Géostratégie : Le Mali, victime de ses richesses pétrolière et gazière !

69
Une mine d'or (photo archives)
Une mine d'or (photo archives)

Dans cette analyse, l’universitaire idéologue du néo capitalisme français, Aymeric Chauprade, met en exergue les visées économiques derrière le discours machiavélique de la France dans la crise politique et sécuritaire qui secoue le Mali depuis 2012. Il parle aussi de la confrontation franco-qatarie d’une part et franco-américaine de l’autre au sujet du contrôle des puits de pétrole, du gaz et de l’or au Mali.

 

Dans ses confessions sur RFI, dans l’émission « Archives d’Afrique » animée par Alain Foka, le défunt ex-secrétaire général de l’ONU, l’égyptien Boutros Boutros Ghaly, disait qu’en venant à la tête de cette grosse machine administrative, il caressait le rêve de la réformer pour l’adapter au nouvel environnement politique mondial. Mais, très vite il déchanta. Il s’était heurté à l’immobilisme des grandes puissances, notamment les Etats-Unis. Celles-ci sont hostiles à tout changement suspect de remettre en cause l’ordre mondial, notamment le système d’organisation de l’économie mondiale, qui est le fruit des clauses de la conférence de Berlin, qui a décidé de la clé de répartition des terres du monde ainsi que les ressources minières, halieutiques et agricoles. Là où les deux grandes guerres mondiales avec toutes ses atrocités n’ont pas réussi à changer ces paradigmes, ce n’est pas un « petit » secrétaire général, fut-il des Nations qui va bousculer ces grands équilibres avec ses idées révolutionnaires. Cette leçon a semblé été ignorée par le Mali sous le président Amadou Toumani Touré, qui a cru contourner les Français pour se refugier derrière les Américains et les Chinois. En oubliant que les grandes puissances ont des intérêts communs. Pour preuve, Nicolas Sarkozy, certes descendant d’immigré, mais en sa qualité de président de la République Française, a soldé son compte à ATT, lorsque l’occasion s’est présentée. Comme pour lui rappeler qu’on ne contourne pas la France impunément.

C’est ce que l’universitaire Aymeric Chauprade, nous enseigne dans une tribune publiée le 7 février 2013 sur son site d’information 3w.reapolitik. tv/2013/ sous le titre « Crise du Mali, troisième partie : les intérêts pétroliers ». Dans cet article, le professeur de géopolitique et directeur de la Revue française de géopolitique et du site cité dessus justifie par des arguments économiques les raisons de la guerre au Mali et le rôle de sapeur pyromane joué dans l’obscurité par la France pour s’emparer de la totalité de l’économie de son ancienne colonie rebelle.

Selon lui, le Mali possède 5 bassins sédimentaires dont le potentiel pétrolifère est avéré. Il s’agit du bassin de Taoudéni (au nord et vers la frontière mauritanienne) : 600 000 km2 pour le seul Mali sur 1,5 million de km2 partagés entre le Mali, l’Algérie, la Mauritanie, le Niger. Schistes riches en matière organique. Il serait comparable au bassin Illizi en Algérie. Il y’a aussi le fossé (ou graben) de Gao : 15 000 km2, un seul puits à l’heure actuelle, les bassins contigus de Iullemeden et Tasmera (à l’Est et frontalier avec le Niger), 80 000 km2 deux puits à l’heure actuelle, comparable au bassin de Doha au Tchad ou aux bassins d’affaissement paléozoïque d’Algérie, fossé de Nara au centre, près de Mopti, également comparable au bassin Crétacé de Doha au Tchad soit aux bassins d’affaissement paléozoïque d’Algérie.

En référence à des documents produits par l’Autorité pour la Recherche Pétrolière au Mali (AUREP), Aymeric Chauprade soutient que le sous-sol du pays est potentiellement riche en gaz et le pétrole. Le directeur Afrique du nord de Total, Jean François Arrichi de Casanova confirme cette hypothèse. Lui va très loin en qualifiant le Mali comme un « nouvel eldorado pétrolier à propos de la zone Mauritanie/Mali/Niger ». Parmi ces trois, seul le Mali garde son sous-sol sous exploité. Pour l’instant, Total est surtout présent chez le voisin mauritanien.

 

90% de part pour la France contre 10% pour la Mauritanie

La multinationale d’origine française est présente dans l’exploitation sur le permis Ta7 et Ta8 de la partie mauritanienne du bassin de Taoudeni mais en partage avec les Algériens et les Qataris.  Total possède 60%, la Sonatrach (Algérie) 20% et Qatar Pétrolium International 19%. S’agissant du permis Ta8, le forage du puits d’exploitation sismique est en cours depuis 2011. L’exploitation on-shore s’est étendue avec un nouvel accord en janvier 2012, entre Total et le gouvernement mauritanien. Cet accord donne à Total une participation de 90% en tant qu’opérateur sur le bloc Ta 29 situé dans le désert du Sahara, à 1000 km à l’Est de Nouakchott et au Nord du bloc Ta7. Les 10% restants sont entre les mains de la SMH, la compagnie nationale mauritanienne.

