Prévention des conflits : Les préoccupations des femmes de Gao et Tombouctou recueillies par ACE- Conseil Mali

0

Le programme Afrique Caraïbes Europe (ACE- Conseil Mali) a précédé, hier mardi, au CICB à la restitution  des résultats de la conférence nationale des ‘’Arabes à Palabres’’ réalisée dans les régions de Gao et Tombouctou pour recueillir les préoccupations des femmes dans la prévention et la résolution des conflits.

Plusieurs jours durant, les responsables du programme ACE-Mali ont sillonné plus d’une vingtaine de localités de Gao et de Tombouctou pour identifier d’une part les préoccupations  des femmes, et d’autre part par pour  recueillir leurs propositions sur la prévention et la résolution des conflits. Selon un document technique du dit programme, les femmes de ces  deux régions, à l’instar des autres, se sentent marginalisés,  voire exclus du dialogue social sur des questions fondamentales du pays. Pour renverser cette tendance, les journées de concertations, intitulées ‘’Arbres à Palabres ‘’ ont été initiées.

Pour la Directrice de l’ACE-conseil-Mali, Coumba Traoré,  l’objectif de cette  démarche citoyenne et participative  était de donner laparole aux femmes pour recueillir leur préoccupation  sur l’Etat de la Nation. «  Si nous voulons que  le Mali guérisse de ses maux, il nous faut aller  à la rencontre de ceux qui souffrent », a-t-elle-dit.  L’initiatrice de projet se dit convaincue  que les femmes sont l’alpha et l’oméga du processus de la paix et du développement durable.  Ainsi,  ces journées dites ‘Arbres à Palabres ‘’,  ce programme   veut contribuer à l’éveil de conscience sur les préoccupations des femmes  qu’elle participe effectivement au  processus de prévention, la médiation, règlement des conflits, de consolidation et de promotion à la culture de la paix à tous les  niveaux. C’est ainsi  que ces journées des arbres à palabres ont permis  de recueillir les préoccupations de  1000 femmes  les vingtaines de localités de Gao et Tombouctou.

En substance, ces femmes estiment  entre autre qu’elles sont exclues de la République, utilisées comme des bétails électoraux, victimes  des conséquences de la crise. Toujours selon les conclusions, les femmes décrivent le Mali comme le pays qui détient le record des coups d’Etat militaires, où la mauvaise gouvernance, la corruption, l’insécurité, les braquages  et la violence contre les femmes. En outre, les femmes déplorent l’absence de l’Etat dans leurs localités, leurs sous-représentativités dans les instances de décisions.  De quoi insister  la représentante de l’unité genre de la MINUSMA, Catherine Enella,  a exhorté les femmes à se porter candidates dans les prochaines élections locales pour avoir plus de représentativité.

Pour une sortie de crise, elles ont recommandé le redéploiement de  l’Etat dans toutes les localités du pays, la connexion entre le reste du pays et Bamako, le retour de la paix, une lutte implacable contre la corruption etc.

Il faut noter que  ces rencontres des arbres à palabres organisées à Gao et Tombouctou ont bénéficié la contribution de l’unité genre de la MINISMA, qui a financé la phase pilote de ce projet Afrique Caraïbes Europe (ACE- Conseil Mali).  Pour rappel toujours,  la conférence de restitution a réuni à plusieurs invitées de marques à savoir l’ancien premier Modibo Sidibé,  les présidentes de la CAFO de Gao et Tombouctou, le chef de la communauté arable,  les représentantes de la MINISMA et du Ministère de la Refondation.  Toutes ces personnalités ont salué  la pertinence  du projet et y apportant leur soutien pour les prochaines éventuelles ‘’ arbres à Palabre’’ pour les femmes du Mali.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here