Coup d’État au Mali : Première tête à tête entre la junte et les partis politiques à propos de la« transition civile »

10

Au ministère de la défense, hier, à Bamako,  la classe politique  était,  pour la première fois, en face des militaires du  Comité national pour le salut du Peuple. Cette rencontre intervenue quelques jours, après le renversement du pouvoir du Président Ibrahim Boubacar Keïta, a permis aux politiques d’échanger avec le CNSP autour de la mise  place  d’une feuille de route pour une « transition civile ».   

-Maliweb.net –Plusieurs responsables politiques de l’ex-majorité présidentielle à savoir ceux du RPM, la CODEM, le CDS-Mogotigui, l’APR, le PDES, le PSP, le PARENA, l’ADP-Maliba, l’UM-RDA  ont pris part à cette rencontre. Elle était présidée par le 1er Vice-président du CNSP, le colonel Malick Diaw, assisté par le porte-parole de la junte, le colonel major Ismaël Wagué.  Les partis politiques  du M5-RFP étaient  les grands absents, car ils étaient au même moment entrain d’animer un point de presse au siège de la CMAS.

Après plus  d’une heure d’échanges à huis-clos, le premier secrétaire général  de la CODEM, Amadou Aya,  se réjouit et estime que  la classe politique est prête aujourd’hui à accompagner les organes de transitions qui seront mis en place.  «  Pour cela, il faudra  que des réformes majeures  soient opérées au niveau de la loi électorale, de la Constitution et territoriale », souhait-il.

Le président du parti CDS,  Blaise Sangaré  parle  d’un tournant historique et trouve qu’il était normal  que les  militaires  accueillent l’avis de  la classe politique  pour avoir une direction à donner à la nouvelle gestion du Mali.   Cet ex-conseiller d’IBK soutient que la classe politique ne donne  pas un blanc-seing   aux militaires.  « Nous ne doutons pas de leur conviction que des organes ou des institutions sorties d’un coup d’Etat ne puissent pas  prospérer en Afrique en générale et au Mali en particulier », a-t-il prévenu.

 Les sanctions de la CEDEAO, les conditions de détention des personnalités politiques  dont le Président IBK et son ministre ainsi que les détenus  militaires  se sont invités au cœur de ces échanges. « Les sanctions prises par la CEDEAO  sont des principes.  Nous  avons échangé avec les autorités militaires de notre souci constant que ces sanctions ne portent pas préjudice aux populations dans la vie au quotidien. Parce que les sanctions annoncées peuvent avoir des graves répercussions  économiques et financières, et même des répercussions à l’approvisionnement des denrées de premières nécessités », a-t-il confié.  Et Blaise Sangaré de révéler que la classe politique a  recommandé  aux militaires de prendre langue  avec la CEDEAO et de consentir pour que ces sanctions n’aient pas de répercussion sur les Maliens.

Evoquant  l’arrestation du chef de l’Etat et plusieurs autres personnalités du pays,  l’ancien conseiller à Koulouba  a soutenu que  les politiques ont exhorté les  autorités militaires d’accorder  immédiatement  des droits de visites  et de  consultations  aux détenus  et leur condition de relaxe, « Pour nous ce sont des détenus politiques . Les autorités militaires  nous  ont rassuré qu’une  réponse  nous parviendra très urgemment  sur les conditions de leur  détention », a-t-il annoncé.

Etienne Fakaba Sissoko, membre du  Front pour la sauvegarde de la démocratie –signataire de l‘accord politique de gouvernance du 10 mai 2019,  estime que  c’est une transition civile qui s’ouvre.  Et, à l’en croire,  elle devra en tout être  dirigée par un civil.          Ils devront  proposer une charte de transition aux acteurs politiques. Le 1er vice-président du CNSP,  le colonel Malick Diaw et ses collègues militaires ont  poursuivi  les consultations avec  les organisations syndicales du pays à savoir l’union nationale des travailleurs du Mali,  la centrale syndicale des travailleurs du Mali ; la centrale démocratique des travailleurs du Mali.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