Les intérêts de Total dans la zone ne se limitent pas à l’on-shore. Ils portent aussi sur l’off-shore : accord Total/gouvernement mauritanien de décembre 2011 pour le bloc off-shore C7 (bassin côtier) ; accord Total/gouvernement mauritanien de janvier 2012 pour le bloc C9 (Total 90%, SMH 10%) situé à 140 km à l’ouest des cotes mauritaniennes et qui s’étend sur plus de 10 000 km2 par 2500 à 3000 m de fond.

Signalons à l’attention de ceux qui pourraient, un peu trop rapidement être choqués par un partage 90/10 entre Total et la SMH, que l’exploitation nécessite des investissements colossaux que seul Total peut amener. Il faut bien comprendre que la chute du régime de Kadhafi ouvre, dans toute l’Afrique du Nord et au Sahel en particulier, la perspective d’une vaste redistribution des cartes en matière pétrolière et gazière.

S’agissant du Mali et de la Mauritanie, Total, la Sonatrach algérienne et la compagnie Qatarie ont des intérêts à la fois communs et rivaux. La capacité de ces compagnies à peser sur les gouvernements africains concernés sera en effet d’autant plus forte que l’influence de leurs Etats d’apprentissage sera grande. Il est essentiel de comprendre que la distribution des blocs et des parts relatives à l’exploitation des blocs, est intimement liée aux rapports de force géopolitiques entre la France, l’Algérie et le Qatar.

 

L’or désormais comme valeur de change

Le Mali est troisième producteur d’or du continent africain après l’Afrique du Sud et le Ghana. En 2011, il a produit 56 tonnes d’or sur une production minière mondiale d’or qui oscille selon les années entre 2000 et 2500 tonnes. Le classement en 2011 en termes de production annuelle et réserves prouvées se présente comme suit : 1er Chine avec 355 t/1900 (en 2007 la Chine est passée devant l’Afrique du Sud) ; 2ème Australie : 270 t/7400 ; 3ème Etats-Unis : 237 t/3000 ; 4ème Russie : 200 t/5000 ; 5ème Afrique du Sud : 190 t/6000 ; 6ème Pérou : 150 t/2000 ; 7ème Canada : 110 t/920 ; 8ème Ghana : 100 t/1400 ; 9ème Indonésie : 100 t/3000 ; 10ème Ouzbékistan : 90 t/1700.

Le Mali est très promoteur dans ce domaine et devrait bientôt dépasser le Ghana devenant alors le 2ème producteur du continent africain. En outre en 2011, le Mali entre le cercle restreint des producteurs de minerai de fer (exploitation de Tienfala). Il dispose également d’un potentiel élevé en manganèse, dont l’exploitation avait commencé en 2010. Le Mali produit aussi du phosphate. Les réserves de bauxite sont estimées à 1,2 million de tonnes et pourront être exploitées dans un futur proche. Un potentiel en lithium, diamant, kaolin et pierres gemmes est également identifié, sans compter bien sûr l’uranium.

Mais, de toutes ces ressources, l’enjeu lié à l’or est encore plus grand. Et pour cause : le contexte de dépréciation des grandes monnaies mondiales comme le Dollar et l’Euro est en train de changer les regards sur l’or. Selon lui, les banques centrales comme de nombreux opérateurs financiers sont en train d’assurer leur avenir en achetant de l’or physique. L’Allemagne a pris la décision historique de rapatrier une partie de ses stocks d’or physiques détenus à New York, Londres et Paris et de très nombreux pays font de même. La Suisse est maintenant, après l’Allemagne, touchée par le mouvement the « Swiss Gold Initiative », initiative lancée par 4 membres du Parlement suisse en mars 2012 visant à exiger le rapatriement de l’or de la BNS (Banque nationale Suisse) laquelle refuse d’indiquer dans quel(s) pays se trouve son stock d’or.

Un exemple récent (et ils se multiplient presque chaque semaine) : le Fonds d’Etat pétrolier de l’Azerbaïjan (SOFAZ) a retiré une tonne de son or physique des coffres de J. P Morgan à Londres pour placer dans les coffres sécurisées de la Banque centrale de Bakou.

Tout le monde est en train de réaliser que le banquier anglo-saxon a tout simplement vendu ou « joué » l’or que des Etats et fonds souverain leur avaient confié.  Washington et Londres ont déjà annoncé qu’il leur faudrait 7 ans pour restituer à l’Allemagne son or. La France aussi selon lui, qui semble être la plus honnête des trois pour avoir annoncé aux Allemands qu’elle va très bientôt lui restituer ses lingots, a elle aussi semblé avoir vendu l’or allemand tout comme les Américains et les Anglais. Aux Etats-Unis même, la FED refuse d’apporter la preuve que l’or américain existe encore ! Que peut-il bien être alors de l’or allemand confié aux Etats-Unis ? L’or n’y est probablement plus, comme soutient le GATA (Gold Anti-Trust Action Committee). Car, il aura été prêté aux banques d’affaires et vendu sur les marchés afin de maintenir les cours sous pression et de sauver la confiance dans l’argent papier. Les mauvaises langues insinuent que les Etats-Unis et la France pourraient se servir dans les d’or du Mali où il sera facile d’opérer à l’abri du monde.

