Salon de l’agriculture du Maroc : Que cache la prise en charge de 20 cotonculteurs maliens par l’ELÉPHANT VERT ?

0

La prise en charge de 20 cotonculteurs par le Groupe suisse créé en 2012 par la Fondation suisse Antenna Technologies, ÉLÉPHANT VERT est difficile à comprendre. Si on se fie à la relation qui lie le busine man  Bakary Togola à cette société, tout porte à croire que c’est la mafia déguisée.

Cette société d’intrants agricoles courtise Bakary Togola pour l’accès à un marché juteux. Et cela n’a pas commencé aujourd’hui. Éléphant Vert, dans le cadre du salon d’agriculture du Maroc,  que la ville de Meknes abrite à partir de ce mardi a offert 20 billets d’avion aller et retour à des producteurs du groupe de Bakary. Il  assure ainsi la prise en charge des 20 producteurs. A qu’elle fin? Bakary est aussi invité par cette société. En retour, devons-nous comprendre que éléphant vert devra se frotter les mains au moment de l’attribution du marché  intrants agricoles pour la campagne 2019- 2020 durant laquelle les Cotonculteurs promettent à IBK un million de tonnes de coton.  C’est donc un retour à l’ascenseur

Rappelons qu’ELEPHANT VERT est un Groupe suisse créé en 2012 par la Fondation suisse Antenna Technologies. Le groupe est né de la conviction de son fondateur de l’urgence de déployer un nouveau modèle agricole : bon pour les hommes, bon pour les sols et bon pour la planète. Avec un ancrage solide en Afrique et en Europe, et une approche multiculturelle orientée autour de l’humain, ÉLÉPHANT VERT s’est construit sur un engagement éthique et responsable pour apporter aux producteurs agricoles des solutions en adéquation avec leurs besoins.

GOUVERNANCE : Bakary Togola pousse Soumeylou au feu, vers une arnaque agricole?

Poussé par l’avidité du gain facile ou par la cécité politique, Bakary Togola ne se retient plus dans la tentative de faire croire au pouvoir que tout va bien. Il vient ainsi de promettre une protection sans faille au Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga qu’il sait pourtant totalement cuit depuis que la fronde contre la gouvernance est allée au-delà des religieux.

En tant que président des Coopératives de producteurs de coton, Bakary Togola s’est senti investi d’un pouvoir de protection. Ainsi, il a demandé au Premier ministre de ne pas avoir peur puisque les paysans du Mali qu’il représente sont déterminés à ne pas le lâcher malgré les hostilités de la part des hommes politiques et certains religieux.

Et Bakary Togola d’enfoncer le couteau en déclarant que celui qui soutient IBK doit soutenir Souleylou Boubèye. Puisque le peuple a choisi IBK, le choix de dernier étant Boubèye ne mérite pas d’être abandonné, selon Bakary Togola. “Il ne faut même pas avoir peur”, a-t-il affirmé.

Mais Bakary Togola semble ignorer la portée de la situation politique du pays. La situation est tellement volatile que celui qu’il prétend soutenir est en déphasage avec le parti qui a porté le président au pouvoir, le RPM, dont les députés ont publiquement lâché le Premier ministre.

Bakary Togola vient de montrer qu’il n’agit pas dans l’intérêt de son parti au moment où une motion de censure orchestrée par le RPM tente de débarquer Boubèye de la Primature. En plus d’être impopulaire, le Premier ministre est un obstacle de taille au parti de Bakary Togola qui a perdu plusieurs députés ayant joint le parti de Boubèye avec armes et bagages.

Si Bakary Togola tient un discours opposé à celui des députés RPM, c’est parce qu’il veut avoir le Premier ministre afin de réaliser sa folle promesse d’un million de tonne de coton en 2019. Comment convaincre le gouvernement à débloquer le fonds nécessaire à cette promesse qui s’apparente à l’arnaque agricole? Telle est la question.

L’on sait que Togola qui est mal élu à la tête de l’Union des coopératives de producteurs de coton du Mali a un mandat finissant. Il est un habitué des coups contre les paysans. Il est impliqué dans le scandale de l’engrais frelaté, le détournement de l’appui aux paysans et d’autres problèmes agricoles, et récemment imitation de la signature d’un haut cadre de la CMDT.

D. Kéita

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here