Situation au Mali : Le dialogue politique au bout des canons

8

Le président du Faso, Blaise Compaoré, a reçu, dans la soirée du mercredi 23 janvier 2013, le ministre délégué au développement auprès du Ministre français des Affaires étrangères, Pascal Canfin. Ils ont discuté de la situation au Mali, en compagnie de la commissaire européenne chargée de la Coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, Kristalina Georgieva.
« Je tenais, en tant que ministre du développement français, à accompagner la commissaire européenne en charge des questions humanitaires pour bien symboliser le fait que l’action française s’intègre dans un enjeu plus large qui est l’action européenne, notamment sur les sujets humanitaires et de développement qui prendront de plus en plus de place lorsque la question militaire aura été résolue ». C’est ce qu’a d’emblée déclaré le ministre délégué au développement auprès du Ministre des Affaires étrangères française, Pascal Canfin.
Il a indiqué que la France a dû agir dans l’urgence pour sauver Bamako. Canfin a salué l’engagement des troupes burkinabè qui se sont déployées dans le cadre de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA). Avec le président du Faso, Blaise Comaporé, ils ont aussi évoqué des questions liées au dialogue politique. A entendre le ministre français, « la médiation de la CEDEAO va prendre nécessairement des formes nouvelles puisque la situation a changé ». Dans l’objectif d’assurer la stabilité dans la durée, il faut bien gagner l’intervention militaire qui est en cours, a-t-il poursuivi. « Gagner la paix c’est au-delà de l’intervention militaire, avoir des interlocuteurs autour d’une table de discussion et de négociation politique », a insisté le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères de la France.
Il s’agira, selon lui, de développer, mettre en place, renforcer les politiques de développement économique « parce qu’on sait qu’à côté du dialogue politique, c’est le développement économique qui permettra au Mali d’assurer la stabilité dans la durée ». Reprenant les propos du Premier ministre français, Jean Marc Ayrault, il a souligné que l’équation de la France dans cette intervention, c’est : « pas de développement sans sécurité et pas de sécurité sans développement ». C’est pour cette raison que la France s’est engagée avec ses partenaires européens sur l’ensemble des dimensions pour « encore une fois, assurer la stabilité et l’intégrité du Mali ».
Le ministre Pascal Canfin s’est appesanti sur la nécessité du dialogue politique. D’abord au sein de la société malienne avec les autorités politiques maliennes. Une médiation extérieure pourrait aider à y parvenir. « C’est l’objet de la mission confiée au président Balise Compaoré. Des consultations sont en cours sur les formes précises que pourrait prendre ce dialogue, en fonction des souhaits des différents acteurs maliens », a affirmé en substance le membre du gouvernement français. Il a relevé que Paris insiste sur la nécessité d’une feuille de route qui donne les premières ébauches d’un calendrier devant déboucher sur des élections.
De l’aide aux réfugiés maliens
La commissaire européenne, chargée de la Coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, Kristalina Georgieva, quant à elle, a exprimé sa reconnaissance au Burkina pour avoir gardé ses frontières ouvertes et pour avoir accueilli des réfugiés maliens. Elle est dans la région pour la deuxième fois en moins de 6 semaines parce que, selon ses termes, le Mali a été frappé par trois crises successives : alimentaire, l’instabilité politique et ensuite l’intensification des combats. « Nous sommes très préoccupés par des rapports qui évoquent la possibilité de combats interethniques et d’exactions en représailles », a-t-elle dit. Les humanitaires se préparent à un afflux beaucoup plus massif de réfugiés.
« Déjà en décembre dernier, nous avions mis 20 millions d’euros d’aide supplémentaire humanitaire pour le Mali en plus de 78 millions d’euros que nous avons engagés en 2012 en termes d’aide humanitaire pour le Mali. Nous mettons maintenant à disposition encore 20 millions d’euros supplémentaires pour aider les gens. Et nous allons faire plus s’il est nécessaire », a soutenu la commissaire européenne. De plus, la mission de formation européenne pour l’armée malienne qui est en train de se mettre en place, entend montrer non seulement comment combattre, mais aussi comment protéger les populations civiles, a indiqué Mme Kristalina Georgieva.
Bachirou NANA
Sidwaya

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Félicitations au gouvernement Malien, pour l’appel au respect des droits humains et normes mondiales, comme il l’a toujours soutenu, et pour avoir établi une ordonnance pour ratifier la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance.

    Comme je l’ai toujours dit, chaque Malien doit accepter L’ENGAGEMENT RESPONSABLE, constitué d’un ensemble de PRINCIPES (Refus du terrorisme, non impunité, respect des droits humains, coexistence pacifique et refus des amalgames) et de CONDITIONS (promouvoir la démocratie, intégrité territoriale et laïcité).

    CET ENGAGEMENT DOIT ÊTRE JUSTIFIÉ PAR TOUT GROUPE CONSTITUÉ DE MALIENS POUR ÊTRE ADMIS A NÉGOCIER.

    Il est compatible avec les valeurs de cette charte africaine.
    CETTE DERNIÈRE PERMET LA PROMOTION DE LA BONNE GOUVERNANCE, DE LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE, DES ÉLECTIONS TRANSPARENTES, DE LA NON IMPUNITÉ ET DE L’ÉTAT DE DROIT.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC/GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  2. Vive le BURKINA ! Et vive sa médiation ! Car tout ce boucan va inévitablement finir à une table de négociation : et ce la, je le dit sans le moindre doute ! Pian !

