Conseil National de Transition (CNT) : Clash entre le colonel Malick Diaw et certains membres

7

Après le communiqué du président militaire du Conseil national de transition (Cnt) dénonçant les agissements de certains membres de l’organe par rapport à la question de la présence française au Mali, le président de l’Alliance démocratique du peuple malien (Adépm), Dr Aboubacar Siddick Fomba, a réagi à travers un communiqué dont nous avons pu nous procurer une copie et dans lequel il rappelle au colonel Malick N’Diaw que son communiqué viole non seulement le règlement intérieur du Cnt , le Décret de nomination de ses membres, mais aussi la Constitution du 25 février 1992.

A l’entame du communiqué, le président du parti Adépm dira qu’il a appris avec une grande surprise un tel communiqué qui n’est pas du rôle du Cnt et qui est attentatoire à la liberté d’expression. “Nous rappelons au président du Cnt que conformément à la Constitution et à la Charte de transition, les membres du Cnt ont même le droit de demander et de voter des lois pour résilier ces traités a fortiori dénoncer”, a-t-il martelé.

Il a aussi rappelé au président militaire du Cnt que son communiqué viole non seulement le règlement intérieur de l’organe, le décret de nomination de ses membres, mais aussi la Constitution de février 1992. Il précisera les clauses de la légitime défense qui constituent la base juridique de la présence des forces françaises au Mali, conformément à la légitime défense autorisant les dénonciations et les protestations du peuple malien qui paye ses impôts pour la prise en charge et du gouvernement et de ces forces. “Le président du Cnt pouvait faire économie de ce communiqué en laissant le soin au gouvernement d’interdire la manifestation pour des motifs qui ne manquent pas. Aussi, nous constatons que le président du Cnt est mal conseillé par ses conseillers juridiques, à travers cette tentative de compromettre la liberté d’expression et de prise en otage du titre des membres du Cnt”, a-t-il déploré.

Pour le parti Adépm, le président du Cnt est la seule personne morale et juridique qui peut engager le Cnt et le titre de membre du Cnt ne peut aucunement engager le Cnt tout comme le titre de député ne peut aucunement engager l’Assemblée nationale.

Le président Fomba est formel : “Aucune disposition de la Charte, de la Constitution et du règlement intérieur du Cnt n’interdit aux membres du Cnt la liberté d’expression et au Cnt et en dehors du Cnt “.

Pour finir, le parti Adépm réitère son soutien à la réussite de la Transition et aux respects des principes républicains, conformément à la Constitution et au préambule de la Charte de Transition.                                                       

   Boubacar PAÏTAO

 

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Si ils avaient respecté la constitution comme il se doit on n’en serait pas là.

    Des vautours de politicards qui nous parlent de constitution alors qu’ils ont été incapables de respecter le moindre paragraphe de ladite constitution pendant près de 28 ans de son existence.

    Ces jeunes soldats qui immolent chaque jour notre terre de leur sang ne sont que le fruit de la forfaiture de ces politicards vauriens.
    Qu’aucun vaurien de politicard ne vienne plus jamais nous parler de respect de la constitution!

  2. Oui à la libérté d’expression !

    Oui à la parole libéré qui mettra au pilori cette france CRIMINEL dont le sous sol regorge uniquement de champignons et de truffes, et qui se retrouve 4ème au classement des réserves d’or dans le monde.

    Mettons en applique la feuille de route de FEU MODIBO KEITA et ejectons l’armée pédo-sataniste de chez NOUS !

    À bas la france !
    À mort la france !

    VIVE LE MALI !
    VIVE L’ISLAM !

  3. Combien de fois les politiciens et les gouvernements ont essaye de reviser cette Constitution, et une des raisons que le CNT est sur place c’est effectivement de reviser cette Consitution qui nous a donne un President-Roi afin que le President soit un President de la Republiqe et que la Republique soit une Republique et pas un royaume comme Boua le ventru IBK le Mande Zonkeba dirigeait ce pays avec la Famille d’abord”

    • Je propose déjà qu’on arrête d’appeler les président et certaines personnalités honorables ou son excellence. Ce sont de simples citoyens choisis par le peuple pour les servir. Ils sont à notre service donc monsieur ou madame est bien suffisant et leur rappelle leur position dans cet échiquier national

  4. DES IDIOTS QUI ONT APPLAUDI LE COUP D’ETAT DU 18 AOUT OSENT NOUS PARLER DE CONSTITUTION! PEUT-ETRE QUE L’AMI … FAUX BA A VU LE MOT CNT QUELQUE PART DANS LA CONSTITUTION DU MALI!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here