 

Le Qatar de plus en plus actif dans le monde

Selon Aymeric Chauprade, le Qatar porte une responsabilité dans les révolutions en Tunisie, en Egypte et en Libye (il a financé les islamistes de Cyrénaïque à l’origine du déclenchement de la révolution avant que les militaires qataris ne jouent au sol eux-mêmes un rôle opérationnel actif, au sol, auprès des forces spéciales occidentales), de Syrie (il finance les rebelles islamistes tout comme l’Arabie Saoudite, la France, la Grande Bretagne et les Etats-Unis).

Au Mali, insiste t-il, l’action du Qatar est également prouvée où l’émirat aurait directement financé les groupes Mujao et Ansar Dine (tandis qu’AQMI est faux-nez des services secrets algériens) et son influence se dissimule derrière l’action opérationnelle du Croissant rouge qatari. Au nom de laquelle, un avion cargo qatarie avait atterri à Gao le 6 avril 2012 pour y livrer des armes et des stupéfiants aux rebelles touarègues. Ce jour-là, un Comité d’accueil sous la direction d’Iyad Ag Ghali, leader touareg du mouvement salafiste Ansar Dine qui contrôlait en ce moment Tombouctou et Kidal, attendait au bas de la passerelle les accompagnateurs des marchandises précieuses. Est-il besoin de rappeler que l’ancien consul du Mali à Djeddah (mais menacé d’expulsion par les Saoudiens en 2010 sans doute récupéré par les Qataris eux-mêmes farouches ennemis des Saoudiens) avait profité d’années d’activité dans la diplomatie malienne dans le Golf pour développer des connexions islamistes, qui lui valent ce qui lui vaut aujourd’hui.

Rappelons qu’en son temps, les médias maliens avaient largement dénoncé cette connexion sans que cela n’émeuve personne, même les Nations Unies. Qui s’étaient mu dans un silence radio assez suspect. Le cri de détresse des médias maliens visaient attiré l’attention des décideurs du monde sur les effets nuisibles de cette livraison sur le cours des évènements. Car, il est connu de tous les spécialistes que la drogue est une source de revenu essentielle des rebellions dans le monde et ce sont des services secrets étatiques qui fournissent souvent directement aux seigneurs de la guerre et aux mafieux. Certains pays savent en recycler leurs saisies policières et douanières en outil de financement des guerres occultes aux mains des services secrets.

Auparavant, après la prise du camp de Tessalit par le MNLA appuyé par ses complices islamistes, le 10 mars 2012, un avion cargo du Qatar avait atterri sur la piste du camp pour y livrer aux rebelles une quantité importante d’armes modernes, des munitions et des 4/4. Selon l’universitaire français, le Qatar a tout fait pour favoriser la rébellion au Nord de notre pays par de multiples soutiens à Ansar Dine.

Le Qatar, qui joue un rôle important dans la nouvelle donne pétrolière et gazière en Libye, veut étendre son influence dans le Sahel (Mauritanie et Mali) en utilisant les groupes islamistes à cet effet.

La vision stratégique qui sous-tend ces actions est que le Qatar détient environ 15% des réserves prouvées de gaz. Avec la Russie et l’Iran, ils détiennent à eux trois 60% des réserves prouvées dans le monde. En essayant d’étendre son empire sur le Moyen-Orient (Syrie) et sur le Sahara (Lybie, Sahel et demain l’Algérie sur laquelle plane la menace d’une révolution arabe soutenue par Doha) le Qatar de concert avec les Etats-Unis veut couper l’Europe de la Russie (principal fournisseur de gaz des Européens) et remplacer Moscou par Alger, a expliqué Aymeric Chauprade.

Selon lui, les investissements du Qatar dans les actifs stratégiques français vont dans le même sens. En s’appuyant sur l’islam en France, en contrôlant des parts croissantes d’actifs stratégiques, le Qatar veut pouvoir influer sur la décision politique française (ce qui s’est passé entre l’émir du Qatar et le président Sarkozy laisse hélas présager ce qui pourrait se passer demain lorsque de nombreux parlementaires français seront mis sous influence). Cela pourra mener à renforcer un lobbying actif pour faire sortir la France du nucléaire et pousser celle-ci à aller davantage encore vers le gaz (car évidemment les énergies renouvelables ne peuvent être que des composantes minoritaires dans un mix énergétique).

 

La guerre des intérêts américaino-français

Après le 11 septembre 2001, sous prétexte de lutter contre le terroriste islamique, les Américains ont augmenté leurs efforts d’implantation sur le continent africain, en particulier dans les zones d’influence traditionnelles de la France. Depuis 2002, 1700 soldats américains sont basés à Djibouti, point d’implantation historique de la France. Depuis 2003, les Américains ont développé avec les pays de la frange saharienne la PSI (Pan Sahel Initiative) un programme d’assistance militaire aux pays sahéliens, qui concerna au départ le Tchad (où la France est pourtant présente militairement) le Mali, la Mauritanie et le Niger, avant de s’étendre en 2005 au Maroc et au Nigéria pour devenir la TSCTI (Trans Saharan Counter Terrorism Initiative). En décembre 2008, les Américains ont créé un commandement stratégique dédié à l’Afrique (à l’exception de l’Egypte qui reste attachée au CENTCOM, le commandement en charge des opérations au Moyen-Orient) en détachant cette zone de leur commandement, européen Eurcom. Cependant, aucun pays africain pays n’ayant accepté d’accueillir ce commandement, AFRICOM reste à Stuttgart en Allemagne.