10 COMMENTAIRES

  1. Est ce que le Mali aura un Président de sa convenance ? Non.
    La raison est très simple:
    1 L’armée Malienne pense que son rôle régalien contrairement à toute bonne armée est de débarquer les Présidents démocratiquement élus, au lieu d’assurer la défense de l’intégrité territoriale du pays.
    2 le malien pense que c’est constitutionnel les coups d’Etat et qu’il suffit d’un petit malaise pour demander le d’part des Présidents. Mais, si c’était le cas le Président Français serait longtemps débarqué avec la situation des Gilets Jaunes.
    Le Président Américain serait depuis débarqué avec l’assassinat de Georges Floyd.
    Aux Etats Unis sous Donald Trump, le Gouvernement a déposé le projet de LOI de finances pour le budget 2019-2020, il a été bloqué pendant plus de trois semaines; certains services Publics étaient obligés de déposer les clés sous les portes. Mais qu’à cela ne tienne tout est rentré dans l’ordre sans qu’une mouche ne vole. C’est cela une Grande Nation !
    un pays occupé à 75% par des terroristes au lieu de déloger ces bandits, on intervertit dans la Politique. N’importe quoi !

  2. Pendant que les autres travaillent pour leur développement, en Afrique, c’est l’éternel recommencement. Pendant un ou deux ans ce pays, le Mali, ne va connaitre aucune avancée sur tous les plans. ce seront des conférences, des discussions sur la future constitution, sur le code
    électoral, sur les listes électorale, la CENI…. Le Mali va connaitre deux voir trois années blanches pour son développement. Et quand arrivera enfin un gouvernement issu d’élections non contestées, ce dernier aura besoin de deux ans encore pour s’habituer à la gestion d’un Etat. Déjà ces militaires se cherchent encore depuis trois jours qu’ils ont déposé IBK. si on fait le calcul, c’est estimé à prés de 5 ans ou rien ne bougera dans ce pays allant dans le sens de son développement. Pauvre Afrique.

  3. Pkagame:TOUTE REVOLUTION qui ne sera pas suivie de VRAIE JUSTICE est une parodie de defoulement populaire!

    Les 12 points POUR LE COLLÈGE TRANSITOIRE sont très encourageants. Mais si l’on se hasard a oublier LE NETTOYAGE JUDICIAIRE CONTRE LES CRIMES DE SANG ET LES CRIMES FINANCIERS on aura rien fait dans cette TRANSITION! C’est ça la priorité!!! Encore combien fois nous allons le crier dans vos oreilles …qu’il faut tout commencer par ce netoyage pour montrer l’exemple et surtout pour faire une rupture pour de bon avec la MENTALITÉ DE LA CORRUPTION dans l’esprit collectif des maliens!?????

    ENCORE NE TOMBONS PAS DANS LES ERREURS DU A PASSÉ!!! Ne prenons pas l’aspect le plus important (LE MAINTIEN ET L’APPLICATION DE LA JUSTICE) a la légère tout en se focalisant sur autre….. tout partira du début… il faut juger les criminels sinon DIEU nous maudira encore d’avoir lâché le ballon qu’il nous a remis de nouveau après tant de supplice et pleure! N’acceptons plus les namou namou des choses….. il faut frapper fort…. le CNSP doit arrêter de rire ou de sourire car il a une lourde mission historique…comme l’a si bien dit le COLONEL ASSIMI GOITA.. “nous n’avons pas droit a l’erreur”

    LA PLUS GRANDE ERREUR QUI GUETTE LE CNSP :

    – De se laisser distraire par les politiciens et donc accepter une sorte de dilatation de JUSTICE en faveur des auteurs des crimes de sang et de crimes financiers… surtout a travers des arrangements familiaux ou amicaux ou des liens politiques ou encore des interventions sociales des religieux ou des familles fondatrices bla bla bla toujours A LA MALIENNE COMME D’HABITUDE!

    Je vous jure de Dieu si l’on tombe dans cette erreur de l’impunité c’est DIEU lui-même qui va nous maudire encore et le Mali ne se en sortira jamais jamais pour les 20 ans a venir. Soyons alors INTRANSIGEANT pour la JUSTICE…ne regardons pas les yeux ….. Personne ne doit plus échapper a la vraie JUSTICE, personne ne doit plus être PLUS GRANDE QUE LE MALI ET SON PEUPLE!

