Célébration des journées Mondiales de la Femme Rurale et de l’Alimentation, édition 2021 à Kita : La femme rurale et la bonne alimentation des Maliens au centre des priorités des autorités

0

La Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Wadidé Founé Coulibaly, et le ministre délégué auprès du ministre du Développement rural, chargé de l’Elevage et de la Pêche, Youba Ba, représentant le ministre du développement rural, ont coprésidé, le 15 octobre 2021, à la place publique de Kita,  la célébration de  la 26ème  édition de  la  Journée Internationale de la Femme Rurale (JIFR), couplée avec la Journée Mondiale de l’Alimentation (JMA) qui est à sa 42èmeédition. Les autorités administratives, traditionnelles et  religieuses, avec à leur tête, le Gouverneur de la Région de Kita, Daouda Maïga, les représentants de l’ONU Femmes, Beatrice Egong, du Programme alimentaire mondiale (PAM), Sally Haydock, de la FAO, Dr. Mahamadou Mansour N’Diaye, la  présidente  de la Fédération Nationale des Femmes Rurales (FENAFER), Mme Goundo Kamissoko, les délégués venues de l’intérieur du Mali, les populations de Kita, ont été entre autres témoins desdites journées.

Respectivement placées sous les thèmes : «Renforcer la résilience des femmes et des filles rurales face aux effets des changements climatiques dans le contexte des crises sécuritaire et sanitaire», et «Soutenir la transformation vers des systèmes agroalimentaires plus efficaces, inclusifs, résilients et durables pour une meilleure production, une meilleure nutrition, un meilleur environnement et une vie meilleure», ces journées visaient deux objectifs. Il s’agissait d’abord de contribuer à l’amélioration des conditions socioéconomiques des femmes et des filles en milieu rural à travers des mesures d’adaptation et d’atténuation face aux effets des changements climatiques dans le contexte des crises. Il s’agissait ensuite de soutenir la sensibilisation du grand public, des partenaires techniques et financiers et du Gouvernement autour des problématiques liées à la faim, à la pauvreté rurale, à l’attente de l’objectif Faim Zéro d’ici 2030 et du rôle que peuvent jouer les femmes rurales dans la promotion de la paix et de la sécurité.

Selon Wadidé Founé,  au Mali, les femmes représentent 50,4% de la population dont 52% résidant en milieu rural. Sur le plan économique, dit Wadidé Founé, les femmes rurales contribuent pour plus de 55,8% à la production agroalimentaire nationale. Cependant, regrette la ministre, elles sont confrontées à divers problèmes tels que  l’analphabétisme, les difficultés d’accès à la terre, aux crédits, aux nouvelles techniques et technologies agricoles; les questions liées à leur autonomisation. Pour remédier à ces obstacles, selon Wadidé Founé Coulibaly, il est pressant d’orienter  les femmes rurales vers l’application des nouvelles techniques et technologies de production à impact rapide en matière  de pisciculture en cage flottante ;  d’utiliser des semoirs mécanisés ,  des semences adaptées aux changements climatiques,  des parcelles sécurisées.

Sur la JMA, Wadidé Founé a fait savoir que les femmes rurales, qui sont des productrices d’aliments, doivent avoir une place de choix dans le combat pour la production d’une nourriture saine et de qualité.

Youba Ba a, à son tour, promis de transmettre les préoccupations soulignées par les femmes rurales à la hiérarchie, notamment les difficultés liées à l’autosuffisance alimentaire, au changement climatique, etc.

La représentante du PAM, Sally Haydock, a encouragé le Mali à travailler plus pour améliorer sa situation alimentaire et nutritionnelle, en renforçant ses chaînes de valeur dans le secteur alimentaire, singulièrement à travers la transformation des produits agro alimentaires. Pour le Gouverneur de Kita, les femmes constituent le moteur de l’économie au Mali, notamment à Kita. « Ce qui fait que leur autonomisation  est primordiale si l’on veut mettre fin à la faim, et à la malnutrition, à l’amélioration de leur condition de vie »,  a fait savoir Daouda Maïga. Ses homologues de la FAO et de l’ONU Femmes ont aussi insisté fortement sur l’effort de l’Etat pour que l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire devienne une réalité.  Selon les partenaires, cela ne sera possible sans se baser sur la mise en place des systèmes alimentaires fiables et dynamiques, dans une approche inclusive.

La remise des matériels aux groupements des femmes de Kita et la visite du champ d’arachide du groupement des femmes rurales ont mis fin à la cérémonie.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here