  3. Je ne pensais pas que quelqu’un pouvait avoir un raisonnement aussi débile que celui de Sidi Md. Que le malien soit blanc ou noir ou je ne sais plus de quelle couleur, il est d’abord Malien. Mais dès l’instant que l’on prend des armes contre le peuple dont on est censé être issu, alors on s’est mis en marge de cette communauté.
    Où étiez-vous quand tous ces éléments du MNLA, et leurs complices du MUJAO et de ANSAR DINE, ont égorgé de pauvres soldats à AGUEL HOC ?
    Qu’avez-vous dit lorsque ces apatrides ont mis à mal l’existence même de la nation Malienne ?
    Quelle fut votre réplique lorsque des filles de douze et treize ans furent violées aux premières heures de l’occupation des villes de KIDAL, Tombouctou et Gao ?
    Ce sont des enfoirés comme vous qui foutez la merde dans de paisibles pays pour en faire des foyers infernaux. Si ces apatrides assassinent et violent, ce sont les effets de la guerre, mais quand il y ‘a une riposte de l’armée, c’est un massacre.
    Vous êtes un malheureux, monsieur Sidi Md, comprenez qu’un processus vient de commencer par la grâce d’ALLAH avec la bienveillante main de la France que le tout puissant a bien voulu mettre à la disposition du Mali, ce processus arrivera à terme, que vous et vos complices le veuillent ou non. Bon voyage en enfer !

  4. Les Africains doivent changer pour le meilleur et pour le pire.Le Mali n’est pas un pays tribaliste ni un pays divise par l’ethnicite. Il n’y a pas de problemes ethniques parmi les Maliens.Il y a un probleme de justice:lutte contre le favoritisme, le clientelisme,et certains maffias en formation.L’etranger y est bien accueilli.Au moment ou le deux armees Maliennes et Bourkinabe se battaient, les citoyens du Bourkina au Mali continuaient a frequenter leurs amis Maliens,a frequenter les grains.Les Touaregues et les Arabes doivent se convaincre que cette vie est un passage.Le bonheur n’est garanti que par le developpement, le travail ,les bonnes relations avec ses voisins, l’entre-aide pour s’aider.La prosperite a scelle l’unite des USA,une nation composee de plus de 150 nationalites.Les Maliens doivent attacher la plus grande importance a la prosperite economique,a l’education de leurs enfants,a la bonne sante des populations ,a la bonne gouvernance marquee par la justice et la tolerance

  5. L’intervention de la France au Mali à été conçue pour tuer des civils innoncents parmi les populations du nord malien ,l’armée malienne achèvera les ressortissants des communautés touareg maures ,peule . La vengeance n’est pas une solution . Car tôt ou tard ces communautés se cotoyerons et vivrons ensemble . Les français doivent sécuriser les populations maliennes blanches ou rouges . L’armée française doit viser Aqmi ,le mujao idem pour les supplétifs maliens . Procéder à des tueries d’innocents dans les villes conquises ,jeter leurs cadavres dans es puits est un acte ignoble . C’est la France qui doit rendre des comptes ,parce que elle est supposée couvrir les assassins. ,en tout état de cause l’histoire jugera……..

    • sidi, ton intervention n’a pas de sens…
      Seule une partie des touaregs prennent des armes ts les 5-10 ans et tuent les gens. On appelle ça rebellion, ils ont des soutiens en eruopes, notamment en franc. Parce que les blancs ont une vision romatique des touaregs, “ces hommes bleux du desert”. Alors qu’ils ne sont pas les seuls dans le desert malien, et encore moins à porter le bleu.

      Imaginer une population noire, en algérie-tunisie-egypte…, qui tous les 5-0 ans, prend les armes et tuent les gens (militaires comme civiles..). Le monde fermerait les yeux sur les massacres qui sabat sur eux.

      A titre d’exemple, les mauritaiens en 89-90 ont fait une solution finale qui consistait à tuer ts les noirs influents dans le pays et deporter les autres pour faire du pi un pi arabo-berbère. Il ne s’agit pas ici, d’une hyothèse mais de l’histoire. Personne n’a ouvert sa bouche contre ces crimes. La même chose est en train d’arriver aux noirs en libye (avec les toubas…) personne ne dit rien..

    • Suite:
      Avant de te préoccuper du sort des touaregs, qui prennent sans cesse des armes pour tuer les autres, occupe-toi plutôt de ceux qui meurent déjà, au lieu de ceux qui pourraient éventuellement, par hazard, on ne sait jamais… être massacré.

      Je parle de tes frères palestiniens sous la barbarie des sionistes, au congo 10 millions de mort de 1998, le massacre des toubas en libye etc…

      Des touaregs, il y’en a des centaines dans l’armée malienne, ils sont capitaines, colonels…, députés, ministres, 1er ministre…

      Aucune minorité ne jouit d’autant de privilèges dans un pays à part la minorité juive, en oxydent qui contrôle ces pays blancs (média, cinéma, politique…).

      Et la ségregation des noirs au Maroc, en tunisie, en egypte…
      Tu en pense quoi?

  6. L’intervention de la France au Mali à été conçue pour tuer des civils innoncents parmi les populations du nord malien ,l’armée malienne achèvera les ressortissants des communautés touareg,maures ,peule . La vengeance n’est pas une solution . Car tôt ou tard ces communautés se cotoyerons et vivrons ensemble . Les français doivent sécuriser les populations maliennes blanches ou rouges . L’armée française doit viser Aqmi ,le mujao idem pour les supplétifs maliens . Procéder à des tueries d’innocents dans les villes conquises ,jeter leurs cadavres dans es puits est un acte ignoble . C’est la France qui doit rendre des comptes ,parce que elle est supposée couvrir les assassins. ,en tout état de cause l’histoire jugera……..

Comments are closed.