Humeur : Le prix à payer

0

Les Assises Nationales pour la  Refondations (ANR) ont bouclé l’agenda politique de l’année 2021 Au de auxquelles il fallait s’attendre là des contestations à propos de certaines recommandations, il apparait  clairement  que les maliens dans leur écrasante majorité aspire au changement.

Autant ils aspirent au changement, autant on doit s’interroger s’ils sont prêts à y payer le prix ! Nous devrons commencer par cesser de se mentir. Le changement commence par l’homme malien, lui qui est au début et à la fin de tout le processus du développement doit renoncer à certaines pratiques et attitudes qui sont à l’origine de la situation actuelle.

Les maliens doivent cesser de se mentir en travaillant correctement, en respectant le bien public, en tournant dos à la corruption et à l’argent facile.

Les maliens doivent cesser de se mentir en renvoyant sur autrui les causes de leur déclin. Ils doivent cesser de culpabiliser l’autre à tout bout de chant. Ils  feraient  mieux de s’interroger sur leur responsabilité individuelle et collective dans la détérioration progressive de leur nation en le faisant sans complaisance ni préjugé, ils découvriront qu’ils sont les premiers responsables de la situation dont ils sont les seuls victimes. Une maladie bien diagnostiquée a déjà ses remèdes dit-on. Certes l’occident en général et les pays coloniaux en particuliers se sont développés en versant les larmes et le sang des autres. Mais il est aussi vrai que certaines de leur ancienne victime se sont libérées pour discuter avec lui d’égal à égal. Elles ont réalisées ses progrès grâce à leur détermination à vouloir s’affranchir et en adoptant un comportement digne d’un citoyen. C’est une utopie d’imaginer que l’occident va nous laisser les mains libres et nous permettre de mener notre existence selon notre propre vouloir. L’Europe restera parmi nous. Et au besoin changera de l’appellation au fil du temps. Colons, coopérants, et de nos jours PTF. Sa survie en dépend.

Le discours clivant et harangueur  des foules a montré ses limites. Seul notre effort en tant que peuple peut nous tirer d’affaire. Nous devrons imaginer en fonction de notre génie créateur, nous devrons planifier et de façon réaliste loin des copiés coller nos programmes et projets de développement pour trouver des réponses juste aux problèmes et préoccupations de nos peuples. Cela requiert de nous l’engagement et la détermination à servir le peuple et non se servir de lui. C’est le prix à payer.

Bonne et heureuse année 2022.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here