Oumar Berthé, politologue : « Le pire ennemi serait la précipitation dans cette transition »

4

Le Mali traverse l’une des périodes les plus sombres de son histoire. Cela, à cause de la crise politique qui sévit dans le pays depuis plusieurs mois. Au moment où les concertations nationales pour donner une forme à la transition ouvrent leurs portes, le politologue malien Dr Oumar Berthé s’est prêté  à nos questions. Il donne son analyse sur la situation globale du pays.

«La situation dans laquelle se trouve le Mali aujourd’hui montre que tout est à refaire. Ce qui nécessite une transition qui puisse poser les bases d’une vraie démocratie » estime Oumar Berthé, politologue malien basé en France, qui suit avec beaucoup d’intérêt ce qui ce passe au Mali.

« Le pire ennemi serait la précipitation dans cette transition », poursuit-il. Si l’on admet la transition comme le processus démocratique qui permet de passer vers un régime non démocratique, qui se caractérise principalement par la tenue d’élections libres, crédibles et transparentes  et le respect des droits de l’Homme et de liberté, le Mali a besoin d’une vrai transition démocratique qui puisse poser les jalons d’une démocratie, permettant à l’Etat de pouvoir retrouver son image. « Une transition d’une année et demie, voire deux années me parait raisonnable. Une transition de 3 années comme le disent d’aucuns, me parait complètement déraisonnable et exagérer », analyse le politologue. Un gouvernement de transition n’a pas un mandat, il n’a pas vocation de s’installer durablement au pouvoir non pas plus s’éterniser au pouvoir.

Quel type de régime politique faut-il pour redresser le pays ?

Le Mali a besoin d’un régime véritablement démocratique. Un régime dans lequel les gouvernants sont élus de manière démocratique et ces élections doivent se faire principalement par la transparence. De ce fait, les gouvernants qui seront élus bénéficieront d’une vraie légitimité qui leur permet d’instaurer l’autorité de l’Etat et plus particulièrement encore, une bonne gouvernance. C’est- à-dire la bonne gestion des daignés publics, une bonne répartition des ressources. En réalité, le Mali était dans un régime semi-démocratique et semi-dictatorial. La domination de la violence dans les rapports sociaux étaient très remarquable et même quasi systématique.

Il faut que le Mali soit un Etat où les gouvernants et gouvernés sont tous soumis à la même règle de droit. Bâtir un vrai Etat, un Etat fort à partir duquel les gouvernés doivent se retrouver dans l’action des gouvernants. Pas un Etat d’inégalité où la règle de droit ne serait pas la même pour tous.

Etes-vous sûr que la junte pourrait accomplir ces devoirs en une année et demie ?

La junte n’est pas arrivée au pouvoir avec un programme gouvernemental. Elle est arrivée par un concours de circonstance. Ceux qui étaient au pouvoir avaient complètement perdu leur légitimité. La junte doit respecter le contrat social ; c’est ce qui la permettra de repartir du pouvoir en continuant à bénéficier de la popularité. Elle doit faire preuve de rigueur et d’impartialité dans la gestion de cette transition. Pour moi, la junte n’a pas à mettre en œuvre un programme gouvernemental qui puisse s’installer sur plusieurs années mais de pouvoir poser les jalons d’une vraie démocratie.

Les concertations qu’elle a eues à organiser le samedi dernier a été un fiasco total, dit le politologue. La junte doit éviter des précipitations pareilles à tout prix, car de telles situations peuvent faire foirer complètement la transition. Si la transition est foirée, c’est de repartir encore sur du néant. Tout ce changement n’aurait servi à rien.

Emma F. NOUNAWON

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Merci au Dr Oumar BERTHE. Votre contribution est de qualité. Mais je doute fort que cette autre transition sera égale aux précédentes, ce qui serait dommage pour notre pays . Face à cette confusion , le CNSP doit rester dans les casernes. Malheureusement j’ai compris que cette junte militaire a aussi son propre agenda qui n’a rien à voir avec les aspirations du peuple souverain du Mali. Alors ça sera un éternel commencement. Nos ennemis comme la France se frottent déjà les mains . Quelle honte pour le Mali !

  2. Dr. Berthe speaks as supporter of france desires. His opinion in part defy logic though in beginning have acceptable reasoning. Most importantly he disregard dynamic factor of war against terrorists plus their willing supporters. That condition could throw chaos into most well intended democratic process if those processes are not managed in 100 percent secure from terrorists environment. For person having doctorate degree to omit due consideration to that condition lead reasonable person to question merit of that opinion.
    Mali must give consideration to extraction of minerals plus processing of that extract within borders of Mali. Considerable amount of extremely useful revenue is loss by allowing mining company to process ores they extract from Mali in places far from Mali. Minerals those mining companies do not acknowledge extracting are kept plus provide great profits to those companies without Malian government receiving it share of revenues.
    We must structure our democracy transition in way that it facilitate masses of Malians moving to north to secure unbelievably large undeveloped oil fields of Mali. If we for any reason are unable to sell oil then with development of refinery we will be able to produce quality lower price gasoline for Mali plus neighbors of need not to mention create ability to create other petroleum products plus electrical energy for homes, manufacturing etc. These conditions for sake of upgrading living conditions must be beneficially addressed as we undergo government transition plus establishment of how that government is to manage itself without corruption or incompetence. This will take time plus must be managed by group organized to manage government. At this hour Mali have only one group capable of fulfilling all need to be done in beneficial manner. It is Malian military that simultaneously may keep it focus on winning war effort. Members of Malian military with assistance from Malian citizens have created CNSP. That CNSP along with M5 represent majority of Malians plus leadership they need to manage 3 year government transition that achieve as set in this opinion. Those opposing 3 year transition do not want Malians to see what may be accomplished by method set here plus great benefits.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  3. MERCI BERTHE POUR L`ANALYSE

    LES CHEFS D`ETATS MALS ELUS AU SERVICE POUR UNIQUEMENT LA PRTECTION DE LEURS POSTES AU SERVICE DU petit coq………….QU`ILS TOUS MAUDITS JUSQU`A LEUR DESCENDANCE POUR LEUR INJUSTICE CES petits chefs d`etat qui REVENT QUE DE POUVOIR NE SERAIT QUE MEME AU DETRIMENT DE BRAVES POPULATIONS/INTERTS EGOISTES SE FAIRE APPLAUDIR SEULEMENT.
    N`ONT ILS PAS VU QUE L`AZIE A DECOLLE ET COMMENCE MEME PAR DEPASSER L`EUROPE?
    DE VRAIS INCONSCIENTS…………

  4. Merci Oumar Berthe la CEDEAO est pire ennemi du Mali et des certains partis politiques du Mali, qui étaient échouer leurs missions au Mali .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here