violation des droits humains a bafoulabe La CNDH exige des poursuites judiciaires contre les auteurs

2

Dans un communiqué, publié le 30 septembre dernier, la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH) invite les autorités compétentes à agir contre les auteurs des violences liées à la pratique d’esclavage à Bafoulabé dans la région de Kayes.

Quelques jours après un effrontément sanglant entre les anti-esclavagistes et les  nobles à Bafoulabé dans la région de Kayes, des manifestations violentes ont été constatées, ayant suscité l’indignation de  la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH).

Selon cette structure des Droits de l’Homme, ces manifestations violentes constituent des atteintes aux droits à la vie , a l’intégralité physique, aux biens ,dans la région de Kayes. Le communiqué se fonde, entre autres, sur le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples, et rappelle spécifiquement les dispositions de l’article 2 de la Constitution du Mali selon lesquelles « Tous les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droits et en devoirs. Toute discrimination fondée sur l’origine sociale, la couleur, la langue, la race, le sexe, la religion et l’opinion politique est prohibée ».

De même, l’Institution nationale des droits de l’Homme condamne avec fermeté les violences perpétrées entraînant parfois mort d’hommes sur des personnes en raison de leur soi-disant statut « d’esclave » et invite le gouvernement à tout entreprendre pour mettre fin à ces violences récurrentes.

Cependant, le président de l’institution et ses lieutenants  recommandent aux autorités compétentes de poursuivre et traduire en justice les auteurs, co-auteurs et complices de ces abus des droits de l’Homme. La structure dirigé par Aguibou Bouaré  réitère son appel à l’attention du gouvernement à l’effet d’initier dans les meilleurs délais un dialogue inclusif en vue de la résolution durable de la question de « l’esclavage par ascendance » au Mali, en général, dans les régions de Kayes, Kita, Nioro du Sahel en particulier ; appelle les populations concernées à cesser tout acte de violence et à œuvrer en faveur de la paix et de la cohésion sociale.

Rappelons qu’une charte de cohabitation pacifique a été élaborée, mercredi, à l’issue d’un forum d’entente sociale entre les communautés de la région de Kayes (sud du Mali) en vue de trouver des solutions à la pratique de “l’esclavage par ascendance” (hérité par certaines familles) dans cette région.

Ont pris part au forum entamé le 16 août courant et à l’élaboration du document, les autorités des collectivités territoriales, coutumières, chefs de villages, chefs des quartiers, organisations de la société civile et de défense de droits de l’homme ainsi que des représentants des autorités traditionnelles, leaders religieux, autorités administratives, des anti-esclavagistes de la région et de la diaspora.

 

Adama KONATE

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. ERRATUM ;

    ” … violation des droits humains a bafoulabe La CNDH exige des poursuites judiciaires contre les auteurs… ” …///…
    :
    Vous faites bien d’exiger des poursuites judiciaires contre ” les auteurs… ”
    On espère que vous serez entendus.
    Car, les déclarations de Monsieur le GOUVERNEUR de Kayes ne rassurent qu’à moitié et qui tendraient à mettre les victimes dans le même sac que ceux qui les ont agressées…
    Quand il dit :
    ” … Toutes personnes impliquées à cette affaire, tous les auteurs de cette manifestation seront arrêtés et traduits devant la justice… ”
    Les deux camps se sont affrontés à la suite de manifestations.
    Les deux camps ont manifesté.
    Mais ce sont les “horon” qui ont agressé les anti-esclavagistes.
    Donc on ne devrait pas les mettre dans le même sac. Or, par le passé, dans la Région de Kayes, la JUSTICE a mis en prison des victimes aussi. Ce qui, psychologiquement a eu comme effet d’encourager ” les horon “, en leur faisant croire que l’ÉTAT Malien et sa “JUSTICE” sont de leur côté contre les “esclaves”.
    Donc avec ces méthodes on n’en finira jamais avec cette histoire d’esclavage.
    Et puis, le pire dans tout ça… C’est qu’à chaque fois qu’il y a un drame dans les Villages. Les Autorités administratives qui viennent s’enquérir de la situation vont d’abord, chez le Chef de Village et sa “LIGNÉE” familiale et clanique.
    Ce sont les “nobles” qui reçoivent chez eux le GOUVERNEUR, le PRÉFET ou le CHEF d’ARRONDISSEMENT ou tout REPRÉSENTANT de l’ÉTAT.
    Et quand ces REPRÉSENTANTS de l’ÉTAT font un POINT de PRESSE devant micros et caméras des médias, ils se font entourer des Chefs traditionnels. Ils se font entourer des “ traditionnalistes ” esclavagistes.

    Cette attitude des Autorités administratives réconforte le POUVOIR des “horon” sur ceux qu’ils appellent leurs “esclaves.

    Tant qu’à bien faire autant faire les choses correctement…

    Vous ne pouvez pas dire, que vous voulez rétablir la JUSTICE tout en montrant votre proximité ou votre affinité avec un Camp contre l’autre.

    Cette arnaque doit cesser.

    Vivement le Mali pour nous tous, à égalité de Droits et de Devoirs.

  2. ” … violation des droits humains a bafoulabe La CNDH exige des poursuites judiciaires contre les auteurs… ” …///…

    :
    Vous faites bien d’exiger des poursuites judiciaires contre ” les auteurs… ”

    On espère que vous serez entendus.

    Car, les déclarations de Monsieur le GOUVERNEUR de Kayes ne rassurent qu’à moitié et qui tendraient à mettre les victimes dans le même sac que ceux qui les ont agressées…

    Quand il dit :
    ” … Toutes personnes impliquées à cette affaire, tous les auteurs de cette manifestation seront arrêtés et traduits devant la justice… ”

    Les deux camps se sont affrontés à la suite de manifestations.
    Les deux camps ont manifesté.
    Mais ce sont les “horon” qui ont agressé les anti-esclavagistes.
    Donc on ne devrait pas les mettre dans le même sac. Or, par le passé, dans la Région de Kayes, la JUSTICE a mis en prison des victimes aussi. Ce qui, psychologiquement a eu comme effet d’encourager ” les horon “, en leur faisant croire que l’ÉTAT Malien et sa “JUSTICE” sont de leur côté contre les “esclaves”.
    Donc avec ces méthodes on n’en finira jamais avec cette histoire d’esclavage.

    Et puis, le pire dans tout ça… C’est qu’à chaque fois qu’il y a un drame dans les Villages. Les Autorités administratives qui viennent s’enquérir de la situation vont d’abord, chez le Chef de Village et sa “LIGNÉE” familiale et clanique.
    Ce sont les “nobles” qui reçoivent chez eux le GOUVERNEUR, le PRÉFET ou le CHEF d’ARRONDISSEMENT ou tout REPRÉSENTANT de l’ÉTAT.
    Cette attitude des Autorités administratives réconforte le POUVOIR des “horon” sur ceux qu’ils appellent leurs “esclaves.
    Tant qu’à bien faire autant faire les choses correctement…
    Vous ne pouvez pas dire, que vous voulez rétablir la JUSTICE tout en montrant votre proximité ou votre affinité avec un Camp contre l’autre.

    Cette arnaque doit cesser.

    Vivement le Mali pour nous tous, à égalité de Droits et de Devoirs.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here