel du Niger utilise toujours le nom zarma, alors qu’ils ne font référence qu’à la même langue.

Langue de commerce et langue d’instruction au niveau primaire dans quelques écoles expérimentales à Gao (Mali). Le songhaï est parlé par un quart de la population du Niger, 17% de la population du Mali, et 4% de la population du Bénin. Le songhaï a connu son apogée au moyen-âge, plus particulièrement au moment de l’expansion de l’empire songhaï, il est devenu langue d’administration et langue véhiculaire des commerçants.

Exemples

Le Songhaï se prononce comme il s’écrit, ou plutôt s’écrit comme il se prononce. Ceci inclut les longueurs vocaliques marquées par des lettres doublées. On notera tout de même une exception pour les pluriels qui peuvent se terminer par ey ou ay mais se prononcent toujours ey. Aussi, on ne double pas les lettres en fin de mots monosyllabiques.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here