En prélude aux concertations nationales : Le chérif de Nioro opte pour les militaires pour conduire la transition

18

Très écouté au sein de la classe politique, la sortie du chérif de Nioro était très attendue. Il s’est enfin prononcé sur la transition. Son appel sera-t-il entendu ?

 

Connu pour son franc parlé et ses prises de positions, le chérif de Nioro Mohamed Ould Cheicknè dit Bouyé Haïdara s’est exprimé vendredi 4 septembre 2020 sur la personnalité censée à même de diriger la transition. Entouré par ses fidèles, le chérif dit porter sa confiance aux militaires pour conduire la transition. Le fils de Cheick Hamala Hamaoulah estime qu’il y a un travail titanesque à faire que seuls les militaires sont à meure de conduire sans influence des politiciens qui, à ses dires, ont leurs agendas cachés. En clair, le chérif ne veut pas de civils pour diriger la transition au risque a-t-il poursuivit que le pays ne sombre.  Il a demandé à la Cédéao d’accéder à sa requête pour le bien être des maliens.

Cette sortie du chérif contre les politiciens n’est pas étonnant dans la mesure où il a été toujours hostile à la façon dont les hommes politiques maliens se comportent. Il a l’habitude de rappeler à son frère Mahmoud Dicko de se méfier de l’amitié des politiciens maliens, excellents dans l’art de trahir leur prochain. Il y a quelques jours seulement, il a invité la junte à ne jamais collaborer avec Soumeylou Boubeye Maiga, ancien Premier ministre et avec Karim Keita, fils de l’ancien président IBK.

La proposition de Bouyé a certainement été accueillie avec stupéfaction par la classe politique notamment le M5-RFP. Les partisans de Mahmoud Dicko sont unanimes à dire que la transition soit dirigée par un civil. Sur le sujet, l’autorité morale du M5 qu’est l’imam Dicko ne semble pas être sur la même longueur d’onde  avec le chérif. L’imam est intervenu sur une chaine internationale affirmant qu’il préfère qu’un civil dirige la transition.

Pour ou contre, le dernier mot selon le CNSP revient au seul peuple souverain du Mali de décider de ce que va ressembler la transition  d’où la tenue des concertations nationales prévues du 10 au 12 septembre à Bamako.

C’est dire que dans les jours à venir, nous allons assister à plusieurs voyages Bamako-Nioro, histoire de faire changer l’avis du « faiseur de roi ». L’homme reste toujours influent. C’est ce qui a d’ailleurs motivé la présence du médiateur de la crise malienne, Goodluck à Nioro le 12 août 2020.

Mohamed Keita 

Commentaires via Facebook :

18 COMMENTAIRES

  1. Ah ce n’est pas ce Chérif qui soutenait IBK il y a quelques semaines, jusqu’à lui composer son mini gouvernement? Hum, no comment!

    • l islam a detrui toutes les formations politiques sociales et culturelles endogenes et meme les hommes femmes et enfants de ces peuples noirs….depuis et toujours , ouvrez les yeux de l esprit…

  2. LES DIFFERENTS ACTEURS DE L ISLAM AU MALI SONT A LA BASE DU RETARD HUMAIN AU MALI ET SUREMENT EN AFRIQUE.

    MERCI KENEDOUGOU!

    LES DIFFERENTS ACTEURS DE L ISLAM AU MALI SONT A LA BASE DU RETARD HUMAIN AU MALI ET SUREMENT EN AFRIQUE.
    😎
    FAAROFIN DENW NE SONT PAS LES MEMES QUE LES ADAMA DENW! CHERS FAAROFIN DENW NE VOUS PRENNEZ PAS COMME DES ADAMADENW, ADAMADENYA(MOUSSALAKAYA =TOUJOURS COMPROMETTANT SUR LE FAUX) EST DIFFERENT DU MAAFINFINYA (DROITURE ET INTEGRITE)…
    😎

  3. Quiconque s’allie au chérif de Nioro court à sa perte. Le premier fût Moussa Traoré qui a fini en condamné à mort pour avoir fait tirer sur des enfants. En suite vint le tour de Sanogo à qui il avait apporté tout son soutien et qui est attendu par les geôle à la fin de son procès pour avoir assassiné des bérets verts. Ensuite viendra le tour d’IBK pour qui il avait battu campagne et qui sera jugé pour la mort des manifestants. Tout pouvoir doit se méfier du chérif comme de la peste. C’est un traître à l’affût de ses intérêts et un piètre calculateur. Ce vieil ignorant est devenu, grâce à la crédulité des maliens, un acteur dans la politique à laquelle il ne connait rien. Un pays moderne ne se laisse pas influencer par un charlatant de cette espèce. Il faut que le pays se réveille. Si les militaires se laissent duper par l’enthousiasme suscité par le coup d’état et se laissent embobiner par l’appât du pouvoir, ils se feront un grand tort à eux-mêmes et au pays.

