Leçon de géopolitique : Quand des dirigeants africains se livrent à une servitude volontaire au profit de la France à travers le Franc CFA

Le Franc CFA utilisé par 15 pays africains vaut 0,0015 euros et est fabriqué dans deux bourgades françaises, Chamalières et Pessac.

13

Le Franc CFA utilisé par  15 pays africains vaut 0,0015 euros et est fabriqué dans deux bourgades françaises, Chamalières et Pessac. Avec le Franc comorien qui vaut 0,0020 euros, il est la seule monnaie coloniale encore utilisée dans le monde. En 1939, la France crée la zone franc pour assoir son hégémonie sur ses colonies. Le but recherché est que les matières premières soient disponibles même en temps de guerre.  En 1945, avec la signature de l’armistice, la Métropole crée le Franc des Colonies Françaises d’Afrique. En 1958, il devient le Franc de la Communauté Française d’Afrique. En 1960, avec l’indépendance, le F CFA reste majoritairement en place. Avec l’instauration de l’UEMOA, il devient le Franc de la Communauté Financière Africaine et pour les pays membres de la CEMAC, il devient le Franc de la Coopération Financière en Afrique Centrale. Un habile jeu de mots qui prouve une servitude volontaire certaine des dirigeants africains qui refusent de s’affranchir de l’ancienne puissance colonisatrice.

Quatre règles d’or sont à retenir : 1- le Trésor Public français garantit la convertibilité des Franc CFA et comoriens dans n’importe quelle autre monnaie. 2- En échange, 50% des réserves de CFA et celles de 65 % du Franc comorien doivent être déposées sur les comptes du Trésor Public français. 3- Le taux de parité entre les Franc CFA ou comorien et l’Euro est fixe, 1 euro étant égal à 655, 957 F CFA depuis 1999. 4- Enfin, les transferts de capitaux dans la zone franc sont entièrement libres et gratuits. Pour la France, ces mécanismes permettent de maintenir un certain équilibre. Elle estime aussi que la zone franc est un instrument de solidarité et de développement. Mais, parmi les 15 pays de la zone, 13 sont considérés comme étant pauvres et très endettés par le FMI alors que dans le même temps l’Afrique constitue après l’Asie, la deuxième locomotive de croissance mondiale.

Pour assurer la parité avec l’Euro, les pays de la zone F CFA sont obligés de contrôler leur inflation, en d’autres termes, l’argent en circulation. Un taux d’inflation qui est de 2% pour l’UEMOA et 3% pour la CEMAC. Les banques nationales limitent donc les prêts aux entreprises. Des prêts qui ne représenteraient que 23 % du PIB dans la zone franc contre 150% en Afrique du Sud et 100% en Europe. Le cocktail est assassin pour l’économie de nos pays. Moins de crédits induit moins d’investissements, moins d’infrastructures et aussi et surtout moins de développement. A l’inverse, grâce au libre transfert des capitaux, les entreprises étrangères, elles, peuvent investir sur place. Dans les pays de l’UEMOA, les sociétés françaises assurent 50% des investissements étrangers. Concernant les banques, Société Générale, BNP Paribas et LCL représentent à elles seules, 70% du chiffre d’affaires des banques. Plutôt donc que de produire sur place, les pays de la zone franc importe de plus en plus. Le F CFA a 77 ans et les pays qui l’utilisent sont indépendants depuis plus de 50 ans. Après tout ce temps, force est de constater que toute décision sur le plan économique se fait sous l’œil de la France via ses représentants présents dans les organes décisionnaires des banques centrales.

Servitude volontaire des dirigeants africains

La Banque de France et le Trésor français exigent que lorsqu’on émet 1 Franc CFA, qu’on soit sûr d’avoir dans les caisses françaises 0, 20 F CFA sous forme de devises. Mais les Etats africains couvrent jusqu’à la totalité de l’émission monétaire. L’écart qui est de 80% pourrait servir à divers projet de développement dont des investissements. La question donc se pose : pourquoi nous détenons autant d’argent au sein du trésor public français que nous délaissons finalement ? Force est de constater que ce n’est pas la faute du Trésor français puisqu’il ne demande qu’une couverture à 20%. C’est donc la faute aux dirigeants africains qui n’utilisent pas cette grande réserve pour financer des investissements structurels. La reconquête d’instruments de souveraineté que sont le budget et la monnaie sont des conditions sine qua non pour tout développement. Les banques centrales de la zone franc sont évidemment au courant et participent sciemment à ce système de rente qui est dénoncé par tout un continent. Par ailleurs, le traitement de ses cadres et de ses retraités est dispendieux. Les élites africaines profitent de ce système pour s’en mettre pleins les poches au  détriment de l’intérêt général. Pour avoir un niveau de vie prêt des standards occidentaux, ils sont prêts à sacrifier le développement de leur pays. Toute chose que l’écrasante majorité d’africains ignorent. La servitude monétaire de nos Etats est bien volontaire et non forcée. La souveraineté monétaire est un impératif impérieux pour les Etats de l’Afrique francophone.