Selon Aymeric Chauprade, la raison profonde de cet intérêt américain pour l’Afrique n’est pas le terrorisme mais le pétrole et le gaz. L’Afrique pèse plus aujourd’hui dans les importations pétrolières américaines que l’Arabie Saoudite. Un quart des importations de pétrole américaines viennent d’Afrique, du Golf de la Guinée (Nigéria et Angola mais aussi de la Guinée Equatoriale) et les Américains ont aussi des ambitions en Afrique sahélienne. Chose que la France voit d’un mauvais œil.

Si l’on réfère aux commentaires de l’universitaire Aymeric Chauprade. Selon lui, le résultat attendu de la coopération militaire américaine au Mali est implacable. D’abord les Américains ont formé des Touarègues qui ont ensuite déserté l’armée malienne pour rejoindre le MNLA et Ansar Dine et participé à la guerre contre l’Etat malien. Comme si cela ne suffisait ce sont les officiers noirs formés par les américains, notamment le capitaine Amadou Haya Sanogo qui vont renverser, en mars 2012, le président Amadou Toumani Touré et créer l’anarchie dans le pays, se moquait-il ainsi du général Carter Ham qui dirige AFRICOM. « Il a beau s’être déclaré déçu du comportement des officiers formés par les Etats-Unis, le fait est que tous ses élèves ont tenté de détruire l’Etat malien et ce qui restait de l’influence française. », dit-il en occultant la main facilitatrice de la France. Qui a le don de manipuler certaines familles touarègues contre l’Etat du Mali.

En conclusion, Aymeric Chauprade dit ceci « cela fait dix ans maintenant que nous écrivions qu’au nom de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, les Américains sont en train d’évincer la France de la zone et de faire main basse sur les réserves pétrolières, gazières et minérales. Pendant que je prêchais dans le désert, des communicants acquis aux intérêts américains expliquaient doctement sur les plateaux de télévision française que les Etats-Unis n’avaient d’autre ambition que de faire reculer le terrorisme et développer la démocratie. Que seule « l’odieuse Franceafrique » avait des intérêts égoïstes sur le continent noir… Qu’il fallait aussi avoir très peur de la Chine laquelle allait « avaler tout le monde tout cru ». La réalité est qu’une fois de plus, la politique américaine converge avec celle de l’islam radical. » Ce commentaire de cet autre idéologue de la théorie de la guerre comme moyen d’expropriation des peuples de faible niveau technologie en dit long sur les réelles intentions de la France au Mali.

Une synthèse de M. A. Diakité

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

69 COMMENTAIRES

  1. Le Mali, à l’instar des autres pays de l’Afrique subsaharienne, est plutôt victime de son ignorance et de sa naïveté ! Just go back to school 😥

  2. Merci pour votre courage et je dirai votre abnégation à mettre à nu le secret que beaucoup préfèrent taire peut être pour leur place ou fonction
    Ex nihilo nihil.
    Les "Grandes Têtes" de la vie politique de ce Pays le savent. Seulement avec vous beaucoup de Maliens seront édifiés dans leur doute. Le pays n'a pas été vendu, mais l'on aurait volontiers caché la réalité au peuple souverain depuis longtemps qui seule reste capable de trouver une solution proprement.
    Le mal du Mali vient de loin et que l'on n'accuse l'équipe actuelle d'avoir traîné le Pays dans la boue. Qui créa ces conditions ? S'accuser ? Finie. Mais comment ensemble sortir de la boue ? Voilà toute la question que devrait se poser tout bon patriote.
    Azawad ou autre, le vrai calvaire que le peuple souverain malien vit aujourd'hui n'est que la manifestation pure et simple des visées démesurées des Impérialistes américains et français pour l'accaparement de nos richesses. Ils ont tué Kaddhafi, divisé le Soudan, embrasés le Congo …… mais vous et beaucoup d'autres qui partageront votre analyse comme nous au PACP veilleront en donnant une arme (Idée) aux patriotes conscients en les sensibilisant sur l'enjeu qu'est la lutte quotidienne pour l'honneur et la dignité et le Savoir pour conserver l'Intégrité territoriale de la Nation.
    Pour preuve cette analyse sera diffusée par nos soins un peu partout par remise de copies à différents groupes pour lecture.
    Que Dieu vous bénisse. Amen

  3. L'Afrique est elle indépendante?Je dirai non.Les puissances occidentales font ce qu'elles veulent de nos pays.Tout nous est imposé.Le Franc CFA est émis par le trésor français.Quelle honte pour nos pays après de 50 ans de fausse indépendance.

  4. Les maliens doivent comprendre que cette nous a été imposée par la France et ses complices.Il faut donc qu’on s’unisse comme un seul homme pour mettre fin à cette crise.Le Mali doit exister il faut donc que nous mettons en arrière les problèmes d’hommes en étant avec le président IBK dans la recherche de quiétude pour les maliens.