  4. HOROMO. CELUI LA VAUT TOUT LE MALI, IL NOUS CHOISIRA UN PRESIDENT, UN CABINET MINISTERIEL ET UN GOUVERNEMENT REGIONAL!

    J AI UNE FOIS PRIS UN VOL LAGOS-CASA, MON VOISIN DANS L AVION, UN MAURITANIEN NOIR, M’A DIT QUE SI DANS UNE MOSQUEE IL YA 1000 NOIRS ET UN BLANC (QUI SE DIT FAUSSEMENT “MAURE” NOM QUI VEUT DIRE NOIR, DONC UNE IDENTITEE VOLEE AUX AFRICAINS NOIRS, LE MEILLEUR GENOCIDE ETANT IDENTITAIRE), CE SEUL BLANC VA TOUJOURS PRETENDRE A LA POSITION D IMAM ET NE PRERA JAMAIS DERRIERE UN NOIR UN VRAI MORO, UN OROMO, UN KAAFR, UN HABITANT DU PAYS DE A”FAARO!

  5. Kalata bamba
    Le CHÉRIF de NIORO représente une communauté.
    Il ne peut certes pas élire un homme politique mais il peut s’associer à d’autres pour l’empêcher à atteindre son objectif.
    Mieux vaut l’avoir avec soi que contre.
    DANS TOUTES LES NATIONS DÉMOCRATIQUES,IL Y A DES FORCES D’INCARNATION D’UNE TENDANCE DE LA SOCIÉTÉ QUI SONT COURTISÉES.
    Aux états-unis,c’est constaté et palpable que les personnes qui représentent les communautés sont démarchées par les hommes politiques.
    Ce qu’on dénonce chez le CHÉRIF de NIORO,c’est d’abandonner sa neutralité pour prendre parti.
    IL EST ENTRAIN DE DILUER LENTEMENT LA CRÉDIBILITÉ HÉRITÉE DE SES AÏEUX PAR DES POSITIONS POLITIQUES HASARDEUSES.
    Après SANOGO et sa bande délinquante, il a soutenu et mené campagne pour IBK.
    Maintenant, ce sont des putschistes qui n’ont pas encore révélé leurs vrais visages qu’il soutient.
    Il doit être discret et neutre.
    S’il doit soutenir un homme politique, ça doit être fait dans la discrétion.
    On ne doit pas connaître sa position.
    LA PRODUCTION DES IDÉES,LE CHOIX DES HOMMES, LA MÉTHODE D’EXERCICE DU POUVOIR SONT DU RESSORT DES HOMMES POLITIQUES.
    Un CHEF RELIGIEUX perd sa nature,s’il est toujours mêlé dans les activités politiques.
    Il devient un LEADER RELIGIEUX car il participe à imposer ses IDÉES inspirées de sa foi religieuse au lieu de se contenter de guider sa communauté.
    Le LEADER RELIGIEUX est attaqué alors que le CHEF RELIGIEUX est respecté.
    Ces attaques répétitives contre SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA vont finir par recevoir une réponse,si ce dernier constate qu’il est entrain de perdre son aura.
    Un CHEF RELIGIEUX ne s’attaque pas frontalement à un homme politique.
    C’est le fait d’un LEADER RELIGIEUX.
    Ce dernier est du même pied d’égalité que tous les hommes politiques.
    Si on se met au niveau des autres, qu’on ne s’étonne pas qu’on soit attaqué comme tout homme politique.
    Le CHÉRIF a intérêt à rester discret comme l’ont été ses aïeux.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • FOULAH KE, JE SUIS AUSSI FOULAH, JE TE DIS QU IL DOIT Y AVOIR AU MALI QU UNE COMMUNAUTEE MALIENNE, L ETHNOCENTRISME QUE NOUS PEULHS AVONS S ENGOUFFRERA SUR NOUS. QU EN PENSES-TU?

