Edito : Mahmoud Dicko et Chérif Bouyé, les opposants au régime

3
Meeting de la UMAH
Mahmoud Dicko et le Chérif de Nioro

Ils étaient des milliers de partisans et sympathisants à répondre à l’appel de l’imam Mahmoud Dicko et du Chérif Bouyé de Nioro au Stade du 26 Mars le dimanche 10 février 2019. Le meeting d’hier, qui n’avait rien n’à envier au lancement d’une campagne à l’élection présidentielle d’un candidat, a fini par convaincre plus d’un que Mahmoud Dicko et Bouyé ont pris le relais de la classe politique, probablement las du combat, pour animer le front de l’opposition contre IBK. Ils ont fustigé la gouvernance actuelle et toutes les pratiques perverses qui jurent avec nos valeurs ancestrales et sociétales, notamment l’homosexualité et les assassinats crapuleux auxquels on a assisté impuissant, ces derniers temps. Ils se disent favorables à l’application la peine de mort pour sanctionner des cas graves  de meurtres. Ils n’ont pas caché leur opposition à la promotion de l’homosexualité.

Ce meeting rappelle fort opportunément celui qui a  été tenu sous le Président Amadou Toumani Touré sur le code de la famille. Il semble être l’entrée en matière de l’imam Mahmoud Dicko et du guide des Hamallistes Bouyé qui, après la rupture avec IBK, sont déterminés à rendre la monnaie à leur ex-allié, devenu depuis 2018 leur ennemi juré. Vont-ils arriver à leur fin ? Seul le temps nous permettra de répondre à cette question. Mais, d’ores et déjà, ils ont réussi à ébranler le régime qui ne dormait plus que d’un œil depuis l’annonce de ce meeting.

Le meeting du dimanche n’était ni plus ni moins qu’une occasion tout trouvée pour les nouveaux opposants que sont Dicko et Bouyé pour en découdre avec IBK et ses nouveaux  alliés que sont Chérif Ousmane Madani  Haidara et ses amis.

En somme, alors que le régime était  sur le point de calmer le front politique en ouvrant le dialogue avec l’opposition classique incarnée par Soumaila Cissé et Tiébilé Dramé, un autre front  vient de voir le jour plus menaçant  pour le régime que le précèdent. Donc, il revient au Président de la République d’élargir sa base de discussion en intégrant les associations de la société civile pour plus d’inclusivité

Youssouf Sissoko

[email protected]

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Le tout PUISSANT EST AUX COMMANDES. NUL NE PEUT COMBATTRE LA VOLONTE DU CREATEUR. ALLAH, ASSISTE NOTRE GOUVERNEMENT, PROTEGE LE ET GUIDE SES PAS. GROYEZ EN DIEU ET TOUT IRA BIEN

    • Blablateur, ce n’est pas Allah qui a bourre les urnes pour Boua mais la CMA nous le savons tous que Boua est un president illegitime, alors laisses-nous respire s’il te plait.

  2. Ces deux hommes religieux sont ils réellement populaires au Mali?
    Peuvent ils être nuisibles au régime?
    Remplir le 26 mars ne veut rien dire car tous les hommes politiques connus peuvent le faire pourvu qu’ ils y mettent l’organisation nécessaire.
    Ils ne vont jamais gagner contre SBM tant qu’ ils sont sur le champ politique.
    Ils font face à quelqu’un qui a plus d’expérience qu’ eux dans ce domaine.
    ILS SERAIENT PLUS EFFICACES DERRIÈRE LES HOMMES POLITIQUES .
    Combattre SBM les yeux dans les yeux fait son affaire.
    Les prochaines manifestations seront considérées autrement car certainement destinées à faire partir le gouvernement.
    Il va mettre en œuvre la même stratégie que contre les opposants politiques traditionnels tout en ayant comme alliés les partisans de HAIDARA pour atténuer leurs influences.
    Mahmoud Dicko veut entraîner toute la communauté musulmane alors que sa fonction ne lui permet pas de faire de la politique.
    C’est de là SBM va jongler.
    Il va créer une fronde contre lui et son chef spirituel..
    ON NE PEUT PAS GAGNER CONTRE LE POUVOIR.
    Le COPPO l’a expérimenté contre IBK en 1997.
    Seule une révolte populaire peut venir à bout du pouvoir par son comportement de mauvaise gouvernance.
    Si les retards de paiement continuent à s’effectuer dans les différents services consécutifs aux comportements du CLAN présidentiel,si l’insécurité dans les grandes villes persistent il va de soit qu’ un mécontentement social combiné aux groupuscules anciens alliés du régime peut provoquer un soulevement populaire.
    CELA NE SERA PAS UN ACTE DES RELIGIEUX,MAIS UNE ACTION POPULAIRE.
    Que les religieux sachent qu’ ils ne sont pas aussi nuisibles que ça dans un environnement politique normal dominé par une gestion saine des ressources publiques .
    Seule l’incompétence du pouvoir peut aider les hommes religieux à s’affirmer.
    Ils doivent être mis à leurs places qu’ ils ne devaient jamais quitter ,si ce n’est le comportement anti républicain d’IBK à associer les religieux à son élection.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here