  5. Quand le mur n’est pas fissuré le lézard ne peut pas y pénétrer.Les pays en voies de développement souffrent de manque d’unité des enfants d’un même pays.La France et les autres se servent des maliens pour combattre le Mali.C’est vraiment dommage que les enfants enterrent leur pays.

  6. Les occidentaux décident quand il faut faire la guerre dans nos pays et décident également quant est ce qu’il faut mettre fin à une crise.Car ce sont eux qui sont à la base de tous les problèmes que connaissent nos pays.

  7. Les pays africains se laissent dicter la loi par l’occident.Tant que nous serons pas unis et faire du développement de nos pays notre priorité en dépit des intérêts individuels que nos gouvernants privilégient nous serons toujours à la traîne.

  8. L’Afrique s’est toujours vue attaquer à cause de ces richesses malgré les accords. C’est à la nouvelle jeunesse de prendre les choses et dire non à l’ingérence de l’occident dans nos pays.

  9. Presque tous les pays riches en sous sol avec des mauvais opposants ont été victimes de ces pays ou groupes mafieux. Nous courons un gros risque avec ces personnes qui ne jurent que par leur intérêt

  10. On doit se poser la question comment les groupes armés trouvent les armes et et les pic up sophistiqués pour tenir tête aux états. Le nord de notre pays a toujours été convoité depuis belle lurette. C’est pourquoi, les crises n’ont pas manqué à cette partie de notre pays.

  11. Les gouvernements et politiques doivent rester vigilants car le cas Libye doit servir d’exemple pour tous. Elle a été jalousée par les Européens et aujourd’hui nul n’ignore de ce qui s’y passe.

  12. Il faut une réelle prise de conscience de la jeunesse africaine et en particulier malienne. C’est vrai que les idéologies nous divergent mais nous devons pas céder à la déstabilisation de nos pays au profit des occidents. Nous mourrons et ils tirent bénéfices de notre crise.

  13. Nous savons tous aujourd’hui que ce sont des sociétés françaises qui financent le Boko Haram. A cela, il y a aussi les pays de l’Union Européennes qui activent l’Etat Islamique pour le pétrole de la Syrie.

  14. Au Mali ce qui nous pose problème ici l’exploitation de nos ressources, nous nous avons les ressources mais l’exploitation nous cause des problèmes.

  15. L’histoire de la côte d’Ivoire, de la Lybie, de la Centrafrique et tant d’autre dont je ne pourrai tout citer se répète, le Mali en train de suivre la même procédure et cela stratégiquement différentes. Paul Kagamé l’a si bien dit « tant que l’Afrique continuera à utiliser le Franc Cfa les africains dépendront toujours de la France ». La France a ruiné la RDC, dans le seul but de satisfaire leurs besoins. Les pays africains en particulier le MALI sont victimes des ambitions sataniques de la France. C’est la France qui équipe les rebelles de kit en matière d’armement, des munitions et même financièrement.

  16. En finish tous les maliens ont compris le petit jeu de la France, de la Minusma et de la communauté internationale. La crise existentielle et multidimensionnelle est une crise téléguider et montée de toute pièce par la France dans le seul cadre de satisfaire ses ambitions et intérêts. Plus que jamais les maliens et cela sans exception et sans marge quelconque, tous doivent se mobiliser derrière le régime en place pour que notre patrie n’est pas une naufrage.

  17. Kadhafi avait ainsi déclaré : « Le nord du Mali est très riche en ressources minières. Si vous ne preniez garde, un jour les occidentaux vont venir s’installer définitivement pour exploiter vos richesses… ». L’obscurité de la situation au nord de nord pays explique tout, les occidentaux empêcherons toujours la paix et l’unification des groupes et des échines, tant qu’ils auront toujours des intérêts sordides à préserver sur notre territoire. L’Etat malienne doit garder un œil, rester vigilant et serein.

  18. Il y a des non dits dans l’intervention de l’opération Barkhane dans notre pays. Cette intervention permet d’exploiter des zones aurifères de notre pays.

  19. Les ressources naturelles du Mali au lieu d’être un avantage sont devenues maintenant la souche de toutes les crises qui sévit dans le septentrion malien. Les grandes puissances en particulier la France ont la mainmise sur la crise existentielle et multidimensionnelle. Les maliens doivent rester unis plus que jamais car c’est l’avenir, la dignité, l’honneur, la souveraineté de notre pays qui mis en cause.

  20. L’Afrique est sous la menace des multinationales qui ne cessent de créer des foyers de guerre pour exploiter nos richesses. Elles financent et parrainent les groupes armés assiéger les zones convoitées.

  21. La communauté internationale est à l’origine de la crise qui persiste dans le nord Mali. Elle a la mainmise sur les rebelles et même d’autres terroristes. Depuis la veuille des indépendances cette même crise continue à faire dormi début les autorités maliennes et la population malienne. la communauté internationale en particulier la France est en train de télécommander la crise malienne à sa guise, car comme on le dit si bien « la France n’a pas d’amis mais des intérêts à préservés ».

