Les autorités maliennes invitées à diversifier les partenariats pour la sécurité : Le Mouvement Yèrèwolo débout sur les remparts prévoit une grande mobilisation le 25 juin prochain

0

Le samedi 12 juin 2021, la cour de l’Union  Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) a servi de cadre à la conférence de presse du Mouvement  Yèrèwolo  débout  sur  les remparts. Animée par Adama  Ben Diarra dit « Ben le cerveau », Moussa Diarra, ancien député de la IV, Sidiki Kouyaté, Bassari Sylla, Bill Traoré, ChakaBerthé, Momo Diarra de Paris, etc., cette conférence de presse avait un seul point à son ordre du jour.  Il s’agit d’informer à travers  les hommes de médias, les Maliens de l’intérieur  et  de l’extérieur  des manifestations coordonnées  du mouvement prévu  le 25 juin prochain  à  Bamako, à Kayes,à Sikasso, à Koulikoro,  à Bougouni ,  à Mopti,  à Tombouctou,  à Kidal, à  Taoudéni,  à Ségou  et à l’extérieur du Mali.

Nous  sommes  là  aujourd’hui, disent les communicants, pour appeler les Maliens  de  l’intérieur  et  de la diasporas  à la mobilisation, à se préparer pour la  grande  mobilisation  que  nous  préparons   le 25 juin prochain.  Lors de ces  sorties dans les différentes localités du pays et à l’extérieur, indiquent les tribuns, nous  allons  apporter  notre  soutien  sans faille, sans réserve  aux autorités  de  la transition, notamment  au président AssimiGoïta de s’assumer, de prendre leurs responsabilités.

Lors  de sa rencontre à Koulouba avec les jeunes, rapportent les conférenciers, le colonel AssimiGoïta a dit qu’il est jeune, et que s’il échoue, c’est toute la jeunesse malienne qui a échoué. « Nous disons donc que nous sommes à ses côtés pour libérer le Mali de la guerre, de la barbarie, pour nouer d’autres alliances, partenariats, notamment avec  la Russie  que nous réclamons pour nous  aider  à la résolution  de  la crise», ont  fait savoir  à haute voix, les orateurs. Selon  eux, rien  n’empêche  le Mali de  nouer d’autres partenariats pour  se faire aider. Mais, ils ont tenu à  tout clarifier  à AssimiGoïta et  à son gouvernement. « Nous  soutenons  sans réserve le colonel AssimiGoïta et  son gouvernement à condition qu’ils restent sur la bonne voie.

Dans le cas contraire, ils subiront  les mêmes traitements  que les présidents Bah N’Daw et Ibrahim Boubacar Keïta. Comment comprendre que la France aide le Mali depuis 9 ans dans  sa guerre, qu’elle  est notre  première  partenaire et qu’elle soit la  première  à demander que  le Mali soit sanctionné par les Nations Uniesaprès l’évènement du 24 mai dernier? »,  s’interrogent  les orateurs. Pour terminer, ils ont invité les autorités à rester derrière le peuple pour libérer le pays de la domination, de la recolonisation du Mali par la France.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here