Editorial : 26 Mars, 28 ans après, Défendre les idéaux

1

Raison de notre fierté et socle de notre mémoire, voilà de nouveau revenu le 26 Mars.

Ce fut il y a déjà, il y a seulement 28 ans l’aurore de l’espérance et l’aube d’un Mali innové et rénové arraché de haute lutte à l’infamie qui l’avait piétiné et mis en coupe réglée.

Il y a 28 ans, en effet, le Général Moussa Traoré, et sa camarilla avaient choisi de « tresser une couronne de feu », « abattre l’enfer » sur la tête d’un peuple qui ne revendiquait que liberté et dignité.

Et il a tenu son horrible promesse.

Les pertes sociales et économiques provoquées par les événements qui ont conduit à la révolution du 26 Mars sont énormes.

Ces pertes commencent avant la date de référence et continuent longtemps après.

Le bilan est difficile à établir pour qui recherche une analyse globale et raffinée de la situation.

Au lieu de combien de vies humaines perdues, il faut plutôt rechercher combien d’années de vie perdues ?

Quant aux dégâts matériels, une analyse économique poussée permettrait de trouver, soit la valeur comptable, soit la valeur vénale des biens au moment des faits.

Un tel rapport, avec une précision mathématique, est-il possible aujourd’hui ?

Que non !

Il y a eu victoire le 26 Mars, parce que les Maliens avaient une motivation commune, un but et des objectifs communs et formaient un groupe homogène et cohérent dans la lutte pour le changement.

28 ans après, la plupart de ceux qui auront été (ou autoproclamés) acteurs du 26 Mars 1991 ont absolument déçu le peuple Malien.

l’extinction du dialogue entre les acteurs du 26 Mars, l’auto-exclusion, l’animosité, les revendications corporatistes, les grèves à répétitions, l’incapacité des hauts dirigeants (responsables politiques) à travailler ensemble, le manque de discipline ou l’incapacité à tenir les engagements, la mauvaise ou l’absence de communication entre les principaux acteurs du 26 Mars, sont les cause de la grave situation de crises que traverse actuellement notre pays.

Quelles suggestions pour que le Mali s’en relève ?

Il faut que l’ensemble de la classe politique se retrouve autour des valeurs comme la tolérance, le pardon, le compromis et le partage.

Il faut aussi s’entendre sur l’essentiel, dans l’intérêt général et chercher un point d’équilibre entre les intérêts des forces opposées.

Il y a eu trop de sacrifices, trop de pertes en vies humaines et en biens pour que le 26 Mars soit.

Il n’y a donc pas de raisons objectives pour que les idéaux de cette date symbolique ne soient pas partagés, soutenus et défendus jusqu’au bout par Tous !

Boubacar Sankaré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Article 118: "Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu'il est porté atteinte à l'intégrité du territoire. "

    “Il faut que l’ensemble de la classe politique se retrouve autour des valeurs comme la tolérance, le pardon, le compromis et le partage.”
    Le Mali ne traverse ni un probleme de pardon,ni un probleme de tolerance ,ni celui de compromis ou encore moins un probleme de partage entre les forces politiques.
    Les racines du mal se trouvent dans l’injustice,le mensonge,la corruption,le pilotage a vue et l’incompetence.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here