  22. La communauté internationale est à l’origine de la crise qui persiste dans le nord Mali. Elle a la mainmise sur les rebelles et même d’autres terroristes. Depuis la veuille des indépendances cette même crise continue à faire dormi début les autorités maliennes et la population malienne. la communauté internationale en particulier la France est en train de télécommander la crise malienne à sa guise, car comme on le dit si bien « la France n’a pas d’amis mais des intérêts à préservés ».

  23. Comme on le dit si bien ” un n’homme avertir en vaut plusieurs”. Le guide libyen feu Mouhamed O Kadhafy a déjà et à plusieurs reprise avertir depuis fort longtemps les autorités maliens. Les régimes passés n’ont pas pris cela en considération et maintenant c’est le Mali d’aujourd’hui et sous le régime d’IBK qui en paye les pots cassés

  24. Vous ne dites que des mensonges, alors arrête de dire des bêtises sur l’autorité du pays, le plus précisément sur notre sous sol.

  25. Les malveillants, les opportunistes, les ambitieux s’acharnes sur les ressources minière du Mali. L’Etat malienne doit rester serein et adroit dans toutes ses prises de décision. La population et son gouvernement doit être en complicité pour sauver l’avenir de notre chère patrie. 😥 😥 😥

  26. Pauvre journaliste, tous ceux que vous dites à propos de nos ressources sont faux .Il n’ya aucune main noire,il n’ y a seulement que des Malien du Nord qui veulent diviser notre beau pays.

  27. Les malveillants, les opportunistes, les ambitieux s’acharnes sur les ressources minière du Mali. L’Etat malienne doit rester serein et adroit dans toutes ses prises de décision. La population et son gouvernement doit être en complicité pour sauver l’avenir de notre chère patrie.

  28. Tu as raison la France joue à un jeu de dupe dans la crise malienne. Les groupes rebelles sont soutenir politiquement, militairement, économiquement et secrètement par la France. La France empêche Bamako de gérer la crise comme bon le semble. La France décide d’aggraver la situation quand il veut et il rabaisse le niveau comme bon le chante. Elle télécommande la crise à sa propre guise.

  29. Vous n’êtes rien d’autre qu’une espèce de névrosé, vous avez besoin d’un psychologue pour traiter ton trouble mental. Notre sous sol ne peut en aucun cas être exploité car nous devons regler cette histoire de crise pour que reprennent les travaux.

  30. C’est la France qui est le fautif de la crise du nord Mali et cela depuis le début. Elle manipule la crise à ses guises, car c’est ainsi qu’ils arrivent à se remplir la poche. Ils ont monopolisé d’une manière plus technique la politique des colonies française et chaque pays est victime de ses propres colonisateurs. Les colonies françaises sont les moins développés que celui des anglais. La France profite des crises provoquées à la souche par elle-même, c’est un vampire qui ne se nourrit que du sang des pauvres africains en particulier le Mali.

  31. Diviser pour mieux régner tel est le slogan secret, occidentaux. Ils ne veulent pas voir l’Afrique en particulier le Mali voler de ses propres, car ils ne visent que leurs propres intérêts et s’enfutent de celui du pays cerner. 😆 😆 😆

  32. La France est notre partenaire traditionnel. Je pense qu’elle est une raison particulière pour s’attaquer à notre pays. Ce sont les fils du nord qui se sont laissés manipuler par les pilleurs.

  33. Il faut comprendre que Nos ressources sont trop exploitées par la CMA et les rebelle du nord.Nous devons être très courageux et faire confiance à la France.

  34. Le Mali a un sous sol riche qui n’est pas exploité actuellement à cause de la crise. Nous devons accuser nous mêmes. Les européens ne s’attaquent jamais à l’Afrique sans l’aide d’un fils de l’Afrique.

  35. La crise du Nord du Mali a été importé et commandité à l’intérieur, tout est lié à l’affaire de pétrole de l’uranium. Il y a toujours une main invisible derrière tout ça.

  36. Selon l’expert Moussa ag, le Mali a le GASIUM, L’ORIUM, LE PETROLIUM, LE CUIVRIUM, LE FERIUM ET LE BAUXITIUM.” Il a egalement NONOKENE’, TIGADEGUE’. BASSI, GNOUGOU ET MONI!!!!
    RIRE!!!!

  37. Pour votre information, le monde ne connaître pas de nouvel ordre économique. Sinon la Chine a dépassé les USA économiquement. Comme un nouvel ordre constatera cela, les pays gouverneurs du monde qui sont les puissances colonisatrices et les USA ne veulent pas cela. La crise malienne n’est pas du hasard, elle n’est pas non plus ce que les pyromanes, les occidentaux je veux dire, martèlent.

  38. Je suis sûr que c’est la France qui est le ravisseur de la crise malienne. Elle veut exploiter le sous-sol malien pour se faire des fortunes. Sans la politique qu’elle mène en Afrique tous les petits français mourront de faim et soif. Voilà pourquoi notre embargo n’est pas encore levé au sein de l’Union Européenne.

  39. A bas la France !
    A bas les USA !
    A bas le Qatar !
    A bas tout l’Occident !
    Vive le Mali !
    Vive l’Afrique !
    Vive les Etats Unis d’Afrique !