Ahmed M. Thiam

[email protected]

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. Le jour où les dirigeants africains francophones auront la main mise sur la création monétaires, chaque dirigeant remplira des conteneurs de billets pour lui et sa famille. L’inflation sera de 100 000 000 %

    • L’ AFRICAIN EST-IL ANIMAL JUSQU’ Á CE POINT…????
      J’ ESPERE QUE NON, ET NON… !

      • oui que non, c’ est surement mr sylla qui l’ est sans doute puisquil doute de nos capacites et veuille que cette situation continue… MERCI BOKASSA 3

  2. Chers compatriotes liser le livre ou aller sur le site de Nicolas Agbohu sur l’histoire du franc CFA, vous allez tout comprendre. Une véritable mafia, du vol pur et simple de la France au détriment des pays Africains (ex colonies). Actuellement vous et moi travaillons tous pour le trésor français. La France me prends 50% de mon salaire et me demande de nourrir, de soigner, d’habiller ma famille avec les 50%. Comment vais je faire cela ? c’est pourquoi nous croupissons tous dans la pauvreté. Le Président Africain qui ose en parler si tu as la chance on te dépose sinon ont élimine physiquement.

    • COMBIEN PAYONS NOUS AUX ARABES?..PERSONE NLE SAIT AUTANT QU’ A LA FRANCE SINON PLUS…50% AUX FRANCAIS , AUTANT AUX ARABES ET LA PART DU NOIR A L’ AU DELA CHEZ LEUR BODAH AKHBAR APRES LA MORT DU NEGRE!! :hangman:

  3. Merci min frère pour cet article, mais ce qu’il faut savoir, c’est loin d’être volontaire. C’est ce que la France prétend à chaque fois qu’elle est accusée. Pour preuve, la coopération monétaire signée avec les États Africains en dit long sur le caractère colonisateur de cette monnaie et gars au Dirigeant qui dirait le contraire.
    Pour votre information, la France gagne à travers ce jeu monétaire 440 milliards d’euros sur le dos des 15 pays CFA. raison pour laquelle, elle est prête à tout pour maintenir ces États dans la colonisation monétaire.
    Quand le Président Modibo Keita a crée le Franc malien après l’indépendance, Général De Gaulle l’avais dit que si le Mali réussi sa politique monétaire, beaucoup d’Autres pays prendront exemple. Alors ils ont commencé à tout mettre en place pour que Modibo échoue. Réveillons nous Africains.

  4. AhmedM.THIAM écrit:.”La question donc se pose : pourquoi nous détenons autant d’argent au sein du trésor public français que nous délaissons finalement ? Force est de constater que ce n’est pas la faute du Trésor français puisque il ne demande qu’une couverture à 20%..”
    Cette affaire c’est comme le déplacement de populations africaines vers l’Europe.. Ces déplacements pourraient être organisés si nos pays étaient fiables…
    Quand les arrivées se font par bateau en Italie et en Grece ces migrants qui font grogner sont répertoriés donc leur anonymat est en partie cassé ..

    • “Force est de constater que ce n’est pas la faute du Trésor français puisque il ne demande qu’une couverture à 20%”
      —————————————>FAUX

    • EH TOI..ET MEME SI 10% C’ EST DU VOL..
      EH!! TOI…LE DEPLACEMENT DE POPULATION N’ EST QU UNE CONSEQUENCE DU VOL SYSTEMIQUE SUR NOS POPULATIONS, OU EST IL BON DE VIVRE EN AFRIQUE OU EN EUROPE , DEMANDEZ A QLQ1 QUI CONNAIT LES 2 VIES…

      LES LETTRES (MUSULMANISES ET FRANCAISSISES }SONT TRES SOUVENT LES PREMIERS AVEUGLES …

  5. En attendant de créer une autre monnaie commune ce qui pourrait demander beaucoup de temps … Les pays concernés pourraient récupérer
    la partie disponible de ces réserves (6 milliards !!)
    Cette proposition date de Christine Lagarde donc depuis plus de 5 ans
    Qu’attendent ces pays ..???
    Bien sur après il ne faut pas que cet argent disparaisse.
    A noter que ces états devront immobiliser de l’argent pour garantir leur monnaie future..
    Cet argent immobilisé ne s’est pas envolé et a donné lieu à des paiements d’intérêts au profits des états Africains.
    Ces billets sont imprimés en France …Un pays en Afrique pourrait-il le faire sans danger …???

    • 6 MILLIARDS DE QUOI?
      LA MAURITANIE ET MM LA GUINEE GERENT LEURS MONNAIES ..
      ETES VOUS SI MEPRISANTS ENVERS LES NEGRES?
      LES PAYS AFRICAINS ANGLOPHONES GERENT LEURS ECONOMIES M LE RWANDA EN EST DEVENU CAPABLE APRES AVOIR ROMPU AVEC LA FRANCE… 😛

  6. Communauté financière Africaine , communauté de coopération financière africaine ,c’est de la poudre aux yeux , du tape à l’esprit . Cette Afrique là dans la forme ,et dans l’esprit de la lettre est bien une communauté française de fait sans que ses membres ne soient des français de droit.
    Des vigiles au service de l’économie française , rien d’autre .
    Je ne veux pas de cette afrique qui ne grandit pas , une afrique qui marche toujours à la lumière des autres .

Comments are closed.