“Podium de la paix” : une nouvelle tribune pour la paix

0

Officiellement lancé à Bamako, Mopti et Gao entre les 1er et 3 septembre derniers, le projet “Podium de la Paix” est la nouvelle collaboration qui unie la jeunesse du Mali et la MINUSMA.

A travers son appui à des associations et regroupements d’associations tels que “Ensemble Nous Sommes Un peuple”, le Conseil National de la Jeunesse du Mali et ses démembrements, la Mission de l’ONU au Mali continue à promouvoir la paix auprès des jeunes, en les impliquant d’avantage, via la culture et certains de ses modes d’expressions qu’ils apprécient le plus comme le Rap et le Slam.

Comme son nom le suggère, “Podium pour la paix” est en effet un concours de rap et de slam qui a pour thème la paix et la réconciliation. Mais pas seulement. Des artistes solos et des groupes, s’affrontent pacifiquement et avec fairplay, sur des podiums à l’occasion de concerts, dans différentes communes du District de Bamako et dans plusieurs localités du Nord du Mali. Le but : produire la meilleure chanson sur la paix et la réconciliation en vue de remporter le trophée, à l’issue de la grande finale qui aura lieu dans chacune des Régions concernées et dans le District de Bamako, à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Paix, le 21 septembre prochain.

Au-delà de divertir les jeunes et de donner l’occasion à de nombreux artistes en herbe de s’exprimer devant un public dans les conditions du “réel”, ce concours est aussi un prétexte pour mieux faire comprendre à la jeunesse l’Accord pour la Paix et la Réconciliation mais également, le rôle qu’elle a à jouer dans le rétablissement durable de la paix au Mali.

Destiné aux artistes de 15 à 30 ans, “Podium pour la paix” a donc pour vocation de véhiculer des messages sur la paix et la réconciliation, à travers les rimes des rappeurs et des slameurs.

Ces messages sont conçus par les artistes eux-mêmes, en totale liberté ! Au cours de séances de travail communes et pour mieux s’imprégner du thème, la MINUSMA et les associations initiatrices du projet, les appuient en mettant à leur disposition leur expertise. Ainsi, des exposés sont faits sur le nouveau mandat de la MINUSMA ; l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale ; le processus de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion, ou encore le rôle des jeunes dans la cohésion sociale.

Un participant lit le calendrier des activités

Une fois les chansons prêtes, c’est sur scène que les rappeurs (ses) et les slameurs (ses), les soumettent au verdict du public mais surtout à celui du jury qui, en définitif, décide du sort des candidats.

Si Tombouctou verra prochainement le lancement de cette activité, la “pirogue Podium de la Paix” a déjà été baptisée à Mopti et a carrément pris le fleuve à Bamako et à Gao. Ainsi, entre le 1er et le 3 septembre dernier, se sont déroulées les cérémonies de lancement du projet dans ces trois villes.

Dans la Venise malienne, la circonstance a réuni une vingtaine de jeunes rappeurs de la région, les responsables du Réseau des Jeunes Patriotes qui en sont les organisateurs locaux, ainsi que la Mission des Nations Unies, représentée par M. Nasser Zakr, le Chef du Bureau de la MINUSMA par intérim. Un niveau de représentation élevé, qui témoigne de l’importance qu’accorde la Mission des Nations Unies à cette activité qui n’a rien d’anodin.

Le Réseau des Jeunes Patriotes de Mopti, a réitéré par la voix de son président, M. Aguissa Dicko : « l’engagement des jeunes de Mopti pour la Paix et le vivre ensemble entre toutes les communautés ! » Il s’est également dit disponible pour poursuivre cet objectif. A partir du 10 septembre, les deux manches du concours, prévues dans la cinquième région, se tiendront avant la finale régionale prévue pour le 27 septembre.

Le Concept est lancé !

A Bamako, c’est le centre Kadiatou Thiam de Faladiè qui a accueilli le lancement officiel, couplé à un atelier de formation sur les questions de paix, avec les artistes qui participent au concours, mais aussi “Ensemble Nous Sommes Un peuple”, le Conseil National de la Jeunesse du Mali et la MINUSMA qui en sont les partenaires.

Placée sous la présidence du Représentant du Ministre de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne, M. Mamadou Lassa Traoré, de nombreux invités de marque étaient présents à ce “coup d’envoi”, tels que le 1er Vice-Président du Conseil National de la Jeunesse du Mali, le 1er Adjoint au Maire de la Commune VI et la Directrice des Affaires Civile de la MINUSMA, Mme Elsie Effange-Mbella qui représentait la Mission de l’ONU au Mali.

Après le mot de bienvenu du 1er Adjoint au Maire de la Commune VI, qui a tenu à saluer et encourager les jeunes pour l’initiative, le Président de “Ensemble Nous Sommes Un Peuple”, Monsieur Hafizou Boncana Touré, a rappelé que l’organisation qu’il représente, regroupe 40 Associations de jeunes et de femmes qui travaillent dans le domaine de la paix, de la citoyenneté et de la cohésion sociale et ce, depuis 2013.

Il n’a pas manqué de remercier la MINUSMA, avec laquelle la plateforme n’en est pas à sa première collaboration dans le cadre d’initiatives pour accompagner le processus de paix et de réconciliation au Mali.

Le CNJ qui est l’organisation faitière de la Jeunesse du Mali est également membre de “Ensemble nous sommes un peuple”. Dans son allocution, le 1er vice-président du Conseil National de la Jeunesse, Souleymane Satigui Sidibé, a salué la tenue d’un tel concours, avant de demander à la MINUSMA de : « continuer à appuyer la jeunesse, dans la recherche de la paix au Mali ». Il a également exhorté ses camarades jeunes à : « persévérer et à continuer sur cette même lancée, en s’impliquant d’avantage à la gestion des affaires publiques de leur pays, de façon responsable et engagée ».