  40. La crise malienne est loin de connaitre son apogée. Les puissances occidentales qui sont là pour nous aider officiellement et pour nous recoloniser officieusement, sont les responsables, les commanditaires de cette crise.

  41. La crise malienne est loin de connaitre son apogée. Les puissances occidentales qui sont là pour nous aider officiellement et pour nous recoloniser officieusement, sont les responsables, les commanditaires de cette crise.

  42. Pour le moment c’est le double jeu de cette même France qui nous fracasse dans le cadre du processus de paix. Nous l’invitons à faire en sorte que ce pays ne connaisse plus de colonisation, de néocolonialisme je veux dire puis que la colonisation a été bannie. J’ai oublié c’est ce qu’elle veut et c’est ce qui arrivera si nous ne disons pas non à cette puissance.

  43. Si jusqu’à présent nous sommes confrontés à de tare de difficulté pour arriver à une paix durable, après l’opération serval qui nous a permis de revenir dans le concert des État indépendant du monde, c’est dû au double visage de cette puissance (la France) en collaboration avec les Etats Unis. Nous l’invitons à conserver ce visage de la puissance ayant sauvé notre État. Pour se faire, elle doit faire preuve de vouloir bien aider le Mali.

  44. Ce n’est pas pour nous aider que la France est dans ce pays. Mais plutôt pour nous sucer. Donc de ce fait si les maliens ne fassent pas une prise de conscience, ce pays sera foutu à jamais. Si jusqu’à présent l’accord de paix peine à apporter la paix c’est parce qu’il y a une main invisible aux maliens en particulier et aux africains en général, derrière les choses.

  45. La France et les USA sont les commanditaires de crise pour faire fonctionner leur hégémonie. Ces deux puissances sont campagne de reconquête sur le continent africain. Le sous-sol malien est à la base de la crise que nous connaissons aujourd’hui.

  46. L’accord de paix ne peut et pourra pas apporter la paix attendu par les maliens car il y a une main invisible qui freine tout dans le processus de paix et de réconciliation. Les maliens ignorent l’objectif de la présence française sur notre sol.

  47. Le monde aujourd’hui n’est que conflit d’intérêt.Les Français ne suivent que leur intérêt.La France n’a pas d’amis mais des intérêts.C’est pas un fait nouveau et tout le monde le sait.

  48. Le Mali sombrera toujours dans cette crise, tant que nous ne disons pas non à la présence française dans notre pays. Et cela par une marche populaire. C’est cette même France qui est à la base de la rébellion que nous connaissons aujourd’hui.

  49. La France est pire que tout et rien à la fois. Les autorités maliennes doivent briser leurs liens avec cette communauté pour que nous puissions aller de l’avant. Elle fait comme si elle est là pour nous aider alors que c’est elle que nous combattons et que nous devons combattre. La crise malienne est une mission commanditée par cette puissance pour une hégémonie de néocolonialisme.

  50. Le Mali est sous une certaine hégémonie c’est pourquoi il faudrait faire preuve de vigilance car le nord sera toujours convoité par ces charognards qui voudront toujours user de leur moyens pour atteindre à leur fin.

  51. Les crises en Afrique sont toutes du fait de l’occident.Ils créent les problèmes et viennent jouer les pompiers pour vous voler.Les africains doivent se réveiller.Nous devons être unis pour faire face à cette attitude de l’occident vis à vis de nos pays.

  52. Le Mali, victime de ses richesses pétrolière et gazière.Comment peut on être victime de ce qui doit nous être profitable?Je pense que les africains doivent vraiment changer de mentalité pour que tout cela change.

  53. La France a pris les devants et décidé seule de la forme d’une intervention militaire au Mali pour stopper l’avance des miliciens djihadistes, puis de s’attaquer à leurs bases arrière dans les villes du Nord, bombardées par des chasseurs Rafale.
    La France et les USA sont nos alliers alors sachez que cette main invisible vient de quelqu’un d’autre.

  54. le sous-sol de notre pays est potentiellement riche en gaz et le pétrole. Cela est sensé nous être utile et profitable.En en croire ce article nos problèmes seraient dus à nos richesses.C’est pathétique et cela doit interpeller la jeunesse qui doit changer cette donne.

  55. Des sources locales annoncent que l’exploitation de l’uranium de Kidal serait en cours avec la complicité de la la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), laquelle regroupe les groupes armés touaregs et arabes.

  56. Rappelant les propos prophétiques du Guide de la révolution libyenne, Mouammar Kadhafi – qui avait décidément tout compris – les journalistes maliens subodorent désormais que les tensions qui secouent le pays sont intimement liées à son potentiel.La CMA refuse la paix juste pour profiter de nos ressources.

  57. ces richesses qui ne sont pas encore exploitées risquent de sceller le sort de la République. Certaines puissances étrangères sont prêtes à tout pour arriver à leur fin. Y compris disloquer une nation souveraine et indépendante.