  6. Celui là penché du côté du plus fort seulement. Il cherche une solution pour ne pas payer les taxes maintenant que son dauphin a été écarté du ministère des finances,

  7. Malheuresement que Nioro ne sait pas quelles sont les conséquences d’une cette situation? Les conséquences sont entre autres les blocages de la communauté internationale dont la CEDEAO, les partenaires multilatéraux et bilatéraux, les grandes ONG et les sociétés civiles des autres continents de cette planète, ce qui reste certain, nous nous en tirons très difficilement car d’autres soulèvements populaires se dessinerons à l’horizon si le CNSP n’arrivera pas à comprendre çà à temps. Personne au monde n’a confiance aux militaires à part les maliens d’aujourd’hui à cause des comportements éhontés de nos politiciens de cette ère démocratique, mais il faut garder présent à l’esprit que le goût du pouvoir fait changer les décisions des militaires comme ce fut le cas de Moussa TRAORE en 1968 qui avait proclamé que les militaire ne ferons que Six mois, mais il avait fait 23ans et il était dégagé par un soulèvement populaire parachevé par un coup d’état comme le cas que nous vivons aujourd’hui.

  8. Pour ma part, peu importe. Qu’il soit militaire ou civil, il faut qu’il soit un homme qui incarne les vertus nécessaires pour conduire la transition que nous souhaitons tous. Je ne me focalise pas sur la pensée unique qui renvoie les militaires dans leurs casernes et les civils à la gestion du pays. On a vu en Afrique des militaires capables de conduire des pays en mains de maître, ils sont aujourd’hui des légendes (Sankara, Jerry Rawlings, Paul Kagamé etc.), tout comme on a vu des militaires pradés leurs pays à deux clous (Moussa Traoré, Aya Sanogo, Daddis Camara, Blaise Compaoré). Alors, militaire ou civil, qu’on ait quelqu’un de bon et qui se bat pour son pays.

  9. C’aurait été plus intéressant si le chérif de Nioro pouvait nous expliquer davantage les fonds de ses idées. Pour ma part, je suis loin d’être convaincu… Comme la majorité des Maliens, je partage la méfiance du vieux de Nioro vis-à-vis de nos hommes politiques, mais pour me convaincre il doit d’abord démontrer que nos militaires font mieux.
    Je pense que le chérif de Nioro est en train de faire la confusion entre “une personnalité civile” et “une personnalité politique civile”.
    Dans cette situation, la meilleure option pour le MALI est que cette transition soit dirigée par une personnalité CIVILE relativement NEUTRE qui ne serait issue d’aucun parti politique.

  10. Quelles sont les compétences de ce Chérif inculte pour savoir qui est bon à quel poste ministériel ou qui est bon pour diriger une transition. En 2012 il s’est fait connaître pour être un inconditionnel de Sanogo et du CNDERRIÈRE pour diriger le MALI. Il y a un mois de cela il se disait encore opposé au départ de IBK, aujourd’hui il veut que l’on n’écoute pas les Cadres et les intellectuels, il veut que l’on écoute les charlatans comme lui.

    TOUT ÇA EST LA FAUTE DE IBK QUI A FAIT CROIRE À CES VENDEURS D’ALLUSIONS QU’UN CHEF D’ÉTAT DOIT GRATTER LA TÊTE ET LE DERRIÈRE AUPRÈS DES RELIGIEUX POUR LEUR PLAIRE. 😎😎😎😎

    • LA PREMIERE DES CORRUPTIONS C EST D ACCEPTER L IDENTITEE ET LA CROYANCE DE L ENVAHISSEUR, RELIGIEUX OU ECONOMIQUE!

      YUGUBANE, C EST TOUT LE MALI QUI EST PROGRAMME A SUIVRE ECERVELLEMENT CES CHARLATANTS!

  11. Le marabout de Nioro ne represente que lui même.
    Le cas du Mali n’est ni une question de militaire ni de civil.
    Un civil ou un militaire n’est rien d’autre qu’un simple homme ou femme.
    C’est exactement comme si on disait qu’un medecin est mieux à la présidence qu’un avocat ou un architecte.
    Un militaire a dirigé le Mali pendant 23 ans sans resultat. un autre militaire a fait dix ans sans effet. Un civil vient juste de passer 7 ans catastrophique au pouvoir.
    On peut essayer un nain, un bossu ou un forgeron et pourquoi pas une
    ” Frou-frou féréla ” cela donnera le même résultat c’est à dire rien.
    On vous dit depuis des décennie que ce n’est pas une question d’homme.
    Les maliens s’attendent à un homme miraculeux, il n’y a en pas.
    Il faut dire cela dans quelle langue ???

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here