Que nous réserve 2016 ?

0

Le nouvel an, donne l’occasion à chacun de nous, de souhaiter le meilleur pour les parents, amis, collaborateurs. Il donne aussi l’occasion de prendre des résolutions pour le futur immédiat ainsi que dans le moyen et le long terme pour les objectifs à atteindre. Pour ceux qui ont en main la destinée de leur pays, la nouvelle année leur permet de faire le point de la situation du pays et d’indiquer à leurs peuples ce qu’ils peuvent attendre de l’année nouvelle. A cette occasion, aucun dirigeant ne se permet de dévoiler l’envers de la médaille. La plupart des discours de nouvel an des hommes qui nous dirigent tendent plutôt à magnifier leurs succès et à édulcorer leurs insuccès pour ne pas dire leurs échecs. Rarement un dirigeant promet sang et larmes à son peuple même si celui-ci est en train de les subir. C’est normal puisqu’il s’agit de vœux, et ici, comme l’imagination n’a pas de limites, les vœux non plus.

Cette année, le discours de Laji Burama a été essentiellement axé sur les actes terroristes commis dans les villes et uniquement dans les villes or, tout le monde sait que l’insécurité comme une métastase gangreneuse a envahi toutes les régions du Mali. Notre territoire étant vaste quelles stratégies pour combattre cette insécurité ? Les populations livrées à elles-mêmes pourront-elles indéfiniment subir sans réagir ? Ne seront-elles pas obligées de se défendre. A-t-on envisagé cette éventualité et les conséquences qui en découleront ? En dehors du terrorisme, que nous propose-t-on pour améliorer le panier de la ménagère ? Quelles dispositions les jeunes peuvent-ils espérer du gouvernement pour résorber leur chômage ? Quel calendrier pour la mise en œuvre des accords de paix d’Alger. Mêmes si les protagonistes semblent essoufflés, on sait que la paix reste très fragile. Les tergiversations des différents acteurs pourraient inciter les non-invités à occuper le vide. On ne peut continuellement compter sur les forces armées amies pour résoudre nos problèmes. Allez, rêvons, quand bien même que la réalité soit cauchemardesque, et plions-nous au rituel habituel et consacré en disant :

« Delta News souhaitebonne et heureuse année 2016 à toutes nos lectrices et à tous nos lecteurs ! »

Wamseru A .Asama

PARTAGER