  58. Alors que nous laissions entendre depuis fort longtemps que le conflit qui secoue le Mali depuis de nombreux mois est fortement lié à des odeurs de gaz, de pétrole et plus globalement à ses ressources énergétiques et minières telles l’or et l’uranium, la presse malienne enfonce le clou en accusant nos bienfaiteurs .S’il vous plaît laissez nous respirer .

  59. Le Mali possède 5 bassins sédimentaires dont le potentiel pétrolifère est avéré.Il faut donc exploiter ces bassins de façon intelligente pour faire développer le pays.Car il est vraiment idiot d’être victime de ses richesse.

  60. Parmi les bassins à fort potentiel pétrolier et gazier, celui de Taoudenni, au nord, aiguisent tous les appétits. L’Autorité pour la promotion de la Recherche Pétrolière au Mali (AUREP) avait divisé le pays en plusieurs et confié leur exploitation à des sociétés étrangères. Les deux acteurs les plus sérieux étant l’italien ENI et l’algérien SONATRACH.

    Selon des observateurs, l’affectation de ces blocs à ces sociétés étrangères n’a pas été du goût de certaines puissances occidentales. Qui n’ont pas hésité à utiliser des moyens peu orthodoxes pour déstabiliser notre pays, en jouant probablement au pompier – pyromane. Comment expliquer que la région de Kidal reste couper à présent du reste du pays ? En tout cas, depuis le lancement des travaux de recherche du pétrole, le nord du Mali n’a plus connu de stabilité à cause de ce complot international mis en œuvre par des complices, à travers des revendications ethniques.

  61. Total (une firme française) a fait un premier forage, en 2010, qui a été estimé décevant. Elle avait prévu d’en faire un second, qui a été gelé en raison du conflit.

  62. Il faut le dire les rebelles ont été conseillés et financés par une certaine puissance très proche du Mali. Ce pays a-t-il commencé à piller nos ressources minières? En tout cas, si ces informations se confirment, il y a de quoi craindre le pire. Parce que le Mali n’ayant pas été préparé à cette éventualité, risque de payer le prix de cette exploitation éhontée de ses richesses. Au grand dam des populations maliennes.

    • Seul Dieu peux aider le Mali en ce moment actuel, ceux-ci sont des vautours qui n’ont aucune importance à la vie humaine, juste par intérêt…

  63. Le Mali est extrêmement riche en ressource minière.En plus de l’uranium de Kidal, d’autres ressources minières du nord seraient dans le viseur de ces puissances étrangères. Qui connaissent très bien les potentialités minières du septentrion malien. On parle déjà de l’exploitation de la nappe phréatique des régions du nord et l’exploration des gisements de pétrole de Taoudéni (qui deviendra bientôt une région en faveur des rebelles de la CMA)

  64. Maintenir notre pays dans le chaos ????
    Comme si cela ne suffisait, il faut entreprendre d’autres actions (de sabotage ?) pour non seulement justifier la présence étrangère au Mali et empêcher par la même occasion que d’autres partenaires du Mali ne s’intéressent aux ressources minières de notre pays. Apparemment, pour réussir leur coup, ces puissances étrangères n’occultent aucune alternative. C’est pourquoi, d’autres observateurs voient dans les attentats et autres attaques de ces derniers jours une stratégie malsaine pour maintenir notre pays dans le chaos.

  65. Certains Maliens sont toujours convaincus que la défaite de l’armée face aux rebelles de Kidal, n’était pas un fait du hasard. Les rebelles auraient certainement bénéficié du soutien d’une main invisible, l’appui d’une puissance étrangère. L’on comprend aisément pourquoi l’armée et l’administration maliennes ne sont pas, pour le moment, les bienvenues à Kidal. Il faut les maintenir loin (et très loin) pour écarter tous les soupçons qui peuvent peser sur les complices des rebelles de Kidal, notamment des pays étrangers qui se disent « amis » du Mali.

  66. Des sources locales annoncent que l’exploitation de l’uranium de Kidal serait en cours avec la complicité des apatrides de la CMA. Difficile de vérifier l’exactitude de cette information, dans une zone inaccessible aux autorités et autres ressortissants maliens. Mais tout porte à croire que la région de Kidal n’est pas « protégée » pour rien. Au-delà des terroristes et des bandits de la CMA, des puissances étrangères aussi veillent au « Grin »

  67. Le Guide de la révolution libyenne, Mouammar Kadhafi, l’avait prédit à l’occasion d’un de ses nombreux déplacements dans notre pays. « Le nord du Mali est très riche en ressources minières. Si vous ne preniez garde, un jour les occidentaux vont venir s’installer définitivement pour exploiter vos richesses… », avait-il lancé à l’adresse de ses interlocuteurs maliens. Cette prédication est-elle en train de se réaliser ? Il faut le craindre.

  68. Mali riches is for the Malians to equitably equitably distribute among themselves. There should be no long term foreign corporation deals. The ultimate goal is for Malians to have absolute control of Mali natural resources marketing with intent of using financial resources obtained to advance manufacturing plus technology in Mali. Thereto the Malian people shall enjoy the benefits of contemporary lifestyles throughout Mali. Any less management should be view as treason by syncophants serving their foreign masters plus by way of corruption robbing many Malians of the lifestyles they deserve, Keep it real . Peace piece. Very sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan

Comments are closed.