« Le 9 décembre 2015, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a reconnu la place de la Jeunesse à travers une résolution historique, car, par sa résolution 2250 le Conseil de Sécurité de l’ONU reconnait le rôle sans équivoque que les jeunes jouent dans la consolidation de la paix ». C’est entre autre par ces mots que la Directrice des Affaires Civiles de la MINUSMA, Mme Elsie Effange-Mbella a justifié l’engagement de la MINUSMA auprès de la jeunesse du Mali. « Ce que cela veut dire très simplement, c’est que vos contributions au processus de paix au Mali sont non seulement appréciées mais aussi importantes et doivent être appuyées. Il s’agit là d’une dimension que la MINUSMA et les agences du système des Nations unies ici présentes, prennent en compte en vue de faire des jeunes hommes et femmes de ce beau pays, des moteurs de la paix et du renouveau du Mali, » a-t-elle ajouté.

Lançant officiellement les travaux de ce projet, M. Traoré, le représentant du Ministre de la jeunesse a beaucoup insisté sur l’influence grandissante de ce genre de musique auprès des jeunes actuellement. Pour lui : « ce projet va permettre aux artistes en herbe d’étaler leur génie créateur au service de la paix dont le Pays en a vraiment besoin ». Il a également rappelé que « le rôle des jeunes a été toujours déterminant au Mali ».

Avant de clore son propos, M. Traoré a réitéré sa disponibilité entière et celle de son département ministériel à l’endroit de toute la jeunesse du Mali, tout en remerciant la MINUSMA et en invitant l’ensemble des partenaires à persévérer dans la recherche de la paix.

Place à la compétition !

Officiellement lancé depuis le 16 aout dernier, à travers la tenue d’un atelier de formation des artistes, c’est le 3 septembre que le spectacle a commencé dans la cité des Askia. Réputée pour la chaleur de son climat mais aussi et surtout pour celle de ses habitants, Gao n’était pas en reste en ce début du mois de septembre. En ce samedi après-midi, des centaines de jeunes de la Commune urbaine de Gao se sont dirigés vers le stade Kassé Keita, où avait lieu la première manche de “Podium pour la paix”. Les uns vêtus aux couleurs de l’évènement, pendant que les autres tenaient des pancartes sur lesquels, on pouvait lire des messages de soutien aux artistes en lis ce jour-là. A l’instar de Mopti et Bamako, les jeunes de Gao allaient eux aussi donner le “coup d’envoi” de leur concours régional mais dans la liesse.

Dans le chef-lieu de la septième Région du Mali, soutenu par la MINUSMA, ce sont le Conseil Régional des Jeunes de Gao et le collectif de rappeurs “Les Hauts Parleurs” qui sont à la manouvre pour faire de cette activité un succès. « Nous ne nous attendions pas à un si grand nombre de spectateurs en cette période de forte chaleur. Nous avons vu des jeunes talentueux prester à la hauteur de nos attentes. Je suis personnellement ravi de voir des jeunes chanter sur la paix en invitant cette jeunesse à s’impliquer pour qu’elle soit réelle à Gao et partout au Mali. Nous voulons la paix et la jeunesse a besoin de ce genre d’activités pour faire passer le message. Je dis merci à la MINUSMA pour avoir soutenu ce projet, » a témoigné Ibrahima Cissé, employé dans une ONG de la place.

 

« Rien ne vaut la paix »

Cette première manche du podium de la paix a mis en compétition cinq rappeurs en herbe de la commune de Gao, qui ont tenu le public en haleine pendant environ deux heures. Si le talent de chacun a été salué par le jury, c’est l’artiste musicien “Nosby” qui a remporté la victoire, suivi par “Ousby” et “Blaco”. “Nosby” représentera la commune urbaine de Gao le 21 septembre prochain au cours de la finale qui va l’opposer aux meilleurs de Bourem, d’Ansongo et de Ménaka.

Des moments forts auxquels, la Représentante de la MINUSMA ainsi que le Président du Conseil Régional des Jeunes (CRJ) ont assisté au premier rang. « Promouvoir le dialogue, la cohabitation pacifique, la réconciliation, la paix, et bannir la violence, par la musique, dans le respect de la diversité culturelle, sont les mots-clés de notre mission et notre raison d’être, » a déclaré Mme Ndeye Yandé Kane, Cheffe de Bureau intérimaire de la MINUSMA à Gao. Pour sa part, le Président du Conseil Régional des Jeunes (CRJ), a salué cette initiative qui a drainé un public nombreux. Aboubacrine Bouheinata a rappelé le rôle des jeunes dans la promotion de la paix et de la réconciliation nationale. « Les jeunes peuvent jouer un rôle important dans la réussite de la paix car c’est eux qui sont souvent utilisés dans la guerre. S’ils reviennent à la non-violence et s’ils épousent les principes de la gestion non violente des conflits, c’est une grande chance pour le Mali » a-t-il lancé avec conviction.

“Podium pour la paix” est une activité qui se tient dans plusieurs régions simultanément. Ainsi, plus d’une centaine d’artistes, plusieurs dizaines de localités urbaines et rurales ainsi que des milliers de jeunes seront directement touchés par cette œuvre de paix, tout au long du mois de septembre. Elle prendra fin avec la tenue de la finale régionale dans chacune des capitales de région. Initié par les jeunes du Mali et soutenu par la MINUSMA, le projet “Podium pour la paix” n’est en fait qu’un autre support, une nouvelle tribune pour un même message : « rien ne vaut la paix » !

Minusma

Commentaires via Facebook :

PARTAGER