    DANS CE SENS JE PROPOSE DEUX CHANGEMENTS D’URGENCE:

    1- Remplacement des membres DE LA HAUTE COUR DE JUSTICE par de nouvelles personnes intègres et avides de la JUSTICE.

    2. RÉACTIVATION DE L’APPLICATION DE LA PEINE DE MORT.

    A bon entendeur!

    • MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA


      DANS CE SENS JE PROPOSE DEUX CHANGEMENTS D’URGENCE:

      1- Remplacement des membres DE LA HAUTE COUR DE JUSTICE par de nouvelles personnes intègres et avides de la JUSTICE.

      2. RÉACTIVATION DE L’APPLICATION DE LA PEINE DE MORT.


      BONNE PROPOSITION…!

      CETTE SORTIE DE Blaise Sangaré EST UNE PREUVE DE PLUS QU’ AU MALI NOUS AVONS 4000 Á 5000 “POLITICIENS” Á ÉLIMINER BIOLOGIQUEMENT POURQUE LE PAYS SE LIBERE ENFIN.

      WAIT AND SEE….

      SAÁNÉ ANI KONTRON…!!

  4. It is good to see if only for a moment idea leaders are leading Mali. That is youthful, energetic , intelligent plus work smart is above working hard without smartness people. Old men as all secretly acknowledge at sometime believe their old age is a pass to not work hard. When a nation is as undeveloped as Mali but have all tools to make good planning steps plus stages method appear to be miracle it need only youthful leaders who work smart plus hard. Old men should be advisors plus take on lesser community projects.
    Move forward Mali.
    Henry Author Price Jr aka Kankan
    PS
    I want to come home even more now!

    • IBK if a possessor of love professed to have for Mali should come forward to order ECOWAS to back off on undue punitive actions it is taking against Mali as if its intent is to destroy Mali. ECOWAS is pushing Mali into arms of french dependency plus greater foreign manipulation. Overwhelming majority of people of Mali approve of IBK resignation. It seems only African disapproving are cocaine addicts plus corrupt politicians hiding among honorable of ECOWAS.
      This remind me of 2001 after my release from prison. I did not want to wait plus I had been told I would be welcomed with open arms in Nigeria. After all former President Shagari of Nigeria using both christians plus muslims had recruited me for years to come home. Well I decided I was not going to wait another 2 years or more before I leave. I escaped control boundary set for me by American authority to show up hundreds miles away in Washington DC at one of embassies of Nigeria. I was greeted by Omar. He spoke as if he knew. He then made phone call as I sat there listening. To both our surprise he inform me I must take formal passage home. Well needless I had to get back to my place before American authority discovered I was gone. I did but I was as furious as a human could be.
      Years later I discovered President Obansanjo was at time I was escaping was laundering billions of corruptly gotten funds from Nigeria in US plus did not want to anger American government by facilitating my escape home. Under total circumstance have you seen a “nigger” with less belief he have no value outside Negroid race. Well this is what ECOWAS is doing to Mali. Preventing rise of those whose rising would benefit many. That is way of old men who have for too long kiss foreign asses.
      Thought that Obansanjo scenario still piss me off.
      Henry Author Price Jr aka Kankan

  5. “Blaise INPS” aussi qui parle, quelle horruer a-t-il oublie son passage a l’INPS, MAIS NOUS PAS, il n’est pas bien place pour parler, c’est aussi un ancien conseiller de Boua le ventru IBK! Double crime autour de son cou!

    • MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA

      Kinguiranke,

      CETTE SORTIE DE Blaise Sangaré EST UNE PREUVE DE PLUS QU’ AU MALI NOUS AVONS 4000 Á 5000 “POLITICIENS” Á ÉLIMINER BIOLOGIQUEMENT POURQUE LE PAYS SE LIBERE ENFIN.

      WAIT AND SEE….

      SAÁNÉ ANI KONTRON…!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here